En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // AC Milan-Lazio (2-0)

La Lazio tombe encore face à sa bête noir et rouge

Le Milan confirme son succès de samedi grâce à des buts signés Carlos Bacca et M'Baye Niang sur penalty. C'est encore loin d'être convaincant, mais les progrès sont notables. La Lazio, elle, a rendu les armes sans vraiment combattre.

Modififié

AC Milan 2-0 SS Lazio

Buts : Bacca (37e), Niang (74e) pour Milan

Niang est concentré sur sa cible, mais ne peut s'empêcher de penser aux occupants du 3e anneau vert juste au-dessus de lui, cette frange de supporters de la Lazio bien trop bruyante et qui lui adresse d'insupportables cris de singe à la moindre occasion. Le péno, c'est lui qui l'a obtenu grâce à un centre et une main baladeuse de Radu. Il s'élance et prend le gardien adverse à contre-pied. Ça fait 2-0 et victoire dans le coffre-fort, comme on dit ici. Sans trop forcer, les Rossoneri s'imposent et font le plein de confiance, tandis que les Biancocelesti peinent à trouver un rythme de croisière.

Et de cinq pour le poinçonneur de Baranquilla


Une des plus longues séries négatives en cours entre deux gros du Calcio. Peut-être même la plus longue. Vingt-sept ans que la Lazio ne bat pas le Milan chez lui, c'était en 1989 grâce à un CSC d'un certain Paolo Maldini. Pour vaincre la malédiction, Inzaghino propose le 3-5-2 qui a permis d'en coller trois à Pescara, une version plus défensive avec Basta à la place de Felipe Anderson sur l'aile droite. Montella continue sur son 4-3-3 et remet Bacca dans le onze type. Ce sont les visiteurs qui entrent mieux dans le match en utilisant constamment le couloir de gauche bien animé par Lulić, lequel sert Milinković-Savić (souvent placé en trequartista) qui emploie deux fois Donnarumma sur la même action, de la tête, puis du pied.

Le Milan, lui, n'existe pratiquement que par Niang. Le Français rate beaucoup, mais prend des initiatives, comme celle de partir seul au but et de tomber tout aussi seul, c'est ce qu'a jugé M. Massa. Beaucoup de tentatives prévisibles, tout comme la construction. Personne n'est en reste. Raison de plus pour être surpris par l'ouverture du score de Bacca, alors que le public somnole. Parolo loupe une passe facile, Kucka l'intercepte et lance le Colombien qui s'en va tromper Strakosha à ses débuts avec la Lazio en l'absence de Marchetti. Un but qui a le mérite d'enflammer le match ou plutôt Bonaventura. Ce dernier a trois opportunités de doubler la mise, une percée qui finit en touche, un ballon qui échappe des mains du gardien albanais et une tentative sauvée sur la ligne par Bastos, l'homonyme angolais de l'ancien Lillois. Mais le Milan a bien fait le plus dur.

Niang, ange et démon


Simone ne reste pas inerte et fait entrer Keita et Felipe Anderson (pour Bastos et Djordjevic) dès la reprise passant en 4-3-3, mais ça ne produit qu'une frappe non cadrée d'Immobile désormais seul en pointe. Pourtant, il y a la place, les Rossoneri ne respirent pas la confiance, encore moins suite à ce gros loupé de Niang qui n'a plus qu'à la pousser au fond des filets sur un service de Calabria. M'Baye est comme ça, capable de percuter sur son côté, de balader son vis-à-vis, puis de dévisser une frappe en touche. Généreux oui, lucide non. Disponible certainement puisqu'il bascule à droite après l'entrée en jeu du jeune Locatelli à la place de Suso. Et enfin intraitable dans l'exercice des penaltys. Cette fois la Lazio est coulée, De Vrij risque même gros en fauchant Bacca, mais il n’écope que d'un jaune, tandis que Kucka met en difficulté Strakosha sur un coup franc axial mais puissant. Inzaghi tente le tout pour le tout et sort Cataldi pour Luis Alberto pour un genre de 3-3-4. Sans succès, d'autant que Montella rétorque par Gómez et un 5-3-1-1 final qui renforce une arrière-garde de plus en plus solide au fil du match. Seul Keita est bougon, mais ses coéquipiers ont lâché. Les fautes et la fatigue achèvent la rencontre dans tous les sens du terme, et la Lazio repart brocouille pour la 27e année de suite.


  • Résultats et classement de Serie A
    Retrouvez toute l'actualité de la Serie A

    Par Valentin Pauluzzi, à Milan
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    il y a 4 heures 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 il y a 4 heures Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 5
    il y a 6 heures Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 17 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 9 il y a 10 heures Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 16
    Partenaires
    Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 16 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 7
    mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4