En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 15 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8e journée
  3. // Lazio/Milan (3-2)

La Lazio envoie le Milan AC en enfer

Dans le deuxième gros match de la journée en Italie, la Lazio s'impose 3-2 contre le Milan AC. Les Romains ont mené 3-0 avant de se faire rattraper à 3-2. La Lazio revient à un point de Naples, Milan est totalement largué.

Modififié
Lazio - Milan AC 3-2
Hernanes 25', Candreva 41', Klose 49' / De Jong 61', El Shaarawy 79'


La Lazio vole. Le Milan AC coule. Et les Milanais ont même un sacré boulet au pied, qui est en train de les tirer inexorablement vers les profondeurs du classement. À Rome, les Rossoneri ont pris une claque. Encore une. Même trois claques, pourrait-on dire. Trois, comme le nombre de buts encaissés, en à peine 50 minutes de jeu. Sonnés, les joueurs d'Allegri sont allés puiser dans la force du désespoir pour rendre la défaite un peu moins lourde et retentissante. Mais que l'on ne s'y trompe pas. Au delà du score final (3-2), Milan a encore une fois affiché ses lacunes face à une Lazio qui n'a même pas disputé un immense match. Les Biancocelesti se sont contentés de placer quelques attaques, suffisant pour abattre la (faible) résistance milanaise. Si Milan va devoir commencer à regarder sérieusement derrière lui (avec un concours de circonstances incroyables, les Rossoneri pourraient même être relégables demain soir, assez improbable mais arithmétiquement possible), la Lazio, elle, a de quoi être satisfaite. Grâce à la défaite du Napoli sur la pelouse de la Juve, l'équipe de Vladimir Petković revient ce soir à un point de Naples, deuxième. Un début de saison en fanfare et, surtout, une première victoire contre un gros poisson, après avoir battu des équipes de bas de tableau. Même si, avouons-le, le Milan AC a actuellement plus l'air d'une sardine à l'huile que d'un vaillant poisson-chat.

La lucarne de Candreva

Cinq défaites en huit journées. Jamais le Milan AC n'avait connu un début de championnat aussi catastrophique. Ce soir, la cinquième défaite est logique, même si Milan a montré un sursaut d'orgueil en fin de rencontre. Ce qui inquiète, c'est clairement la défense et le manque de jeu. La Lazio a accéléré en tout et pour tout cinq fois dans cette rencontre. Résultat : trois buts et deux arrêts décisifs d'Amelia, remplaçant d'Abbiati, sur Hernanes. La défense s'effrite trop facilement. En même temps, lorsque l'on a été habitué à jouer avec Nesta et Thiago Silva, difficile de se retrouver avec Yepes et Bonera en charnière. Le pauvre Bonera, capitaine d'un soir, a été littéralement catastrophique. Malchanceux d'abord, lorsqu'il détourne avec l'arrière de son pied une frappe de Hernanes. La déviation transforme le tir en parabole montante. Amelia la voit passer au-dessus de lui et retomber dans ses filets. Quand rien ne va...

Il se produira à peu près la même chose sur le second but romain. Sauf que, cette fois-ci, pas de déviation. Candreva prend ses responsabilités à 25 mètres et expédie un missile dans la lucarne du portier rossonero. Le milieu de terrain avait déjà offert un bijou semblable à ses supporters contre Palerme. À Rome, on aime ce genre de récidive. Entre les deux pions de la Lazio, André Dias sauve sur sa ligne un tir d'El Shaarawy, qui avait réussi à s'échapper dans la surface. Un sauvetage qui vaut un but. 2-0 à la pause. Milan est dans les cordes. Allegri a dû gueuler dans les vestiaires. Pourtant, ses joueurs sont toujours aussi amorphes à la reprise des hostilités. Bonera, encore lui, se dit que laisser Klose tout seul dans la surface, c'est bien. Bah ouais, bonne idée, tiens ! L'Allemand, seul aux six mètres, reprend de volée une offrande de Candreva. 3-0. Merci. Au revoir ?

Dix minutes en apnée

En réalité, c'est ce troisième but qui réveille les Milanais. La Lazio pense avoir fait l'essentiel, déjoue légèrement, et les joueurs d'Allegri, perdu pour perdu, se lancent à corps perdu dans une folle tentative de remontée. Le coach milanais s'appuie sur sa seule bonne idée de la soirée : l'entrée d'Emanuelson à la place du fantôme de Boateng. Le Néerlandais dynamite le flanc droit et met en difficulté toute la défense romaine. Filou, il tire même un coup franc malin au ras du sol. L'arrière-garde laziale est prise de vitesse, De Jong surgit, la touche, la touche peut-être ou ne la touche pas. Peu importe. Le ballon termine au fond des filets. Milan se prend à y croire. La Lazio a l'occasion d'en mettre un quatrième, mais perd le cynisme qui avait fait sa force en première période. Emanuelson à droite, El Shaarawy à gauche. L'Italo-Égyptien donne le tournis à Konko et expédie une frappe placée dans le petit filet opposé de Bizzarri, remplaçant de Marchetti. 3-2.

Il reste alors 10 minutes. Le stadio Olimpico retient son souffle. La Lazio plie, et pourrait craquer à tout moment. Allegri lance même Bojan sur la pelouse. Mauvais choix : l'Espagnol va perdre tous les ballons qu'il touche, notamment le tout dernier du match, qu'il envoie directement en sortie de but. Dix minutes de pression sur la défense de la Lazio. L'an dernier, Milan aurait probablement égalisé (on se souvient du 4-3 à Lecce après avoir été menés 3-0). Mais cette saison, non. La Lazio s'impose 3-2, se lance à la poursuite du Napoli et laisse ce soir le Milan AC à 11 points derrière elle. Un véritable abysse. Adriano Galliani avait promis qu'il ne virerait pas Allegri, même en cas de défaite. Lorsqu'il regardera le classement demain matin, et qu'il verra que la Juventus compte déjà 15 points d'avance, il regrettera peut-être ses paroles.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 08:27 267€ à gagner avec Shakhtar - Roma & CSKA Moscou 1 Hier à 17:06 Henry calme le jeu après ses propos sur Neymar 67 Hier à 07:44 BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Séville - Manchester 1
Hier à 12:16 Ranieri ne dirait pas non à l'Italie 17
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mardi 20 février Lamine Sané signe à Orlando 8 mardi 20 février Ronaldinho se lance dans la musique 12
À lire ensuite
Schalke empoche le derby