1. //
  2. // 7e journée

La Lazio conjure le sort

Une journée de Serie A tristoune, rehaussée, heureusement, par un derby fou. Après deux années et demi de disette, c’est la Lazio qui l’emporte, grâce à un but de Klose inscrit à la 93ème minute.

Modififié
0 2
Le hurlement de la Curva Nord résonne encore dans tout Rome. Deux ans et demi de frustration, expulsées en un vacarme insensé, jubilatoire, infini. La Lazio remporte le derby. Enfin. Après cinq défaites consécutives face à son ennemie de toujours, l’AS Rome. Et elle le fait au terme du plus beau de tous les scénarios. Ou du pire, selon le camp dans lequel l’on se situe. Alors que la rencontre semblait se diriger vers un match nul logique au vu de la physionomie de la rencontre (une mi-temps forte de chaque côté), il a surgi. Lui. Miroslav Klose. A la 93ème minute, d’un plat du pied plein de sérénité, il envoie au septième ciel tout un peuple, qui n’en pouvait plus de perdre inlassablement chaque derby. Une victoire qui propulse par la même occasion la Lazio à la troisième place du classement, à un point du duo de tête composé de la Juventus et de l’Udinese. La Roma, quant à elle, ne peut s’en prendre qu’à elle-même, après une première période où elle aurait dû tuer le match. Et aussi un peu à l’arbitre qui, pour une fois, a fait pencher la balance du côté des Laziali.

Un tour de stade d’Olympia, l’aigle, des superbes tifos de part et d’autre, et le derby débute. A peine le temps de dire ouf, que la Roma prend déjà les devants. Pjanic invente une merveille de passe pour Osvaldo, qui contrôle et frappe alors que tous les défenseurs réclament le hors-jeu. Hors-jeu ? Pas du tout, le but est 100% valable. La Lazio accuse le coup. Perrotta est tout proche de doubler la mise, puis c’est encore Osvaldo qui a le ballon du KO au bout des pieds. Mais cette fois-ci, l’Italo-argentin qui ressemble à Batigol manque de spontanéité. Et la Lazio ? Rien. Cissé et Klose sont inexistants, et cela se sent. Mais dès le début de la seconde période, tournant. Kjaer déséquilibre Brocchi dans la surface. Pénalty. Carton rouge. Double peine très sévère. Les Giallorossi diront qu’il n’y a pas faute. Les Biancocelesti répondront qu’il n’y avait pas faute sur les 4 pénaltys concédés à la Louve lors des trois derniers derbys. Le match change. La Lazio pousse et Luis Enrique tente tant bien que mal de réorganiser son équipe. Klose trouve la barre d’une tête lobée. Puis c’est Cissé qui frappe le poteau d’une sublime reprise de volée. Mais rien n’y fait, le ballon ne rentre pas. A cinq minutes du terme, la Roma est à deux doigts d’aller empocher la mise sur un ballon malicieusement chipé par Jose Angel. Le stade retient son souffle. Trois minutes d’arrêts de jeu. Et puis… Et puis Klose.

Serie A cherche buteurs

Heureusement, donc, que le derby a sauvé la journée. Car le reste a été plutôt désastreux. En effet, les buteurs de Serie A (mais aussi les milieux, les défenseurs et les remplaçants) ont décidé, en ce dimanche 16 octobre, de rester au lit. Deux buts inscrits lors des six rencontres de l’après-midi. Ridicule. Et le pire, c’est que ces deux pions ont été plantés lors du même match, un Novara-Bologne (0-2) qui offre une première victoire de la saison à de valeureux Bolognais. C’est bien là, quasiment, le seul enseignement de la journée. Pour le reste, c’est simple : 0-0, 0-0 et encore 0-0. Et 0-0, aussi. Ah si, des cartons rouges ont été distribués (Mutu de Cesena, Kaladze du Genoa et Pinzi de l’Udinese). Au moins un peu de piment. Mais c’est bien tout. Jamais, dans l’histoire de la Serie A, si peu de buts avaient été inscrits lors du dimanche après-midi sacré. C’est dire.

Rapide de détailler, match par match, cette 7ème journée du Calcio. Le leader, la Juventus, se déplaçait à Vérone, sur la pelouse du Chievo. Pas grand chose à signaler. La plus grosse occasion est tombée sur les pieds de Sergio Pellissier, mais l’éternel Del Piero, qui s’est senti l’âme d’un défenseur, a sauvé sur la ligne. Confrontation stérile, intense, mais sans grand frisson. Le seul point positif pour la Vieille Dame : personne d’autre ne gagne. Elle conserve donc la première place du classement. Une première place qu’elle partage toujours avec l’Udinese. Les autres bianconeri sont allés prendre un point sur la pelouse de l’Atalanta, autre équipe en forme de ce début de saison malgré sa pénalisation. Di Natale ne score pas. Presque logiquement, donc, l’Udinese non plus. Les Frioulans sont toujours invaincus en championnat. Bon pour le moral, avant la réception de l’Atletico Madrid.

Un chouchou et des bandanas

A Gênes, le Genoa n’est pas parvenu à venir à bout de Lecce. Les hommes d’Alberto Malesani ont stoppé une hémorragie de deux défaites consécutives, avec un match nul qui leur laisse tout de même un sentiment d’inachevé. Les Génois sont montés en puissance au fur et à mesure de la rencontre, frappant même les montants par Jorquera. Mais l’expulsion de Kaladze, à un quart d’heure du terme, a contrecarré les plans de la formation rossoblù. Le président Preziosi est descendu dans les vestiaires à la fin de la rencontre. Malesani sur la sellette ?

Un peu la même histoire que celle de Cesena, qui aurait certainement pu obtenir sa première victoire de la saison contre la Fiorentina. Mais Mutu, ancien chouchou des tifosi florentins, a trouvé bon de se faire exclure pour que tout le monde reparte heureux, avec un point dans les valises. Un point et des bandanas : c’est avec cela que repartent en revanche les joueurs de Cagliari, tenus en échec à domicile par Siena. Les supporters sont venus au stade, fiers comme des coqs, avec des bandanas sur le front, comme l’avait réclamé le président Cellino. Un geste de superstition qui n’aura pas servi à ramener trois points. A défaut de ramener des bons looks de rockers.

Les résultats :

Cesena – Fiorentina 0-0
Atalanta – Udinese 0-0
Cagliari – Siena 0-0
Chievo – Juventus 0-0
Genoa – Lecce 0-0
Novara – Bologna 0-2
Ramirez 48’, Acquafresca 64’
Lazio – AS Roma 2-1
Hernanes 51’, Klose 93’ / Osvaldo 5’
Catania – Inter 2-1
Amiron 47’, Lodi 51’ / Cambiasso 6’
Milan – Palermo 3-0
Nocerino 41’, Robinho 55’, Cassano 64’
Napoli – Parma 1-2
Mascara 76’ / Gobbi 59’, Modesto 82’


Classement

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

"Les Giallorossi diront qu’il n’y a pas faute. Les Biancocelesti répondront qu’il n’y avait pas faute sur les 4 pénaltys concédés à la Louve lors des trois derniers derbys."



Euh, n'importe quoi...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 2