1. // Euro 2012
  2. // Groupe C
  3. // Italie/Irlande

La méthode Prandelli en question

Avant le début de l’Euro, Cesare Prandelli faisait l’unanimité. À quelques heures d’une possible élimination de l’Italie dès les phases de poule, ses méthodes sont pour la première fois discutées. Explications.

Modififié
0 30
Cesare Prandelli fait partie de ces rares entraîneurs respectés de tous en dépit d’un palmarès inexistant ou presque. Un tournoi de Viareggio en 1993, un championnat de Serie B en 1999. Le reste, ce sont des récompenses individuelles, une aventure passionnée avec la Fiorentina et une vision quasi-utopique du football. À peine avait-il endossé son costume de sélectionneur de la Nazionale, en juillet 2010, qu’il posait les bases de son mandat : « Obtenir des résultats n’est pas la priorité. La priorité, c’est de rapprocher l’équipe des gens.  » Mais Prandelli l’Italien le sait mieux que personne et il le dit sans peine : « Un bon entraîneur est un entraîneur qui gagne.  » Or, depuis le début de l’exercice en Ukraine-Pologne, l’Italie n’a pas encore gagné un seul match et pourrait quitter prématurément la compétition dès ce soir.

27 buts en 21 matchs

Le temps des excuses n’est pas encore venu, d’autant plus que l’Italie n’est pas encore éliminée et qu’elle peut parfaitement se qualifier (après tout, elle a encore son destin entre ses mains). Si, par malheur, les choses devaient mal tourner, on pourra convoquer les blessures, le scandale des paris truqués, le 3-5-2 inédit aligné avec De Rossi en défense central par manque d’alternative lors des deux premiers matchs. Mais rien n’est fait, et c’est encore la vérité du terrain qui prévaut. Au centre des critiques, l’attaque et une donnée : cela fait sept mois que l’Italie n’a pas gagné. Hasard ou réalité scientifique, la dernière victoire était en Pologne, 2-0 (Pazzini et Balotelli). Dans son édition de samedi, la Gazzetta dello Sport écrivait: «  l’Italie de Prandelli essaie de se sentir belle comme l’Espagne, mais risque de se découvrir stérile dans la zone de vérité comme le Portugal.  » De fait, l’Italie de Prandelli ne marque pas beaucoup. Depuis sa prise de fonction, elle affiche seulement 27 buts en 21 matchs. Le plus bas taux pour un sélectionneur italien, moins que d’autres qui préconisaient un jeu plus frileux. Pour quelqu’un qui répète, dès qu’un micro se tend, son amour pour un football offensif et qui souhaite toujours attaquer avec «  quatre ou cinq joueurs  » , c’est peu.

Entraîneur de club ou de sélection?

C’est ce hiatus entre le discours théorique et le résultat sur le terrain qui soulève des interrogations, malgré un jeu au demeurant plaisant. Les méthodes de Prandelli, basées sur l’écoute et l’échange quotidiens, peuvent-elles s’appliquer en sélection avec des joueurs qu’il ne réunit que peu de fois par an ? Avant le début de la compétition, lors d’une conférence de presse à Rome, l’ancien coach de la Viola avouait d’ailleurs que la régularité dans le travail lui manquait beaucoup. Pour autant, le fonctionnement est le même. Cette semaine encore, il a laissé la parole à ses joueurs pendant plus d’une heure, pour écouter ce qu’ils avaient à dire et l’a répété : il ne prendra jamais une décision avec laquelle ses ouailles ne seraient pas d’accord. Démocratie dans le football ou manque de convictions ? Voilà les questions que se posait une partie de la presse italienne ce week-end. Tout en se demandant si le manque de réalisme des attaquants italiens ne découlait pas également des choix du commissaire technique et de sa trop grande gentillesse - ne faut-il pas une certaine méchanceté pour transformer ses attaquants en véritables tueurs ?

Plusieurs écoles de pensée s’affrontent. Il y a ceux qui considèrent que Balotelli n’est pas encore prêt et qu’il fallait associer Di Natale à Cassano dès le départ. D’autres estiment, en revanche, que Mario est excellent, qu’il faut arrêter de le traiter comme un enfant - ce que fait Prandelli qui répète toujours que « Mario est jeune » - et que Cassano, de toute façon, est trop juste physiquement. Ceux-là n’ont pas compris la sortie de l’attaquant de City contre la Croatie et rêveraient de voir Super Mario associé à Di Natale (quitte à faire entrer Cassano pour les 30 dernières minutes). A priori, Di Natale et Cassano débuteront la recontre de ce soir. Hier, en conférence de presse, Cesare Prandelli l’a assuré dur comme fer : il n’y aura pas de match nul contre l’Irlande. En cas d’élimination ? « Je prendrais mes responsabilités.  » Une victoire avec la manière, doublée d’une qualification, permettrait de remettre les compteurs à zéro et d'effacer les doutes.

Lucas Duvernet-Coppola, à Rome
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Faudrait plus qu'une victoire sur l'Irlande, même avec la manière, pour effacer les doutes.
Scotch_OMsoccer Niveau : Loisir
bien d'accord avec Trap

c'est l'heure des comptes et Prandelli va devoir s'expliquer parce que son équipe "qui produit du jeu" est pas foutue de taper les croates et va surement se chier* dessus contre l'Irlande

déjà que c'était pas folichon pour les qualifs mais là, on touche le fond

y avait peut-être mieux à faire que sucer la Juve et répliquer son équipe sur le terrain nan?

et puis qu'il aille se faire mettre avec sa sympathie et son code éthique à la con* là : on te demande de construire une équipe solide, pas un des clubs de scouts!
Soyons indulgents avec Cesare.

Il n'a pas la chance de pouvoir faire reposer son jeu sur l'identité de jeu d'un club, comme c'est le cas en Espagne ou en Allemagne.
Il doit pratiquement tout construire à 3 semaines de la compétition. Donc le résultat est forcément un peu aléatoire, et dépend surtout du talent et de la forme de ses joueurs le jour J. C'est la même chose pour la France, l'Angleterre, le Portugal etc.

Ces sélectionneurs bricolent et font ce qu'ils peuvent, il ne faut pas les rendre responsables de tout.
"Elle a son destin entre les mains" il me semble pourtant que non, un nul 2-2 dans l'autre match les condamne.
Plasil Power Niveau : CFA
Une qualification reste malgré tout très probable ce soir. Pour être éliminé il faut que l'italie gagne 2/0 max et que la croatie tienne le nul face à l'espagne. Les croates sont meilleurs que l'italie sur ce début de compet mais je pense que l'espagne va envoyer les italiens en 1/4. A moins que les irlandais ne mettent tout le monde d'accord avec un Trap qui élimine à l'orgueil son pays? Peu probable, tout comme l'élimination de l'espagne suite à une victoire des italiens et des croates...
Bref, cette dernière journée du groupe C s'ouvre avec beaucoup de suspens mais risque bien de connaître un dénouement attendu avec la qualif des deux "favoris"...
Note : 3
Il faut comprendre Prandelli, il n'avait pas beaucoup de choix en matières d'attaquants au départ. Pazzini et Matri en petite forme (ou carrément surfaits, va savoir) et laissés à la maison, Rossi blessé, Borini inexpérimenté... Si on regarde le classement des buteurs en championnat, 3 italiens dans les 10 premiers et Prandelli en a sélectionné 2.

La préparation à l'Euro a été très légère, un match annulé, il ne restait que la rencontre contre les Russes pour tenter des associations (et on a vu ce que ça a donné en deuxième mi-temps).

Ce que Prandelli va tenter ce soir, ce sera forcément un coup de poker. Il ne peut pas faire jouer la Nazionale avec Di Natale à la place de Balotelli sans changer de schéma tactique, Toto n'a pas le poids physique de Mario et se rapprocherait plus de Cassano. Du coup, ça vaudrait sans doute le coup de débuter avec Di Natale et Balotelli.
Dendecuba Niveau : CFA
Plutôt d'accord avec vos coms, je rajouterai que pour une fois que l'Italie décide de produire du (beau) jeu, elle se retrouve en difficulté la faute à cette fichue crise de butophobie aiguë (Mario elle est pour toi); Malgré tout elle passera ce soir, je suis même prêt à prendre les paris (sans mauvais jeu de mots). A ce soir donc...
Je ne pense pas quand même que les Espagnols joueront le 2.2, trop de risque de prendre un contre en fin de match qui pourrait les éliminer. Que la squadra gagne déjà son dernier match sera une bonne chose, après on parlera.
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
les gars je voudrais pas me fâcher avec tout le monde mais je lis beaucoup de choses infondées dans les commentaires...

@Scotch: "dans les qualifs c'était pas folichon"? Bah je sais pas ce qu'il te faut alors, 8 victoires et deux nuls en 10 matchs, 10 points d'avance sur le deuxième, une qualif tranquille, du jeu, de la vitesse, de la possession de balle, la meilleure défense des qualifs... Bref des qualifs comme on en voit peu en Italie...

@Calmos: "il n'a pas la chance de pouvoir faire reposer son jeu sur l'identité de jeu d'un club"?
C'était justement ça le gros avantage de Prandelli, c'était de pouvoir compter sur la superbe saison des juventini pour copier leur système. Et c'est ce qu'il a fait en mettant en place le 3-5-2, seulement pas de chance, Barzagli s'est blessé, ce qui a affaibli et la défense et le milieu(De Rossi repositionné défenseur) et tout comme à la Juve il n'y a pas de tueur devant le but capable de mettre les occasions au fond.
Résultat des comptes, on crée 10 occases par match pour mettre un but et ça ce n'est pas digne de la Nazionale.


@Plasil: "les croates meilleurs que les italiens sur ce début de compet"
Non, je n'ose pas lire ça, sur le plan du jeu et des occases créées y a pas photo entre les deux sélections... les Croates ont quand même été bien courts techniquement et collectivement face à l'Italie, une occase et un but qui plus est marqué en fin de match lorsque les italiens étaient à la ramasse physiquement. Ils sont réalistes d'accord mais de là à dire qu'ils ont été meilleurs ou qu'ils ont montré plus de choses, ça va trop loin... Leur jeu est quand même bien simpliste, on balance sur les deux tours de devant et on attend un exploit de Mandzukic ou une erreur de la défense(comme face à l'Italie).


Je trouve qu'on est très durs avec Prandelli, le jeu est là, les occases aussi, ne reste plus qu'à les mettre au fond... le plus gros problème finalement c'est cet énorme déficit physique à partir de la 70ème minute, comment peut-on s'effondrer à ce point? Et ça ce n'est pas dû aux démérites de Prandelli, allez plutôt chercher le coupable du côté de la fédération italienne...
Ne pas emmener de veritable attaquant de pointe capable de marquer de la tete (Pazzini et Matri), pour ensuite faire jouer 2 joueurs de couloirs qui sont sensés faire des centres n'as pas de sens... Balotelli n'est pas exceptionel de la tete, Cassano et Di Natale n'en parlons pas.

Et comme ailier pourquoi avoir pris Giaccherini (remplaçant à la Juve) et non pas Pepe (titulaire à la Juve) ou Schelotto qui a fait une tres bonne saison à l'Atalanta...

Bref de très mauvais choix, que lui meme reconnait implicitement en mettant finalement un 4-3-1-2 (semblerait-il) contre l'Irlande...
Ce systeme de jeu aurait permis de faire evoluer De Rossi au milieu et non pas releguer en defense, et pourquoi pas tester Diamanti (tres bon cette annéee) derrière 2 attaquants qui pouvaient etre Di Natale, Balotelli ou Cassano...


L'italie devrait prendre un entraineur indiscutable en selection, qui a deja gagné des titres, un Capello, Mancini...
Malheureusement, la majorité des articles sont basés sur la perf du dernier match, CR7 était nullissime jusqu'à hier, il est maintenant génial, et pour peu qu'il rate un autre match, on va décréter qu'il est nul.
Pareil pour Prandelli, on a crié au génie après le grand match face à l'Espagne puis on l'enterre après la Croatie, moi j'aime bien cette équipe d'Italie joueuse et finalement plus humaine.
Je ne vois pas l'Espagne jouer avec son sort, ils vont jouer la gagne surtout qu'ils veulent s'assurer la première place du groupe sans risques, du coup je vois bien l'Italie passer, après c'est juste un pronostic qui vaut ce qu'il vaut.
Mais monsieur Prandelli a à mon avis fait un bon travail de fond qui ne paiera peut-être pas cette année, mais qui force le respect à mon avis.
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
Note : 1
100% d'accord avec Re David
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
faudrait pas oublier que Prandelli a tout reconstruit de zéro après 2010... Et là on dit merci Lippi de ne pas avoir permis la transition générationnelle.

Il est parti de très bas, en prenant une équipe extrêmement vieille, lente et sans collectif. Il en a fait une équipe jeune, rapide et avec un collectif...Il a même ajouter une bonne défense(et oui parce qu'en 2010 ça passait de partout)

On le savait qu'on ne gagnerait pas cette année, mais avec les bases qu'a construites Prandelli, si on y ajoute un vrai buteur et une préparation physique digne de ce nom, je vois pas comment on pourrait rater le mondial 2014.

Et puis dans deux ans avec les Borini, Destro, Immobile, El Sharawii, Gabbialdini, Paloschi, Macheda, y en aura bien un qui aura explosé. (Voire deux ou 3).
Note : 1
C'est pas juste pour rendre la politesse à maxlojuventino, mais son dernier commentaire rappelle judicieusement que Prandelli a depuis deux ans fixé son objectif à la CDM 2014 et on était tous d'accord pour autant que je me souvienne pour reconnaître que c'était raisonnable et alléchant.
Après, on a eu la bonne surprise de voir la Nazionale progresser rapidement et on a pensé que c'était déjà jouable pour l'Euro (au fond, je le pense toujours). Un peu comme la Juve qui a brûlé les étapes de sa convalescence.

Donc là, on cause, on s'encourage en rappelant l'année dernière ou on s'auto-flagelle en rappelant celle d'avant, mais il faut reconnaître qu'on ne pourra y voir clair sur Prandelli et son effectif qu'après le match de ce soir.
Le cliché "après c'est une autre compétition qui commence" vaut ce qu'il vaut, mais concernant l'Italie de toujours il n'a jamais été plus fondé.
S'il se fait pas virer à la suite de l'euro pour mauvais résultats, oui j'imagine que l'Italie sera prête en 2014.

Néanmoins le système de Prandelli comme celui de la Juve cette année repose sur Pirlo. Du moins c'est ce que j'ai compris en lisant les résumés des matchs la vieille dame cette saison (je ne regarde que les matchs de la roma et parfois du milan). Or en 2014, pirlo aura 35 ans..j'appréhende.
D'autant que j'attends toujours l’avènement d'un grand-et jeune- buteur italien..
@Maxlejuventino:

On s'est mal compris. Certes la Juve a une influence certaine sur la Nazionale actuelle, mais ce n'est pas comparable avec les relations Barça-Espagne et Bayern-Allemagne.
Il n'y a pas "identité de jeu"

A la limite, je serais d'accord pour dire que l'Italie joue comme la Juve quand elle n'a pas le ballon. Mais avec le ballon, le jeu repose sur Pirlo + les éventuelles différences individuelles que peuvent faire les attaquants. Or les attaquants ne viennent pas de la Juve, et Pirlo a toujours eu le même rôle en équipe nationale, même quand il jouait au Milan.
Scotch_OMsoccer Niveau : Loisir
on sait que ca prend du temps et je suis d'accord pour dire que l'Italie (comme la France d'ailleurs) sera vraiment mûre pour 2014

mais enfin, après l'humiliation du mondial où l'Italie n'a pas tenu son rang (et son titre donc), on est en droit d'attendre un minimum de sérieux pour la suite.
Et la suite c'est maintenant : arrêtez de trouver des excuses à Prandelli, il savait très bien ce qui l'attendrait en prenant la sélection.

oui ok, Lippi a merdé* et est d'ailleurs le 1er à le reconnaître mais Lippi c'est quand même une coupe du monde donc ca force un peu le respect.
L'autre n'a RIEN prouvé à ce stade : qualifier l'Italie pour un Euro, c'est quand même un minimum, pas un palmarès...

Je ne le juge pas trop vite cela dit et reconnaît son travail de fond. Simplement, si l'Italie est éliminée ce soir, va falloir nous donner des explications, c'est tout.


Après y a le problème de l'effectif et des absents : c'est sûr que croire que Cassano et Balotelli vont te gagner un euro, c'est se mettre un doigt

sans déconner, ces 2 branleurs*, faut être con* pour croire qu'ils vont passer des défenses de grosses sélections : c'est des gamins!
je les aime bien, vraiment, mais ils ont des gueules de remplaçant...

faut croire qu'on est vraiment à la dech niveau attaquant pour les aligner. Dommage...
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
Note : -1
C'est vrai que l'après Pirlo risque d'être compliqué, pour le mondial 2014 il faudra prier pour qu'il soit toujours là et qu'il ne se blesse pas. Son âge ne me parait pas inquiétant étant donné que son jeu ne repose pas sur sa vitesse propre, ni sur de fulgurantes accélérations, mais sur la technique, la vision de jeu et le jeu de passe, or ce sont des qualités qui ne se perdent pas quelque soit l'âge...
Je pense qu'il peut encore être au top pendant deux ans.

D'autant qu'il fera comme tout le monde avant un mondial, il va se reposer et faire semblant qu'il est blessé toute la saison(cf: zidane 2006)... L'arrivée de Verratti en 2013(déjà conclue) lui facilitera la tâche d'ailleurs.


P.S: Pour le buteur, on sait tous que Balotelli ne restera pas un éternel espoir, il va forcément exploser à un moment ou un autre. Ce n'est qu'une question de temps. Et là ce sera une vraie boucherie pour les défenses adverses... Qui sait peut-être que dès ce soir il aura rangé cette étiquette de côté, espérons le!

N'oubliez pas que les Inzaghi, les Vieri, les Toni, ne sont pas devenus les meilleurs buteurs de la planète dès leur plus jeune âge, ils ont attendu d'avoir 24-25 ans avant d'exploser définitivement... Balotelli vient d'avoir 21 ans...
Note : -1
Laissons travailler Prandelli dans la sérénité.
Matchs de préparations tronqués, effectif correct sans être exceptionnel, bons matchs contre l'Espagne et Croatie dans l'ensemble avec un Balotelli HS.
Le bilan est pas mauvais c'est pas l'Italie de 2006 faut ouvrir les yeux : Cannavaro, Zambrotta, Gattuso, Camoranesi, Inzaghi, Nesta c'est fini.
Je trouve qu'il essaye de tirer le maximum de son effectif et ses choix sont plutot cohérents.
Devant de toute façon Borini est trop jeune et Giovinco c'est pas un vrai 9 et je le trouve assez limité donc il reste que 3 noms.
Cassano plutot passeur que buteur, Balotelli inclassable et Di Natale 9 (pas le même profil que Cassano je sais plus qui disait ça mais c'est faux).
Que tu en mettes 1 ou 2 de cette liste ça change ta façon de jouer car c'est 3 profils différents donc pas évident de s'adapter.
Je pense que Cassano et Di Natale sont complémentaires et peuvent cohabiter devant.
Sur le choix des attaquants, qui aurait pu prendre d'autre Prandelli ? Pazzini, Matri, El Shaarawy, Amaury... ? Tous une bonne raison de pas les prendre.

Quelque soit le résultat de l'Italie à l'Euro il faut garder Prandelli et le laisser construire son équipe pour 2014.
Le bilan est pas mauvais c'est pas l'Italie de 2006 faut ouvrir les yeux : Cannavaro, Zambrotta, Gattuso, Camoranesi, Inzaghi, Nesta c'est fini.
Sur le choix des attaquants, qui aurait pu prendre d'autre Prandelli ? Pazzini, Matri, El Shaarawy, Amaury... ? Tous une bonne raison de pas les prendre.
Ben voilà, deux ou trois phrases qui résument parfaitement la situation.
J'ajouterai juste que j'aimerais bien voir de temps en temps une photo ou Cassano ne se marre pas, histoire de me dire qu'il pense plus à jouer qu'à faire le c*n.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Khedira le taulier
0 30