1. //
  2. // 12e journée

La Lazio s'en sort indemne

Pas de spectacle pyrotechnique comme la saison dernière. Le Napoli et la Lazio se séparent ce coup-ci sur un 0-0 qui permet aux Romains de prendre provisoirement la tête de la Serie A. Même score, nul et vierge, entre la Fiorentina et le Milan AC.

Modififié
0 0
Cette fois, pas de mauvaise blague de Cavani à la dernière minute. La Lazio repart de Naples avec un point, ce point qu'elle avait laissé filer, l'an dernier, à quelques secondes du coup de sifflet final. Pourtant, le Napoli a tout tenté jusqu'à la fin, mais s'est heurté à un très grand Marchetti, désormais invaincu depuis 297 minutes en championnat. Un match nul 0-0, qui fait évidemment figure de victoire pour les Laziali, et de revers pour les Napolitains. Car si le classement, avant cette journée, affirmait que la Lazio se déplaçait à Naples en co-leader, la liste des blessés avait de quoi faire froid dans le dos aux tifosi. Klose, Dias, Biava, Kozak, Mauri. Tous indisponibles. Et voià qu'Edy Reja est obligé de s'appuyer sur une charnière centrale Diakité-Stankevicius. Face à Hamsik, Lavezzi et Cavani, c'était un coup à repartir du San Paolo avec trois ou quatre pions dans les valises. Mais finalement, pas du tout. La Lazio est parvenue à contenir les assauts napolitains. Du début à la fin.

Alors certes, Naples a dominé. Certes, la Lazio ne s'est créé pratiquement aucune occasion. Mais les joueurs de Mazzarri ont toutefois semblé manquer de fougue. Peut-être parce qu'ils avaient déjà la tête au match de mardi, contre Manchester City. La plus grosse occasion du match est arrivée sur les pieds de Lavezzi qui, à trois mètres du but vide, a envoyé un missile au dessus. Marchetti a également repoussé une reprise de Cavani, une frappe enveloppée de Lavezzi, et, à la 93ème minute, un tir parfait de Gargano. Mais finalement, Edy Reja repart à Rome avec ce qu'il voulait. Un point. Cissé continue de ne pas marquer, mais ce qui inquiète, c'est que le joueur français semble démotivé. Dans les dernières secondes, alors que toute son équipe s'arrache pour tenir le nul, lui est dans le rond central, mains sur les hanches. Une drôle d'image, qui confirme que oui, il y a un malaise Cissé. Mais ce soir, peu importe. La Lazio, le temps d'une nuit, est seule, en tête de la Serie A.

Milan et les regrets

Oui, car juste derrière, le Milan AC n'a pas profité du nul entre Napolitains et Romains. Les rossoneri, en déplacement à Florence, n'ont pas fait mieux. 0-0 aussi, pour une soirée de Calcio décidemment riche en buts. Et à vrai dire, ce match nul, qui met fin à une série de cinq victoires consécutives en championnat, a de quoi laisser un gout amer à Massimiliano Allegri. Son Milan a dominé, a gueulé, et a même marqué. Mais non. Il était écrit que Delio Rossi ne perdrait pas son premier match sur le banc de la Fiorentina, après le limogeage de Mihajlovic. De ce Fiorentina-Milan, on retiendra plusieurs choses. D'abord, que Delio Rossi va avoir besoin d'un peu de temps avant que son équipe ne joue comme il souhaiterait. Ensuite, que Milan aurait dû s'imposer. Parce que plus incisif. Parce que plus dangereux. Parce que plus créatif. En boxe, on appelle ça "s'imposer aux points". Malheureusement, en football, cela ne marche pas.

En première période, Milan s'est vu injustement annuler un but de Seedorf. Le juge de ligne signale un hors-jeu inexistant. Quelques minutes auparavant, déjà une bourde, avec un pénalty non concédé aux rossoneri pour une faute de main de Behrami dans la surface. La soirée des horreurs, au niveau des décisions arbitrales, puisqu'en seconde période, un nouveau pénalty aurait pu (dû?) être accordé au Milan AC pour une faute sur le revenant Pato. Pato, tiens. Le Brésilien s'est procuré la plus grosse occaz' du match, avec un incroyable poteau frappé à quelques mètres du but. Boruc, sur le coup, a réalisé un véritable miracle. Milan repart donc de Florence avec un petit point. Pas forcément ce qu'ils étaient venus chercher. Mais avec un calendrier qui leur offre le Chievo, le Genoa, Bologne et Siena lors des prochains tours, ils peuvent aussi se dire qu'ils viennent de passer l'examen le plus difficile.

L'Inter, le résultat, et c'est tout

On ne jouait pas seulement pour le haut du classement, en ce samedi soir. Un peu plus tôt, l'Inter Milan recevait Cagliari à San Siro. Le 17ème contre le 11ème. Pas vraiment le genre de choc auquel nous avait habitué l'Inter. Mais la situation actuelle des nerazzurri est pourtant bien celle-ci : celle d'une équipe qui essaie de s'éloigner de la zone de relégation. Mission accomplie pour Ranieri. Son Inter s'impose 2-1, et se donne un peu d'air au classement. Mais c'est bien tout. Car le champion d'Europe 2010 n'a absolument pas rassuré ses tifosi. Dans le jeu, rien. Dans le rythme, rien. Dans les idées, toujours rien. On ne peut pas dire que l'Inter s'est imposée par hasard, mais presque.

De fait, l'ouverture de score de Thiago Motta, à la 54ème minute, n'aurait jamais dû être accordée. Le milieu de terrain était hors-jeu, et a contrôlé son ballon de la main. Surfant sur l'euphorie de ce but, l'Inter a doublé la mise par le petit Coutinho, peut-être l'une des notes positives de la soirée. Et après, plus rien. Cagliari ne s'est mis à jouer qu'à dix minutes de la fin. Suffisant pour inscrire un but par Larrivey. Et si les Sardes avaient réellement joué pendant toute la rencontre ? Et s'ils avaient osé plus? Et si l'Inter avait affronté aujourd'hui un adversaire plus fort? La réponse est simple, et toujours la même. Les nerazzurri auraient, à nouveau, essuyé une désillusion. Ranieri a donc du boulot. Beaucoup de boulot. Ce soir, il tentera de ne retenir que le résultat. La manière, il verra ça la semaine prochaine.

Les résultats :

Inter - Cagliari 2-1
Thiago Motta 54', Coutinho 60' / Larrivey 88'
Napoli - Lazio 0-0
Fiorentina - Milan 0-0

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Marco, la super Reus-ta
0 0