1. //
  2. // 34e journée
  3. // Lutte pour le maintien

La L1, tu l'aimes ou tu la quittes

Avec neuf équipes pour trois sièges éjectables, la Ligue 1 n'a rien à envier à "The Voice". Il reste encore cinq journées pour voter et attendre qui va se taper son déplacement en bus à Laval l'an prochain. L'AJ Auxerre de Jean-Guy Wallemme a pour le moment la faveur des pronostics pour faire partie de la charrette mais d'autres clubs restent en embuscade. Tour d'horizon des forces et faiblesses en présence.

Modififié
152 9
Le Sudiste sur la bonne voie : Nice (12ème avec 37 points)

L'OGC Nice, c'est 10 points pris depuis quatre journées. Les hommes de René Marsiglia sont chauds patates, le mérite en revient avant tout au coach azuréen. L'homme qui a succédé à Eric Roy a relancé Julien Sablé, repositionné Didier Digard et recruté Kévin Anin. Que des poètes. Plus solide, moins friable, Nice reste invaincu à domicile depuis le 28 janvier dernier. Le Stade du Ray devient imprenable au meilleur des moments.
Cote de maintien : 2/1.

Le Nordiste qui aime les gros : Valenciennes (13ème avec 37 points)

Dire que Valenciennes est dans une mauvaise passe est un doux euphémisme. VA n'a gagné que deux de ses neuf dernières rencontres de championnat. Les Nordistes enchaînent les boulettes défensives sans parvenir à faire la différence devant. Pujol en méforme, les buteurs remplaçants se nomment Aboubakar et Samassa, quatre réalisations chacun. Bien trop faible à ce niveau. Et pourtant, Valenciennes a fait chuter Rennes, Toulouse, Lille, Lyon et Montpellier au Stade du Hainaut. Ça tombe bien, le club accueille le PSG début mai.

Cote de maintien : 5/1.



L'adepte du synthétique : Lorient (14ème avec 35 points)

Papa Gourcuff n'imaginait certainement pas jouer le maintien en début de saison. Mais il faut se rendre à l'évidence, Lorient est devenu un club plus que moyen qui a foiré son recrutement l'été dernier. Habituées à enrôler des jeunes loups prometteurs venus de divisions inférieures, les têtes pensantes du club ont préféré miser sur les néo-internationaux Campbell, Sunu ou encore Emeghara. Conséquence : les Merlus flirtent avec la zone de relégation et pourraient bien s'accrocher à l'hameçon tendu par la Ligue 2.

Cote de maintien : 8/1.

L'habitué des luttes au couteau : Caen (15ème avec 34 points)

Quinzième l'an dernier, Caen ne souhaite pas reproduire la même erreur qu'en 2009, saison de la relégation. Le club de Franck Dumas, toujours indéboulonnable sur son banc, sait ce qu'il faut faire pour pouvoir rester en Ligue 1. Et pourtant, le Stade Malherbe vient d'en prendre quatre à domicile contre Saint-Étienne le week-end dernier. Avec Caen, c'est souvent tout ou rien. Capable d'accrocher le PSG un week-end et perdre ensuite lamentablement à Dijon la semaine suivante. Une équipe taciturne qui dispose cependant d'un calendrier favorable.

Cote de maintien : 6/1.

Le Colonel moutarde : Dijon (16ème avec 34 points)

Trois défaites consécutives, zéro but marqué, cinq encaissés. Dijon vit une mauvaise passe, la faute à des joueurs laxistes et à des dirigeants loin d'être compétents. Début mars, Patrice Carteron est obligé de s'expliquer sur la cas du fasciathérapeute Stéphane Renaud, ami et membre du staff dijonnais. Des tensions sont créées. Quelques semaines plus tard, l'ancien latéral des Verts apprend qu'il doit cohabiter avec Sébastien Pérez, toujours aussi bouclé et devenu directeur sportif à quelques journées de la fin. Les tensions deviennent exacerbées. Bref, un beau bordel qui pourrait bien couler ce club réputé familial.

Cote de maintien : 12/1.

Le roi des nuls : Ajaccio (17ème avec 34 points)

Bastia en Ligue 1, le Gazélec en demi-finale de la Coupe de France et Ajaccio dans tout ça ? Toujours à la lutte pour le maintien. Souvent encensée pour sa qualité de jeu, l'ACA n'arrive pas à décoller au classement, la faute à treize matches nuls qui plombent les ambitions des protégés d'Alain Orsoni. Et les Corses doivent encore se taper Rennes, Lyon et Toulouse lors des cinq dernières journées de Ligue 1. Un challenge difficile qui n'effraie pas les Ajacciens. Une chose est sûre : il sera difficile d'aller gagner à François-Coty lors des deux ultimes matches à domicile. L'entrée est annoncée gratuite pour tous les Corses.
Cote de maintien : 10/1.

Le club qui part en sucette : Brest (18ème avec 33 points)

« Je me sépare d'un copain. Comme tout être humain, j'ai un cœur. Je vais rentrer chez moi et m'enfermer seul parce que c'était une décision difficile à prendre. Je sais ce que représente Alex Dupont pour la ville de Brest. » Ces mots proviennent de la bouche de Michel Guyot, président du Stade Brestois, qui vient de limoger ce jeudi 26 avril son entraîneur Alex Dupont. Paraît-il que ce dernier ne s'entendait plus avec Corentin Martins, directeur sportif et futur gérant du banc de touche breton. L'ex-Auxerrois a pour mission de maintenir le club en Ligue 1 malgré une infirmerie bien remplie et des attaquants maladroits. Ça sent quand même le sapin à Brest.

Cote de maintien : 15/1.



La parole à la défense : Sochaux (19ème avec 33 points)

Est-il possible de descendre avec Martin, Boudebouz et Maïga dans son équipe type ? A priori oui, qui plus est avec Mécha Bazdarevic comme entraîneur. Régaler la chique devant n'est pas une fin en soi, il faut savoir aussi défendre. Et le 6-1 encaissé dernièrement au Parc a affiché les limites défensives de Sochaux. Mais l'arrivée d’Éric Hély, assis sur sur le banc depuis la 27e journée, semble avoir donné un nouveau souffle aux Doubistes. Les joueurs formés au club sont comme à la maison, sages et attentionnés avec leur papa. Si si la famille.

Cote de maintien : 10/1.

Le quasi-condamné : Auxerre (20ème avec 28 points)

Qui est le plus incompétent ? Jean-Claude Hamel, Gérard Bourgoin, Guy Roux ou Laurent Fournier ? Tout le monde a son idée en tête mais pendant ce temps-là, Jean-Guy Wallemme essaie de sauver la patrie bourguignonne comme il peut avec l'effectif qu'il possède. Auxerre pointe déjà à six longueurs du premier non-relégable à cinq journées de la fin. Un retard conséquent dans ce mini-championnat des loosers. Sauf grosse surprise, l'AJA ne se sauvera pas. A moins d'exploits répétés d'Oliech, Le Tallec ou Roy Contout. OK, l'AJA ne se sauvera pas.

Cote de maintien : 30/1.

Par Romain Poujaud
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

acqua di gio Niveau : DHR
Je ne savais pas qu'alex dupont s'était fait viré. Quelle bêtise...En plus pour le remplacer par C. Martins.
En 5 matchs on oublie tout ce que cet entraineur a donné plusieurs années.

SI encore c'était pour le remplacer par Ancelotti. ( Oui je provoc...^^)
jeremstarrrrr Niveau : Loisir
Brest va descendre grace a Martins qui a tous fait pour virer Dupont !Auxerre seront les suivant avec malheureusement ajaccio.C'est dommage pour les corses car ils auront fait une super saison mais je pense qu'il leur manquera l'experience du sprint final.
jevtecraber Niveau : Loisir
Quelqu'un pour expliquer à Romain Poujaud comment fonctionne le principe des cotes ???
Où prend on les paris avec de telles cotes?
ReadySteadyGo Niveau : District
Je ne vois pas où est le problème avec les côtes. Moins t'as de chance de te maintenir plus la côte est importante...
@phage : moi aussi je paris tout de suite avec des côtes comme celles-là.
Bazdarevic........ tout une histoire ce mec....les dirigents de sochaux ont peut être décidé de descendre en L2 dès qu'ils l'ont employé...Peut être qu'il y avait une clause dans le contrat genre fais nous descendre en L2.... ah ah ah

Et Anin la cati*n dans tout ça??
Houla...
En bon supporter tango, je peux vous dire que Laval n'est pas encore sauvé en L2. On va pas souhaiter à Valenciennes ou Auxerre de jouer Quevilly la saison prochaine.
Romain Poujaud je connais ta soeur ! ahahah (et il n'y a aucune mauvaise blague)
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
152 9