1. //
  2. // Eliminatoires
  3. // Groupe E
  4. // Suisse/Angleterre

La Nati, c'est pour aujourd'hui ou pour demain ?

Forte d'une Coupe du monde réussie, la Suisse veut changer de statut sur l'échiquier du football européen. Et cela commence dès ce soir à Bâle avec la réception de l'Angleterre, adversaire que le peuple suisse estime abordable.

Modififié
6 15
« Si l'on veut faire de nous les favoris, je n'ai aucun problème avec ça. C'est sur le terrain qu'il faudra être à la hauteur. Nous ne craignons pas les Anglais, mais nous les respectons. Depuis vingt ans, la Suisse a su s'attirer la considération, et il est vrai que nous sommes fiers de pouvoir regarder l'Angleterre d'égal à égal. » Vladimir Petković ne s'est pas défilé en conférence de presse. Ses propos auraient pu paraître arrogants il y a encore quelques mois. Aujourd'hui ils traduisent le sentiment collectif en Suisse : la Nati peut rivaliser avec les plus grands. « La Suisse a fait une Coupe du monde intéressante, alors les attentes sont grandes et les supporters attendent quelque chose de bien ce soir » , explique Marc Hottiger, ancien international qui était de la partie en 1994, lorsque la Suisse avait participé au Mondial sous les ordres de l'actuel sélectionneur anglais Roy Hodgson.

Objectif minimum : les quarts de finale en 2016


Sortie après prolongation par l'Argentine au Brésil, la Nati a pris des allures de « perdant magnifique » cet été, mais pour Peter Stadelmann, directeur des équipes nationales suisses, il faut voir plus loin : « On a fêté nos joueurs à leur retour après l'élimination contre l'Argentine. Vous croyez que l'Argentine aurait fait la fête si elle avait perdu contre nous ? L'équipe nationale doit changer de catégorie, atteindre le niveau supérieur. On a vu au Brésil que l'on avait encore une marge de progression. » Au journal Le Matin, le dirigeant suisse a planté le décor, et un objectif concret pour l'Euro : les quarts de finale minimum. Raisonnable ? « Oui, la Suisse doit gentiment être ambitieuse. On est régulièrement dans les compétitions. Si on veut franchir un palier, il faut se fixer des objectifs plus ambitieux » , estime Marc Hottiger, pour qui le potentiel de la Nati est immense, surtout si les talents offensifs s'affirment : « La marge de progression est énorme, Shaqiri n'est pas le seul. On a Xhaka au milieu ou Rodríguez derrière. Ce qui va faire la différence, c'est au niveau offensif : Shaqiri est là, mais Mehmedi et Drmić, vont-ils confirmer au niveau international ? N'avoir que Shaqiri, c'est compliqué pour la Suisse. »

Petites incertitudes pour le court terme, le gardien Diego Benaglio vient de prendre sa retraite internationale, à 31 ans, tandis que Vladimir Petković installe un nouveau schéma, un 4-3-3, pour remplacer l'inamovible 4-2-3-1 d'Hitzfeld. De quoi craindre le pire contre les Trois Lions ? Marc Hottiger : « Je ne crois pas. Hitzfield jouait en 4-2-3-1, Petković jouera en 4-3-3. La seule différence, c'est le triangle du milieu qui sera inversé, c'est-à-dire qu'au lieu d'avoir deux 6 et un 10, on va avoir le contraire. Il garde deux joueurs excentrés pour soutenir l'attaquant... C'est l'animation qui va faire la différence. Je ne dis pas que le changement de système est un détail, mais il ne passe pas à un 3-5-2 avec une défense à trois. » En clair, Petković ne remettra pas en cause les fondements défensifs si durement bâtis sous l'ère Hitzfeld. « On a joué avec Inler et Behrami devant la défense et Xhaka plus offensif. Là, il n'y aura qu'Inler pour couvrir la défense, Xhaka et Behrami un peu plus haut, mais je peux vous garantir que pendant le match, on va voir Behrami à côté d'Inler plus d'une fois. Ce nouveau système est intéressant offensivement, car Behrami aime bien se projeter et Xhaka aime bien venir chercher le ballon plus bas. » Même la retraite de Benaglio n'entame pas le moral de l'ancien joueur d'Everton et Newcastle, bien qu'il admette un coup dur : « Cela fait un petit moment que son remplaçant Yann Sommer est dans le cadre. Avec Bâle, il a joué des matchs de Champions League, il a fait toutes les sélections. C'était l'un de nos meilleurs gardiens en Suisse. On regrette Benaglio c'est clair, mais la Suisse a complètement confiance en Sommer, les joueurs aussi. Ils le connaissent. »

Roy Hodgson se veut prudent


Preuve s'il en est que la Suisse a déjà changé de statut, Roy Hodgson n'a pas fait le fier en conférence de presse, présentant logiquement la Suisse comme son plus dur adversaire dans le groupe E : « Dans un monde idéal, nous aurions choisi de jouer contre la Suisse plus tard. Nous aurions voulu avoir plus de temps pour construire ce groupe, pour intégrer les nouveaux joueurs. » Le sélectionneur anglais sait de quoi il parle, lui qui avait mené les Suisses en huitièmes de finale du Mondial 94, éliminés à l'époque par l'Espagne. Entre la génération des pionniers de 1994 et la jeunesse triomphante de 2014, laquelle est la plus forte ? Pour Marc Hottiger, la réponse ne coule pas de source : « On avait aussi de belles individualités comme aujourd'hui, mais on était mieux fournis devant avec Chapuisat, Knupp, Türkyilmaz, même si lui n'est pas venu au Mondial. Il y avait Grassi, Subiat, Bonvin. On avait un arsenal offensif que la sélection n'a pas maintenant car les attaquants sont encore jeunes. » Malgré tout, l'actuel directeur technique de la Team Vaud, structure appartenant au Lausanne Sport, se veut ambitieux. Pour lui, la génération actuelle doit réaliser un exploit d'ici deux à quatre ans : « Elle doit y arriver à l'Euro 2016 ou au Mondial 2018, car certains de nos cadres sont bientôt au bout. Si on veut que l'amalgame actuel entre jeunes et anciens portent ses fruits, c'est dans les deux saisons qui viennent. » Première marche vers la gloire ce soir ?

Par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Note : 1
plutôt demain, please ?

sinon, Suisse ou pas Suisse, Hodgson a pas trop les moyens de faire le malin, quoi qu'il arrive.

J'y crois, à ce milieu Henderson-Delph-Wilshere !
J'ai jamais compris comment un si petit pays pouvait aussi bien s'en sortir sur l'échiquier du football mondial.


Pour parler de l'Angleterre a part un mental, je ne sais pas ce qui leur manque.
Tu parles des Pays Bas? Parce que la Suisse...
Si on ne considère que la taille du pays et son nombre d'habitants, le nombre de licenciés et l'intérêt réellement accordé au foot (et au sport en général) par la société suisse (très peu d'argent investi dans le sport par rapport à l'argent présent dans le pays, très peu de politique favorable au sport d'élite, etc...), les résultats sportifs obtenus par la Suisse (et particulièrement pour le foot, la situation des sports d'hiver étant un poil différente) sont remarquables.

Maintenant, dans le sport de compétition, il faut toujours viser haut et en Suisse on se satisfait toujours trop vite de défaites honorables car on n'est que des petits Suisses. Nos joueurs doivent forcer leur nature et repousser leurs limites. Surtout maintenant qu'on a une jeune génération qui a encore une grosse marge de progression.

Maintenant, je sais que pour les français c'est plutôt difficile d'analyser la situation sur la seule base du dernier Suisse-France qui doit être le plus mauvais match de la Nati depuis le match au Pays de Galles en 2011.
volontaire82 Niveau : Loisir
D'accord avec Bavarjoie, en ratio taille de pays niveau footballistique personne n'égale les PB..

Sinon je suis vraiment partagé sur la Suisse, c'est compliqué de savoir ce qu'ils valent vraiment je trouve.. ca manque d'un top buteur non ?
La Crampe Niveau : DHR
Message posté par Mr-Duss
J'ai jamais compris comment un si petit pays pouvait aussi bien s'en sortir sur l'échiquier du football mondial.


Grâce aux flux migratoires ! Nos meilleurs joueurs ses vingts dernières années sont d'origines des balkans ou turcs, à l'exception des Müller, Henchoz, Chapuisat et Frei, etc.
Ils apportent une autre mentalité, une volonté de gagner plus forte que celle des Suisses. Les mecs sortent de la guerre, de villages en ruine, de conflits éthiques donc ils ont faim !
Pour 9 millions d'habitants et par rapport à la qualité du championnat national (entre nul et médiocre), la Suisse s'en sort bien, c'est vrai.
steven.mugiwara Niveau : DHR
Message posté par soswiss
Si on ne considère que la taille du pays et son nombre d'habitants, le nombre de licenciés et l'intérêt réellement accordé au foot (et au sport en général) par la société suisse (très peu d'argent investi dans le sport par rapport à l'argent présent dans le pays, très peu de politique favorable au sport d'élite, etc...), les résultats sportifs obtenus par la Suisse (et particulièrement pour le foot, la situation des sports d'hiver étant un poil différente) sont remarquables.

Maintenant, dans le sport de compétition, il faut toujours viser haut et en Suisse on se satisfait toujours trop vite de défaites honorables car on n'est que des petits Suisses. Nos joueurs doivent forcer leur nature et repousser leurs limites. Surtout maintenant qu'on a une jeune génération qui a encore une grosse marge de progression.

Maintenant, je sais que pour les français c'est plutôt difficile d'analyser la situation sur la seule base du dernier Suisse-France qui doit être le plus mauvais match de la Nati depuis le match au Pays de Galles en 2011.


Tout est dit ! Les résultats de la Suisse pour l'investissement qui est somme toute modeste (financier et de la formation) est d'une qualité remarquable !!
Colocolo-de-chile Niveau : Loisir
La suisse un pays de foot ? Laissez moi rire
En ratio niveau footbalistique/taille de pays personne n'égale l'Uruguay, tu voulais dire
Note : 2
Soswiss tu réponds jamais sur ma Coupe du Monde tu es une petite frappe, une balle à blanc en quelque sorte.
@ La Crampe:

Je ne te rejoins pas du tout dans ton analyse. Tout d'abord les meilleurs joueurs originaires des Balkans qui ont fait leurs classes en Suisse ont choisit leur pays d'origine lorsque ceux-ci étaient un minimum compétitif sur la scène international. Pour preuve Rakitic et Petric avec la Croatie ou encore Kuzmanovic avec la Serbie. Dzemaili et Mehmedi ont choisit la Suisse parce qu'ils avaient plus de chances de participer à un Euro ou une CDM qu'avec la Macédoine. Pour les Shaqiri, Xhaka, etc. Ils ont choisit la Suisse car ils avaient plus de chances de jouer un grand tournoi qu'avec l'Albanie, la Serbie c'était hors de question vu les conflits passés et le Kosovo n'a pas d'équipe reconnue à ce jour. Ce sont uniquement les seconds couteaux qui choisissent l'Albanie à l'image d'Abrashi, Kukeli, Taulant Xhaka ou encore Lenjani. Gashi est le seul à avoir éventuellement mérité une chance même si l'horizon semble bouché à son poste avec la Nati. Inler avait quant à lui tenté l'aventure en juniors avec la Turquie en M21 avant d'être oublié selon ses propres dires. Leur choix est donc purement sportif et parce que le challenge est plus intéressant. Quant à Seferovic il pouvait oublier avec Dzeko et Ibisevic, idem pour Drmic ou Gavranovic avec la Croatie qui ne font pas le poids face à Mandzukic et même Jelavic.

Leur attitude corrobore aussi ce que j'avance. Comment expliquer que les chaussures de Shaqiri ou Xhaka soient floquées des drapeaux albanais et kosovars? Comment expliquer qu'ils ne fêtent pas leurs buts face à l'Albanie? Comment expliquer qu'aucun d'eux ne chante l'hymne quand les Sommer, Lichtsteiner, Schär, Von Bergen, etc le chante? Je pense que l'intérêt sportif prime et leur carrière prime sur leur prétendu amour pour leur patrie d'adoption.

En ce qui concerne les joueurs tu vas très vite en besogne. Sutter, Geiger, Wicky, Frei, Vogel, Magnin, Chapuisat, Muller, Knup, Lichtsteiner, etc. (La liste est encore longue) ne sont pas balkaniques et n'ont pourtant rien à envier aux joueurs d'aujourd'hui. Pas un attaquant actuel arrive à la cheville d'un Frei ou d'un Chapuisat. Le meilleur attaquant suisse du moment est Streller mais il a pris sa retraite internationale récemment. En ce qui concerne la combativité cite moi des mecs qui se déchirent plus que Frei, Magnin ou Lichtsteiner dans les joueurs balkaniques? Aucun... Du moins avec la Nati parce que si ils jouaient comme un club alors là oui ça serait une super plus-value.

Les meilleurs résultats de la Nati et les meilleures générations jusqu'à aujourd'hui étaient plutôt avant l'arrivée des Balkaniques. Les deux plus belles générations récentes sont celles de 1994 où on bat la Roumanie 4-1 ou celle de 2006 où là on a vraiment cru à quelque chose jusqu'à la séance de tirs au buts. L'équipe connaît une majorité de joueurs balkaniques depuis 2010 et les résultats sont pas flamboyants... Défaite contre le Luxembourg, le Pays de Galles, le Montenegro, on de fait sortir au premier tour en 2010, on rate l'euro 2012 et on de fait étriller par la France. Certes il y a eu des belles perfs contre l'Allemagne ou l'Espagne mais on est loin du jeu sexy de 1994 ou 2006. Cependant le potentiel est là intrinsèquement, il n'y a pas de doute mais il n'est que très peu utilisé.

Que mon message soit bien compris, je m'en fous pas mal du nom de famille, la couleur de peau ou l'origine des joueurs de l'équipe de Suisse. Tout ce qu'on attend d'eux c'est qu'ils s'arrachent sur le terrain comme ils le font en club et ça on en est encore très loin.

Je trouve vraiment bizarre ce syndrome de toujours voir l'immigré avoir plus de qualités que le mec de souche, de réduire les suisses de souche tout en promouvant la combativité des balkaniques. Et je suis pas suisse à 100%, je le dis vraiment avec le cœur. En suisse il y a des supers joueurs de toutes les origines mais les suisses pas moins que les autres.
Xavlemancunien Niveau : National
Message posté par THFC18
@ La Crampe:

Je ne te rejoins pas du tout dans ton analyse. Tout d'abord les meilleurs joueurs originaires des Balkans qui ont fait leurs classes en Suisse ont choisit leur pays d'origine lorsque ceux-ci étaient un minimum compétitif sur la scène international. Pour preuve Rakitic et Petric avec la Croatie ou encore Kuzmanovic avec la Serbie. Dzemaili et Mehmedi ont choisit la Suisse parce qu'ils avaient plus de chances de participer à un Euro ou une CDM qu'avec la Macédoine. Pour les Shaqiri, Xhaka, etc. Ils ont choisit la Suisse car ils avaient plus de chances de jouer un grand tournoi qu'avec l'Albanie, la Serbie c'était hors de question vu les conflits passés et le Kosovo n'a pas d'équipe reconnue à ce jour. Ce sont uniquement les seconds couteaux qui choisissent l'Albanie à l'image d'Abrashi, Kukeli, Taulant Xhaka ou encore Lenjani. Gashi est le seul à avoir éventuellement mérité une chance même si l'horizon semble bouché à son poste avec la Nati. Inler avait quant à lui tenté l'aventure en juniors avec la Turquie en M21 avant d'être oublié selon ses propres dires. Leur choix est donc purement sportif et parce que le challenge est plus intéressant. Quant à Seferovic il pouvait oublier avec Dzeko et Ibisevic, idem pour Drmic ou Gavranovic avec la Croatie qui ne font pas le poids face à Mandzukic et même Jelavic.

Leur attitude corrobore aussi ce que j'avance. Comment expliquer que les chaussures de Shaqiri ou Xhaka soient floquées des drapeaux albanais et kosovars? Comment expliquer qu'ils ne fêtent pas leurs buts face à l'Albanie? Comment expliquer qu'aucun d'eux ne chante l'hymne quand les Sommer, Lichtsteiner, Schär, Von Bergen, etc le chante? Je pense que l'intérêt sportif prime et leur carrière prime sur leur prétendu amour pour leur patrie d'adoption.

En ce qui concerne les joueurs tu vas très vite en besogne. Sutter, Geiger, Wicky, Frei, Vogel, Magnin, Chapuisat, Muller, Knup, Lichtsteiner, etc. (La liste est encore longue) ne sont pas balkaniques et n'ont pourtant rien à envier aux joueurs d'aujourd'hui. Pas un attaquant actuel arrive à la cheville d'un Frei ou d'un Chapuisat. Le meilleur attaquant suisse du moment est Streller mais il a pris sa retraite internationale récemment. En ce qui concerne la combativité cite moi des mecs qui se déchirent plus que Frei, Magnin ou Lichtsteiner dans les joueurs balkaniques? Aucun... Du moins avec la Nati parce que si ils jouaient comme un club alors là oui ça serait une super plus-value.

Les meilleurs résultats de la Nati et les meilleures générations jusqu'à aujourd'hui étaient plutôt avant l'arrivée des Balkaniques. Les deux plus belles générations récentes sont celles de 1994 où on bat la Roumanie 4-1 ou celle de 2006 où là on a vraiment cru à quelque chose jusqu'à la séance de tirs au buts. L'équipe connaît une majorité de joueurs balkaniques depuis 2010 et les résultats sont pas flamboyants... Défaite contre le Luxembourg, le Pays de Galles, le Montenegro, on de fait sortir au premier tour en 2010, on rate l'euro 2012 et on de fait étriller par la France. Certes il y a eu des belles perfs contre l'Allemagne ou l'Espagne mais on est loin du jeu sexy de 1994 ou 2006. Cependant le potentiel est là intrinsèquement, il n'y a pas de doute mais il n'est que très peu utilisé.

Que mon message soit bien compris, je m'en fous pas mal du nom de famille, la couleur de peau ou l'origine des joueurs de l'équipe de Suisse. Tout ce qu'on attend d'eux c'est qu'ils s'arrachent sur le terrain comme ils le font en club et ça on en est encore très loin.

Je trouve vraiment bizarre ce syndrome de toujours voir l'immigré avoir plus de qualités que le mec de souche, de réduire les suisses de souche tout en promouvant la combativité des balkaniques. Et je suis pas suisse à 100%, je le dis vraiment avec le cœur. En suisse il y a des supers joueurs de toutes les origines mais les suisses pas moins que les autres.


Mouais, faut pas oublier non plus la traversée du désert entre 1994 et 2006 avec seulement deux euros où on se fait étriller. Et je trouve par exemple Shaquiri bien meilleur avec la Suisse où il assume pleinement sont rôle de patron/leader technique qu'avec le Bayern.

Cette génération a un réel potentiel, il manque simplement, comme dit plus haut, d'un véritable tueur devant comme pouvait l'être Frei. Seferovic ? Il a jamais réussi à s'imposer en club, et sans marquer régulièrement il pourra jamais le faire en sélection. Gavranovic ? Faudrait qu'il franchisse enfin un pallier et qu'il aille marquer ailleurs qu'en Suisse. Frey ? On va voir ce que ça va donner à Lille mais en tout cas j'y crois, surtout après le départ de Kalou pour moi il est loin d'être inférieur à Origi. Mehmedi ? A Freiburg il joue dans une attaque à deux têtes et je le vois mal devenir buteur régulier pour la Nati. Il a l'air d'être en passe de s'imposer dans le couloir gauche et paraît assez complémentaire avec Rodriguez (ils ont joué ensemble Zurich). Emeghara ? En joker pour dynamiter une défense en fin de match ça pourrait le faire, il lui faudrait quand même un club.

Reste le mystère Drmic. 17 buts avec Nuremberg en Bundesliga, des vrais buts de tueur en amical, mais il se chie toujours dessus quand ça compte vraiment (son ridicule ballon piqué contre l'Argentine, son raté de ce soir). En plus de ça il joue maintenant les doublures de Kiessling à Leverkusen, c'est assez inquiétant. J'espère qu'il nous fera pas une Bunjaku parce qu'on en a vraiment besoin.

Par ailleurs je me fais un peu de soucis pour la suite. Cette génération est jeune, elle surfe sur la victoire des M17 en coupe du monde et la finale de l'euro des M21, mais derrière y'a pas grand monde. On vient d'ailleurs de foirer les qualifs pour le prochain euro M21. A part Frey la suite manque cruellement de talent, on verra ce que ça donne...
Marek Jenculovski Niveau : Loisir
Un Suisse qui parle football... Comme c'est mignon... Combien vous avez mangé déjà ? 5-2 ? 6-2 ? 4-1 ?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
6 15