Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Supercoupe
  3. // Juventus-Lazio (2-3)

La Lazio met un stop à la Juve

Alors que Dybala avait répondu au doublé d'Immobile en toute fin de rencontre, c'est bien la Lazio qui s'impose à la toute dernière seconde grâce à un but de Murgia (3-2). Le premier trophée de la saison est pour elle et non pour l'habituel ogre blanc et noir.

Modififié

Juventus 2-3 Lazio

Buts : Dybala (85e, 90e s.p.) pour la Juve // Immobile (32e s.p., 54e) et Murgia (90e) pour la Lazio

Dybala vient d'égaliser sur penalty, et en cinq minutes, l'indomptable Juve a refait son retard, on se dirige donc vers la prolongation. Dernier assaut laziale, Lukaku déborde côté gauche et centre en retrait vers le point de penalty, le jeune Murgia, entré en jeu un peu plus tôt, opte pour un plat du pied efficace. Buffon est battu, la Lazio tient bien la quatrième Supercoupe d'Italie de son histoire, un épilogue juste au vu de la physionomie de la rencontre, le tout sans Keita Baldé écarté du groupe à cause de ses envies de départ. Le triomphe du collectif aux dépens de l'individualisme. Quant à la Juve, elle confirme que la lourde défaite de Cardiff a laissé des traces.

La Lazio tout en maîtrise


Deux finales de Coupe d'Italie et trois de Supercoupe depuis 2013. C'est que l'affiche Juve-Lazio est presque en train de devenir le nouveau « clasicò » de la Serie A. Un remake donc de la dernière finale de Coupe d'Italie qui avait vu la Vieille Dame s'imposer sans forcer (2-0). Les équipes alignées sont d'ailleurs pratiquement les mêmes, puisque les équipes types ont été peu retouchées depuis. Résultat, une nouvelle tête au coup d'envoi, Lucas Leiva, successeur de Biglia. Allegri laisse ses recrues sur le banc et le début de match semble lui donner raison. Les Bianconeri démarrent tambour battant, si bien que Strakosha est contraint à trois parades après seulement quatre minutes de jeu, sur un tir rapproché de Cuadrado et deux tentatives plus lointaines de Dybala et Higuaín. On se dit que la Lazio va encore se ramasser – elle restait sur dix revers consécutifs face à son adversaire du soir –, mais non.


Petit à petit, elle relève la tête, bien compacte dans un 3-4-2-1 qui est en fait un 3-6-1, puisque les trequartisti Milinković-Savić et Luiz Alberto redescendent souvent d'un cran. Dans la lignée de leur préparation estivale – sept succès en autant de rencontres –, les Biancocelesti se montrent déjà affûtés, toujours en avance sur les duels, prompts à repartir en contre-attaque. À la suite d'une énième perte de balle dans l'axe, la sentence tombe à la demi-heure de jeu, Buffon est contraint de stopper irrégulièrement Immobile dans la surface. Penalty transformé par ce dernier que Gigi est à deux doigts de dévier. Dans la foulée, le portier italien sort une double tentative de Basta et de Luiz Alberto. La mi-temps arrive à point pour une Juve pas du tout dans son assiette.

L'inutile doublé de Dybala


La Vecchia Signora a les jambes lourdes et le cerveau endormi, prévisible et surtout nonchalante. Inzaghi l'a compris, c'est ce soir ou jamais pour lui chiper un trophée. La supériorité au milieu de terrain est écrasante, chaque sortie de balle de la Juve échoue dans les pieds d'un Laziale. Immobile double ainsi la mise sur un centre brossé de Parolo et il n'est pas loin du triplé. Allegri réagit, out Benatia et Cuadrado décevants, in deux nouveaux, De Sciglio et surtout Douglas Costa. Le Brésilien prend ses responsabilités, se propose et décoche une bonne frappe, mais sans danger pour Strakosha, lui comme ses nouveaux coéquipiers peinent à entrer dans les 16m50. Max abat sa dernière carte et mise sur Bernardeschi (à la place de Mandžukić), or, c'est Gigi qui doit encore s’employer pour sortir une frappe puissante d'un surprenant et très bon Luiz Alberto. Ne restent bien que les coups de pied arrêtés, et à ce petit jeu, Dybala est en train de dépasser Pjanić, la Joya réduit le score à la 85e et honore son tout nouveau numéro 10. L'Argentin remet ça 5 minutes plus tard, puisque Marušić fait faute sur Alex Sandro dans la surface. 2-2, les Laziali sont groggy ? Pas les néo-entrants Lukaku et Murgia qui concluent un dernier rush. Et la Lazio ajoute un trophée de plus à son sympathique palmarès.

Par Valentin Pauluzzi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 3 heures Un Ukrainien refuse de faire face au drapeau russe 15
Hier à 17:45 Leeds enchaîne 18
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
À lire ensuite
Monaco va très bien, merci