La Lazio se rachète, la Fiorentina freinée

Mauvaise opération pour la Fiorentina : l'équipe de Montella a été tenue en échec par Cagliari à domicile (1-1) et a perdu Mario Gómez, touché au genou. On parle de deux mois d'absence. La Lazio s'est ressaisie, en s'imposant 3-0 face au Chievo. Nul entre l'Udinese et Bologne, victoires de Livourne et du Hellas Vérone.

Modififié
0 10
Un point pour l'Inter, un point pour la Juve, un point pour le Milan AC : les résultats d'hier soir, en Italie, ont fait des heureux. Et ces heureux, ce sont les autres formations qui jouent le haut de tableau. À commencer par le Napoli qui, en s'imposant 2-0 contre l'Atalanta, a pris seul la tête de la Serie A. Aujourd'hui, donc, la voie était royale pour la Fiorentina, seule équipe à pouvoir rattraper le Napoli (la Roma le peut aussi, mais elle ne jouera que demain soir, à Parme). Or, avec un match à disputer à domicile contre Cagliari, on se disait qu'il n'allait s'agir que d'une formalité pour les Florentins. Tu parles. De formalité à pétard mouillé en 90 minutes. La Fiorentina n'est non seulement pas parvenue à battre Cagliari, mais en plus, elle a perdu pour une durée pour le moment indéterminée Mario Gómez. C'est le genou de l'attaquant allemand qui a fait crac en début de seconde période, juste après qu'il a raté une bonne grosse occasion. On parle de deux mois d'absence. Un vrai coup dur pour Montella qui, à part Rossi et le jeune Rebić, n'a pas franchement d'énorme alternative en attaque. Et avec la Ligue Europa qui arrive, c'est plutôt embêtant.

Et le match, dans tout ça ? Décevant. Lors des deux premières rencontres, les Florentins étaient apparus offensifs, toujours portés vers l'attaque. Là, pas grand-chose à se mettre sous la dent. Peu d'occasions, peu d'émotions. Agazzi, le gardien sarde, n'a même carrément pas eu grand-chose à faire jusqu'au but florentin. Un but qui semble sonner comme une libération. Il est inscrit par Borja Valero, suite à une déviation heureuse de Pepito Rossi. Derrière, Aquilani trouve la barre sur coup franc. 2-0, cela aurait été une punition trop sévère pour les Sardes qui, à l'inverse, tentent d'égaliser jusqu'à la dernière minute. Et ils y parviennent à la 89e, lorsque Pinilla trompe le portier de la formation viola. Certainement énervé par cette égalisation in extremis, Pizarro reçoit un deuxième carton jaune et se fait exclure. Comme Gómez (et Cuadrado, lui aussi blessé), il manquera donc le déplacement de la semaine prochaine, face à l'Atalanta. La Fiorentina, elle, laisse deux points en route, et se retrouve donc à égalité avec l'Inter et la Juve. Tiens, d'ailleurs, Inter-Fiorentina, c'est dans 10 jours. Miam.

La Lazio sans demi-mesure

À la Lazio, c'est tout ou rien. Soit on se prend une raclée, soit on en colle une. Il y a deux semaines, les Romains avaient été balayés sur la pelouse de la Juve (4-1). Ils se sont largement rattrapés cette semaine, en venant facilement à bout de leur bête noire, le Chievo. La rencontre, en réalité, n'a duré que 42 minutes : le temps pour Candreva, Cavanda (premier but en Serie A) et Lulić de planter trois pions à un Chievo pourtant pas si dégueulasse en première période. Mais le réalisme est clairement dans le camp bleu ciel, à l'inverse de la possession de balle (66% en faveur du Chievo au terme des 45 premières minutes). En seconde période, la Lazio se contente de contrôler. Le quatrième but aurait pu arriver, mais la barre a dit non à Candreva (joli lob) et Puggioni, le gardien du Chievo, s'est opposé à la frappe de Lulić et à la tête de Klose. Quant à Marchetti, il s'est offert une magnifique parade en fin de rencontre, parce que 3-0, c'est mieux que 3-1. À noter trois curiosités côté Lazio : l'équipe de Petković a pour le moment inscrit 6 buts en championnat. Les 6 ont été inscrits en première période. Ensuite, sur les 6, un seul a été marqué par un attaquant (Klose). Les 5 autres l'ont été par des milieux de terrain et des défenseurs. Enfin, le coach bosnien a offert au public ce qu'il attendait lors des dernières minutes : la première apparition en Serie A du petit prodige Keita Balde, ovationné par le stade. On ne demande qu'à le revoir. La semaine prochaine lors du derby romain, par exemple ?

Six points sur neuf pour la Lazio, donc, c'est le même total que pour les deux promus, Livourne et le Hellas Vérone. Même score pour les deux formations : 2-0 pour Livourne face à Catania (grosse performance, mine de rien), et 2-0 pour le Hellas contre Sassuolo, qui compte donc toujours 0 point après trois journées. Cela commence à devenir inquiétant, monsieur Di Francesco. Ce sont là deux résultats importants pour des équipes qui visent le maintien, et qui comptent donc déjà six points au compteur après trois tours. Livourne peut surtout remercier son joueur clef, le Brésilien Paulinho, homonyme du joueur de Tottenham. C'est lui qui a inscrit le doublé décisif aujourd'hui face à Catane, et qui a offert le premier succès à domicile de Livourne en Serie A depuis le 25 avril 2010. Drôle : à l'époque, c'était déjà une victoire contre Catane (3-1). Même satisfaction du côté de l'autre club de Vérone. Luca Toni n'a pas marqué, cette fois-ci, mais les Brésiliens Rafael Martinho et Romulo, l'ancien de la Fiorentina, se sont chargés de faire le taf. Une victoire samba dans la ville de Roméo et Juliette. C'est beau, la mondialisation.

Diamanti, Di Natale, bella Italia

Le dernier match de l'après-midi opposait l'Udinese à Bologne. Après les victoires 100% brésiliennes de Livourne et du Hellas, là, honneur à l'Italie. Et à l'Italie qu'on aime. Les deux formations se quittent bons amis, grâce aux buts inscrits en fin de partie par Diamanti, puis par l'inévitable Di Natale, qui débloque son compteur en championnat cette saison. Un partage des points mérité ? Oui. Car le match a été équilibré, quasiment du début à la fin. En première période, l'Udinese aurait peut-être pu mériter un petit quelque chose en plus, mais Curci, le gardien rossoblù, a été impeccable lorsqu'il a fallu s'opposer à Di Natale. Après la pause, Pioli, le coach de Bologne (qui n'a jamais battu Guidolin au cours de sa carrière), sent qu'il y a quand même un coup à jouer. Bologne progresse petit à petit et, à 20 minutes du terme, les Bolognais débloquent la situation. Comme souvent, c'est le pied gauche magique de Diamanti qui fait tout. Coup franc sublime, lucarne, merci au revoir. Guidolin fait entrer Maicosuel et l'Udinese se met à pousser. Il ne lui faudra qu'une seule occasion pour fixer le résultat final. Muriel invente une merveille de ballon piqué entre les défenseurs, Toto ne se fait pas prier : reprise de volée, petit filet, merci au revoir. 1-1, score final. Il ne pouvait en être autrement. L'Udinese grimpe à quatre points, Bologne n'en compte que deux. Mais en fera chier plus d'un cette saison, c'est une certitude.

Les résultats :

Inter – Juventus 1-1
Icardi 73' / Vidal 75'
NapoliAtalanta 2-0
Higuaín 71', Callejón 81'
Torino – Milan 2-2
D'Ambrosio 47', Cerci 71' / Muntari 88', Balotelli 96'
Fiorentina - Cagliari 1-1
Borja Valero 72' / Pinilla 89'
Lazio - Chievo 3-0
Candreva 8', Cavanda 38', Lulić 42'
Hellas Verona - Sassuolo 1-0
Rafael Martinho 12', Romulo 93'
Livorno - Catania 2-0
Paulinho 65' et 72'
Udinese - Bologna 1-1
Di Natale 85' / Diamanti 71'
Sampdoria - Genoa, ce soir, 20h45
Parma - Roma, lundi soir

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Montella - Joey Tribbiani
Joaquin - Antonio Conte

Ah, Di Natale Diamanti ! L'italie que j'aime, celle des équipes de clochers qui ont leur joueur représentatif, celui qui est le roi dans son petit royaume mais qui se casserait la gueule chez le grand seigneur voisin.

Je suis bien surpris de la défaite de la Fio ! En revanche les bonnes prestations du Livorno ne me surprennent pas, ils sont très bien en place et Paulinho a de la qualité, même s'ils manquent un peu de fond de jeu. La Roma avait du s'employer pour les battre.
Notre match le plus solide défensivement. ( Cagliari ) Certes Astori n'est pas un mur, mais il a une "aura" que personne d'autre n'a en défense. Et pourquoi pas se racheter de sa saison passée ?

On aurait pu gagner, on aurait pu perde aussi. Astori, Nainggolan et Sau par de fois ont loupés des buts.
Comme la fait remarquer un tifoso du Cagliari, les attaquants ont du mals a etre régulier dans leurs duo, l'un fini toujours par écraser dans sa préstation l'autre. Aujourd'hui, Sau est passé au travers au dépend de Pinilla et Ibarbo. Mais on s'en sort. Comme très souvent. :-)

La semaine prochaine il faudra vaincre la Sampdoria comme on le fait souvent a domicile ( Is Arenas, Trieste, Sant'Elia ) peut importe, car 4 jours après c'est le Pape qu'on recoit.

Forza Cagliari.
J'ai du mal à comprendre pourquoi Candreva n'est pas dans un club un peu plus "huppé"... C'est quand même un super joueur, et polyvalent en plus
Mortacci; certes la fiorentina déçoit quelque peu en ce début de saison; l'équipe de montella ayant un peu de mal à retrouver l'éclat de ses prestations de l'an passé; mais ne l'enfonce pas plus en transformant son décevant match nul en défaite, quand même...
Joli match effectivement à Udine.
Pioli a quand même été petit joueur en cherchant à préserver trop tôt le 0-1 avec des changements à vocation plus défensive.
Résultat, Guidolin fait entrer Maicosuel et Zielinski et ça a bien bardé dans les 10 dernières minutes. Mais l'Udinese a vraiment besoin de Basta, sans lui elle manque de mordant.
Message posté par europa
Mortacci; certes la fiorentina déçoit quelque peu en ce début de saison; l'équipe de montella ayant un peu de mal à retrouver l'éclat de ses prestations de l'an passé; mais ne l'enfonce pas plus en transformant son décevant match nul en défaite, quand même...


Ah oui tu as raison !! Désolé pour l'erreur, je voulait écrire match nul. Ceci étant dit, je ne suis pas d'accord avec toi pour considérer que le début de saison de la Fiorentina est décevant. Deux victoires dont une magnifique et le retour de Rossi, mis à part la blessure de Gomez, qui concerne le futur, je ne vois pas en quoi ce serait décevant jusqu'à présent.
La déception vient du fait que l'équipe de l'an passé a développé, du point de vue technique, l'un des plus beaux, si pas le plus beau jeu de la serie A, échouant de fort peu à un accessit en champions league. Cette saison devait, après un très bon mercato et la possibilité de pouvoir disposer de nouveau à plein temps de l'un des meilleurs attaquants italiens, pepito rossi, être, non seulement, celle de la confirmation, mais celle où ce club allait gravir un échelon supplémentaire. Il est encore trop tôt pour tirer des enseignements définitifs mais, pour le moment, l'amélioration souhaitée n'est pas encore vraiment au rendez-vous. Néanmoins, connaissant montella et vu l'effectif de qualité dont cette équipe dispose, ses supporters ne doivent pas perdre confiance.
Un gros dur pour la Fio, perdre plusieurs Gomez c'est vraiment une sacrée tuile pour eux...Qui peut faire la différence entre une place sur le podium et une 6ème place...Cagliari a une belle équipe et finira dans le top 10!

Je sens bien la Roma cette année, un pressentiment!

En tout cas une belle saison de serie A en perspective entre naples,la juve, les 2 milan, la fio, les 2 romains et des clubs comme bologne, cagliari ou udinese toujours chiants à jouer!
La hyène Niveau : DHR
Je me demande si les gens qui ont écrit et lu cet article ont regardé les matchs de la Fiorentina cette saison!

Car faire ses choux gras sur la blessure de Mario Gomez et évoquer du bout de la plume celle de Cuadrado, c'est prouver qu'on a pas du voir beaucoup de matchs de la Viola cette saison. Car autant le colombien est en feu, autant Gomez se révèle finalement être le joueur surcôté et maladroit que je le soupçonnais d'être. Depuis le début de saison, il croque comme c'est pas permis, on dirait sa finale de l'Euro 2008 contre l'Espagne à chaque journée. Il est lourd, maladroit, peu inspiré, peut-être qu'en Bundesliga ça passe car dans le flot d'occasions qu'il avait il trouvait le moyen de claquer un triplé, autant là, en Italie, il y a des matchs où tu as une, voir deux occasions franches et tu dois claquer. Alors Mario Gomez et son combo "je suis surpris d'avoir la balle, je tire à côté et je me blesse sur la même action", ça me fait marrer. Cuadrado par contre, là je m'inquiète plus. En parlant de blessure, Giuseppe Rossi semble être bien remis de ses blessures et il n'a rien perdu de son talent. Il est remuant, vif, créatif et souvent décisif, un régal, à mon avis c'est lui LE gros coup du mercato Florentin (même s'il a été acheté il y a 6 mois :D) pas Mario "je me fais bouler de ma place par Mandzukic et Pizarro" Gomez!
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Monaco n'a pas forcé
0 10