1. // Mondial féminin
  2. // Suède/France (2-1)

La médaille en chocolat pour les Bleues

Au terme d'un match rythmé et riche en émotions, les Françaises terminent leur Mondial à la 4ème place après leur défaite face à la Suède 2 buts à 1. Avec quelques promesses quand même.

Modififié
0 3
France - Suède : 1-2


Buts : Thomis (57eme) pour la France - Schelin (29eme) et Hammarstro (82eme) pour la Suède

En jeu dans cette petite finale de la France contre la Suède: la suprématie européenne. Car si les rêves de finale sont désormais derrière, la France peut tout de même terminer sur un podium pour la première fois de son histoire. Ce qui serait déjà pas mal. Les petites finales sont souvent des matchs ouverts, entre l'amertume récente d'une défaite en demie, la lassitude physique et mentale d'une fin de tournoi mais l'envie de profiter d'un match honorifique qui vaut quand même le coup d'être joué et gagné pour la postérité. Bruni Bini, une fois n'est pas coutume, change sa défense. File rouge de ce mondial, la charnière centrale tricolore est la seule instabilité de l'équipe. Sa seule faiblesse aussi. C'est donc Wendy Renard qui épaulera Laura Georges dans une défense 100% Olympique Lyonnais. Louisa Necib et Sonia Bompastor en course pour l'élection de la meilleure joueuse de la Coupe du Monde sont forcément là. Lotta Shelin l'attaquante suédoise star de... l'Olympique Lyonnais aussi. Bruno Bini suggère d'ailleurs de la museler: « Avec un lasso...comme les cowboys » . Va pour la métaphore douteuse.

Des deux côtés le début de match est imprécis. Des tentatives volontaires mais quelques maladresses. L'envie de jouer est bien là. Les Suédoises ont regardé France-Etats Unis et se compliquent pas trop la vie. Elles multiplient les centres devant le but français, conscientes de la relation hésitante entre Bérangère Sapowicz et sa défense centrale. Elle avait notamment coûtée le but du 2-1 et quelques frayeurs contre Abby Wambach et ses soccer girls. Quand les Françaises arrivent à enclencher leurs séquences offensives inspirées, toutes en remises rapides, elles peuvent se montrer très dangereuses. Moment fort tricolore donc, mais à la 28ème minute, les Suédoises qui ne se compliquent toujours pas la tâche ouvrent la marque (1-0). Longue ouverture de Larsson, alignement nauséabond de la défense centrale française, Shelin lancé en profondeur (copyright Elmander époque TFC) trompe Sapowicz qui se tord même la cheville sur le coup et doit sortir. Un but nordique en somme. Un grand ballon balancé, une attaquante réaliste et boum. Tiens Louisa Necib qui s'était fait mal juste avant sort également. Foutue 30ème minute. Gaëtane Thiney ne se laisse pas abattre et frôle l'égalisation une minute plus tard. Juste après, c'est Bussaglia qui ouvre son pied devant la surface, superbe frappe instantanée, poteau. Gare au scénario poissard. Les Françaises sont toujours aussi sincères dans l'effort et la construction, mais toujours aussi naïves derrière. La définition de l'inexpérience peut-être.

La seconde période repart sur le même rythme. D'un côté une volonté de bien jouer, de l'autre une grosse présence dans les duels et un match maitrisé. Mais à la 57ème minute, Elodie Thomis lancée à la limite du hors-jeu aligne la gardienne suédoise à l'entrée de la surface. Gomis qui évolue à ...l'Olympique Lyonnais (1-1). Sacrée Bleues, toujours à s'accrocher quand la rupture approche. Du coup, on a l'impression que les Françaises reprennent le dessus dans une rencontre que les Suédoises semblaient maîtriser. 63ème minute, ça s'emballe. Poteau suédois, encore sur un alignement tricolore catastrophe, puis grosse occas' pour Thomis. Le match ouvert mentionné plus tôt prend enfin tout son sens. Et devient même violent. Au sol, Oqvist met un coup de chaussure dans le torse de Bompastor ambiance Tekken et prend son rouge sans se plaindre. Le même scénario que la première mi-temps, mais à l'avantage des Bleues cette fois. En quelques minutes, les Suédoises ont flingué leur avantage. L'infériorité numérique ne se fait pas trop sentir dans le jeu et les Suédoises insistent pour tuer le match, Shelin est toujours aussi active dans le dos d'une paire Georges-Renard toujours pas rassurante. Avant que. Avant que Hammaström tue le match avec un but hors-catégorie. Coup du sombrero, frappe enchainée, pleine lucarne (2-1). Très fort. Cruel aussi, l'action part d'un corner qui n'avait pas lieu d'être. Quelques tentatives en fin de match, une main suédoise dans la surface non-sifflée ne changeront rien, la France termine donc ce mondial à la 4ème place. C'était déjà ça... comme le chantait mélancoliquement Alain Souchon.

Par Antoine Mestres

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Je ne veux pas faire le relou de service, mais c'est un peu moche d'arranger ce qu'on raconte quand on parle d'un match. Le deuxième but suédois a pour origine un corner qui n'avait pas lieu d'être, c'est vrai. Mais le but français part d'un contrôle des deux mains du milieu français avant de faire la passe.
Oqvist est expulsé pour rien, ou à la limite pour avoir fait exactement ce que Bompastor venait de faire, avant de se rouler au sol comme un vulgaire Sergio Busquets pendant 5mn ( montre en main ).

Et sur la dernière action, la suédoise touche le ballon du coude, un ballon qui en plus n'avait aucune conséquence ( je sais, c'est pas ça la règle ) puisque ce n'était ni une passe ni un tir et qu'il n'allait vers personne et surement pas le but.

Sinon, un beau match dans l'ensemble avec un but de ouf. Et Bussaglia frappe aussi bien du droit que du gauche visiblement.
@ general delacroix

+100
J'ai adoré la comparaison avec Busquets (on aurait pu mettre Valbuena, Di Maria [je regarde le match de l'Argentine d'ailleurs et il nous gratifie de beaux plongeons en ce moment-même], Pedro et aussi Nenê...)!

Effectivement sur la dernière action le bras est collé au corps donc ce n'est pas sifflé! Bompastor doit se faire expulsé en même temps que Oqvist (certains diront que c'est l'expérience comme sur C+ lors du Spartak-OM où Diawara expulser un moscovite un peu de la même manière...) et les Bleues n'avaient qu'à être efficaces devant le but (tout le contraire des Ricaines et des Japonaises qui comme de par hasard sont en finale!)!

Par contre la réaction de Bini est nullissime et me rappelle un certain Raymond (en plus même goût pour les belles lettres, sélections discutables, titularisations étranges...)! Dès qu'on perd c'est de la faute de l'arbitre! NON NON ET NON!! Si tu mets ne serait-ce que 25% des occas' au fond ça fait 4-2 pour la France!

Dommage de gâcher tout cet engouement avec ce genre de réactions!
Après nous avoir fauché la statue de Bartholdi, Michel Polnareff en 73 et André The Giant, les Américains nous ont cette fois-ci volé d'une finale de Coupe du Monde de football. Supérieures dans le jeu, les Bleues payent cash leur manque d'efficacité et d'expérience. Le romantisme à la française en somme.

http://bit.ly/qVQJl4
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Le TGV Maicon redémarre
0 3