1. //
  2. // Demi-finale retour
  3. // Lazio/Juventus (2-1)

Lazio-Juventus, classique revisité. Alors qu'on a bien cru que les Biancocelesti allaient refaire le coup du bloc défensif et de l'ultra-réalisme, cinq dernières minutes de folie sont venues révéler une autre qualité du club romain : la réactivité. La Lazio l'emporte face à une Juve brouillonne (2-1), et s'offre une finale.

Modififié
3 43
Lazio - Juventus : 2-1
Buts : Gonzalez (52e) et Floccari (90e+3) pour la Lazio. Vidal (90e+2) pour la Juve.

C'est ce qu'on appelle un final. Une apothéose. Le match retour de demi-finale de Coupe entre la Lazio et la Juventus, définitivement le choc le plus passionnant de cette saison en Italie, a pourtant bien failli livrer le bilan habituel : un bloc défensif romain à toute épreuve, et un réalisme insolent pour empocher la victoire. Ce qui aurait pu marcher, face à une Juventus plus maladroite qu'à l'accoutumée. Une Juventus qui pensait arracher l'égalisation, avec un but dans les arrêts de jeu. Mais non. La courageuse Lazio, réactive, est allée chercher son succès sur l'action suivante. Dans une fin de rencontre folle, le club romain, bête noire de la Juve en Coupe d'Italie, donne raison à l'histoire. Et peut déjà faire saliver le tifoso averti à l'idée d'un sacré choc, et d'un derby à l'Olimpico en finale de Coupe d'Italie. Il faudra pour ce faire que la Roma tienne son avantage (2-1 à l'aller) le 17 avril prochain sur la pelouse de l'Inter. Mais il est sûr qu'une pareille affiche aurait de la gueule.

Un gros duel tactique

Coach Petković avait fait le choix – amplement critiqué depuis – de se passer de quelques-uns de ses titulaires samedi dernier. C'est donc naturellement qu'il peut aligner son équipe type, avec la surprise Miro Klose, dès le coup d'envoi. En revanche côté Juve, ça sent le rafistolage avec les absences de Pirlo, Marchisio et Pogba. Ce sont Padoin et Giaccherini qui se retrouvent du coup au milieu de terrain. Ne pas se méprendre, cela dit, sur ce pseudo-avantage de composition. Car ce Lazio-Juve est un classique du genre. Comprendre : tendu, engagé, tactique surtout. Et avec une domination bianconera, aussi. Bien entrés dans leur match face à une timide et imprécise Lazio, les hommes d'Antonio Conte ont lâché du lest passé le premier quart d'heure, pour laisser place à une opposition plus musclée et équilibrée. Dans ce contexte tactique, dur d'entrevoir la moindre occasion. Pour ainsi dire, il faudra attendre les arrêts de jeu, et deux frappes coup sur coup de Vučinić et Giovinco – la première repoussée par Marchetti, la seconde étant complètement écrasée – pour frémir un peu. Les blocs défensifs font la loi, les nombreuses imprécisions de part et d'autre n'aidant pas à l'approche des surfaces. Ce n'est pas Storari, inactif sur toute la première période, qui s'en plaindra.

Un final de dingue

Aucun arrêt à faire, le gardien juventino ? Ledesma en a pris note. Alors que le match a repris sur des bases similaires, autant dire dans un certain équilibre, le regista romain, disposant d'assez d'espace, balance une merveille d'ouverture sur la tête de Gonzalez au second poteau. Le milieu uruguayen ne gâche pas l'offrande en croisant sa tête face au pauvre portier turinois. L'Olimpico peut chanter (1-0, 52e) ! En vrai, cela ne change en rien la tâche de la Juve, qui de toute façon, doit marquer. Mais face à une Lazio toujours aussi à l'aise pour défendre et presser, ce qu'elle a bien montré une nouvelle fois depuis le début de la rencontre, la tâche s'annonce ardue. Les entrées de Marchisio, maître Pirlo ou Quagliarella ne semblent rien y faire, pas plus que la multiplication de coups de pied arrêtés aux abords de la surface adverse dans le dernier quart d'heure. Alors que les arrêts de jeu débutent, un centre anodin de Peluso dans la surface va relancer la rencontre. Radu ne sent pas Vidal dans son dos, le Chilien surgit et trompe Marchetti (1-1, 90e+2). Stupeur. Mais pas bien longtemps. Dans la foulée, la Lazio obtient un corner, et Floccari place une tête victorieuse (2-1, 90e+3). Les locaux fêtent ça allègrement, pensant le succès définitivement acquis. Mais sur l'action suivante, Giovinco s'offre un face-à-face que détourne Marchetti, et Marchisio, seul face aux buts vides, croque le but de la victoire. Non, rien n'a souri à la Juve. Et ces Biancocelesti sont courageux, réalistes, et en plus de ça, réactifs. Trois composantes à l'origine des trois résultats positifs face à la puissante Juve cette saison. Mais cette victoire, la première, est bien la plus importante. Elle vaut une finale. Et si on s'en tient à l'histoire, un titre.

Par Alexandre Pauwels
Modifié

Ciani a ete exceptionnel serieux !
Note : 1
Ce soir, Eric Maggiori a joui sans se toucher. Hommage...
Note : 1
Giovinco a vraiment tout raté ce soir, soit il va squatter le banc ou soit il va s'acheter une paire de ***** parce que rater autant de face à face il y a grave problème.
Faudrait aussi que Conte pense à lui acheter une muselière, c'est insupportable de le voir autant se plaindre.
footchampagne Niveau : National
Note : 2
ça fait un moment que j'avais pas vibré comme ça devant un match. Putain* j'aime le foot. Puis le côté dramatique avec ce raté incroyable de Marchisio (à revoir car sur un PC en streaming je ne vois peut être pas assez bien).
En tout cas ce genre de match donne réellement envie de suivre encore de plus près le foot italien.
DeanWinchester Niveau : CFA2
Note : -2
Aucun mot sur le pénalty ULTRA FLAGRANT refusé a vucinic ou j'ai mal lu ?

enfin un bon match de la juventus ca fait plaisir, malgré giovinco ce nain de merde
et sinon immense Conte en conférence de presse, malgré le nouveau vol arbitral il a dit apres le match "Vucinic et Giovinco ont tenter d'embobiner l'arbitre, et il y a péno sur klose" il maitrise l'ironie a la perfection, le plus grand coach de l'histoire de la juve a ce niveau (oui je m'emballe et alors)

en tout cas match de folie, bravo a la lazio, en espérant qu'ils remportent cette coppa en finale, c'est sincère.
DeanWinchester Niveau : CFA2
Note : 1
"je vais me prendre des -1 en cascade, mais y'a 1 seul match ou les supporters de la Juve ne crient pas à l'injustice ?"


pourquoi te prendre des -1, on peut discuter aussi

en dehors du fait que depuis 2006 les faits parlent pour la juve (comme dit plus haut c'est lié a l'acquittement au calciopoli et au fait que la juve est en conflit avec sa fédé surement) et depuis 2006 les chiffres sont plutôt dégueulasse, enfin disons que ce sont des chiffres tres "milanais"

depuis la fin 2012 c'est tres bizarre, il y a 2 pénos flagrant oublier contre Cagliari en 2012, en 2013 il y a 2 pénos oublier contre la sampdoria, il y a un péno oublier contre la lazio a l'aller en coppa, ce soir il y a péno oublier sur vucinic que meme un aveugle aurait pu voir et bien sur le match de samedi ou il y a pas moins de 3 pénos (dont 2 ultra flagrant) oublier contre le genoa

des erreurs ca arrivent, il y en a aussi pour la juve desfois (une contre l'inter,contre catania etc ..) mais quand c'est le cas c'est la guerre mondial en italie alors que l'inverse, qui se produit quasiment chaques week-end c'est repris nulle part

voila pourquoi, souvent, on espère qu'en France les médias soit plus impartiaux.

desolé pour l'ortho j'ai vite écris.
DeanWinchester Niveau : CFA2
Note : 1
C'est comme l'an dernier, tout le monde parle du but de Muntari ou de cagliari mais tout le monde oublie ou fait semblant d'oublier les erreurs anti juve lors de Parma-juventus, Genoa-juventus, Juventus-Sienna ou Bologna-juve, ou encore le but valable de matri refusé contre le milan.

c'est surtout la diff de traitement médiatique qui fait mal en italie.
DeanWinchester Niveau : CFA2
Apres si tu t'y intéresse vraiment au sort ridicule que subit la juve, je pourrais te passer quelques articles en Privé ou quoi, pas de soucis.
DeanWinchester Niveau : CFA2
Note : 1
j'ai oublier le fameux milan-juventus de cette année avec le fameux pénalty pour le milan sortie de l'esprit de rizzoli, ou avais-je la tete :)
Note : 3
Une conspiration je ne pense pas, mais les arbitres font clairement un blocage avec la Juve. Ils ont peur de siffler pour la Juve, parce que si jamais ils se trompent, les médias vont s'empresser de crier au scandale. Dernier match où la Juve a beneficié d'erreur arbitrale, Catane : ça a créé un scandale INCROYABLE. Depuis elle ne fait que se faire "rouler dans la farine", mais ça, ça arrange tout le monde.
Quand Milan par exemple, gagne grâce à un penalty imaginaire, pas un mot, pas de scandale.

Une autre exemple éloquent : Le but de Muntari injustement annulé. Ca a provoqué un véritable taulé également. Pourtant dans le même match, Matri s'est vu refusé lui aussi un but valable, personne n'en a parlé. Et puis la Juve n' a eu que 2 penaltys dans toute la saison , c'est un chiffre record pour un champion (record vers le bas bien sûr), alors que de très nombreuses occasions ont été "éludées" par l'arbitre.
DeanWinchester Niveau : CFA2
Note : 1
Voila en fait le gros soucis c'est que 99% des médias étant partiaux et contre la juve, les arbitres ont souvent peur de siffler pour la juve car ils vont etre afficher dans les médias, meme si ils sifflent a raison, sur le moment, sur le terrain, dans le doute ils ont peur.

la preuve, l'arbitre de touche de catania qui avait refusé un but a cette équipe contre la juve s'est vue crée un faux profil facebook qui a bien été repris par tout les "médias" italiens

en revanche, un arbitre qui se dit fan de naples dans une interview et qui se trompe 3x contre la juve, on a vu cette interviev (que j'ai dans mes favoris) nulle part dans les médias

la diff de traitement fait tout en italie, malheureusement, le péno de ce soir sur vucinic, si c'est la lazio ou la roma, l'arbitre siffle par peur du corriere ou Sky., si c'est le milan ou l'inter, il siffle par peur de la gazetta et de mediaset
@ DeanWinchester

Je te trouve très sévère avec Giovinco sérieux, c'est lui qui créé le plus en attaque, alors oui il rate, mais au moins il se créé des occasions. C'est le moins pire de nos attaquants, regarde Quagliarella, il est pathétique avec ses contrôles en touche, ses frappes de 35 mètres 10 mètres à côté des cages. Il ne créé rien, ah si, contre Pescara il répond présent. Matri, quand il joue, gâche au moins autant de balles de but que Giovinco. Vucinic, c'est Dr Jekill et Mr Hide, et il ne marque pas plus que Giovinco. Donc bon...
Bye bye Zambie Manchester City déjoue, Newcastle avance
3 43