1. //
  2. // Analyse

La Ligue des champions et les certitudes brisées

Paris qui bat City ? La MSN qui ridiculise Simeone ? Le Bayern qui colle un 7-0 à Benfica ? Non, résolument, la Ligue des champions sait surprendre. Toujours.

715 73
Cela apparaissait comme une évidence. Barcelone, Real Madrid, Bayern Munich, PSG. Le tirage au sort des quarts de finale de la Ligue des champions n'avait donné lieu à aucune confrontation directe entre les quatre mastodontes. Les diffuseurs télé et les bookmakers s'en frottaient déjà les mains : on allait enfin avoir un carré magique en demi-finale de Ligue des champions. Pas d'invité surprise, juste du gros choc qui rameute du téléspectateur. Du Barça-Real, du Bayern-PSG, du PSG-Real. Zlatan face à CR7, Messi contre Müller, MSN, BBC, Guardiola et tutti quanti. Tout était prêt. Sauf que jamais l'expression «  ne pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué » ne s'est révélé aussi pertinente que pour ces quarts de finale.

Le PSG devait « mettre une belle raclée » à Manchester City, comme l'avait affirmé avec son œil de connaisseur Christophe Dugarry ? Les Parisiens ont joué deux non-matchs et se sont fait sortir lamentablement par une équipe qui compte 15 points de retard sur le leader de son championnat. Le Bayern devait coller deux 5-0 à Benfica ? Les Bavarois s'en sortent finalement presque ric-rac avec un succès 1-0 et un nul 2-2. Le Real devait fesser Wolfsburg ? Les Madrilènes ont dû s'en remettre à CR7 pour renverser une situation qui aurait pu, déjà, mettre Zidane dans de sales draps. Luis Enrique devait, encore une fois, donner la leçon à Simeone pour s'envoler vers sa deuxième C1 consécutive ? Les Barcelonais ont bafoué leur football, et Antoine Griezmann a ringardisé en une soirée la MSN.

Un schéma tactique et un pantalon craqué


Que tirer comme conclusions de ces résultats ? Plusieurs choses. Déjà, et cela peut paraître une banalité : qu'en football, rien n'est jamais acquis et que toute certitude peut s'écrouler en quelques minutes. Le Barça restait sur sept victoires consécutives contre l'Atlético de Simeone. La dernière fois que les Catalans s'étaient inclinés face aux Colchoneros, c'était en avril 2014, déjà en quarts de finale de la Ligue des champions. Le Barça arrivait avec des certitudes, des statistiques à tomber à la renverse, Diego Simeone les a détruites en 180 minutes. Ces mêmes certitudes dont pensait jouir le Paris Saint-Germain. Champion de France au mois de mars, invincible sur le sol français, 9-0 face à l'ESTAC, Zlatan qui marque plus d'un but par match en marchant, un Chelsea battu en huitièmes à l'aller et au retour... Manchester City ? Une équipe qui, rien qu'en 2016, a perdu face à Leicester, Tottenham, Liverpool, Chelsea, Manchester United et Everton ? Allons, soyons sérieux, Paris était bien au-dessus de tout ça. Il a pourtant fallu une blessure de Verratti et des suspensions de David Luiz et Matuidi pour réduire en cendres toutes les certitudes bâties par Blanc depuis des mois. Paniqué, pris de court, le Président a aligné un improbable schéma tactique jamais tenté jusqu'ici. Pas en huitièmes de finale de Coupe de France hein, en quarts de finale retour de Ligue des champions. Fail total.


Quant au Bayern et au Real Madrid, qui avaient tiré les deux adversaires censés être les plus faibles de ces quarts de finale, ils sont passés tout proche de la correctionnelle aussi. Battu 2-0 à l'aller, le Real Madrid est parvenu à renverser la situation façon France-Ukraine 2013, avec Cristiano Ronaldo dans le rôle de Mamadou Sakho. Sauf que, contrairement aux Bleus qui avaient sorti une prestation collective aboutie, le Real a affiché des limites évidentes, une forêt seulement masquée par l'arbre Ronaldo. Zidane a beau en avoir déchiré son pantalon, il va devoir préparer largement mieux son équipe pour le dernier carré. Le Bayern, malgré une différence de niveau évidente par rapport à Benfica, a galéré aussi. A même douté pendant quelques minutes, lorsque les Lisboètes ont ouvert le score, remettant les deux teams a égalité sur l'ensemble des deux matchs. Les années précédentes, les Bavarois nous avaient habitués à des roustes lors des phases à élimination directe. Pas plus tard que l'année dernière, ils en avaient flanqué sept au Shakhtar (7-0) et six au FC Porto (6-1). Passé déjà à deux minutes de l'élimination en huitièmes face à la Juve, les joueurs de Pep Guardiola ne dégagent plus cette impression de toute puissance, et même un adversaire modeste comme Benfica (leader du championnat portugais, d'accord, mais battu cette saison en C1 par Galatasaray et tenu en échec par Astana...) peut désormais se dire, à juste titre, qu'il a un coup à jouer.

Réalité championnat ≠ réalité Ligue des champions


Manchester City, Bayern Munich, Real Madrid et Atlético de Madrid. Voilà donc les quatre équipes que l'on retrouvera dans le dernier carré. Deux équipes qui n'ont jamais remporté la C1, et deux qui en sont des habituées (sixièmes demi-finales consécutives pour les deux équipes, la dernière fois que l'une des deux n'était pas en demi-finale, c'était en 2009-10). Le champion de France est out. Les probables futurs champions d'Italie et d'Espagne le sont aussi. Preuves, s'il en fallait encore, que la réalité de la Ligue des champions n'est pas celle du championnat, et que la vérité des matchs à élimination directe n'a aucune cohérence avec celle du reste de la saison.


Alors, oui, même Manchester City est aujourd'hui candidat à la victoire finale, au même titre que le Bayern ou le Real. Et ce, malgré sa défense catastrophique et sa quatrième place en Premier League. Après tout, l'année où Chelsea a soulevé la C1, le club londonien a terminé 6e de Premier League, à 25 points du champion, et avait viré son coach deux mois et demi plus tôt. Le tout en ayant échoué pendant des années et des années avec une équipe beaucoup plus compétitive. De quoi laisser pantois quant à la stratégie à adopter pour aller soulever ces satanées grandes oreilles.

  • Résultats et classement de la Ligue des champions
    Retrouvez toute l'actualité de la Ligue des champions

    Par Éric Maggiori
  • Dans cet article

    Coach Kévinovitch Niveau : Ligue 1
    Note : 2
    "Les probables futurs champions d'Italie et d'Espagne le sont aussi"


    Et dire que le thème de l'article est les "certitudes brisées".....
    Note : 1
    J'ai bien peur d'être en total désaccord. La Ligue des Champions a rarement été aussi banale. Chaque année, les mêmes affiches. Les clubs riches toujours plus riches creusent le fossé avec la concurrence, le nombre d'équipes pouvant remporter le trophée est vraiment faible. Regardez, on se retrouve encore avec Real - Bayern - Atlético en demis. Manque juste le Barça, question de tirage au sort.
    "Le champion de France est out. Les probables futurs champions d'Italie et d'Espagne le sont aussi."

    En Espagne rien n'est encore joué, l'atletico n'est qu'à 3 points du Barça, le Real à 4 points. Les deux clubs de madrid peuvent encore gagner le titre.
    Note : 1
    @ Ravage: l'Atletico, c'est quand même TRES récent et nouveau de les trouver là.
    Deux présences en demie de clubs qui ont été en demies moins de 2 fois sur les 20 dernières années, c'est pas banal.
    Dortmund en finale c'est pas si lointain.
    L'inter non plus.
    Je pense que ton jugement est biaisé par une forme "d'immédiateté": aujourd’hui, ce qui s'est passé il y a plus de 3 ans nous parait à tous (pour bien exprimer que je ne te jette absolument pas la pierre) remonter à plus d'un siècle.

    Evolution de la société: le développement de l’immédiateté réduit inévitablement notre mémoire.
    Note : 1
    Ce sont des matchs de phase dite finale en aller-retour sinon. Pas des matchs à élimination directe (direct, dans le cadre d'une compétition sportive = 1 match).
    frednorthlondon Niveau : DHR
    Note : 3
    Certitudes brisées? Allons allons... On fait dans du grand classique. Real Bayern sont en général toujours là. l'Atletico est finalise il y a 2 ans, et ont leur meilleure génération et jouent dans le championnat le plus relevé, la preuve en regardant ces quarts. le PSG joue dans le championnat le plus faible (6e UEFA et 8e en réalité) et ont les attends pour battre City? Tottenham, Leicester, Utd aurait également battu ce PSG la qui perd contre... Lyon.

    Ne pas oublier que cela à pris presque 10 ans à Abramovitch à gagner la LDC et City après 8 ans d'investissement passe ENFIN les quarts!

    Le top top européen ne s'atteint pas comme ça car les gros sont en place. Et encore les Anglais sont à la rue mais vont revenir plus fort avec leurs droits TV.

    Peut etre que le train vient de passer pour le PSG et ne se représentera pas de sitôt.
    Thouvenel Ballon d'Or Niveau : CFA2
    Note : 1
    Message posté par Ravage
    J'ai bien peur d'être en total désaccord. La Ligue des Champions a rarement été aussi banale. Chaque année, les mêmes affiches. Les clubs riches toujours plus riches creusent le fossé avec la concurrence, le nombre d'équipes pouvant remporter le trophée est vraiment faible. Regardez, on se retrouve encore avec Real - Bayern - Atlético en demis. Manque juste le Barça, question de tirage au sort.


    100% d'accord
    Real, ATM, Bayern et City en 1/2 finale, on a vu mieux comme surprise. Wolfsburg est pas passé loin, OK
    frednorthlondon Niveau : DHR
    Certitudes brisées? Allons allons... On fait dans du grand classique. Real Bayern sont en général toujours là. l'Atletico est finalise il y a 2 ans, et ont leur meilleure génération et jouent dans le championnat le plus relevé, la preuve en regardant ces quarts. le PSG joue dans le championnat le plus faible (6e UEFA et 8e en réalité) et ont les attends pour battre City? Tottenham, Leicester, Utd aurait également battu ce PSG la qui perd contre... Lyon.

    Ne pas oublier que cela à pris presque 10 ans à Abramovitch à gagner la LDC et City après 8 ans d'investissement passe ENFIN les quarts!

    Le top top européen ne s'atteint pas comme ça car les gros sont en place. Et encore les Anglais sont à la rue mais vont revenir plus fort avec leurs droits TV.

    Peut etre que le train vient de passer pour le PSG et ne se représentera pas de sitôt.
    Note : 1
    Sinon ceux qui préfèrent le football il y a l'Europa League. Des belles petites confrontations avec des équipes qui ont de l'envie. Certes mon avis est biaisé car Liverpool est toujours en course mais qu'à cela ne tienne, la CL ne fait plus rêver les vrais amateurs de ballon. Cette compétition n'est devenue qu'une parodie d'elle même.
    Message posté par Mcfly
    "Le champion de France est out. Les probables futurs champions d'Italie et d'Espagne le sont aussi."

    En Espagne rien n'est encore joué, l'atletico n'est qu'à 3 points du Barça, le Real à 4 points. Les deux clubs de madrid peuvent encore gagner le titre.


    Salut Marty,

    Observe bien les calendriers respectifs, en sachant que tu vas rajouter au Real ET à l'Atletico deux rencontres supplémentaires, et pas des moindres...

    Donc oui, pour moi aussi, le Barça sera futur champion d'Espagne.
    Juninho LALALALA Niveau : District
    Note : 1
    Message posté par Ravage
    J'ai bien peur d'être en total désaccord. La Ligue des Champions a rarement été aussi banale. Chaque année, les mêmes affiches. Les clubs riches toujours plus riches creusent le fossé avec la concurrence, le nombre d'équipes pouvant remporter le trophée est vraiment faible. Regardez, on se retrouve encore avec Real - Bayern - Atlético en demis. Manque juste le Barça, question de tirage au sort.


    Je suis on ne peut plus d'accord, où sont les équipes mythiques qui nous ont fait rêver jusqu'à il n'y a pas si longtemps?

    -Dynamo Kiev 1998/1999
    -Leeds 2000/2001
    -Valence 1999/2001
    -Leverkusen 2001/2002
    -Monaco/Porto 2003/2004
    - Villareal 2006

    J'en passe et des meilleures : La Corogne, Lyon, La Lazio, le Milan AC, Liverpool.

    J'en viens presque à plus me passionner pour l'Europa League, où tout ne tourne pas autour de CR7 et de Léo Messi, où on n'a pas vu 239 fois les mêmes matchs ces 5 dernières années!

    Rendez nous la coupe d'Europe!
    Blanc peux faire ses valises maintenant, il est impossible qu'il reste une saison de plus, c'est l'échec de trop, tellement lamentable que j'en suis encore sur le cul, ce mec est la définition de l'eunuque de base, et pire que tout, il se permet d'être hautain et condescendant en conférence de presse sous prétexte qu'il démonte la ligue 1, bravo champion, pour ce qui est d'avoir la classe tu repassera quand tu t'exprimera mieux qu'un paysan de l'amour est dans le pré.

    Putin mais entre lui et Deschamps je crois qu'on peux pas faire pire niveaux beauféthie, comparé a des Ancelotti, Simeone, Conte,y'a plusieurs monde d’écarts.
    Note : 2
    C'est marrant, chaque équipe qualifiée a gagné 3-2 sur l'ensemble des 2 matchs.
    City : 2-2, 1-0
    Real : 0-2, 3-2
    Bayern : 1-0, 2-2
    Atlético : 1-2, 2-0

    Ça prouve au moins une chose : les quarts de finale étaient vraiment ultra serrés cette année. Donc même s'il n'y a qu'une seule vraie surprise (City), les certitudes sont vraiment brisées...
    Message posté par Phil...
    @ Ravage: l'Atletico, c'est quand même TRES récent et nouveau de les trouver là.
    Deux présences en demie de clubs qui ont été en demies moins de 2 fois sur les 20 dernières années, c'est pas banal.
    Dortmund en finale c'est pas si lointain.
    L'inter non plus.
    Je pense que ton jugement est biaisé par une forme "d'immédiateté": aujourd’hui, ce qui s'est passé il y a plus de 3 ans nous parait à tous (pour bien exprimer que je ne te jette absolument pas la pierre) remonter à plus d'un siècle.

    Evolution de la société: le développement de l’immédiateté réduit inévitablement notre mémoire.


    Tu as raison, mon jugement est certainement biaisé par l'immédiateté. Il y a des cycles de domination du foot européen et j'en suis conscient.

    Ce que je regrette, c'est ces affiches vues et revues, et surtout que le titre se joue entre un nombre très restreint d'équipes. Dès le début de la compétition, on connaissait tous 3 des 4 demi-finalistes, le 4ème étant éliminé du fait du tirage au sort.

    Alors oui, il y a eu des surprises récemment (Atlético, Inter, Dortmund..), mais c'est trop peu pour rendre la compétition intéressante à mes yeux.
    Comme beaucoup, je me tourne vers l'Europa League, de belles équipes, du spectacle... De la vraie incertitude, quoi.
    Note : 1
    @stronzo

    J'aimerais bien qu'on arrête avec Deschamps.

    Le gars, sans parler de son palmarès de joueur, est le dernier entraîneur français à avoir accompagné une équipe française en finale de LDC, est le seul entraîneur à avoir réussi à gagner avec l'OM en 25 ans, a réussi à garder le feu sacré dans un Turin moribond en Série B et à gagner un match à élimination direct (avec Ray 2006) en quatorze ans. Sans compter qu'il emmène Brandao en quart de LDC, ce qui vaut sûrement plus que tous les ballons d'or de Messi.

    Il faut arrêter de le faire passer pour un plouc sans références.
    La qualification de l'Atletico est une vraie surprise. Bien plus que celle de City.

    On connaît tous l'Atletico de Simeone. Mais de là à ce qu'il élimine le Barça de Messi, Suarez et Neymar! Il y a un mois, je ne l'aurais pas envisagé. Ça va vite!

    L'Atletico mériterait le sacre.

    Mais il souffre de complexes par rapport au Bayern et au Real (devant qui il a perdu ses deux finales de C1 encaissant des buts de dernière minute). Simeone saura-t-il les lui faire oublier?
    Blatter m'a tuer Niveau : Ligue 2
    Note : 2
    Message posté par brendao
    Sinon ceux qui préfèrent le football il y a l'Europa League. Des belles petites confrontations avec des équipes qui ont de l'envie. Certes mon avis est biaisé car Liverpool est toujours en course mais qu'à cela ne tienne, la CL ne fait plus rêver les vrais amateurs de ballon. Cette compétition n'est devenue qu'une parodie d'elle même.


    Les équipes en C1 n'ont pas envie elles?
    Rakamlerouge Niveau : National
    Note : 2
    "Barcelone, Real Madrid, Bayern Munich, PSG" - cherchez l'erreur

    C'est fou, cette presse sportive cocorico qui fait comme si c'etait une evidence de citer Paris dans la meme foulee que les 3 mastodondes et monument du football que sont Barcelone, le real et le Bayern...
    Le problème de la C1 c'est qu'avant, on attendait les 1/8e pour avoir droit à des vrais matchs. Maintenant, faut attendre les 1/4, et encore, certains 1/4 était bien chiant. Trop de matchs tue le foot. Les mecs sont cramés, se connaissent par coeur parce qu'ils se jouent 5 fois dans l'année parfois et beaucoup de gens sont de plus en plus lassés de voir et revoir toujours les mêmes matchs. Qu'on mette que les champions, à la limite pour les deux ou trois premiers championnats à l'indice UEFA t'as droit à un deuxième représentant, match aller retour et pas de phase de poule. Comme ça, les cartes, les finances et les joueurs seront un peu mieux répartit. Mais bon, les gros clubs le permettront jamais.
    Rakamlerouge Niveau : National
    Note : 1
    "Barcelone, Real Madrid, Bayern Munich, PSG" - cherchez l'erreur



    Henry/Martial Niveau : District
    Message posté par Algiers
    @stronzo

    J'aimerais bien qu'on arrête avec Deschamps.

    Le gars, sans parler de son palmarès de joueur, est le dernier entraîneur français à avoir accompagné une équipe française en finale de LDC, est le seul entraîneur à avoir réussi à gagner avec l'OM en 25 ans, a réussi à garder le feu sacré dans un Turin moribond en Série B et à gagner un match à élimination direct (avec Ray 2006) en quatorze ans. Sans compter qu'il emmène Brandao en quart de LDC, ce qui vaut sûrement plus que tous les ballons d'or de Messi.

    Il faut arrêter de le faire passer pour un plouc sans références.


    Tout à fait d'accord DD n'est certes pas un modèle de Charisme et de beauté ... Mais ces années en tant que Coach ont démontré la solidité du bonhomme !

    Et puis en étant réaliste, quel autre coach français pourrait nous faire gagner l'euro voir la CDM 2018 ? ( Blanc est déjà passé par l'EDF, Wenger ? Rudi Garcia ? je pense pas ... quand à Zidane il est encore trop inexpérimenté pour se voir ouvrir la porte des Bleus )
    Note : 1
    L'élimination du PSG confirme une chose, Serge Aurier avait bien raison : Laurent Blanc est une "fiotte" qui lèche les couilles de Zlatan. Aucune conviction, aucune anticipation, aucune intelligence tactique, aucune audace. Pour diriger un club de CFA2, ok sa morgue et sa suffisance ça peut passer mais il n'a pas les épaules assez solides pour un grand club.
    Benito-Bx Niveau : CFA
    Le foot n'est que le miroir de l'organisation économique actuelle avec des poids lourds qui dominent de plus en plus le marché et absorbe leurs concurrents.

    Actuellement, même les joueurs jouent ce jeu-là, notamment à cause du trop grand nombre de match. Quand tu vois Arda Turan pleine bourre qui accepte de ne pas jouer 6 mois pour rejoindre le Barça, ou Ter Stegen et Bravo, deux très bons gardiens, accepter ne ne pas être numéro 1 à part entière.

    Maintenant, les joueurs préfèrent jouer les utilités au Barça, au Bayern ou au Réal et se dire qu'il joueront quand même 30 matchs par an et qu'ils pourront s'imposer en cas de blessure, plutôt que d'être des leaders dans une équipe moins huppée.

    Tout ça, appauvri clairement les clubs moyens qui avant pouvaient faire une surprise.

    La solution c'est de diminuer le nombre de matchs mais ça n'arrivera jamais. il y a trop de fric en jeu.
    Note : 2
    Le trip Hipster de critiquer la LDC alors qu'on vient de voir un Atletico - Barça d'une intensité folle, continuer a regarder Seville et Liverpool et laissez nous savourez aussi la LDC.
    Ca c'est bien la presse qui doit faire vendre d'avoir une vision aussi simpliste du foot que le supporter moyen.

    Je vois pas en quoi Real, Bayern, Barça et PSG devait composer avec certitude le dernier carré.
    Le Real est moyen depuis le départ d'Ancelotti et là, il a même un débutant sur le banc. Ils ne passent finalement que pour un but face à Wolfsburg.
    Le Bayern n'est plus aussi souverain en Bundesliga et n'est pas à l'abri d'un retour du BVB et est loin d'être convaincant en Europe. A aucun moment dans la double confrontation face à Benfica ils n'ont paru nettement supérieurs.
    Le Barça est complètement à la ramasse depuis plusieurs semaines et l'Atletico a prouvé qu'il avait une meilleure équipe, encore largement en course pour le titre en Espagne et peut-être l'équipe la plus en forme des 4 demi-finalistes.
    Puis le PSG, je vois pas du tout en quoi c'était un favori, à part pour les Français pas très objectifs. ManCity n'a même pas eu besoin d'être très bon pour passer sans inquiétude.

    Bref, j'aimerais bien que l'Atletico, voire ManCity, l'emporte en finale pour fermer bien des gueules.
    Note : 1
    Quel argument ridicule, affirmer que Benfica est une équipe modeste et présenter comme "preuve" la défaite en Turquie et le matche nul à Astana...

    Si l'on suit cette logique enfantine ( pour être sympa), alors on pourrait tout autant affirmer que Benfica était un sérieux candidat à la victoire finale parce qu'ils ont battu l'Atlético à Madrid (qui d'autre l'a fait?)

    Benfica c'est du solide, pas un favori à la victoire, mais une équipe très solide qui aurait mérité un petit but en Allemagne qui aurait changé beaucoup de choses. Bayern a mérité de se qualifier parce qu'ils ont été meilleurs, mais réduire les difficultés qu'il ont rencontré à leur démérite et non pas au mérite de Benfica, c'est la preuve que celui qui a écrit cet article n'a pas vu les parties.

    Attention, SoFoot... vous vous ressemblez de plus en plus à L'Equipe...
    Ou alors affirmer que l'Atlético est une équipe modeste parce qu'ils ont perdu à domicile contre Benfica et n'ont pas gagné à Astana...

    Le Kiosque SO PRESS

    Partenaires
    Olive & Tom Logo FOOT.fr
    Article suivant
    Sur le bord de la Tuchel
    715 73