1. //
  2. // Départ de Ranieri
  3. // Billet d'humeur

La meilleure option

Le licenciement de Claudio Ranieri suscite une vague d’émotions et de réactions impressionnante depuis la semaine dernière, au motif que cette décision serait choquante. Vraiment ?

Modififié
Il y a quelque chose de l’ordre de l’indignation facile, voire du populisme, dans les commentaires qui ont suivi le licenciement de Claudio Ranieri à Leicester. «  Comment peut-on traiter de la sorte l’entraîneur qui a mené une équipe à réaliser l’un des plus grands exploits de l’histoire du football ?  » entend-on en boucle. La réponse est pourtant on ne peut plus simple : tout simplement parce que l’homme qui a mené Leicester au titre de champion d’Angleterre au terme d’une épopée extraordinaire – le mot est faible – est aussi celui qui les a menés aux portes de la relégation à l’entame du dernier tiers de la Premier League. Un certain discours voudrait qu’enchaîner un titre avec une descente fasse rentrer encore un peu plus le club dans les annales, renforce la légende et rende l'histoire encore plus belle. Personne ne doute ni même ne nie que cela conférerait à l’aventure du LCFC un romantisme certain, de ces histoires qui font le fameux sel du football depuis toujours.


Mais Leicester, 17e le jour du divorce avec Ranieri, n’a pas vraiment le luxe de s’épancher dans le romantisme. Quel club aujourd’hui, en 2017, peut se permettre d’aller tranquillement dans le mur sous prétexte qu’il vient de réaliser le plus belle saison de son histoire ? Pourquoi, à l’heure du foot business et du culte du résultat, Leicester devrait-il être le seul club au monde à s’affranchir de la règle que tout le monde a fini par intégrer et qui veut que l’entraîneur soit le premier des fusibles ? Que devaient faire les dirigeants de Leicester, alors : virer les joueurs ? Prier pour que Mahrez retrouve ses dribbles, que Vardy se remette à marquer sur chaque demi-volée, que Nampalys Mendy se découvre le volume de jeu de Ngolo Kanté en quelques semaines ? Attendre et espérer sans rien faire que l’équipe retrouve le feu sacré qui lui faisait prendre 10 points par mois il y a un an ? Qu'on se le dise, à ce moment de la saison, il n'y avait pas de meilleure option pour Leicester que de se séparer de son héros d'hier.

La responsabilité du héros


Aussi dur que cela puisse paraître et malgré toute la sympathie que mérite Claudio Ranieri, un titre ne donne pas tous les pouvoirs à un entraîneur. Il ne peut pas y avoir deux poids deux mesures : le technicien loué hier pour avoir sublimé une équipe – visiblement – moyenne ne peut pas être exonéré des failles qu’elle présente aujourd’hui. L’exploit restera pour toujours, mais pour l’heure, il est un lointain souvenir pour une formation qui a pris un point en deux mois, s’est fait éliminer par Millwall, un ogre de troisième division, en Cup et tourne à 0,7 but par match en 2017. Et si les joueurs sont forcément coupables de leurs piteuses performances, Claudio Ranieri y est évidemment pour quelque chose : n’attend-on pas d’un entraîneur qu’il sache remobiliser ses troupes dans les moments durs ? Qu’il trouve une vraie solution, au moins tactique si elle n’est technique, pour pallier le départ de Ngolo Kanté ? Qu’il fasse redescendre ses « stars » , Mahrez et Vardy en tête, de leur nuage ? Qu’il sorte son effectif de l’incroyable gueule de bois dans laquelle il patauge depuis mai dernier ?

Le « contre-coût »


L’important aujourd’hui pour Leicester, en tant que club, n’est pas de contempler son histoire, fût-elle récente, mais d’assurer ni plus ni moins que sa survie en Premier League. C’est le dur principe de réalité : pour un club qui fonctionne comme une entreprise, une relégation est une catastrophe économique. Au-delà du défi particulièrement compliqué que représenterait une remontée dans l’élite, surtout en Angleterre (Aston Villa, QPR, Wigan, Blackburn et bien d’autres peuvent en témoigner), une relégation signifierait probablement un exode des joueurs phares du club, des joueurs qui auraient pu se vendre à prix d’or il y a six mois et qu’il faudra brader dans trois. Moins de droits télé, moins de sponsors, moins d’investissements, moins de recettes en général... Une relégation serait aussi synonyme de nombreux sacrifices internes : certains clubs rodés à la lutte pour le maintien budgétisent les conséquences d’une descente en fin de saison, mais un club champion comme Leicester tombera forcément de haut, et devra faire un gros ménage en coulisses, dans les effectifs de son secteur administratif, de son service com’, à la cantine... Autant de « petites mains » qui ont partagé la joie du titre, mais qui auront de vraies raisons de s’indigner s’ils devaient payer les conséquences d’une relégation acceptée sans broncher et par pur romantisme.

Sauver le navire


Bien sûr, le timing semble bancal : pourquoi ne pas s’être séparé de Ranieri à la trêve ? Pourquoi ne pas avoir attendu le huitième retour face à Séville en Ligue des champions, où les Foxes conservent toutes leurs chances de qualification en quarts de finale ? Oui, c’est triste pour Claudio Ranieri, lui qui avait déjà été évincé de façon au moins aussi brutale de Chelsea en 2004 ou de Monaco en 2014 alors que ses équipes sortaient de très belles saisons. Mais qui s’est ému de l’éviction de José Mourinho en décembre 2015 alors que ses Blues pointaient dangereusement à un point de la zone de relégation quelques mois après avoir soulevé leur premier titre de champion depuis 2010 ? Personne, parce que Chelsea avait tout simplement besoin d’essayer autre chose pour ne pas regarder le navire couler. Pourquoi en serait-il autrement à Leicester ? Avec le recul, Claudio Ranieri aurait sans doute mieux fait de négocier une séparation dès l’été dernier, au lendemain d’un exploit que personne n’oubliera jamais. Mais c’est bien connu, les entraîneurs ne partent pas. Ils attendent toujours qu’on les pousse dehors, avec le chèque qui va bien. Cela date de la nuit des temps. Pas du 21 février 2017.

Par Pierre Maturana
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Note : 4
<imr src="http://img-9gag-fun.9cache.com/photo/aBWW7QP_700b.jpg" width="100%">
Gunner's Dude Niveau : CFA
Alors je sais que c'est pour la blague (assez drôle d'ailleurs) mais en même temps la comparaison avec ses 2 collègues fait comprendre pourquoi AW n'a pas subi le même sort : il a su éviter tout effondrement, maintenant à chaque fois son club dans le top 4. C'est peut-être pas l'exploit le plus impressionnant qui soit, mais c'est une performance qui mérite d'être soulignée et qui peut justifier (partiellement) son maintien.
Note : 2
Tout depend à qui tu veux plaire.. Je pense que tous les gooners auraient volontier accepté de finir 4 ou 5 fois en milieu de tableau contre un titre de champion
Gunner's Dude Niveau : CFA
Je suis complétement d'accord - et je suis dans ce cas là aussi. Je disais juste que l'échec n'était pas suffisamment cuisant pour rendre le licenciement inévitable et que, par conséquent, on pouvait difficilement comparer les cas Ranieri/Mou avec celui d'AW.
Ce commentaire a été modifié 2 fois.
Ecoute, je te dirais que l'image qu'a AW peut encore etre sauvée. Mais si il prolonge, rien ne changera et je pense qu'on arrivera à un point de non retour avec la sensation d'un echec cuisant pour le coup (pour ceux qui resistent encore dont moi meme). Perso l'attente est intenable mais je pense qu'on se dirige vers un nouveau contrat. Apres les gens te ressortent toujours le cas fergie avec la suite desastreuse qui s'attenue aujourd'hui. Mais tout le monde a besoin de voir quelque chose. Y'aura pas de mec ideal pour reprendre Arsenal. Löw j'aurais adoré, mais Pulis ou Karanka je prends volontier.
Et finir dans le ventre mou sans titre et galérer toute leur vie comme Liverpool, ils auraient préféré ?
Alceste Poquelin Niveau : Ballon d'or
@Gunners

Heureusement qu'Arsenal s'est jamais effondré comme Leicester. Arsenal a jamais eu une équipe aussi limité que les Foxes. Ni le même budget et la même concurrence.
6 réponses à ce commentaire.
Gunner's Dude Niveau : CFA
Note : 1
Du "populisme", carrément. Voilà un mot bien choisi pour un billet qui veut nuancer ce qu'il considère comme des excès.
En soi, le licenciement de Ranieri (qui semblait sans imagination tactique, incapable de se renouveler par rapport à l'année dernière) ne me choque pas. Mais faut quand même être précis. La comparaison avec les Blues du Mou est complétement bancale: d'un côté on a la contre-performance d'un club majeur, de l'autre une équipe qui revient d'une performance majeure et qui fait, cette saison, un championnat dans la lignée de ceux qui avaient précédé l'année du titre.
Et puis, si les réactions sont disproportionnées, c'est qu'il y avait quelque chose de romantique dans cette équipe. J'étais de ceux qui, versant, certes, dans l'irrationnel le plus complet, se mettait à rêver d'une CL remportée par Ranieri, quitte à payer cet improbable exploit par une probable relégation. C'est ce "comte de fée" à laquelle met fin le licenciement de Ranieri, c'est ce doux rêve qui vient d'être happé par la plus brutale des réalités : le licenciement pour mauvaises performances. Ce n'est pas injuste, ce n'est pas tragique mais c'est un peu triste (et ça n'a rien, mais alors rien de "populiste").
mara donna des frissons Niveau : CFA
Super bien résumé, à joie irrationnelle , déception irrationnelle.
Surtout que lorsqu'on parle de populisme il y a souvent l'idée d'un affrontement entre peuple et élite, et Leicester a réussi le tour de force qu'au contraire tout le monde s'était réjoui de son succès.
1 réponse à ce commentaire.
Georgesleserpent 2.0 Niveau : Ligue 2
Note : 2
Cette décision n'est pas choquante, elle est logique.
Y a vraiment des mecs qui pensent qu'il faudrait applaudir continuellement Ranieri jusqu'à ce qu'il les emmène en D2 ?
Par contre, il est vrai que le virer juste avant le retour face à Séville, c'est pas très malin.
Ils descendront avec ou sans lui, c'est écrit. Alors autant le garder.
Je suis d'accord avec l'auteur, et donc toi. Sauf pour la double-confrontation face à Séville. A mon avis ça ne rentre pas en ligne de compte, l'essentiel étant la Premier League. Et je pense que vu l'écart entre Séville et Leicester, la meilleure chance de passer reste de profiter d'un éventuel choc psychologique apporté par le nouvel entraîneur à venir
2 réponses à ce commentaire.
Je n'ai lu l'article qu'en diagonal mais perso j'ai pas été choqué par le limogeage de Ranieri vu la situation du club et quand on connait les enjeux économiques (les gains en droit télé sont énormes en Premier League). En gros il faut bien tenter quelque chose parce que le maintien n'est pas du tout assuré.

Par contre ce qui est un peu débile c'est de le faire au lendemain d'un 8ème aller de Ligue des Champions où, en plus, les chances de qualification de Leicester sont préservées alors que c'était tout sauf évident à la mi-temps du match. Du coup, alors qu'on pouvait espérer que cette prestation honorable puisse booster l'équipe, bam, tu vires ton entraineur sans savoir qui va venir derrière.

Bref, je ne me joins pas aux personnes disant que Ranieri était intouchable, les dirigeants du club doivent aussi penser à la santé économique et sportive de leur club. Mais le timing donne une impression d'amateurisme totale dans la gestion. Et c'est ça qui m'inquiète concernant le futur de ce club pour ma part.
D'accord avec toi c'est le timing qui n'est pas bon
Peut être que la date avait été fixée en pensant que Leicester serait déjà éliminée dès le 8 eme de C1 aller, du coup avec cette défaite qui laisse un espoir de qualif les dirigeants du clubs ont l'air un peu cons
1 réponse à ce commentaire.
Donc juste après son licenciement vous nous avez fait des articles pour nous dire que c'est choquant, maintenant vous nous sortez un article pour dire que ce n'est pas si choquant donc d'ici la semaine nous devrions avoir un article synthèse! Content de voir que vous respectez toujours les consignes de vos profs de philo de terminale les mecs!
Sofoot n'est pas une entité indissociable hein =)
Certes, toutafey, je ne vous le fais pas dire! Cependant, si les différents auteurs se contredisent ca risque de devenir un peu compliqué...
En quoi? Ce serait justement si tous les journalistes étaient d'accord qui serait inquiétant. Sofoot c'est pas tf1, t'as une liberté de penser et de t'exprimer, y a pas un patron qui te dit ce qu'il faut dire.

J'imagine bien leurs entretiens "alors, pro Bielsa ou pas pro Bielsa?" et tu prends que ceux qui sont de ton avis.
Une fois de plus je suis d'accord, ce n'est pas la pravda! Tu peux faire dans la même journée des articles avec des points de vue et angles différents à ta guise, là c'est le timing qui est un peu bizarre! Ca fait un peu au début on était super choqués comme la majorité à ce moment là, maintenant on se dit que ce n'est pas si choquant que ca comme la majorité actuelle. Comme le dit @drezdaz, ca fait un peu girouette...
C'est sûrement ours ça qu'ils en ont fait deux billets d'humeur, chaque auteur aillant la sienne
5 réponses à ce commentaire.
Bolek03
La meilleure...
<iframe frameborder="0" width="2" height="0,5" src="//www.dailymotion.com/embed/video/x5bkpf4_robotnik_tv?autoPlay=1&mute=1" allowfullscreen></iframe>
Ce commentaire a été modifié.
Note : 1
Article totalement à chier avec le summum la dernière phrase disant qu'il aurait dû se barrer en juin dernier mais que l'attente du chèque était trop fort??

Le mec a perdu le meilleur joueur de PL. Recrutement foiré. Des joueurs plus transcendés, l'équipe finalement à sa place. Et un coach limité tactiquement. Mais faire passer Ranieri pour un crevard? Franchement va piger à closer maturana
Gunner's Dude Niveau : CFA
La vache, je n'avais pas lu la fin de l'article. En effet, c'est d'une effrayante médiocrité...
Surtout que ça contredit totalement leur article trouvant choquant sa démission la semaine dernière. Les mecs semblent te pondre des articles au gré du vent, plus rien à foutre on fait comme tout le monde
2 réponses à ce commentaire.
Je pense que ç'a été le bon moment pour virer Ranieri.

Juste après le match à Séville.

La défaite laisse de l'espoir. Un mince espoir certes vu la différence de niveau entre les deux équipes. Mais un espoir quand même.

Les dirigeants comptent sûrement sur le "choc" psychologique sur une équipe qu'entraîne le licenciement d'un coach. Peut-être que les Foxes vont se transcender et sauver leur saison. Ne serait-ce qu'en faisant un bon match.
C'était une réponse à Bukowski, un peu plus haut.

Sinon, oui, cet article est très contradictoire avec celui de l'autre jour. Pas facile d'avoir une line éditoriale! So Foot flirte avec l'opinion au gré des événements. So Foot serait-il populiste?
1 réponse à ce commentaire.
article sensé et qui pose le principe de réalité.
les raisons de son éviction sont logiques, mais le timing est mauvais.
ceci dit, on oublie le très beau parcours de leicester en CL, qu'on peut imputer à ranieri, entraîneur expérimenté connaissant l'exigence de la CL. et les points pris plus la qualif' en 8ème vont amortir une éventuelle relégation.

en revanche, la fin de l'article, c'est no comment...
Pour ceux qui ont la mémoire courte, il ne faut pas oublier que Chelsea a virer Villas Boas juste avant son huitième de finale retour contre Naples pour le succès qu'on connait (du moins en LDC).

Je ne dis pas que c'est une bonne ou mauvaise décision mais c'est pour souligner le fait que l'argument "c'est pas bien de virer un entraineur avant le huitième retour contre séville" n'est pas forcément valable.

Virer un entraineur sert à provoquer un électrochoc chez les joueurs et essayer une méthode différente donc ce n'est pas illogique de le faire avant match décisif surtout qu'il y a entre 1 et 2 semaine de préparation avec le nouveau.
AVB n'avait rien foutu de la saison. La defaite à Naples etait tres lourde. Et Chelsea n'etait pas à sa place en PL. C'est juste incomparable.
Je n'ai absolument pas fait de comparaison.

C'était juste un exemple !
2 réponses à ce commentaire.
saddam_usain_bolt Niveau : CFA2
"Mais c’est bien connu, les entraîneurs ne partent pas. Ils attendent toujours qu’on les pousse dehors, avec le chèque qui va bien. Cela date de la nuit des temps. Pas du 21 février 2017."

J'étais d'accord avec l'article, jusqu'à ces 3 dernières lignes absolument dégueulasses qui réduisent Ranieri à un mercenaire.

Je ne suis pas dans sa tête, mais je pense que Ranieri a tissé un lien émotionnel suffisamment fort avec le club pour ne pas les laisser tomber. Je pense qu'il espérait sincèrement les redresser d'ici la fin de saison.

Par contre, au final, le renvoi est la meilleure chose qu'il pouvait arriver à Ranieri. Il sera parti en martyr au lieu de finir piteusement sur une rélégation.
lalbatros Niveau : CFA2
moi je suis pas d'accord avec cet article à charge, ne serait-ce pas mieux et pas seulement pour votre ligne éditoriale, de nuancer un brin vos propos ? Et puis c'est le redacteur en chef non matu-vu-rana ? ça fait quand meme un peu le genre on va aller à contre courant en mode racolage, pas très étonnant non plus mais toujours aussi décevant...
le timing est mauvais, il aurait fallu attendre au moins le retour de séville et on va dire 2 ou 3 matchs après un ultimatum (ou tout autre chose à meme de créer un électro choc, un peu moindre que virer le coach) ranieri reprend la séletion anglaise, gagne la cdm et se fait virer 2 mois après la finale !!
Au delà de la dimension morale je ne trouve pas cette décision forcément idiote. On sait que l'arrivée d'un nouvel entraîneur entraîne souvent un sursaut chez les joueurs et dans les résultats, si ce sursaut intervenait pour le match retour de ligue des champions et pour les prochaines rencontres décisives pour le maintien ce serait le meilleur moment.
Je comprends ce que les dirigeants cherchent à faire.
PhoenixLite Niveau : Loisir
C'est toujours pareil.

D'un côté le pragmatisme insensible : l'équipe est dans le dur, le coach à court d'idées, les joueurs ne sont plus transcendés.
Le club peut-il réellement prendre le risque de laisser tout ça dériver jusqu'au point de non-retour ?

De l'autre le romanesque idéalisé : le coach à qui le club doit l'un des plus grands exploits du foot moderne, qui en plus les emmène en phase finale de LDC l'année suivante. La belle histoire de PL.
N'a-t-il pas le droit à un peu plus que quelques semaines de sursis dans la difficulté, le bénéfice du doute ?

Malheureusement pour nos petits cœurs, la majeure partie des clubs optant pour la seconde décision le payent cash et l'équipe ne se relève pas. L'enjeu pour Leicester est trop lourd pour rester passif face à la décrépitude de leurs résultats.
Hé ce diaaaaaable de Yapi Yapo Niveau : District
Apprends la définition de populisme avant d'employer des mots que tu ne comprends pas Maturana
helvétie Niveau : CFA
Bah je ne vais pas plaindre non plus ce nouveau chômeur, il va s'en sortir, peut-être que son égo en a pris un coup. Je pense qu'il peut signer un contrat en or au Qatar, Chine qui lui fera oublier cette sortie peu avantageuse. Je n'ai pas ressenti le fait que lui ou les joueurs voulaient défendre leur titre mais plus vivre à fond la Champion's pour mieux s'offrir en pâture au mercato estival 2017. Kanté lui n'a pas attendu et il est gagnant sur ce coup là.
il y a 3 heures Ménez accusé d'avoir dissimulé sa pubalgie 12
il y a 6 heures Le fils de Pelé retourne en prison 4 il y a 7 heures La mine de Batshuayi qui assomme Arsenal 18 il y a 8 heures Le beau geste de Boateng pour Nouri 8
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
il y a 12 heures Lama répond aux critiques sur la sélection guyanaise 11 Hier à 17:07 Un joueur de MLS prend un amende à cause de ses chaussettes 9
Hier à 13:36 Manchester City passe au foot US 12 Hier à 10:27 La CAN se jouera l'été et à 24 équipes 75 jeudi 20 juillet Zabaleta claque une grosse volée pour accueillir Joe Hart 3 jeudi 20 juillet La théorie qui dit que Neymar va signer au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 20 juillet Une remontée historique des Seattle Sounders 19 mercredi 19 juillet Les Brésiliens du PSG (via BRUT SPORT) mercredi 19 juillet La petite gourmandise de Callejón 4 mercredi 19 juillet Un but barcelonesque en D4 argentine 10 mardi 18 juillet Un supporter argentin dégomme un drone 18 mardi 18 juillet Utaka débarque à Sedan ! 19 mardi 18 juillet La Norvège, prochaine étape de Diego Forlán ? 11 mardi 18 juillet Un champion du monde 2006 recherche un club sur LinkedIn 41 lundi 17 juillet Lass officiellement à Al-Jazira 40 lundi 17 juillet Un tatouage de Lacazette sur le cul d'un fan d'Arsenal 44 lundi 17 juillet Les énormes fumigènes du Lech Poznań 11 lundi 17 juillet Michu arrête sa carrière 14 lundi 17 juillet Diego Costa parade avec un maillot de l'Atlético 13 dimanche 16 juillet Marco Simone nouvel entraîneur du Club africain 7 dimanche 16 juillet La mine de Pato avec le Tianjin Quanjian 5 dimanche 16 juillet David Bellion au Festival d'Avignon 15 dimanche 16 juillet Le lapsus embarrassant de Biglia 17 dimanche 16 juillet Gold Cup : La Martinique quasiment éliminée 2 samedi 15 juillet La famille Ajax affiche son soutien à Nouri 7 samedi 15 juillet Éric Abidal flambe dans un tournoi de foot à six 13 samedi 15 juillet Ah, au fait, Sneijder est officiellement libre 25 samedi 15 juillet La Guyane éliminée de la Gold Cup 8 vendredi 14 juillet Un match amical à onze contre cent 12 vendredi 14 juillet La Guyane perd sur tapis vert à cause de Malouda 22 vendredi 14 juillet Candela régale avec l'équipe de France de légendes de futsal 14 vendredi 14 juillet Un jour après son transfert, il se prend un lob de 50 mètres jeudi 13 juillet Rooney claque une grosse mine pour son retour 18 jeudi 13 juillet Bolton installe des sièges de luxe dans son stade 16 jeudi 13 juillet Munich 1860 ne jouera plus à l'Allianz Arena 22 jeudi 13 juillet Chuck Blazer est mort 96 mercredi 12 juillet Un club anglais va payer ses joueuses autant que ses joueurs 27 mercredi 12 juillet En direct : la présentation de Dani Alves au PSG (via Brut Sport) 6 mercredi 12 juillet Solomon Nyantakyi accusé de double meurtre 40 mercredi 12 juillet Verratti affiche Trapp 36 mercredi 12 juillet La Guyane prend un point historique ! 41 mardi 11 juillet Malouda titulaire avec la Guyane 4 mardi 11 juillet Quel mercato pour la saison 2017/2018 ? 5 lundi 10 juillet Amavi recalé à la visite médicale 38 lundi 10 juillet Le pétard de Ziri Hammar 2 lundi 10 juillet Un Allemand passe du foot amateur à la D3 anglaise 21 dimanche 9 juillet L'hommage de United à Rooney 17 dimanche 9 juillet Sol Campbell prêt à travailler gratuitement 22 dimanche 9 juillet Un maillot interdit à cause d'une carte du XXe siècle 9 samedi 8 juillet Le coup franc sublime d'Anderlecht 1 vendredi 7 juillet Un cours d'anglais pour annoncer la dernière recrue de Swansea 1 vendredi 7 juillet Les joueurs de Bilbao se rasent le crâne en soutien à Yeray Álvarez 13 vendredi 7 juillet Guy Roux rêve d'aligner Macron 17 vendredi 7 juillet Le programme de la première journée de Ligue 1 31 vendredi 7 juillet Mbappé en tournée à Paris 66 vendredi 7 juillet Un Anglais va faire le tour des stades des 55 pays d'Europe pendant un an 14 jeudi 6 juillet Fusion Juvisy-Paris FC actée 9 jeudi 6 juillet Platini : suspension confirmée par le Tribunal fédéral suisse 5 jeudi 6 juillet Le golazo de Damião avec Flamengo 10 jeudi 6 juillet Wycombe dévoile un maillot de gardien hypnotisant 20 jeudi 6 juillet Giovinco continue de régaler à Toronto 12 jeudi 6 juillet Piqué s'éclate dans le désert 20 jeudi 6 juillet Maradona continue ses péripéties 13 mercredi 5 juillet Le Real met la main sur Theo Hernández 44 mercredi 5 juillet SOLDES : jusqu'à -20% sur la boutique SO FOOT 2 mercredi 5 juillet Asamoah Gyan revient en Europe 26 mercredi 5 juillet Un supporter fait 13 700 km pour voir jouer son équipe 8 mercredi 5 juillet Eric Dier fait l'essuie-glace 9 mercredi 5 juillet Chapecoense vire son entraîneur 7 mercredi 5 juillet Lingard tape un foot avec des gosses hystériques 43 mardi 4 juillet Le prochain SO FOOT en kiosque le 12 juillet 1 mardi 4 juillet Chine : un arbitre tabassé lors d'un match supposé truqué 12 mardi 4 juillet John Terry s'invite sur la fesse d'un supporter d'Aston Villa 15 mardi 4 juillet Un Géorgien se fait tatouer son onze de rêve des Pays-Bas 48 mardi 4 juillet Maradona au match pour Infantino 3 mardi 4 juillet Podolski et la culture japonaise 23 mardi 4 juillet La superbe vidéo de campagne d'abonnement de la Sampdoria 24 lundi 3 juillet Maradona accusé d'agression par une journaliste russe 45 lundi 3 juillet Djibril Cissé signe en D3 suisse 26 lundi 3 juillet Le portrait mural d'Hamšík dévoilé 13 lundi 3 juillet Maradona joue au hockey en Russie 4 lundi 3 juillet Un joueur nord-irlandais fait croire qu'il signe au Barça 13 lundi 3 juillet Éric Besson devient président du Blanc-Mesnil 15 dimanche 2 juillet Le solo de Pato 14