1. //
  2. //
  3. // Billet d'humeur

La Ligue 1 est morte, vive la Ligue 1 !

C'est ce qu'on appelle « se faire saigner » . Fraîchement devancée par la Russie à l'indice UEFA, notre chère Ligue 1 ne s'apprête pas à relever la tête, mais à baisser les yeux. Après un été catastrophique où il a vu la plupart de ses meilleurs éléments se faire la malle, pas toujours pour des destinations huppées, le championnat de France de football tire la gueule. Mais comme toujours, The show must go on. Et tant pis si Francis Cabrel chante à la place de Freddy Mercury.

Modififié
61 58
Dans le monde du football comme dans celui de Sergio Leone, le monde se divise en deux catégories : ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent. La pelle bien accrochée dans ses mains d'ouvrier du ballon rond, le championnat de France de football creuse si profond qu'un jour, ses têtes pensantes vont devoir agir au lieu de parler, de se plaindre. Passer par la fenêtre quand la porte est fermée, en somme. Ce mardi 2 septembre, l'heure n'est pas encore à l'action, mais au bilan. Au recueillement devant la tombe que la Ligue 1 a elle-même creusée, non sans effort, et non sans aide extérieure, les gens sont nombreux. Au sujet de ce cadavre, le médecin légiste est indécis. La date de la mort se situe aux alentours de la fin août 2014, mais la phase terminale était entamée depuis quelques années, déjà. La maladie ? Le manque d'ambition, le manque d'imagination et, surtout, l'erreur de se croire beaucoup plus beau qu'on ne l'est réellement. Car si les voix du football français s'élèvent logiquement aujourd'hui pour s'insurger face au corps en décomposition de la Ligue 1, croire que la Ligue 1 allait être celles des stars, de James Rodríguez, Falcao et Ibrahimović, celle de deux équipes capables de ramasser la C1, celle qui allait faire vendre en Chine ou à Tombouctou, relève de la naïveté. Au XXIe siècle, le championnat de France, c'est beaucoup d'amour, donc de critiques et beaucoup de fidélité, donc de coups de gueule. Oui, s'il y a autant de gens aujourd'hui qui versent des larmes sur la sépulture du championnat de France de football, c'est parce qu'il y a beaucoup de gens qui l'aiment. Des gens qui, une fois qu'ils auront troqué les lunettes de soleil et le costume noir contre la bière et le jogging, continueront à regarder le football français, en espérant qu'un jour, ça change.

La dernière roue du carrosse…


Ce n'est pas une tombe, mais un cimetière militaire. Valbuena, Stambouli, Cabella et tant d'autres, morts pour la patrie. Le mois d'août de la Ligue 1 a été un véritable film d'horreur, surtout quand on se souvient de l'été dernier, où la France a paru, le temps d'un mercato, une terre fertile, d'ambition et d'allégresse. La liste des départs est longue, mais mérite d'être citée. Au Marseillais et aux deux Montpelliérains cités plus haut s'ajoutent James Rodríguez, Ospina, Falcao, Alex, Zouma, Gomis, Mendes, Abidal, Aboubakar, Ménez, Trémoulinas, Orban, Coman, Djordjevic, Rivière, Obbadi ou encore Salomon Kalou, pour ne citer qu'eux. Le départ de ce dernier étant l'exemple parfait de ce qui ne tourne pas rond dans le football hexagonal. Interviewé par L'Équipe ce mardi, l'Ivoirien a confié que son départ de Lille n'était pas sa décision et qu'il avait été poussé vers la sortie non pas par son coach, mais par ses dirigeants. Résultat, un des bons attaquants de Ligue 1 quitte l'Hexagone pour une somme dérisoire - 2 millions d'euros - et rejoint un club a priori moins ambitieux que celui qu'il quitte, à savoir le Hertha Berlin, 11e de Bundesliga en 2013-2014. De nombreux départs vers des horizons pas toujours reluisants et de rares arrivées, pas toujours intéressantes, qui font évidemment baisser le niveau global d'un championnat où le Paris Saint-Germain, quoi que lui aussi freiné dans ses idées par le fair-play financier, apparaît plus que jamais en promenade de santé. Alors évidemment, quand les moyens ne sont pas là, quand on est dans un championnat où le troisième larron du podium touche autant en droits télés que celui qui erre dans le ventre mou anglais, on doit faire avec les moyens du bord. On doit inventer, miser sur l'avenir, chose que seul l'OM - et l'OL, dans une autre mesure, celle de la formation - a tenté au cours des deux derniers marchés d'été. Actuellement sixième au classement UEFA, la France, qui accuse un déficit d'attractivité et de puissance financière, même face à des clubs étrangers de seconde zone, a clairement atteint un point de non-retour sur le niveau sportif. Heureusement, il lui reste encore l'affectif. Ce qui n'est pas rien.

Tant que l'amour subsiste…


La Ligue 1 Orange est une entité nostalgique. Nostalgique de la Division 1. Nostalgique tout court. Donc la Ligue 1 écoute Jacques Brel et sait que « quand on a que l'amour, pour vivre nos promesses, sans nulle autre richesse, que d'y croire toujours » , on peut, d'une certaine façon, s'en tirer la tête haute. L'élite française, c'est plus qu'une vague de départ meurtrière et plus que des zéros sur un chèque. C'est un écusson Panini brillant de Louhans-Cuiseaux, de Wasquehal. Quelque chose de ringard, mais de terriblement précieux. Évidemment, il s'agit là de bien plus qu'une affaire de vignettes autocollantes. C'est une affaire d'affect. Accepter ce qu'il se passe, ce n'est pas se complaire dans sa médiocrité, ni se satisfaire de peu, c'est admettre que quand on aime la Ligue 1, on aime un football. Une passion à part qui ne veut pas dire que l'on ne se délecte pas des prestations du Paris Saint-Germain, que l'on n'a pas remarqué que Chelsea jouait sacrément bien depuis que Diego Costa et Fàbregas étaient arrivés ou que l'on vomit le football business. Simplement un amour de tous les instants, mais surtout du vendredi soir et du dimanche 14h, dans le 0 à 0 comme dans l'opulence. Le championnat de France de football a souvent perdu des grands noms, mais ce ne sont pas qu'eux qui le font. La Ligue 1, c'est Alexander Frei au moins autant que Zlatan Ibrahimović. C'est Frédéric Meyrieu autant que James Rodríguez. C'est Éric Sikora autant que Thiago Silva. C'est Tony Heurtebis autant que Salvatore Sirigu. C'est vrai que ce n'est pas beaucoup, mais c'est assez. Si cela ne convient pas, aux supporters comme aux dirigeants, c'est peut-être parce que la passion-tristesse, c'est tout juste ce qu'ils méritent.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Pas d'auteur à la fin de l'article mais on t'a reconnu Chérif !
Note : 2
Le problème c'est l'incompétence de la Ligue : copinage à outrance, manque d'humilité, décisions arbitraires, aucune remise en question, racket des investisseurs, DNCG qui plombe notre foot depuis 20 ans...
Triste à dire, mais pour moi la l1 à archi régraisser. A un moment tu avais le losc avec gervinho cabaye hazard, l'ol bastos lisandro , om lucho niang cheyrou heinze , bordeaux cavenhagi chamakh gourcuff diarra etc... Tout les clubs du haut de tableau se tirait la bourre, alors que maintenant excepter le psg il n'ya plus grand chose.
Pour moi cette année c'est l'occasion pour des clubs comme l'OM, Bordeaux, St Etienne de reprendre leur place de patrons en L1.
En s'appuyant sur une belle année en championnat ces club là pourront redevenir attirant et la machine se mettra en route.

Lyon j'ai peur pour eux tandis que Paris va clairement se balader.

Monaco bien sûr je peux pas m'empêcher de penser que c'est un gâchis énorme. Mais ils ont encore de la qualité pour faire une belle année. wait&see
nicolattaque Niveau : District
l'exemple qui résume tout ça : Ochoa
Un joueur brillant au mondial (et pas que), libre, qui n'était pas contre le fait de rester en France et qui se retrouve remplaçant à Malaga.
On est des chèvres tout simplement.
Note : -6
James Rodriguez, Ospina, Falcao, Alex, Zouma, Gomis, Mendes, Abidal, Aboubakar, Ménez, Trémoulinas, Orban, Coman, Djordjevic, Rivière, Obbadi ou encore Salomon Kalou.

franchement, à part un ou deux... bof. on dirait une équipe de seconds couteaux.
le redempteur Niveau : Loisir
Moué faut pondérer , stambouli pouvait signer à Marseille et a préféré partir à l'étranger .

Valbuena pareil et cabella idem .

Pour le reste moi le seul truc inexplicable c'est avec des effectifs qui s'appauvrissent chaque année à quoi l'argent des droits tv est utilisé par les clubs.

Car pour moi il y a un gros souci.
Chriswillow Niveau : Loisir
Message posté par ankourage
James Rodriguez, Ospina, Falcao, Alex, Zouma, Gomis, Mendes, Abidal, Aboubakar, Ménez, Trémoulinas, Orban, Coman, Djordjevic, Rivière, Obbadi ou encore Salomon Kalou.

franchement, à part un ou deux... bof. on dirait une équipe de seconds couteaux.


Oui, sauf que ces seconds couteaux étaient les meilleurs des équipes dites du ventre mou. Donc forcément, la plupart de ces clubs se sont affaiblis avec leur départ.
Déjà,dans les années 90, l arrêt Bosman a commencé à tuer le football. Avant ça, les coupes d Europe étaient excitantes...des équipes italiennes remplies de gominees truqueurs..des équipes britanniques qui sautaient haut à la tête, et qui mettaient des coups...des espagnols vifs et techniques, et des équipes françaises qui tenaient leur rang...ce sont des clichés mais c était le foot qu on aime.
Et maintenant, les équipes françaises jouent à moitié leurs coupes d Europe, la peur au ventre. Donc moins de notoriété à l international, donc moins de droits TV...donc des Jeremy Morel en défense centrale de l équipe la plus suivie du pays...

Que ça soit en France, où dans le monde entier,je vous le dis...si on revient pas vite à des bases plus saines, plus "ringardes" comme on les avait avant l arrêt Bosman, je donne pas plus de 20 ans d espérance de vie au football.
des ex? Une coupe du monde organisée au qatar, mangala pour 50 millions à city, des équipes dysney Land comme Paris composées à 100% d etrangers....

On va droit dans le mur.
TsouinTsouin Niveau : Ligue 1
Message posté par ankourage
James Rodriguez, Ospina, Falcao, Alex, Zouma, Gomis, Mendes, Abidal, Aboubakar, Ménez, Trémoulinas, Orban, Coman, Djordjevic, Rivière, Obbadi ou encore Salomon Kalou.

franchement, à part un ou deux... bof. on dirait une équipe de seconds couteaux.


Peut-être mais ils sont remplacés par qui ? Hors PSG, tu l'auras compris.

L'année prochaine sera une nouvelle saignée : à Lyon, pour parler de ce que je connais, on va perdre Umtiti, Gonalons, Grenier, Lacazette et Gourcuff (il sait quand même jouer au foot cet handicapé) qui, là, seront remplacés par des second couteaux. Et quand je dis "second couteaux", c'est genre Bako Koné.
Le départ de Kalou me fait bien évidemment penser à notre cher président voulant se débarrasser lamentablement de ses "dinosaures" qui se trouvaient être les meilleurs joueurs ainsi le ciment de l'équipe. Et on constate le résultat. Propre, net et précis.

Bref, la L1 n'est pas encore morte, à vrai dire. Elle se trouve dans un coma profond avec comme seul signe de vie, le pouls que le PSG insuffle avec ses millions.
Message posté par AC2N
Triste à dire, mais pour moi la l1 à archi régraisser. A un moment tu avais le losc avec gervinho cabaye hazard, l'ol bastos lisandro , om lucho niang cheyrou heinze , bordeaux cavenhagi chamakh gourcuff diarra etc... Tout les clubs du haut de tableau se tirait la bourre, alors que maintenant excepter le psg il n'ya plus grand chose.


En 2009, Bordeaux achetait définitivement Gourcuff, Marseile Lucho et Lyon Lisandro et 6 mois plus tard, on annonçait la supression du droit à l'image collective. Quelques années plus tard, t'as eu la "provisoire" taxe à 75% ... et paradoxalement au moment ou les droits télé n'ont jamais été si important, le gouvernement a plombé le début de compétitivité des clubs français.

On a le foot que l'on mérite.
Le modèle de football et de Coupe d'Europe comme on le connaît et comme on l'aime est mort. C'est déjà le cas, mais seules 5 ou 6 équipes sont aujourd'hui capables de gagner la C1. C'est seulement la preuve irréfutable que l'écart se creuse à vitesse grand V : le fait que le 3ème de L1 touche autant de droits TV que le dernier en Angleterre est symptomatique de ça.

Le pire, c'est qu'il n'y a rien à faire, sauf à changer radicalement le système en instaurant un salary cap global à l'échelle européenne. Autant dire qu'on n'est pas prêts de voir l'écart se réduire. Peut-être qu'un jour les instances se rendront compte qu'elles sont en train de creuser leur propre tombe : la C1 n'est déjà plus intéressante qu'à partir des quarts, et ça empirera certainement dans les années à venir. Le risque de voir les pays non concernés par la gagne (et ils sont très nombreux) s'en désintéresser est grand.

Même si ses dirigeants sont nuls, même si tout le monde s'est certainement vu trop beau, la L1 ne peut rien faire contre tout ça. Arrêtons de nous enflammer sur Porto par exemple qui a trouvé un modèle bancal qui ne durera pas (comme Lyon avait su le faire à une époque), la solution n'existe pas, les écarts sont trop grands.
Note : 10
Alors évidemment, quand les moyens ne sont pas là, quand on est dans un championnat où le troisième larron du podium touche autant en droits télés que celui qui erre dans le ventre mou anglais, on doit faire avec les moyens du bord.


c'est meme pire que ça puisque la saison derniere, le dernier d'epl a plus touché que le vainqueur de la ligue 1.

source:

http://twitter.com/premierleague/status … 90/photo/1

http://www.lfp.fr/uploads/fichiers/Tabl … rg=tinymce
Karine Benzemolle Niveau : Loisir
Message posté par perú
Déjà,dans les années 90, l arrêt Bosman a commencé à tuer le football. Avant ça, les coupes d Europe étaient excitantes...des équipes italiennes remplies de gominees truqueurs...
Cliché xénophobe réducteur. Le Calcio grâce auquel les Bloeufs de l'Équipe de Rance a appris à gagner et le très haut niveau.

Message posté par perú
et des équipes françaises qui tenaient leur rang...ce sont des clichés mais c était le foot qu on aime.
T'as oublié le cliché pour les Français : pauvres cons franchouillards, champions du monde des matchs amicaux, toujours soi-disant méritants mais toujours perdants à la fin, les pauvres choux, Caliméro en puissance.
Mehmet Scholl Niveau : CFA
Heu... Je trouve ce billet d'humeur assez surprenant !

J'veux dire par la, à l'ouest rien de nouveau quoi...

De tous temps, la feu division 1 n'a été qu'un championnat de seconde zone, de tous temps les clubs français considérés comme inférieurs à leur voisins italiens, anglais, espagnol et allemand ( même si certains ne seront pas d'accord pour les allemands ) et surtout, argument majeur, de tous temps la fiscalité française a ruiné tout espoir de concurrence saine avec les voisins sus-cités et à cela, il faut ajouter notre DNCG nationale

D'un coté un pays ou t'es grave imposé sur le revenu, ou les clubs sont archi surveillés et de l'autre coté de l'Europe c'est limite la fête du string... Sachant qu'au départ, t'es déjà en déficit d'image, de réputation, de résultats...

L'arrêt Bosman fut le coup de grâce... La règle des 3 étrangers maximum par équipe garantissait un certain équilibre, un certain nationalisme dans chaque équipe. C'était la seule chose qui pouvait maintenir les talents dans l'hexagone mais depuis ça, tout a volé en éclat

Ceci est un état de fait qui durait depuis toujours et qui a été amplifié, malheureusement pour le foot français, de manière irréversible désormais

Non vraiment je ne comprends pas ce billet d'humeur, il n'y a pas d'espoir à avoir pour le niveau, la renommée, l'attractivité du championnat de France tant que les choses resteront en l'état au niveau fiscal.


PS : Pour ceux qui me parleront du PSG :

Paris est une exception qui je pense pourra durer longtemps car c'est une vitrine que les Qataris sont venus chercher, en cela, la ville de Paris est parfaite et le PSG un bon moyen de la populariser encore plus. Ils mettent grave dans l'immobilier, c'est évident, ça va bien plus loin qu'une simple visibilité via un club de foot.

S'ils avaient seulement voulu jouer avec un club, ils auraient acheté autre chose, à l'étranger, ou quand ils auraient lâché 14 millions par mois pour un Zlatan, ça aurait été 14 à payer et pas 25

NouveauEnVille Niveau : District
"Le manque d'ambition, le manque d'imagination et, surtout, l'erreur de se croire beaucoup plus beau qu'on ne l'est réellement."

C'est tout le pays qui est comme ça...
Richard_Gotainer Niveau : DHR
Message posté par Charrua
Le problème c'est l'incompétence de la Ligue : copinage à outrance, manque d'humilité, décisions arbitraires, aucune remise en question, racket des investisseurs, DNCG qui plombe notre foot depuis 20 ans...


ok donc pas un mot sur la formation des joueurs français, de la gestion catastrophique de certains dirigeants de clubs, de la vision et de l'état d'esprit de nos chers entraîneurs français. Non le mal vient certainement de thiriez, des arbitres et de cette satanée dncg. Tiens on a du nouveau concernant les 4Millions promis par Mammadov qui ont permis à Lens de passer l'examen DNCG et ainsi jouer en ligue 1?
La déprime s'abat sur le monde du football comme sur tous les autres secteurs d'activité.

Je ne croyais jamais devoir dire une chose pareille : En tant que tifoso, j'envie la L1 ! Au moins, y-a-t-il, en France, une équipe capable de rivaliser en Champion's League ! Ce qu'il n'y a plus en Italie !
Message posté par Richard_Gotainer


ok donc pas un mot sur la formation des joueurs français, de la gestion catastrophique de certains dirigeants de clubs, de la vision et de l'état d'esprit de nos chers entraîneurs français. Non le mal vient certainement de thiriez, des arbitres et de cette satanée dncg. Tiens on a du nouveau concernant les 4Millions promis par Mammadov qui ont permis à Lens de passer l'examen DNCG et ainsi jouer en ligue 1?


D'accord avec toi. J'allais répondre à Mehmet Scholl que ses arguments sont justes mais qu'il n'empêche qu'il y a aussi un immense problème de compétence au niveau de la direction des clubs. A cela s'ajoute effectivement une certaine frilosité dans les conceptions de jeu. En travaillant sérieusement sur ces deux points tu peux redresser la barre. Ca restera dur de rivaliser ,mais tu évites le ridicule.
Comme quoi il faut se méfier de ces milliardaires étrangers qui viennent mettre leur pognon dans les clubs du jour au lendemain: ils prennent le controle total de clubs historiques sans qu'on sache vraiment qui ils sont ni ce qu'ils ont derriere la tête... Pour un City et un PSG, combien de clubs fragiles laissés dans la merde par des investisseurs obscurs et capricieux (Malaga, Lens, Grenoble et j'en passe). Espérons que ce soit pas le cas de Monaco...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
61 58