En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options

La Ligue 1 trop petite pour le PSG ?

65 millions d'euros pour Zlatan Ibrahimović et Thiago Silva. C'est autant que le budget annuel des Girondins de Bordeaux, c'est trois fois celui de Bastia, et c'est beaucoup de casquettes d'Élie Baup. En frappant un énorme coup sur le marché des transferts, le Paris Saint-Germain change la face d'une Ligue 1 dont le futur s'écrira à deux vitesses.

Modififié
Zlatan Ibrahimović interviewé par Éric Besnard ? Ezequiel Lavezzi qui trompe Nicolas Penneteau ? Thiago Silva qui tacle Emmanuel Rivière ? À mi-chemin entre le rêve et la réalité, le recrutement quatre étoiles du Paris Saint-Germain fait maigrir ici et parler là-bas. Réputé, pas toujours à juste titre, comme un championnat morose, flirtant avec l'ennuyeux, la Ligue 1 tient enfin, avec ce Paris Saint-Germain, sa bande de Galactiques. Une dream-team made in Serie A capable de tout, même de faire vendre des maillots dont le prix pourrait atteindre 125 euros cette saison… L'été dernier, alors que QSI posait les premières pièces de son impressionnant puzzle, la France du football était quasi-unanime : l'arrivée des pépettes et des figures de proue était une bonne chose pour un football hexagonal en recherche de dynamisme. Un an, une deuxième place et deux mercatos plus tard, la donne ne semble plus être la même. D'une part, en investissant la quasi-totalité de ses liquidités en Italie, le PSG n'est pas la locomotive économique qu'il aurait pu être. D'autre part, fort de cet impressionnant mercato, le club de la capitale pourrait bien être devenu trop grand pour la Ligue 1.

Lille seul concurrent crédible ?

C'est qu'il va falloir lui expliquer, à Zlatan, que ses concurrents ne s'appellent plus Juventus Turin ou Real Madrid, mais Lille OSC et Montpellier Hérault. Car, comme la saison passée, où ils étaient donnés gagnants avant même la première journée, les Parisiens vont tout de même devoir faire face à une petite concurrence. Une concurrence a priori moins forte, mais une concurrence quand même, que le LOSC, bien que privé d'Eden Hazard, devrait incarner tout au long de la saison. Renforcé par les arrivées de Marvin Martin et de Salomon Kalou, le club de Michel Seydoux devrait être, à l'instar de Montpellier en fin de saison dernière, la solution de rechange des Français anti-parisiens, dans la lutte contre l'ogre au porte-monnaie sans fin.

Cela étant dit, il faut bien comprendre que si le Paris Saint-Germain n'a pas été champion la saison passée, c'est aussi et surtout parce que Montpellier a réalisé une saison exceptionnelle. Un énorme bâton dans la roue du carrosse francilien qui ne brisera pas la marche triomphale des joueurs de la capitale chaque année. Forte des arrivées d'Ibrahimović, Thiago Silva, Lavezzi et Verratti, l'impressionnante armada parisienne semble être sa propre ennemie. Pour les joueurs de Carlo Ancelotti, l'équation est simple et sera la même toute la saison : chaque victoire obtenue sera qualifiée de « normale » , tandis qu'un simple match nul sera une contre-performance. Une forte pression dont QSI compte bien se débarrasser en sortant sa meilleure arme : le cash.

Le Veston ensorcelé du Cheikh

L'an passé, QSI annonçait qu'ils trouvaient « normal » d'allonger 100 millions d'euros par mercato estival sur trois ans. Aujourd'hui, les hommes de l'ombre du PSG s'exécutent, et le cercle vicieux se met en place. À force d'attirer des grands joueurs et de montrer ça et là que les moyens sont réels, Paris apparaît comme un candidat sérieux au recrutement des plus grandes stars. «  Avec Manchester City, le PSG fait partie des équipes qui peuvent s'offrir un rêve  » , évoquait Mino Raiola, agent de Zlatan Ibrahimović, au moment de comparer l'arrivée du Suédois à celle de la Joconde. Aujourd'hui, les poches qataries semblent sans fond, comme les poches du Veston ensorcelé cher à Dino Buzzati. Et comme dans la nouvelle du K, à chaque fois que le PSG lâche de la thune, c'est quelqu'un d'autre qui en souffre.


Car si la contrepartie financière versée par Paris est énorme, elle sert plus souvent à couvrir des dettes (Milan) ou à assurer un futur (Palerme) qu'à réinvestir de manière sérieuse et compétitive. L'addition est tout aussi douloureuse pour la Ligue 1. Un championnat qui espérait bien être dynamisé économiquement par l'arrivée d'un poumon investisseur, mais qui s'est vite rendu compte de la fuite des capitaux vers l'Italie. Rien que cet été – et Dieu sait qu'il est loin d'être terminé – Paris a « versé » 100 millions d'euros à la Serie A. C'est donc en billetterie lors de ses déplacements que le PSG contribuera maigrement au développement d'un championnat dans lequel il pourrait bien se balader.

En attendant Noël...

Aujourd'hui, à coups de millions, Carlo Ancelotti est à la tête d'une équipe dont les noms, de Zlatan à Pastore, en passant par Ménez et Lavezzi, n'étaient censés apparaître au Camp des Loges que dans une partie réussie de Football Manager. Et encore. Au moment d'attaquer la saison, le onze parisien devrait être composé quasi uniquement de joueurs arrivés depuis l'été dernier, Christophe Jallet faisant office d'exception et « d'Arbeloa » . Et si, comme souvent, «  amas d'individualités » et « triomphe du foot business  » devraient être associés aux premières sorties parisiennes en Ligue 1, ces pièces précieuses, ajoutées les unes aux autres, pourraient bien suffire aux Parisiens pour s'adjuger aisément un Hexagoal. Seule ombre pour noircir le portrait francilien, le fait de jouer sur plusieurs tableaux. C'est là que les Sakho, Chantôme, Nene, Bodmer et Hoarau, fortement invités à rester au club, devraient intervenir. Enfin, ça, c'est en attendant le mois de décembre et les cadeaux de Noël du président…

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 1 heure Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) il y a 3 heures Quand Ronaldo planquait de la bière 35
il y a 4 heures Dupraz quitte le TFC 118 il y a 5 heures Robinho en route vers Sivasspor 39 il y a 8 heures Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 4 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 8 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7