1. //
  2. // Juvent Turin/Lazio Rome (0-0)

Ultra-dominatrice, la Juventus a pourtant dû concéder le nul face à la Lazio (0-0). Courageux en défense et inoffensifs devant, les Biancocelesti ont obtenu ce qu'ils étaient venus chercher.

Modififié
0 14
Juventus-Lazio : 0-0


Pour l'ouverture de la 13e journée de Serie A, la Juve s'offrait un choc au Juventus Stadium, face à la Lazio. La dernière affiche du genre à Turin en championnat avait marqué la fin de l'invincibilité bianconera, face à l'Inter (1-3). Et pour son opération rachat face à son public, avant d'entamer une grosse semaine, la Juve a déjoué. En dépit de son énorme domination, la Vieille Dame n'a pas su concrétiser, la faute à une certaine imprécision dans le dernier geste, et surtout, à une arrière-garde romaine solide, ainsi qu'à un énorme Marchetti. Alors que les échéances sont nombreuses en cette fin de mois de novembre, la Juve pourrait bien voir l'Inter revenir à deux petits points de la tête, et le Napoli à trois. Pour la Lazio, la tactique de Petković a parfaitement fonctionné. Courageux, les Laziali ont obtenu un point précieux.

La Lazio tient bon, malgré Giovinco


C'est sur un gros rythme, que la Juve démarre sa rencontre. En monopolisant le ballon, et en pratiquant un gros pressing, ce qui a le don de pousser les Biancocelesti à l'erreur. Les visiteurs ont en effet bien du mal à tenir le ballon, la physionomie est claire : la Juve domine. Les enchaînements sont plus fluides, et la supériorité technique évidente. Cela dit, la Vieille Dame galère à se procurer des occasions. En vrai, un seul homme parvient à remuer le bloc défensif romain, Sebastian Giovinco. Grâce à sa vivacité et des bijoux de contrôles, la «  fourmi atomique  » emmerde l'arrière-garde laziale. Et par trois fois, il manque de concrétiser la domination des siens. Sur un ciseau au point de pénalty, il trouve Marchetti sur sa route (18e). Puis coup sur coup, il voit ses deux frappes croisées effleurer le montant (31e, 32e). Il n'y aura pas d'autres fulgurances, dans une première période à sens unique. Bien que maladroite en phases offensives, la Lazio peut se satisfaire d'un bon boulot défensif, et d'un sens du sacrifice aiguisé.

Merci Marchetti... et la barre

A la reprise, la Lazio subit toujours. Mais comme toujours, son sérieux contrarie les plans de la Juve. Pogba et Isla tentent leur chance de loin, ça ne marche pas. Giovinco, si à l'aise en première période, est désormais dans le collimateur des centraux romains. Bref, l'opposition se ramollit un brin, et la Juventus semble moins inspirée. On ne tremblera pour la première qu'à l'heure de jeu, sur une énorme frappe de Vidal aux 30 mètres, sortie d'une superbe claquette par Marchetti. Après quoi, Alessio décide d'amener du sang neuf dans le secteur offensif. Manière de redynamiser la chose. Ce qui fonctionne pas mal, au final, car la Juve se met à pousser à l'approche du terme. On croit à l'ouverture du score sur corner, lorsque Bonucci, d'une demi-volée à bout portant, catapulte le ballon sur la barre (75e). On tremble également sur la frappe à l'entrée de la surface de Marchisio, une nouvelle fois bloquée par Marchetti (79e). Mais quand ça ne veut pas... Bloquée par une défense héroïque, la Juve est contrainte au nul. Ce qui n'arrange pas ses affaires, alors que le calendrier lui réserve de grosses échéances...

Par Alexandre Pauwels
Modifié

Note : -2
la poisse on méritait largement la victoire
Neuf Rennais humilient le PSG El Shaarawy sauve encore le Milan AC
0 14