En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 14e journée

La L2 la tête à l’envers

Le chapitre 14 de la Ligue 2 a offert quelques surprises. Deux équipes qui caracolent en tête, une flopée de poursuivants aux dents aiguisées, des grosses cylindrées qui jouent avec la peur, et une révélation de 34 ans : la deuxième division en France c’est tout ça à la fois.

Modififié
Clermont et Reims en haut de l’affiche

La 14ème journée de Ligue 2 a permis à deux clubs de créer le premier écart de la saison. Samedi, en ouverture de la journée, Reims s’était installé sur le fauteuil de leader après sa victoire acquise face à Istres. Un succès obtenu dans la douleur, c’est le moins que l’on puisse dire. Cédric Fauré, l’attaquant estampillé Ligue 2 par excellence, a libéré son équipe sur penalty à 96ème minute du match ! Il faut croire que les Champenois devaient mériter leur première victoire depuis le 30 septembre dernier. Néanmoins, il en fallait plus pour impressionner le leader clermontois. Les Auvergnats ont infligé la première défaite à domicile de la saison au Havre. Les deux hommes en forme de Clermont ont encore répondu présent. Alessandrini a planté son 5ème but de la saison alors que Rivière claque lui déjà son 10ème pion. Ces deux clubs comptent 5 points d’avance sur leur poursuivant. Une courte marge qui pourrait toutefois permettre au couple de poursuivre l’idylle un petit moment.

Un ventre « dur »

Derrière, c’est Bastia qui fait la mauvaise opération. Alors que les Corses avaient entamé la saison en terrorisant tous leurs adversaires, ils se retrouvent à 5 points des co-leaders après leur défaite sur la pelouse de Laval (1-0) sur un but dans les dernières minutes de Viale. Une Ligue 2 plutôt folle ce week-end, avec plusieurs matchs qui se sont joués dans les dernières minutes. La défaite de Bastia fait des heureux. A commencer par Troyes qui accède au Top 5 à la faveur de sa victoire sur Nantes (2-0). Des résultats qui conduisent à une situation très, très, très serrée. De Bastia, 3ème, à Angers 10ème, il n’y a que trois longueurs d’écart. Tout peut arriver. En haut, comme en bas.

Les « gros » à la traine

En bas justement, les gros bras du championnat ne sont pas là où on les attendait. Avant le festival de Lens lundi soir sur Sedan (4-2), les trois équipes qui occupaient les places de relégables étaient celles qui sont descendues de Ligue 1 l’été passé. Le monde à l’envers. Mais le constat va plus loin. Le Mans, par exemple, a été rejoint par Monaco à la 86ème minute grâce à un chef-d’œuvre de Vahirua. A l’image du Tahitien, les Sarthois rament et occupent la place du premier condamné. Juste au-dessus, ce n’est pas mieux pour Boulogne défait par Metz, ou encore Amiens qui, même après sa large victoire sur Châteauroux (4-0), ne pointe qu’à la 17ème place. Lens s’offre un énorme bol d’air après son récital face à Sedan (4-2) mais n’en a pas fini avec ses problèmes. Toutes ces équipes qui ambitionnaient de retrouver l’élite vont devoir se battre pour éviter d’affronter Créteil ou le Poirée sur Vie l’an prochain au niveau inférieur. Louis II mérite quand même mieux...

La révélation Jean-François Rivière


Habituellement le deuxième niveau français offre chaque année une révélation. Depuis 2005, la liste des meilleurs buteurs est édifiante : Koné, Savidan, Hoarau, Thil, Giroud ou encore Ribas parti au Genoa cet été. Le point commun entre ces joueurs ? Ils étaient tous des espoirs au moment de réussir une belle saison en Ligue 2. On ne peut pas dire que ça soit le cas de Jean-François Rivière. Le buteur de Clermont, qui a déjà scoré à dix reprises cette saison, est âgé de 34 ans. Quand même. Soit le même âge que Thierry Henry. Dans le genre potentiel à polir, on repassera. Toujours est-il que l’ancien joueur d’Ajaccio flambe cette saison et qu’il n’est pas étranger à la place de leader de son club. Rivière faisait partie de la belle aventure de l’AC Ajaccio la saison passée qui s’est terminée en apothéose avec l’accession en Ligue 1. Mais arrivant en fin de contrat, il n’a pas été renouvelé. Michel Der Zakarian, l’entraîneur clermontois, a senti le bon coup et réussi le vol de l’été en Ligue 2. Jean-François Rivière, qui n’a jamais connu la Ligue 1, se verrait bien obtenir son précieux sésame pour l’étage supérieur à la fin de la saison... A moins qu'il ne préfère relever un dernier défi dans "son" championnat.





Par Christophe Gaudot
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 09:28 Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 22
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
lundi 22 janvier Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) lundi 22 janvier Quand Ronaldo planquait de la bière 51 lundi 22 janvier Dupraz quitte le TFC 128 lundi 22 janvier Robinho en route vers Sivasspor 60 lundi 22 janvier Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18