La leçon Parker

Quelques jours à peine après l'élection par ses pairs de la comète Gareth Bale, l'association des journalistes sportifs a désigné Scott Parker comme joueur de l'année. Un choix difficile à comprendre mais qui a l'avantage de ne pas être avare en enseignements sur le véritable niveau de cette Premier League version 2010-2011.

0 26
Les Anglais ne font jamais rien comme tout le monde. Alors que le trophée UNFP du meilleur joueur de Ligue 1 n'échappe qu'une fois sur cent à un attaquant ou un milieu offensif - alors que finir meilleur buteur d'une Coupe du Monde suffit parfois à effacer onze mois moisis et remporter le Ballon d'Or -, la Premier League a visiblement sa propre vision des récompenses individuelles. En 2009 déjà, le sacre de Ryan Giggs, élu par ses collègues, avait été perçu davantage comme un hommage récompensant la longévité et l'ensemble de l'œuvre du Gallois que sa saison en question, plutôt quelconque sur le plan statistique (28 matchs pour deux petits buts). La même année, l'union des journalistes professionnels, constatant de son côté que personne ne se détachait vraiment du lot, avait quant à elle désigné Steven Gerrard. Quatre ans auparavant, en 2005, c'est John Terry qui était élu footballeur de l'année par ses pairs au nez et à la barbe de Thierry Henry et ses 25 buts, symbolisant ainsi la domination du Chelsea de Mourinho ainsi que son ultra solidité défensive.

Cette année, les footballeurs de Premier League ont de nouveau déjoué les pronostics en snobant le spectaculaire et régulier Nani au profit de Gareth Bale, pourtant nettement plus en verve en Coupe d'Europe qu'en championnat. Mais les journalistes, eux, ont fait encore plus fort en nommant le Hammer Scott Parker sur la première marche. Oui, Scott Parker, soit le milieu relayeur de l'équipe actuellement classée avant-dernière de Premiership. Un record. En devenant le deuxième joueur de West Ham couronné, après l'immense Bobby More en 1964, Parker met ainsi un peu de piquant, à trente ans, dans une carrière qui commençait sérieusement à sentir le gâchis. Car même fort de ce titre symbolique, Parker aura dû mal à se détacher de l'étiquette d'éternel espoir du foot anglais. Censé franchir un cap lors de son arrivée à Chelsea en janvier 2004, il n'aura convaincu ni Ranieri, qui a quand même déboursé plus de dix millions de Livres pour l'arracher à Charlton, ni Mourinho qui le cantonnera à un rôle de remplaçant du remplaçant avant de le céder rapidement à Newcastle.

Alors oui, Parker réalise actuellement son exercice le plus accompli, oui, ses performances lui ont permis de retrouver le chemin de la sélection, mais il n'en reste pas moins un joueur moyen plus, qui porte à bout de bras une équipe relativement faible. Cela dit, son sacre en dit plus qu'il n'y parait sur cette cuvée 2010-2011 de Premier League. Déjà, que le départ de Cristiano Ronaldo pour le Real à l'été 2009 a changé pas mal la donne. Aucun joueur n'écrase la concurrence comme l'a fait le Portugais pendant ses trois dernières saisons en Angleterre. Ensuite, que le niveau s'est extrêmement resserré et que les petites équipes peuvent légitimement ambitionner de rosser les clubs du Big Four si ceux-ci n'évoluent pas à leur véritable niveau. Le temps des promenades assurées pour les leaders est révolu. La défaite de Manchester United chez la lanterne rouge Wolverhampton début février en témoigne. Mais ce nivellement des valeurs ne doit pas masquer l'essentiel : aucune équipe, ni aucun joueur n'est véritablement au-dessus du lot. Pas un hasard si ce que l'on présente comme le Manchester le moins sexy et le moins dominateur de ces cinq dernières années s'apprête, si la tendance se confirme, à obtenir le titre le plus facile de sa récente histoire. Ou plutôt le moins disputé, faute d'un véritable challenger : Chelsea est en fin de cycle, et Arsenal flanche dès qu'il a l'occasion de mettre la pression sur les Red Devils. En résumé, le futur champion de Premier League sera à l'image de ses deux récents lauréats individuels : un vainqueur par défaut.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Ouaip, la PL, c'est plus ce que c'était il y a encore deux saisons.

Il a suffi que CR7 parte en Espagne pour qu'elle redevienne banale.

Ca plus le départ de Mourinho.

Comme quoi c'est les portugais qui lui donnaient du lustre.
@mario: est-ce que t'avales ?
@ankourage, ?

T'es un mès que fan de la PL?

Sans les brésiliens, les portugais, les argentins ou les espagnols, la PL serait larguée de chez largué.

Le foot est latin ou n'est pas.
sans passer pour un xénophobe, j'espère sincèrement que le foot anglais retrouvera son identité. celle de l'avant bosman qui a dénaturé ce merveilleux championnat qui n'a pas besoin des autres pour vivre.

comparée à la premier league, quelle est la valeur et l'intérêt de la liga ? je ne parle pas de niveau hein. Je parle d'histoire et d'atmosphère, de culture, de passion.

personnellement, je prends plus de plaisir à mater un match anglais entre deux "mauvaises équipes" que n'importe quel match de Liga. l'Angleterre c'est le foot, que vous le vouliez ou non.

Vas te faire latiner ailleurs mec.
Je suis d'accord avec le pseudo fleuri au-dessus, au détail près que le championnat Anglais pré-Bosman était d'un très faible niveau, conséquence du drame du Heysel.
"Le foot est latin ou n'est pas." la plus grosse connerie que j'ai jamais lu de toute ma vie...
d'ailleurs c'est certainement la raison qui pousse des gens extrêmement friqués à jeter massivement l'argent par les fenêtres en rachetant des clubs de Premier League...

Merci de ne pas citer Malaga, de Santander, de Getafe (LOL) ou de la Roma...
"La même année, l'union des journalistes professionnels, constatant de son côté que personne ne se détachait vraiment du lot, avait quant à elle désigné Steven Gerrard."
C'est la fin de SoFoot. Saison 2008-2009, Steven GERRARD, c'est 16 buts et 5 passes décisives. Liverpool avait réalisé l'un de ses meilleurs parcours depuis longtemps, en terminant 2e. C'était amplement mérité, personne ne le méritait plus, c'était pas par défaut.
Franchement c'est quand même paradoxal. La PL de cette année est chiante et n'a aucun charme (enter QPR pour la saison prochaine!) mais c'est quand même ManU qui va gagner la C1. La Liga est peut-être la ligue la plus pourrie au monde, avec 18 équipes pour montrer au monde combien le Barça et le Real sont jolis, mais tout le monde se touche dessus, avec même 80% des articles de SoFoot sur la fine équipe Mou/Pep/CR7/Messi/Real/Barca. À ce sujet, si le Barca jouait en Italie ou en Angleterre, est-ce qu'on la considérerait quand même comme une des meilleures équipes de tous les temps (c'est une folie ça aussi)? La Serie A est en ce moment le championnat le plus beau, intéressant, vibrant, etc... Mais c'est un flop en Europe et les stades sont vides. La Bundesliga ok les stades sont jolis, y a plein de supporters et des buts, mais bon à part le Bayern et ce que nous dit l'UEFA ce sera toujours un championnat de seconde zone par rapport au trio historique. En gros il n'y a personne qui sort du lot, comme c'était le cas avant avec les phase Espagnoles, Italiennes et Anglaise.
@ Nick_Tamer :

Le fait qu'il y ait beaucoup de gens friqués qui achètent en masse des clubs de Premier League est beaucoup plus dû au fait de la fiscalité Britannique.

Puis en Espagne les principaux clubs sont des assoces' donc personne ne peux les acheter c'est pourquoi tu vois Getafe, Malaga, Santander se faire vendre.

Aussi le duel Barça/Real, l'antagonisme entre ces 2 clubs à tous les niveaux, est LE duel du football actuel et vaut tous les derbys d'Angleterre, d'Italie, de France et d'Allemagne réunis.
Chacun ses préférences.

Perso, je suis plus championnat espagnol et italien qu'anglais. Ca ne m'empèche évidement pas de respecter le foot anglais.

Sans ces oppositions Nord-Sud, ce sport aurait moins d'intérêt.

Mais bon, en ce moment, le foot est latin.

L'Espagne est championne d'Europe et du monde en titre. L'Italie la précédait sur le trône mondial. L'Inter est champion des clubs. Précédé par le Barça. L'Atletico a gagné l'Europa la saison dernière. Cette année, le trophée n'échappera pas à un club ibérique.

Les trois derniers ballons d'or sont luso-argentins. Le podium de la dernière édition parlait exclusivement l'espagnol.

Etc, etc...

C'est la tendance du moment. Dans quelques années, ça tournera dans un autre sens.
La difference c'est surtout que le championnat espagnol se joue à deux équipes, et quoi qu'en dise l'article, si effectivement cette année le titre n'echappera pas à ManU y'a quand même beaucoup plus de possibilités en terme de champion potentiel et toujours plus de suspens, car il y a facilement une dizaine d'equipe capable de poser probleme aux quadors anglais contrairement en espagne, et j'suis pratiquement sur que c'est pas un nivellement par le bas ; le niveau affiché par tottenham en atteste, y'a 5 ans ils étaient pas à la moitié de c'qu'ils sont désormais en terme de qualité de jeu.
Faudrait arrêter cinq minutes de débiter encore et toujours les mêmes poncifs.

Villareal, l'Atletico, Valence, Séville, etc, vous croyez que ça vaut rien?

Ce sont des clubs qui ont prouvé leur valeur en Europe ces dernières saisons. Vous avez vu la liste de leurs effectifs?

Le Real et le Barça sont au dessus, OK. Et c'est bien normal! Ils sont aussi au dessus des équipes anglaises et de toutes les équipes européennes voire mondiales.

Deux géants.

On parle pas du Celtic et des Rangers là!

On sait très bien que les classicos de cette saison sont une sorte de coupe du monde de football des clubs. Les deux meilleurs effectifs, les deux meilleurs entraîneurs, les deux meilleurs joueurs, etc...
Je lis, incrédule, que la Liga est inférieure en ce qui concerne l'atmosphère, la culture et la passion.

La culture football est un fait majeur en Espagne. En ajoutant l'histoire du début du XX° siècle à aujourd'hui, et l'empreinte laissée dans ce sport universel on se rend mieux compte de la mauvaise foi partisane de celui qui se permet d'écrire une telle ineptie.

La force actuelle de la Liga vient de la force de ses Clubs construits depuis des années avec des petits actionnaires héréditaires ou des hommes d'affaires passionnés, des stades et des terrains en propriétés propres qui leur permet une indépendance et une pérennité que n'ont pas d'autres clubs d'Europe.

De plus on joue en Espagne depuis des décennies le jeu latin qui n'est pas une invention barcelonaise sinon l'emploi régulier de joueurs et d'entraîneurs latins, Américains du sud, espagnols, portugais, ce jeu colle parfaitement au tempérament et au physique des ibères et en fait leur identité footballistique.

La LA a malheureusement perdu cette identité, sauf dans des clubs mineurs, l'équipe nationale pâtit également de la politique actuelle des plus grands clubs anglais aux mains de propriétaires affairistes étrangers. Ce que je trouve profondément regrettable.
Complètement d'accord avec Guinoa. La PL est plutôt mal barrée. Le foot anglais est dans l'impasse.

L'Espagne gagne avec ses clubs et aussi avec sa sélection.

Les grands clubs anglais sont des nains comparés au Real et au Barça. Niveau prestige, palmarès et attractivité pour les top-players mondiaux.
Meme si j'suis pas fan du personnage, à mon sens Ferguson fait partie des meilleurs entraineurs du monde, rester à la tete d'un club du standing de ManU pendant 25 ans qui peut se targuer de l'avoir fait ?

Mourinho est un grand entraineur peut etre le meilleur je l'admets mais en ce qui concerne guardiola faudrait peut etre attendre de voir dans l'avenir ce qu'il donne dans un autre club que le barça car il avait toutes les cartes en main pour réussir , c'est pas le plus grand exploit ce qu'il a fait.

ensuite, peut etre que en 2010 les gagnants des deux plus grandes competitions du foot (CL/CM) sont latins mais l'inter l'a gagné en jouant defensivement et le football de l'Espagne était loin d'etre aussi flamboyant qu'en 2008 donc j'ai quelques reserves en ce qui concerne l'avenir. En + je trouve le jeu développé en premier league bien plus interessant, serieusement ca m'fait pas bander les 800 passes piqué-alves alves-busquets busquets-piqué piqué-adriano adriano-piqué etc..

De plus pour moi, avant les deux premiers classico qui m'ont mis le doute, j'étais persuadé que le barça allait mangé le real, se retrouver en final contre manU, et là, j'pense que manU peut les battre, c'etait à mon sens la seule equipe capable de contrarier la mecanique du barça. maintenant y'a le real aussi^^

(bon j'precise car j'parle bcp de ManU, je n'aime pas ce club, mais c'est une machine à gagner quand il faut.)
Bon, déjà on va mettre fin aux stéréotypes à deux balles:
si le Real et le Barça explosent tous en Liga, c'est tout simplement parce que c'est deux équipes sont STRATOSPHÉRIQUES.Ce sont quand même les 3ème et 1ère équipes du monde!
Des clubs comme Valence, l'Epsanyol, Seville, l'Atletico ou VR (Villareal) sont au-dessus, par exemple, de leurs homologues Italiens de Naples, de la Lazio, de la Roma, de l'Udinsese, de la Juve, etc.
Puis la Bundesliga en-dessous du trio de tête alors que ses équipes sont largement au-dessus de celles de Serie A (je préfère parler de ce que je connais), hormis en Europe, c'est une blague.Les stades sont pleins, pas de violences ni de chants racistes.Il y a des buts et du beau jeu chaque week-end, les chocs se terminent par des 5-1 ou des 3-1 très souvent, alors qu'en Italie ils sont très mitigés.Une équipe comme Dortmund, j'en suis persuadé, boufferaient le Milan.La vérité c'est que la seule équipe de niveau internationale en Serie A, c'est l'Inter.

Tout ça pour dire que, pour moi, la Liga est moins animé que la PL, mais que le niveau est plus relevé et qu'il vaut mieux regarder en Coupe d'Europe un Barça-Real qu'un MU-Chelsea, ou un VR-Valence qu'un Arsenal-Tottenham.
Je vois que le "FIFA championnat d'or" se dispute uniquement entre l'Espagne et l'Angleterre pour beaucoup d'entre vous. Tout dépend des critères! Suspens, qualité de jeu globale, résultats en coupes d'Europe, style de jeu, ferveur, ... Pour ma part j'aurai toujours un faible pour le championnat italien. Peut-être pas très objectif mais c'est un fait. Et je pense que l'avenir (proche) est rose pour la série A.

Ça, c'était juste pour les radicaux et leur combat sans fin.

Ensuite, Bobinou, tu auras remarqué que je ne suis pas d'accord avec toi sur l'avenir de la série A à minima. Et bien je ne suis aussi pas d'accord quand tu dis que l'inter a gagné la CL en jouant défensivement. On peut à la limite penser que ce fut le cas contre le Barca. Et là, beaucoup plus que le Real cette année, l'inter était d'une justesse et d'une qualité technique folles! Un pressing de chaque instant, des contres joués à fond et très intelligemment, ... Man U joue de cette manière mais contre des équipes moins dominatrices depuis des années mais personne ne parle de jeu défensif. On se repose pourtant sur le bunker VdS, Vidic, Ferdinand pour ensuite exploser en contre.
C'était la parenthèse sur la demie de l'année dernière, hormis cette double opposition, Inter-Barca, on ne peut dire que l'inter a joué défensif.

Enfin, Man U serait capable de battre le Real mais se ferait croquer par Barcelone à mon avis.

(je te concède que Man U est une machine à gagner bien que je n'aime pas ce club également)
@ le pianiste: arrêtons d'être aussi catégoriques! Une saison c'est long. Il y a des hauts et des bas. L'implication d'un match à l'autre change également. Les tactiques se succèdent avec plus ou moins de succès... Dire qu'un club est plus fort qu'un autre, c'est assez prétentieux de se dire capable d'en juger (surtout entre championnats). Dire que Dortmund mangerait le Milan, sérieusement... J'adore cette équipe de Dortmund mais au top de sa forme elle n'a pas su battre Paris sur 2 matchs et aurait pu(du?) perdre. J'en déduis donc que le PSG croquerait le Milan?

Permets moi d'en douter.
@ Pianiste,

Mmmm on est d'accord que le Real et le Barca sont stratosphériques, mais de là à dire que la bande des clubs moyens espagnols sont supérieurs à ceux italiens c'est une hérésie incroyable. Certes l'Atletico a Agüero, Villareal a Rossi, mais ce sont bien les seuls alors que de l'autre côté il y a Sanchez, Pastore, Krasic, Hernandez, Ilicic, Hernanes, Zarate, Cavani, Hamsik, Lavezzi, etc... ! (Non LLorente n'a pas ce niveau). Si l'Espanyol se fait piller à chaque mercato (Didac + Victor Ruiz rien qu'en Janvier) par le Napoli, ça doit bien vouloir dire quelque chose non? Non franchement, pendant ces dernières années, à l'image de Seville, ces équipes sont devenues ridicules. Et ce n'est pas la victoire de l'Atletico face aux Russes, Roumains, Portugais, reserves italo anglaises qui nous fera croire le contraire!

Mais j'irai même plus loin, la vraie différence entre ces deux championnats se situe dans le niveau encore en-dessous. Jamais en Italie tu ne verras Milan ou l'Inter mettre des 6-0 à Parme par exemple. C'est là que le niveau est plus relevé, et qui fait que les 3 premiers peuvent perdre plein de points.

Les équipes allemandes superieures à celles italiennes? Mais t'es fou mon grand! Il est où Eto'o? À l'Eintracht? Pato, au Bayer? Même discours que pour les espagnoles, ils sont où les fuoriclasse en Allemagne? La seule chose qu'ils ont c'est les stades, les supporters et des équipes qui donnent tout en UEFA. Ça c'est bien vu lors du match Inter Bayern (honnêtement, je ne pense pas qu'on puisse compter le match contre Schalke...). Et justement, tu suis la Serie A ou pas? Parce que des 3-1 il n'y en a quand même pas mal...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Peur sur la ville
0 26