1. //
  2. // 34e journée
  3. // FC Barcelone/Bétis Séville

Vraisemblablement sacré champion d'Espagne ce dimanche soir, le Barça n'a bien que cette breloque pour lui rendre le sourire. Pourtant, après une saison en demi-teinte sur le plan du jeu, cette Liga ne lui offre que des points d'interrogation. Et un arrière goût amer.

Modififié
5 32
Dans quelques heures, le FC Barcelone sera vraisemblablement champion d'Espagne. Une simple victoire sur le Betis Séville lui suffit. Pour la 22e fois de son histoire, le public culé encensera ses champions et trônera donc sur l'Espagne du football. Fièrement. Une fierté à l'encontre de son rival madrilène, relégué à une dizaine de points depuis des lustres, mais qui ne saura faire oublier une fin de saison désordonnée. Sur le plan domestique, les statistiques blaugrana font pourtant rougir. La barre des cent buts est déjà franchie et, centaine toujours, le Barça peut s'imaginer avec un total à trois chiffres au soir de la trente-huitième journée. Mais, à l'instar d'un Xavi auteur de 100 % de passes réussies face au Bayern ou d'une possession de balle toujours autant stalinienne, les chiffres sont trompeurs. Lorsque Gerard Piqué pointe du doigt les faiblesses du FCB version Tito Vilanova, sa direction doit l'écouter et mettre l'introspection à l'ordre du jour de la prochaine réunion du board. Car ce championnat d'Espagne laisse un goût amer au fond des gorges catalanes. Il manque de saveur.

L'absence des grands rendez-vous

Après trentre-trois épisodes domestiques et une demi-finale en Ligue des champions – la sixième de rang – le Barça de Tito n'a que trop peu répondu présent lors des grands rendez-vous. Ce sont bien des victoires sur les terrains de Valladolid, Getafe ou encore Saragosse qui lui ont offert ce 22e titre. Jusqu'à preuve du contraire, elles valent le même nombre de points. Mais, dans l'imaginaire général, ce sont les Clásicos qui marquent une saison et les esprits. Or, durant l'exercice 2012-2013, le Barça ne s'est imposé qu'une fois face au Real Madrid – et encore, c'était lors du premier rendez-vous annuel en Supercopa. Depuis, deux matchs nuls et deux défaites, dont une cuisante en retour de Copa del Rey. Même topo sur la scène européenne où le Camp Nou n'a connu qu'une seule nuit blanche : celle du 4-0 face à un Milan AC en pleine reconstruction. Avant sa déroute bavaroise, Barcelone s'était hissé en demie sans la moindre victoire face au PSG. « Le Barça a achevé son dernier match face au Bayern sans les quatre footballeurs qui le définissent et qui lui sont vitaux pour la Liga : Xavi, Messi, Busquets et Iniesta » , souligne Ramon Besa du País. Un arrêt sur image qui a tout de symbolique et qui pointe du doigt un sujet tabou : ce Barça n'est pas mort les armes aux pieds. Là où le dernier trophée de Pep Guardiola était une œuvre collective, le premier de Tito Vilanova n'est qu'une accumulation de performances individuelles et de méformes madrilènes. Tout sauf l'âme du Camp Nou. Tout sauf l'identité du toque.

Le Barça ne peut s'en satisfaire

De l'extérieur, la communication du Barça ne laisse rien transparaître de cette possible remise en cause. En conférence de presse pré-sévillane, Tito Vilanova, de retour face aux journalistes, a repoussé avec insistance les souhaits de Piqué : « Il n'y aura pas de révolution. » « Les choses, de temps en temps, doivent être pensées de manière optimiste. Nous devons penser que nous avons un grand effectif, une base très importante et de très jeunes joueurs » , a poursuivi le technicien catalan. Un sourire de façade, car de l'intérieur, la réalité est tout autre. Le socio barcelonais ne peut se satisfaire d'un simple résultat trop rationnel, le board ne le sait que trop bien. À l'art doivent se juxtaposer la manière, la saveur. Mais Tito ne doute pas, il « ne doute pas de ces joueurs qui nous ont tant donné. Mon idée n'a pas changé après le Bayern. Ce qui est difficile, c'est de trouver des joueurs du niveau du Barça et qui peuvent s'intégrer ici, si nous souhaitons jouer de cette manière. » Certes, Xavi reste le Barça, mais quel Barça ? Un gagnant sans panache - on exagère hein. « Aujourd'hui, il y a des facteurs du jeu qui sont préoccupants. L'équipe a perdu de la passion, de la créativité, les attaquants ne pressent plus, les milieux n'élaborent plus et la défense n'assure plus la transition, poursuit Ramon Besa. Il y a moins de contrôle, ce qui entraîne une prévisibilité et une routine. Parfois, il n'a pas manqué que l'intensité et l'agressivité, mais le résultat a provoqué de l'inertie. » De révolution, personne ne la souhaite sur les Ramblas. Seulement un retour aux sources sans colorant ni conservateur.

Par Robin Delorme, à Madrid
Modifié

Note : -1
Excellent article ! Le Barça sous Tito ne fera que se dégrader ...
 //  Supporter de Montpellier
Note : 3
Ouais enfin ils ont fait 6 mois parfait de aout à janvier, même meilleurs que tout ce qu'ils avaient fait avec Guardiola, et pourtant c'était avec Tito. Et le 4-0 contre Milan était leur meilleur match de ses 5 dernières années avec la Manita. Ils ont surtout pêché physiquement puis mentalement pour moi mais je pense pas que ce soit la tactique ou même le niveau des joueurs le problème. (pas besoin d'un chamboulement d'équipe)
Dostoievski Niveau : CFA2
Note : 9
Non le Barça ne peut pas être champion ce soir. Il reste 4 journées après celle-ci (et donc 12 points potentiels pour le Real), alors que le Barça n'aura que 11 points d'avance en cas de victoire.
Message posté par Paic
Ouais enfin ils ont fait 6 mois parfait de aout à janvier, même meilleurs que tout ce qu'ils avaient fait avec Guardiola, et pourtant c'était avec Tito. Et le 4-0 contre Milan était leur meilleur match de ses 5 dernières années avec la Manita. Ils ont surtout pêché physiquement puis mentalement pour moi mais je pense pas que ce soit la tactique ou même le niveau des joueurs le problème. (pas besoin d'un chamboulement d'équipe)


Et ba si c'est ca leur meilleur match, c'est vraiment pauvre.
Note : 2
Y'a eu des matchs très agréables à regarder jusqu'à mi janvier, malgré les signes annonciateurs du cataclysme défensif. Faut pas oublier ce qu'on disait à Noël quand même. Le Barça était censé être plus fort que jamais, signe que le début de la saison était vraiment très bon...

Le meilleur match contre Milan ? J'ai fouillé dans ma mémoire et malheureusement, j'ai pas trouvé mieux effectivement. Y'a eu finalement assez peu de matchs maîtrisés et même celui-là l'était pas de A à Z.

Sinon la légende de la photo de l'article est absolument dégueulasse. Je sais pas quel message l'auteur a voulu transmettre mais c'est tellement gratuit que ça me ferait presque gerber. Malheureusement, le reste de l'article, mauvais comme d'hab, s'en est chargé.
long du zboub Niveau : Loisir
Note : -1
arrete de sucer l'auteur
Note : 1
Ca commence à être vraiment lourd ce parti-pris anti-barça. Mais bon ça doit surement faire vendre...
Le barca a tellement été exceptionnel sur plusieurs années qu'ils en ont peur de se remettre en question et changer tous ce qui a si bien marcher pdt longtemps ! Ba ouais les gars ! Mais Xavi et iniesta ne sont pas éternels ! Ni les gants troués de valdes ! Tu me diras ce que t voudras vilanova mais le cycle est bien finis !
Note : -1
Message posté par vale


Le meilleur match contre Milan ? J'ai fouillé dans ma mémoire et malheureusement, j'ai pas trouvé mieux effectivement. Y'a eu finalement assez peu de matchs maîtrisés et même celui-là l'était pas de A à Z.


On parle quand meme d'un match contre une équipe très faible mentalement et qui est loin d'etre une très bonne équipe actuellement... C'est comme si on disait que le Real avait fait son meilleur match depuis 5-6 ans contre une équipe de D4 Espagnole...
Note : -1
Les déclas de Tito sont quand même inquiétantes. On ne sent pas de remise en cause (ne serait-ce qu'un peu) dans ses propos.

Le Barça serait-il prisonnier d'un dogme?

Sinon, une Liga sans saveur, non. Une liga, c'est un titre plus qu'honorable. Le championnat espagnol est le meilleur championnat du monde (je me fie à l'indice UEFA) et tous ceux qui le résument à un duel Real/Barça ne le connaissent pas ou le confondent avec le championnat portugais.
Note : -1
Message posté par Dostoievski
Non le Barça ne peut pas être champion ce soir. Il reste 4 journées après celle-ci (et donc 12 points potentiels pour le Real), alors que le Barça n'aura que 11 points d'avance en cas de victoire.


Sauf que votre démonstration n'est pas complète.
Dans le cas de figure que vous notez ici, il aurait fallu ajouter qu'il faudrait aussi que le Barça ne gagne pas 1 seul match sur les 4 restants!

Cela est difficilement envisageable!
Message posté par Dostoievski
Non le Barça ne peut pas être champion ce soir. Il reste 4 journées après celle-ci (et donc 12 points potentiels pour le Real), alors que le Barça n'aura que 11 points d'avance en cas de victoire.


Si le Barça gagne aujourd'hui, il aura 12 points de plus que le real (et non 11). Il faudra qu'il perde tous les matchs suivants et que le real gagne tous les siens avec une meilleure différence de buts. Je ne vois pas comment le Barça ne fera pas au moins un match nul.
Note : 1
So foot continue dans l'anti-barça primaire et presque primitif. Votre article transpire la jalousie pathologique. cet extrait est juste à se taper le cul par terre : " le titre de Tito Vilanova n'est qu'une accumulation de performances individuelles et de méformes madrilènes"

C'est la première fois de ma vie que je lis un raisonnement pareil : si le Barça est champion, c'est de la faute du Real.

Vous devriez vraiment arrêter d'en faire trop. Le Barça est un immense club. Que vous le vouliez ou non ils sont champions d'Espagne et ce n'est pas un mauvais article d'un journaux qui le lui enlèvera.
Si tu suis cet article les barcelonais devraient avoir honte de fêter ce titre ...
Note : 2
So foot continue dans l'anti-barça primaire et presque primitif. Votre article transpire la jalousie pathologique. cet extrait est juste à se taper le cul par terre : " le titre de Tito Vilanova n'est qu'une accumulation de performances individuelles et de méformes madrilènes"

C'est la première fois de ma vie que je lis un raisonnement pareil : si le Barça est champion, c'est de la faute du Real.

Vous devriez vraiment arrêter d'en faire trop. Le Barça est un immense club. Que vous le vouliez ou non ils sont champions d'Espagne et ce n'est pas un mauvais article d'un journaleux qui le lui enlèvera.
Partenaires
Le kit du supporter Vietnam Label Trash Talk basket
5 32