1. //
  2. // 8e journée

La Ligue 1 reste à droite

Paris et ses millions en tête, Lyon dans le même rythme, contrairement au Sénat, les gros n'ont pas basculé. La huitième journée du championnat n'a pas bouleversé la hiérarchie, au contraire même. C'est bon d'être riche.

0 3
Paris Sans Germain

Il y a un an, tout le monde cherchait Germain le Lynx et son regard malicieux. Aujourd'hui, tout le monde s'en fout. Le Qatar, Leonardo et quelques achats bien sentis sont depuis passés par là. Contre Montpellier - pourtant leader - le PSG a passé son premier test avec réussite. Une victoire solide (3-0) après une entame de match difficile. Pastore a de nouveau frôlé l'indécence (5 titularisations, 4 buts, 2 passes décisives, 1 pénalty provoqué et une chiée de talonnades) avec un doublé. Pour autant, l'Argentin n'a pas été le seul à sorti du lot. Sirigu a été une nouvelle fois très bon et Matuidi a ratissé la gonfle pour tout le monde. Même si la défense n'est pas encore au point, Paname commence à faire peur. Mieux, Paris est leader. Dimanche, les Franciliens recevront leur dauphin lyonnais pour un match de gala. Leo peut continuer à lever le pouce, pour le moment, tout va bien.

Gomis s'invite au bal

A Lyon, on a souvent parlé que de Lisandro quand on évoquait les attaquants du sérail. Puis, l'Argentin s'est pété la guibole contre Montpellier et là, on a eu peur. Très peur. Bafé Gomis, lui, a souri. Il a continué à porter ses fringues de la fashion week et à claquer des pions. Encore et toujours. Aujourd'hui, l'ancien Stéphanois est le meilleur buteur du championnat et il porte l'OL à bout de crampons avec une certaine facilité. Contre Bordeaux, le numéro 18 en a mis deux au fond. Toujours épaulé par un Bastos de nouveau sur orbite, l'avant-centre a confirmé son début de saison de mammouth. Présence physique, appels, contre-appels, frappes, jeu en pivot, Gomis a tout fait. A ce rythme-là, on ne voit pas comment Laurent Blanc pourrait continuer à l'ignorer. Dimanche, il se frottera à l'arrière-garde parisienne sous les caméras de Canal Plus. Le genre de soirée qu'il aime.

Sochaux à poil

Huit matches de championnat, 19 buts encaissés. Sochaux est actuellement dans une phase de générosité sans précédent. Après avoir pris un set de tennis dans les dents contre Rennes (6-2), les Sochaliens ont fini avec quatre balles dans le buffet à Auxerre (4-1), dont trois du seul Oliech. Il faut le faire quand même. Pis, les quatre caramels icaunais ont été marqués en un quart d'heure. Ça devient grave pour les gars de Bazdarevic. Les faux-départs conjugués de Maïga et Anin ont fait mal. L'équipe n'a plus de mental et défend comme en DHR. A ce rythme-là, la saison s'annonce très compliquée pour les jeunes Lionceaux. Même le génial Double M a.k.a Marvin Martin manque à l'appel. Hier, il a tout raté. Un peu à l'image de ses potes. Comme quoi, Gillot avait senti le coup venir...

Marseille ne décolle pas

90+3. José Saez. Deux entités, qui, conjuguées, ont fait très mal à l'OM. En égalisant dans les arrêts de jeu, Valenciennes s'est évité une défaite à la maison contre Marseille. Un OM encore trop timoré qui ne doit son point qu'au génial Mandanda auteur d'un match de All Star dans le Nord. Le reste ? Quasi similaire à ce qu'on a vu depuis l'ouverture du championnat. Marseille soulève encore trop de questions : l'OM sait-il marquer un but autrement que sur coup de pied arrêté ? La défense est-elle le point faible du millésime 2011 ? André Ayew a-t-il fini de bouder ? Rod Fanni souhaite-t-il poursuivre le record de Spahic ? Alou Diarra (et les recrues en général) est-il au niveau ? Ça fait (beaucoup) trop d'interrogations pour un club qui voulait se mêler à la course au titre. Surtout, Marseille accuse déjà dix points de retard sur Paris et sur Lyon. Beaucoup après seulement huit journées. Beaucoup trop ? Encore une question à laquelle les Olympiens doivent vite répondre.

A retenir : le premier but de Joe Cole en L1 (le premier d'un Anglais depuis Waddle en 1992), la démonstration de coaching de Franck Dumas avec Caen à Evian pour une victoire 4 à 2 en étant réduit à dix à la 25e minute, la tristesse des affluences et la première suspension de Diego Lugano pour le match de Lyon.

Par Mathieu Faure

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
y aura qui du coup en défense pour Paris contre Lyon ?

ils seront pas revenus Sakho et Bisevac ?
Non Lugano sera bien là contre Lyon:

Si Lugano a bien reçu ses 3 cartons en 3 matchs, la commission du match Montpellier/Psg aura lieu le jeudi 29 septembre et prendra effet à partir du lundi 3 octobre.
Donc le poète sera bel et bien présent au parc ce dimanche 2 octobre.
ok merci !

et sinon Sakho et Bisevac ils reviennent quand ? C'est pas que j'ai pas confiance en Camara mais bon...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
L'équipe-type du dimanche
0 3