1. //
  2. // 20e journée
  3. // PSG/Ajaccio

La nouvelle cartographie des groupes de supporters parisiens

Depuis 2010 et la dissolution des groupes de supporters parisiens, puis la mise en place du plan Leproux au Parc des Princes, la composition des tribunes parisiennes a sensiblement évolué. Que reste-t-il aujourd'hui des groupes du virage Auteuil et de la tribune Boulogne ? Entre boycott, contestation, dégoût ou résignation, il y a ceux qui protestent contre la politique du PSG, ceux qui continuent de suivre l'équipe de la capitale lors de certains déplacements, incognito ou avec éclat, ceux qui reviennent au Parc des Princes et ceux qui ont tourné la page. Pour éclairer ceux qui n'y comprennent plus rien, So Foot fait le point sur la recomposition des groupes parisiens.

Modififié
3 60
Paname United Colors (PUC) :
Après la dissolution par les pouvoirs publics de la Grinta, des Authentiks et des Supras Auteuil, les membres de ces groupes du virage Auteuil et de la tribune G (ainsi que ceux des Puissance Paris) se sont regroupés dans le collectif Paname United Colors. Silencieux dans les médias, ils prônent un boycott total des rencontres du Paris Saint-Germain au Parc des Princes ou à l'extérieur. Selon eux, le club parisien a trahi les anciennes associations au moment des dissolutions et lors du conflit avec les hools de Boulogne. Aujourd'hui, les membres du PUC continuent de se rendre en Allemagne ou au Danemark pour voir leurs potes de Cologne ou de Copenhague. Et ils se réservent pour quelques coups d'éclats parisiens comme lors de l'exposition du PSG à l'Hôtel de Ville de Paris ou à Hénin-Beaumont pour un match des féminines.

K-Soce Team :
Née à l'origine d'un délire entre quelques potes en 2006, cette section des Supras Auteuil, bien qu'impliquée dans le conflit avec Boulogne, a survécu à la dissolution de l'association mère. À l'été 2010, ses membres qui souhaitaient retourner au Parc des Princes sont rapidement entrés en dissidence par rapport à leurs anciens amis des Supras et plus largement à l'ensemble du PUC. Durant l'ensemble de la saison 2011-2012, la K-Soce Team était, avec l'association Liberté pour les Abonnés (LPA) et les Karsud, à la pointe de la contestation contre la politique du PSG et pour le retour des abonnements au Parc des Princes. Présents lors de la majorité des déplacements, ils cohabitaient alors avec des membres du Kop of Boulogne (KOB) – situation impensable deux ans auparavant – et parvenaient à fédérer autour d'eux certaines âmes en peine du Virage ou de nouvelles générations souhaitant découvrir le « délire » ultra. Devant l'inflexibilité du PSG concernant ses anciens abonnés, le groupe poursuit aujourd'hui la contestation à travers des actions coups de poing, comme lors de France-Japon et tente de fédérer les contestataires à travers un site Internet regroupant les « supporters historiques » . Certains de ses membres se sont également retrouvés dans la rue aux côté des indépendants de Boulogne lors de l'affrontement contre les Bad Blue Boys de Zagreb, début novembre.

Microbes Paris :
Comme la K-Soce Team, les Microbes sont nés au sein des Supras à la fin de la saison 2005-2006. « C'était davantage une section des Supras Auteuil qu'un groupe en lui-même » selon un de ses responsables. « Le surnom "Microbes" est venu d'anciens Supras par rapport à notre comportement un peu agité et rebelle. » Les Microbes sont alors considérés comme les petits frères de la K-Soce Team. Si bien que lors de la dissolution du principal groupe d'Auteuil, les Microbes vont rapidement suivre la voie ouverte par leurs grands frères, à savoir une contestation active plutôt que le boycott préconisé par le PUC, de peur de « se terrer dans l'oubli » . Aujourd'hui, les Microbes continuent de participer à la plupart des actions menées avec la K-Soce Team (comme lors de déplacements en contre-parcage, ou lors de France-Japon au Stade de France...). Ils réclament le retour des « tribunes populaires apolitiques et sans discrimination et que les droits des abonnés soient respectés » , indique un de leurs responsables. Autrement dit, ils militent pour le retour d'abonnements non aléatoires en virage. Et ils ne mâchent pas leurs mots à l'encontre de Jean-Philippe d'Hallivillée, responsable de la sécurité et des relations avec les supporters au PSG, qu'ils souhaitent voir démissionner et qu'ils accusent d'avoir « manipulé les deux virages dans le conflit Boulogne - Auteuil dans le but de nettoyer les tribunes du Parc des Princes avant l'acquisition des Qataris pour faire taire toute revendication. »

Les ex-Lutece Falco :
Parmi les habitués du Parc, personne n'a oublié la banderole noire venue barrer, le 15 mai 2010, la partie gauche du virage Auteuil : « This is the end… » Manière pour les Lutece Falco, groupe atypique du Virage, de signer la fin de leurs activités et de s'auto-dissoudre dans la foulée de la dissolution par les autorités des autres groupes d'Auteuil (Supras, Authentiks, Grinta). Ses membres s'en sont allés vers des destins divers. Plusieurs anciens se sont réabonnés en tribune latérale au Parc dès la saison dernière, rejoints par d'autres cette année. Certains sont complètement passés à autre chose, mais la majorité des Lutece continue de boycotter le Parc des Princes. Quelques-uns se retrouvent néanmoins lors des déplacements, notamment à l'occasion des matchs européens, comme à Kiev cette année ou Salzbourg l'année dernière, et parfois en France vers des destinations plutôt tranquilles comme Brest ou Dijon, la saison dernière. Mais ils restent toujours discrets.



Karsud :
Les Karsud formaient une bande de potes située au milieu du virage Auteuil. Ils n'ont jamais été plus d'une quarantaine et se souciaient peu des histoires de matos, de tifos, ou d'organisation de déplacements. En raison d'une certaine appétence pour la castagne, ils ont rapidement entretenu des relations correctes avec la frange radicale de la tribune Boulogne. Lors de la fin des abonnements en 2010, les Karsud entrent immédiatement dans la contestation, refusant d'être privés de leur passion. La saison dernière, ils faisaient partie d'un front commun avec la K-Soce Team et Liberté pour les Abonnés (LPA), boycottant le Parc des Princes et militant pour le retour d'abonnements libres en virage. Ils sont aussi toujours présents dans la rue, comme à Bilbao l'année dernière ou près de Bastille contre les Bad Blue Boys du Dinamo Zagreb, aux côtés des indépendants de Boulogne et de certains membres de la K-Soce Team.

Les Brothers :
Jeunes sympathisants du virage Auteuil ou de la Tribune G, les Brothers sont indépendants de toute autre entité. S'ils boycottent le Parc des Princes, ils se sont spécialisés dans les contre-parcages à l'extérieur (c'est-à-dire hors des parcages « officiels » , dans les tribunes des supporters adverses) pour contester la nouvelle politique du Paris Saint-Germain envers ses supporters. Le dernier en date ? Montpellier, début novembre, où les Brothers se sont fait remarquer par un pied de nez aux forces de l'ordre et au PSG. Mais l'inflexibilité de la direction parisienne à l'égard des groupes organisés et certaines pressions exercées par les autorités pourraient avoir raison de ce petit groupe.

Le Parc C'était Mieux Avant (LPCMA) :
Initialement placés en Auteuil Bleu entre les Supras et les Lutèce Falco, ce groupe de potes (dont le noyau provient de l'Essonne) est véritablement entré dans la contestation active lors du déplacement à Dortmund, en octobre 2010. S'ils boycottent le Parc des Princes, ses membres continuent de se déplacer et n'hésitent pas à rejoindre d'autres entités lors d'actions communes. Malgré leur petit nombre, leur slogan rallie de nombreux supporters mécontents. Habitués du « stickage » , vous avez peut-être aperçu leurs autocollants ou leur graffiti dans les métros ou rues parisiennes.

Liberté pour les Abonnés (LPA) :
Au lendemain du plan Leproux, des abonnés du virage Auteuil et de la tribune Boulogne, qui n'appartenaient à aucun noyau de groupe, s'associent pour fonder une association visant à défendre les revendications des abonnés évincés des virages. Leur objectif était de se poser en interlocuteur responsable afin de discuter avec le PSG des conditions d'un retour des abonnés. Sauf que le club de la capitale n'a jamais daigné ouvrir un véritable dialogue avec eux. Soumis à de nombreuses pressions de la part du PSG et des autorités, l'association a fini par s'auto-dissoudre en mars dernier afin de ne plus être la cible « d'un système injuste et ultra-répressif » , comme ils l'expliquaient alors dans leur communiqué. Ils poursuivent néanmoins aujourd'hui la lutte, de façon plus larvée, sur le terrain des libertés individuelles allant jusqu'à contester devant la CNIL une présumée inscription sur une liste noire de supporters du PSG. Ils ont d'ailleurs participé à la manifestation nationale des ultras à Montpellier contre la répression disproportionnée dont s'estiment victimes ces supporters.

Tribune Boulogne :
Sans doute le schéma le plus complexe des tribunes parisiennes. Avant l'arrêt des abonnements au Parc des Princes, la tribune Boulogne était composée de supporters à tendance ultra (ex-Boulogne Boys 85, Tifo e Stupido), d'autres plus dans le style british (dans la mouvance des anciens Rangers et Gavroches) et des indépendants (les hooligans, quoi), séparés en plusieurs générations et plusieurs bandes comme la Casual Firm, le Commando Loubards ou encore la Milice. Si certains de Boulogne ont tenté de se faire entendre au Parc à plusieurs reprises (comme face à Rennes en septembre 2010), seules les rencontres de Coupe d'Europe continuent d'attirer les indépendants. Plusieurs dizaines de membres de Boulogne (dont plusieurs de la Catégorie D, une nouvelle entité qui regrouperait des membres des Loubards et de la Milice) étaient à Bratislava et à Bilbao la saison dernière, d'autres à Porto cette année… Si le dernier déplacement à Zagreb s'est mal terminé pour ces Kopistes (70 d'entre eux ont été interceptés à la frontière croate), certains ont pu se venger avant le match retour avec l'aide de quelques viragistes. En dernier recours, il reste pour certains d'entre eux les free fights dans les bois...



Par Anthony Cerveaux et Sylvain Ladurier, avec Quentin Blandin

La composition des virages actuels du Parc des Princes, divisés en myriade de petits groupes, sans organisation ni structure identifiées, fera l'objet d'un prochain papier sur sofoot.com.

Modifié

pedrolito19 Niveau : CFA2
Note : -1
Juste MERCI.
Note : 9
Un groupe de supporters qui s'appelle La Milice, perso, ça me donne des envies de meurtre. Mais bon.
Ils savent ce que c'est à la base ?
Le pire, c'est que je pense que oui.
Note : 3
Ouai j'ai pense a la meme chose, j'irais pas pleurer quand la mechante justice et lespoliticiens incompetents s'acharneront sur eux. Ceci dit je doit soit etre un gros bourge soit un pd car la video de baston entre les mecs de charleking et de boulogne m'a juste fait halluciner.
Quelle connerie ptain ...
Bref, remarque ceci dit chacun ses gouts et entre adultes consentants ils font ce qu'ils veulent, dans les bois ca derange personne ...
Note : -2
Merci Mr Leproux ! Quand on voit la bande d'animaux avec un QI d'huitre sur la vidéo on se demande encore pourquoi ils trouvent étrange leur interdiction de stade ... Je pense que leur intelligence démesurée ne leur a pas permis de comprendre que Holligan est un film et doit le rester !! C'est à cause d'abrutis de la sorte que le football a mauvaise presse !
Dendecuba Niveau : CFA
Note : 3
Sympa l'article pour ceux qui comme moi n'ont jamais mis un pied au Parc. Après c'est subjectif mais je trouve que ces groupes font trop "m'as-tu vu" (cf nom des kops) et sectaire ("groupes montés sur un délire entre pote"). Avec le changement d'envergure du club, c'est un peu la course au kop qui "était là avant t'a vu, nous on es des vrais tellement vrais qu'on vient plus voir les matchs du PSG". So parisien tout ça...
Note : -2
@julien54

Et les abrutis dans ton genre adorent mettre tout le monde dans le même panier. C'est surement ton intelligence démesurée qui déborde.
Très mauvaise idée cet article, une belle source d'insultes et de conflits, merci la redac.
CasimirCDF Niveau : DHR
Note : 3
Ce qui ressort de ce genre d'articles abordant le Parc et ses tribunes, c'est toujours la même chose. Dans les commentaires, on a ceux pour qui c'était mieux avant (ce qui est vrai) et les autres, pour qui tous les abonnés peuplant les virages étaient des barbares avides de sang qui l'ont bien cherché.

Or, il existe tout de même un juste milieu. Oui, il y avait un problème de violence, très rare autour du Parc, et un conflit latent entre Boulogne et Auteuil. Mais non, tous les supporter n'étaient pas adeptes de la castagne et certains venaient simplement encourager leur équipe durant 90 minutes.

Le problème, c'est qu'on a régler le problème de manière disproportionnée. Genre en prenant un lance-flamme pour se débarrasser d'une araignée. Résultat, tout le monde s'est fait viré, et aujourd'hui, si ça chante un peu (toujours les mêmes chants, du genre [le nom du club, on t'encule*, + deux ou trois chants, toujours les mêmes), ça siffle beaucoup, ça se plaint beaucoup, et ça reste passif la plupart du temps.

Alors oui, le Parc c'était mieux avant, oui, c'est mieux aujourd'hui aussi, mais il y avait surement un juste milieu à trouver, qui aurait permis de régler un problème connu depuis le début des années 90 tout en préservant cette ambiance magique qui faisait la légende du Parc.
Hahaha les commentaires Youtube sur la dernière vidéo de l'article (le fight). Que des "Respect aux 2", avec mention spéciale à :
"jeanpaxdve
Belle fight réglo et intense, ce n'est pas avec les gauchistes qu'on pourrait voir ça.
Respect aux deux groupes."

Voilà, ça se passe de commentaires, tous ne sont évidemment pas aussi cons mais même si on se contente d'admirer ce genre d'attitude, on a rien à faire dans un stade de foot. Bon vent les blaireaux.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr
Article suivant
Notorious Bigirimana
3 60