En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Ce qu'il faut retenir de la 21e journée

La Liga cherche son roi, Madrid l'a trouvé

Week-end de folie en Espagne. Après le « massacre » du Real Madrid, exécuté d'une main de maître par son voisin de l'Atlético, le Barça est revenu à un petit point du leader de Liga après sa manita basque. Entre Séville et Valence, la guerre pour la Ligue des champions se cherche toujours un vainqueur.

Modififié
  • Le partidazo du week-end : Athletic Bilbao/FC Barcelone


    - L'occasion était belle, trop belle. Et le Barça ne l'a pas laissée passer. En s'imposant en patron à Bilbao, le FC Barcelone est revenu à une petite unité du Real Madrid. Le tout avec la manière. Comme une évidence, c'est Leo Messi qui a mené le festival des hommes de Luis Enrique. Intenable, la Pulga a été à l'origine de toutes les actions chaudes barcelonaises. D'abord buteur chanceux sur coup franc, l'Argentin a permis à Luis Suárez de se dépuceler à l'extérieur en Liga. Par la suite, il a poussé Óscar de Marcos au CSC avant de servir sur un plateau Neymar, puis Busquets, passeur décisif pour Pedrito. Entre-temps, l'Athletic Bilbao avait réduit par deux fois l'écart. Loin de la fébrilité défensive affichée par intermittence cette saison, ces deux pions encaissés sont le fait d'un Claudio Bravo pour une fois peu inspiré. Plus que cette manita, la sixième de la saison, les Blaugrana ont récupéré le statut de favori dans cette Liga. Pis, sans un Neymar buteur mais gâcheur face aux cages et un Iraizoz en état de grâce, le score aurait pu être bien plus violent pour les locaux...

  • L'équipe du week-end : Atlético de Madrid


    « Il faut remercier les joueurs pour l'après-midi qu'ils nous ont fait passer. » En conférence de presse d'après derbi madrileño, Diego Simeone se l'est joué modeste et a rendu tout le mérite à ses poulains. Avec ses deux lignes de quatre compactes, son duo offensif au travail de sape formidable, un Atlético capital a eu raison d'un Real Madrid minuscule. Trop intenses, trop rapides, trop intelligentes, les ouailles du Cholo ont délivré 90 minutes parfaites. Grâce à une entame enivrante, et deux pions précoces qui doivent autant à l'activité des latéraux qu'à la supériorité axiale, les Colchoneros ont fait de Madrid leur territoire. Toujours aussi pressant après la pause, ils n'ont cessé de harceler haut de pâles Merengues et de mitrailler un Iker Casillas seul face à ses démons. Avec un Arda retrouvé, un Griezmann toujours sur son nuage et un Mandžukić digne successeur de Diego Costa, l'Atlético a revendiqué un football loin de la violence qui lui est prêtée. Mieux, le club des bords du Manzanares a réalisé un revirement historique tant la balance était – et reste – favorable au voisin de Chamartin. Avec quatre victoires et deux nuls face au Real cette saison, l'Atlético est bien le roi de la capitale. Et peut remercier ses joueurs.

  • Le Don Quichotte du week-end : Pedro Léon (Getafe)


    Un début de saison merdique, une reprise sportive difficile, et un but. Enfin ! Au 85e tour de cadran de la rencontre entre Getafe et le FC Séville, Pedro Léon pousse du bout du pied le cuir au fond des filets de Sergio Rico. Une action confuse, entre parade du portier andalou et tacles ratés de ses défenseurs, qui permet aux banlieusards madrilènes de reprendre les commandes du match et de décrocher trois points ô combien importants. Surtout, ce but est synonyme de fin d'un long tunnel pour le canterano du Real Madrid, qui n'avait pas marqué depuis mars dernier. « J'ai attendu longtemps avant que ce moment arrive. J'en ai marqué de différentes manières, des buts, mais celui-là est très important pour moi et très significatif » , a-t-il confessé au coup de sifflet final. Interdit de compétition, la faute à des revenus mensuels qui faisaient exploser le salary-cap, il était entré en bras de fer avec son président, Angel Torres. Finalement, et après un pénible combat juridique, il a pu être inscrit par Getafe en Liga fin novembre. Avec cette première banderille de la saison, Pedro Léon offre un grand bol d'air aux Azulones, vainqueur 2-1 du FC Séville et désormais à cinq points de la zone rouge.

  • L'analyse définitive du week-end


    Du suspense à tous les étages. En une journée, tous les concurrents ont renforcé l'indécision planant sur la Liga. En tête du championnat, la claque reçue par le Real Madrid au Calderón permet au FC Barcelone de reprendre son destin en main. À seulement un petit point et avec un Clásico à jouer mi-mars au Camp Nou, les Catalans reprennent même la main chez les bookmakers. Avec un trident offensif ravageur, un jeu plus hybride, une défense moins fébrile, les protégés de Luis Enrique peuvent de plus compter sur un Messi stratosphérique. Un euphémisme, certes, en décalage total par rapport à Cristiano Ronaldo invisible lors du derby madrilène, à l'image de tous ses coéquipiers. Plus que sa souveraineté locale, l'Atlético recolle à quatre points du leader et revient dans la course à sa propre succession. Un cran plus bas, la victoire de Valence sur la pelouse de l'Espanyol (1-2) combinée à la défaite du FC Séville à Getafe (2-1) permet aux Chés de reprendre la quatrième place. Une place qualificative pour la C1 que Villarreal, facile vainqueur de Grenade (2-0), tutoie toujours. Dans la course au maintien, Levante se sort de la zone rouge grâce à son joli succès sur Málaga (4-1), tandis que Cordoue, Grenade et Elche y restent. Bref, il y a match !

  • La polémique de la machine à café (con leche)


    « Tu n'es pas intelligente. » La journaliste visée par cet uppercut verbal de Cristiano Ronaldo rit jaune en ce début de semaine. Car niveau intelligence, la fiesta des trente ans du Portugais samedi soir n'a pas été du meilleur effet. Quelques heures après le cuisant 4-0 encaissé sur la pelouse du voisin de l'Atlético, tout l'effectif madridista s'est retrouvé dans une salle privatisée de La Finca – quartier résidentiel et ultra-guindé du Nord de la capitale. Bilan de la soirée : quelques clichés volés, un Ronaldo semble-t-il éméché et une bonne grosse polemica à la sauce espagnole. Dès dimanche, journaux, talk-shows et émissions radios se sont emparés du sujet. Les capitaines du Real Madrid, via quelques bruits de couloir, ont même critiqué cette fiesta gênante après une telle raclée. Dimanche soir, Jorge Mendes a bien tenté de jouer le pompier de service sur la Cadena Ser, la Maison Blanche n'a pu s'éviter les foudres de sa si chère presse et de ses supporters vexés. Et Cristiano Ronaldo de voir fleurir des comparaisons entre son maniement du micro au côté du chanteur colombien Kevin Roldan et la partition plus que parfaite de Leo Messi à San Mamés.

  • Le golazo du week-end : Cartabia (Cordoue)


    Drôle d'après-midi pour les supporters de Cordoue. Malgré la défaite de leurs protégés face à Almería (1-2), ils ont assisté à l'un des plus beaux coups francs de la saison. Dès la 10e minute, le petit Argentin Cartabia envoie d'un enroulé travaillé le cuir se loger dans la lucarne adverse. Un pion tout aussi magnifique qu'inutile, donc.

    La lulu de Cartabia



  • La décla du week-end : Carlo Ancelotti (Real Madrid)


    « C'est le pire match du Real Madrid depuis que je suis sur le banc. » Carletto avait les traits tirés et le regard noir après la déconvenue de son escouade en terre matelassière – également 4000e match de l'histoire du club. Face au manque d'envie de ses joueurs, l'entraîneur italien n'y est pas allé de main morte et a demandé, ce lundi, des explications en interne. Le Deportivo La Corogne devrait donc prendre cher samedi prochain au Bernabéu...

  • Et sinon, que pasa ?


    - 22, v'là le Barça. 0-4, 0-4, 0-6, 2-3 et 2-5. Lors de ses cinq derniers déplacements, le Barça a inscrit la bagatelle de 22 pions. Dans le jargon, on appelle ça « un candidat crédible au titre » .
    - Messi, encore des records... Buteur et triple passeur décisif face à Bilbao, Lionel Messi a encore brisé du record. Avec désormais 105 passes décisives en Liga, il est le meilleur pourvoyeur de caviars des 25 dernières années en Espagne.
    - Aduriz dans le club des 100. En réduisant le score lors de cette même rencontre, Aritz Aduriz est rentré dans le club fermé des buteurs aux plus de 100 pions en Liga. À bientôt 34 ans. Comme quoi, le bon vin est également basque.
    - Schuster, philosophe sur le derby. Bernd Schuster savait par avance qu'il allait sortir grand vainqueur du derby de Madrid. Joueur du Real Madrid, puis de l'Atlético, l'Allemand a philosophé sur ladite rencontre : « Si tu continues à jouer l'Atlético comme lorsqu'il ne gagnait pas, le plus normal est que tu continues à ne plus les battre » .
    - Barral redonne le moral. Grâce au triplé de sa pointe, Levante a étrillé Málaga (4-1) et est par là même sorti de la zone rouge. L'attaquant espagnol a bien choisi son jour pour devenir le second joueur granotes de l'histoire à inscrire un hat-trick en Liga.
    - - Derby de Madrid, une première depuis 1970. En remportant le derby de la capitale, l'Atlético met fin à une série qui date du début des seventies : il n'a pas perdu la moindre confrontation face au Real en six matchs.
    - La Corogne se rebiffe. En match avancé de cette 22e journée, le Depor a retrouvé de sa superbe et enchaîne une seconde victoire consécutive (2-0 face à Eibar). Un succès qui permet aux Galiciens de truster la 11e place de Liga, à seulement une unité de leurs voisins de Vigo.

    ⇒ Résultats et classement de Liga

    Par Robin Delorme, à Madrid
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié



    Hier à 17:42 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 il y a 4 heures Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 1
    Partenaires
    Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    Hier à 17:56 Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9 Hier à 15:02 Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 27 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 Hier à 11:49 Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17