Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. // Coupe des confédérations 2017

La malédiction des confédérations

Portugal, Russie, Allemagne, Australie, Chili, Mexique, Nouvelle-Zélande, Cameroun. A priori, aucune de ces nations ne brillera au Mondial 2018. Parce que c'est scientifiquement prouvé, depuis 1999, les équipes qui s'illustrent dans la mini-Coupe du monde se plantent lamentablement douze mois après. Démonstration.

Modififié

2013 : le Brésil à un an du traumatisme


Juin 2013, le 30 pour être précis. Devant plus de 70 000 personnes entassées au Maracanã, le Brésil de Luiz Felipe Scolari étrille l'Espagne championne du monde en titre. 3-0, doublé de Fred, réalisation de Neymar. Tous les voyants sont au vert pour la Seleção à un an d'organiser sa Coupe du monde. Scolari a quasiment son équipe type et sait comment gagner, il l'a fait en 2002. Un an plus tard pourtant, son Brésil s'effiloche nerveusement – déjà en huitièmes contre le Chili- avant d'exploser en vol le 8 juillet à Belo Horizonte, où 60 000 Brésiliens en pleurs assistent à un film d'horreur. Un 7-1 et une blessure pour l'éternité, alors que le titre en Coupe des confédérations 2013 n'a rien apporté. Une édition particulièrement maudite puisque même son finaliste a foiré son Mondial, ainsi que les deux autres équipes de son dernier carré : l'Italie sortie également en poules, et l'Uruguay, marqué par les pulsions cannibales de Luis Suárez.



2009 : l'Espagne perd pour mieux gagner, le Brésil gagne pour mieux perdre


Quatre ans avant l'édition brésilienne, la Seleção s'adjuge la compétition pour la seconde fois consécutive – série en cours à trois victoires – en s'offrant les États-Unis en finale. Avec Luís Fabiano en buteur providentiel et Kaká en leader technique. Presque un an jour pour jour plus tard, Wesley Sneijder enterre le Brésil à lui tout seul en quart de finale du Mondial, alors que Robinho avait donné l'avantage aux siens. Une catastrophe pour les Sud-Américains, tandis que l'Espagne, éliminée par surprise en demi-finale de la Coupe des confédérations par les États-Unis, s'adjuge quelques jours plus tard sa première Coupe du monde face aux Oranje. Une finale, cela se gagne, sauf en Coupe des confédérations...


2005 : le Brésil inaugure son règne, ou pas


Le Brésil inaugure en Allemagne son règne sur les confédérations. Une victoire de la Dream Team de Carlos Alberto Parreira assez violente sur l'Argentine : 4-1, avec buts d'Adriano, Ronaldinho ou encore Kaká. De quoi augurer une Seleção sur le toit du monde un an plus tard. C'était compter sans Zinédine Zidane et la science infuse de Raymond Domenech. La France tape le Brésil 1-0, Zizou offre sa première passe décisive à Thierry Henry, et le futur ex-sélectionneur vit le sommet de sa carrière. Même l'Argentine, finaliste de la Coupe de confédérations, déçoit en se faisant taper en quarts de finale par l'Allemagne. Quelle idée de sortir Juan Roman Riquelme aussi...

Vidéo


2003 : le dernier titre des Bleus


La Coupe de confédérations 2003, c'est avant tout le décès sur la pelouse du regretté Marc-Vivien Foé. Une tragédie d'autant plus inoubliable qu'elle s'est déroulée à Lyon, dans l'un des anciens jardins du milieu camerounais. Sur le plan sportif, la France confirme sa supériorité technique de l'époque – malgré l'absence de Zinédine Zidane – et laisse à penser que 2002 n'était qu'un accident. L'année d'après au Portugal, pour la seule compétition qui compte vraiment, les Bleus se prennent pourtant les pieds dans le tapis, entre un sélectionneur qui signe à Tottenham juste avant le tournoi, un capitaine Marcel Desailly qui arrive le genou en vrac, et un os grec qui ne passe pas en quarts de finale. La Coupe des confédérations n'aura pas porté chance à l'équipe de France, mais elle aura au moins permis d'offrir un palmarès international à Philippe Mexès.



2001 : derniers mois d'invincibilité pour la France


Championne du monde, championne d'Europe. L'équipe de France marche tellement sur l'eau qu'elle décide d'aller chercher le seul titre qui lui manque au Japon. Avec quasiment une équipe B, ses principaux joueurs comme Zinédine Zidane n'ayant pas fini leur saison en club, Roger Lemerre va chercher le Graal après une finale contre le Japon. Laquelle est marquée par les nombreuses vendanges de Nicolas Anelka et la colère de Thierry Roland qui en découle. Et tout cela renforce l'image d'une équipe de France invincible, même sans son maître à jouer. La suite on la connaît, avec une élimination sans gloire dès la phase de poules au Mondial 2002, sans marquer le moindre but.

Vidéo


Bonus 1999


Preuve qu'avec la Coupe des confédérations, ce sont les absents qui ont raison un an plus tard, la France ne participe pas à l'édition 1999. Malgré son statut de championne du monde. Le Mexique s'adjuge le trophée et dans les douze mois, les Tricolores français montent sur le toit de l'Europe. Avec l'histoire du but en or de David Trezeguet et l'égalisation à la toute dernière seconde de Sylvain Wiltord, alors que le banc italien célébrait déjà le titre. Et vous croyez toujours au hasard ?

Par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 28 minutes Lozano climatise l'Allemagne 1 il y a 9 heures Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 2
il y a 58 minutes Maradona, le cigare et les yeux tirés 3 il y a 2 heures Le bijou de Kolarov face au Costa Rica 4 il y a 3 heures La liesse des supporters mexicains à Moscou 1 il y a 4 heures Un fan égyptien en fauteuil porté dans une fan zone 3
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE
il y a 7 heures Sept personnes blessées par un taxi à Moscou 13 il y a 7 heures Le clapping solide des Islandais avant le match face à l'Argentine 9 Podcast Football Recall Épisode 26 : Les Bleus au ralenti, l'Allemagne démarre et un gardien au festival de Cannes Hier à 21:36 Le CSC malheureux d'Etebo 1 Hier à 19:20 Poulsen ouvre le score pour le Danemark 3 Hier à 18:47 Le penalty de Cueva qui s'envole 9 Hier à 16:24 Messi rate son penalty ! 18 Hier à 15:34 Finnbogason relance l'Islande ! 3 Hier à 15:22 Le premier but en Coupe du monde d'Agüero Hier à 15:15 Van Marwijk : « On méritait le nul » 17 Hier à 13:38 Pogba délivre les Bleus 8 Hier à 13:28 La main de Samuel Umtiti et le penalty de Jedinak 4 Hier à 13:12 L'ouverture du score de Griezmann grâce à la VAR 1 Hier à 11:46 Le rap de Benjamin Pavard (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 25 : Les Bleus vus d'Australie, Espagne-Portugal et le Danois daltonien