1. //
  2. //
  3. // Sampdoria-Torino

La malédiction Quagliarella

Transféré pour la dixième fois de sa carrière, l’attaquant italien a décidé de ne jamais exulter après avoir inscrit un but face à un de ses anciens clubs, problème, ça arrive très souvent et ça lui a causé pas mal de soucis dernièrement.

Modififié
1 8
Qui a jeté un sort à Fabio ? Pour exorciser ce maléfice, le Napolitain a décidé de changer d’équipe, direction la Sampdoria, avec laquelle il va recevoir… le Torino ce soir. Loupé ! Un joli coup du destin qui fera cependant difficilement sourire Quagliarella, vu les conditions de son départ du club granata. À force de ne vouloir froisser personne, il a réussi à se mettre à dos beaucoup de ses anciens supporters, que ce soit à Turin ou à Naples. Ainsi, en cas de but, ça vaudra peut-être le coup d’exulter pour au moins se mettre les nouveaux dans la poche.

Défaut de bilan


« J’ai exulté plus ou moins selon les circonstances, car d’un côté, vous restez attaché à votre ancienne équipe, de l’autre il y a une forme de respect à avoir envers vos nouveaux supporters. Disons qu’il s’agit de fêter les buts avec modération, sans faire dix tours de terrain. Tout dépend aussi du passé, peu de temps après mon arrivée au Torino, j’ai marqué contre la Reggina où je venais de passer trois ans et je ne me suis pas senti d’exulter. » Nicola Amoruso sait de quoi il parle puisqu’il détient un curieux record, avec au moins un but inscrit en Serie A dans douze clubs différents.

Son collègue en est bien loin, n'ayant poinçonné son ticket qu'avec l’Ascoli, la Sampdoria, l’Udinese, le Napoli, la Juventus et le Torino. Dans cette dernière, il avait fait son retour à l’été 2014 après un premier passage chez les jeunes et un second en Serie B en 2004-05. En 18 mois, Quagliarella y inscrit 18 buts en championnat, bilan tout à fait honorable, si ce n’est que 12 ont fini dans les buts de ses anciennes équipes. En voici le détail : cinq contre la Samp, un contre la Juve, deux contre la Fiorentina, deux contre l’Udinese et deux contre le Napoli. Ayant promis de ne jamais fêter ses réalisations dans ce cas de figure, Fabio s’est fourré dans une situation presque ubuesque.

Le divorce de Fabio


Pour son dernier but, un penalty au San Paolo, il s’est carrément excusé, joignant ses mains et baissant la tête devant la Curva adverse : « Retenir sa joie, c’est une chose, mais Quagliarella est allé jusqu’à s’excuser, et ça je ne comprends pas, s’excuser pour avoir fait quoi ? Il est payé par le club, c’est son boulot. Je ne pense pas que ces choses-là existent en Angleterre, mais en Italie, on y accorde trop d’importance  » , estime Amoruso. Un rapport tumultueux que celui avec les supporters du club de son cœur, lui le natif de Castellamare di Stabia. Porteur du maillot azzurro lors de la saison 2009-10, il s’en va à la Juventus dans la foulée, un transfert vécu comme une trahison jamais pardonnée.

Cette demande excessive de miséricorde avait toutefois un motif. Dix jours après ce but, Quagliarella retourne à Naples pour témoigner dans un procès pour harcèlement dont il est la victime. De 2007 à 2010, il a reçu des SMS et des lettres anonymes, l’accusant de consommer de la drogue avec les camorristes et d'avoir des rapports sexuels avec des mineures, le tout accompagné de menaces de représailles envers sa famille. De quoi écourter son retour dans sa région natale : « Je n’ai pas demandé pardon aux tifosi du Napoli, je voulais juste dire stop à l’hostilité que je perçois à chaque fois que je retourne chez moi. Tout ceci est dû à des incompréhensions qui seront un jour résolues » , expliquait-il sur son profil Facebook.

Ses excuses


Trop tard, ce geste théâtral est mal digéré pas les tifosi granata qui le lui font savoir lors des séances d’entraînement suivantes. Et après s’être excusé envers les Napolitains, il fait de même avec les Turinois le 16 janvier dernier. Lors de l’échauffement avant la rencontre face à Frosinone, Quagliarella défile devant la Curva Maratona et hausse les bras en signe de rédemption : « C’est dommage, car il avait construit un bon rapport avec les supporters malgré le fait d’arriver directement en provenance de la Juventus. Moi aussi, j’ai fait les deux clubs, mais à plusieurs années d’intervalle, et je peux vous dire que je n’avais pas reçu un super accueil. C’est un environnement très particulier, qui change rapidement d’humeur, il suffit de pas grand-chose pour passer du tout au tout » , raconte Amoruso.

Fabio semblait s’être rabiboché, mais cet éclaircissement n’aura servi à rien, il ne rejouera pas plus et attendra son transfert avec deux options, la Samp ou l’Udinese dont il a déjà porté les couleurs. Ce sera finalement le blucerchiato : « Je retrouve un environnement familial et des supporters qui n’ont jamais manqué de me transmettre leur estime et leur affection » , a-t-il déclaré lors de sa présentation, sans toutefois parler de sa réaction en cas de but. « Vu les conditions de son départ du Torino, je suis convaincu qu'il ne se gênera pas d’exulter pour se faire regretter » , conclut Nick « pied chaud » . Encore un beau bordel en perspective.

Par Valentin Pauluzzi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Georgesleserpent 2.0 Niveau : Ligue 2
Quel joueur quand même.
Un peu comme Di Natale et (toute proportion gardée) Baggio, un type qui s'épanouit dans des clubs de province, loin des ogres des grandes villes.
Un type qui a l'un des plus beaux best of de buts au monde:

https://www.youtube.com/watch?v=tY3llVR9fHA
Ce joueur est super classe sur le terrain, il a un pied de folie, et j'ai l'impression qu'il est comme les Gilardino, et compagnie, incapable de se fixer dans une équipe.
Message posté par Georgesleserpent 2.0
Quel joueur quand même.
Un peu comme Di Natale et (toute proportion gardée) Baggio, un type qui s'épanouit dans des clubs de province, loin des ogres des grandes villes.
Un type qui a l'un des plus beaux best of de buts au monde:

https://www.youtube.com/watch?v=tY3llVR9fHA


Un artiste du but, oui.
Ceci dit, jusqu'à sa blessure il s'épanouissait plutôt à la Juve et il a laissé un bon souvenir à beaucoup.

Marrante la comparaison avec Di Natale. Toto n'a pratiquement jamais joué avec l'Udinese à Naples, vu qu'il trouvait régulièrement le moyen de se blesser à l'entraînement la semaine précédente.
Il y a des trucs pas clairs, des trucs "pittoresques", appelons ça "folklore local". Assez grave pour avoir poussé Quaglia à demander pardon.

Bon, ceci dit, Di Natale c'est sacrément au-dessus niveau foot.
Message posté par Re_David
Un artiste du but, oui.
Ceci dit, jusqu'à sa blessure il s'épanouissait plutôt à la Juve et il a laissé un bon souvenir à beaucoup.

Marrante la comparaison avec Di Natale. Toto n'a pratiquement jamais joué avec l'Udinese à Naples, vu qu'il trouvait régulièrement le moyen de se blesser à l'entraînement la semaine précédente.
Il y a des trucs pas clairs, des trucs "pittoresques", appelons ça "folklore local". Assez grave pour avoir poussé Quaglia à demander pardon.

Bon, ceci dit, Di Natale c'est sacrément au-dessus niveau foot.


Message posté par Re_David



Il y a des trucs pas clairs, des trucs "pittoresques", appelons ça "folklore local".



Ferais-tu allusion à des menaces de mort ou au cercueil en réduction envoyé aux parents par exemple ? Pittoresque en effet.

Tout comme le message de cette tarée, professeure de surcroît, qui hier souhaitait ou pronostiquait un nouveau Heysel en ayant bien soin de préciser que les 39 morts de 1985 l'avaient cherché.
FinoAllaFine Niveau : DHR
Je trouve ça dommage que les joueurs n'exultent pas contre leur ancienne equipe, surtout dans le cas de Fabio qui a joué dans tant d'équipes différentes. Maintenant, dans certains cas je peux comprendre (Morata et son amour pour le réal pour ne citer que lui), mais le football est une fête et les joueurs qui marquent doivent prendre part a cette fête avec nous, les supporters.
Message posté par Trap

Tout comme le message de cette tarée, professeure de surcroît, qui hier souhaitait ou pronostiquait un nouveau Heysel en ayant bien soin de préciser que les 39 morts de 1985 l'avaient cherché.


Professeure et journaliste.
Peut-être même qu'elle a parmi ses élèves ces petits juventini de Torre Annunziata dont parle Scarpa sur Juventibus qui chantaient "Lavali col fuoco" avec l'accent napolitain.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Quagliarella... Le mec qui ne mettait que des bijoux à chaque fois qu'il marquait !
Quand j'entends son nom, j'ai quand même l'impression d'un gros gâchis : même si sa carrière n'est pas dégueu, je le voyais aller beaucoup plus haut que ça.
fuoriclasse Niveau : DHR
Tradition surtout ancrée dans le championnat italien, bien plus qu'ailleurs. Autant je peux comprendre une certaine retenue si le joueur marque contre le club auquel il était affilié la saison précédente, autant je trouve exagéré de le faire contre tous les clubs dans lesquels il a joué.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
1 8