La L1 perd toujours à la fin

Rarement le championnat de France aura offert autant de suspense ces dernières années. Pas moins de quatre équipes continuent de lutter pour le titre, et une dizaine ou presque peinent à éloigner le spectre de la relégation. L'exceptionnelle homogénéité de cet exercice 2010-2011, à dix journées de son terme, fait de la Ligue 1 le championnat le plus passionnant au monde... Nan, on déconne.

Modififié
0 14
Tour de France

C'est bien simple : la Ligue 1, cette année, ressemble à une étape de montagne sur la grande boucle, avec une échappée en bonne et due forme, composée de quatre prétendants au titre suprême, un coureur intercalé, largué dès les premiers cols aux pourcentages affolants (oui, le PSG), un peloton resserré où chacun lutte pour ne pas être décroché, et pour finir, une voiture-balai, avec Arles-Avignon dedans. Ceux qui aiment à critiquer le championnat gaulois pourront toujours pointer du doigt la moyenne de 2,33 buts/match – pourtant pas dégueulasse, mais bien loin des moyennes espagnole (2,68), anglaise (2,76) ou allemande (2,98) – mais ne pourront pas se plaindre du manque de suspense, de buteurs (Sow, Gameiro, El Arabi) ou de matches dingues (remember Lille-Lorient, et le 6-3 au tableau d'affichage).

Toujours est-il que sept points seulement séparent le 6e, Saint-Étienne (39 points), du 17e, Auxerre (32 points). Mieux (ou pire) : neuf équipes se tiennent en quatre points, de Sainté à Nancy. Soit à peu près autant d'équipes toujours concernées à la fois par la course à l'Europe, même si Paris paraît toujours hors de portée à l'heure actuelle, et la course au maintien. Cette foire d'empoigne, si elle rend le classement de la Ligue 1 à peu près illisible et sans grande valeur, a au moins le mérite de tenir toutes les équipes du championnat concernées par la suite des événements, et de donner davantage de valeur aux points mis en jeu à chaque journée, puisque la moindre petite série de victoires permettrait de faire bond au classement... Mais ce n'est pas un hasard si cette phrase est au conditionnel.

La loi des séries

On ne va pas se mentir : la Ligue 1 est beaucoup plus intéressante à suivre aujourd'hui qu'il y a quelques années. La fin de l'hégémonie lyonnaise y est sans doute pour beaucoup, mais les ambitions de jeu, surtout, ne sont plus les mêmes que le passé. Lille n'est pas la seule équipe à proposer un jeu plutôt alléchant : Lorient, Brest ou Sochaux, par exemple, sont capables de produire un jeu de qualité, quand le temps le permet. Mais tout le mal de notre championnat est là : le manque de régularité de la majorité des équipes de Ligue 1 est proprement effrayant, et se traduit par une capacité à peu près totale des équipes du milieu de tableau à amorcer la moindre dynamique positive, ou à enchaîner quelques victoires : il ne reste rien de l'enthousiasmante réussite brestoise du début de saison, ni de la jolie série stéphanoise et l'entame canon de Toulouse – quatre victoires lors des quatre premières journées – n'est plus qu'un lointain souvenir, et le TFC est aujourd'hui vautré dans le ventre mou, à peine conscient que sans son fulguro-départ, il serait aujourd'hui relégable. En Ligue 1, la crédibilité des challengers n'est qu'éphémère, et les longues séries inexistantes.

Comment expliquer alors cette homogénéisation qui s'apparente à un nivellement par le bas pour une quinzaine d'équipes de notre championnat ? Les transferts peuvent apporter un élément de réponse, déjà. Les équipes du milieu de tableau, comme d'hab, ont été pillées par les grosses cylindrées. Nice a perdu Rémy, Toulouse a vu s'envoler Gignac, Bordeaux ne se remet pas du départ de Gourcuff (lui non plus, notez)... C'est intéressant, mais pas suffisant. On peut aussi avancer l'éternel argument des cadors ne Ligue 1 qui n'arrivent pas à jouer le rôle de locomotives pour le reste des équipes du championnat, mais le nombre de points des Lillois n'est pas si loin des autres leaders européens (Barça mis à part, bien sûr). Après un début de parcours assez désastreux, les favoris répondent présents, surtout depuis le début des matchs retours, et les sempiternels insatisfaits n'auront pas manqué de noter que le Big Four à la française semble enfin se dessiner. Deschamps ne semble pas convaincu, mais soulignait lui aussi cette homogénéisation particulière : «  Il y a un nivellement et je ne suis pas persuadé que cela soit une bonne chose pour le foot français. [...] La particularité de la Ligue 1, c'est que le dernier peut battre le premier » . Difficile de lui donner tort : Lyon s'est incliné contre Caen, Valenciennes et Lorient, Marseille contre Caen, Valenciennes et Nice, Rennes contre Caen, Auxerre et Sochaux.

Manque d'ambition coupable

S'il y a un particularisme bien français, qui dépasse la faillibilité des cadors contre les équipes moyennes, c'est bien celui du manque d'ambitions. Qu'y a-t-il de plus impardonnable que le manque d'ambitions ? Il faut voir les Lillois se paraphraser et répéter des formules apprises par cœur pour éviter de prononcer un objectif pourtant bien légitime, Rudi Garcia allant jusqu'à affirmer début mars que « Lille n'est pas programmé pour être champion » . Rennes non plus, dixit Antonetti. Il ne faudra pas s'étonner de voir l'OM planter tout le monde en fin de parcours.

Le pire, c'est que ce syndrome bien français – également appelé syndrome Guy Roux – est extensible à la quasi-totalité des équipes du championnat. En Liguorange, il y a 15 équipes qui jouent officiellement le maintien. That's it. Le refus absolu d'assumer un statut d'outsider et la tendance à avancer avec un œil rivé sur le rétro sont peut-être des méthodes secrètes pour y aller au bluff, mais on voudrait bien savoir quand cela a réellement fait ses preuves – à part pour Auxerre, une fois de temps en temps. Le football français n'est donc pas moins intéressant, ni moins passionnant. Un peu moins spectaculaire, peut-être. Et surtout, beaucoup moins ambitieux. Et si c'était qu'il y a de pire ?

Julien Mahieu

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

"Rudi Garcia allant jusqu'à affirmer début mars que « Lille n'est pas programmé pour être champion ». Rennes non plus, dixit Antonetti. Il ne faudra pas s'étonner de voir l'OM planter tout le monde en fin de parcours"
On aura appris un truc : il suffit de le dire pour être champion.

Votre problème, c'est uniquement de pouvoir assouvir le rôle de journaleux sadique :
- bon, alors, c'est une année complètement ratée, votre ambition était d'être champion, non ?
- non c'est sans importance, le meilleur a gagné
- ... si, si j'insiste vous êtes un looser. L'entraîneur est-il en danger , vous allez le virer ?
- bah, non...
- ah bon ? les supporters demandent pourtant sa démission ! comment allez-vous gérer les conflits dans le vestiaire ?
- quels conflit ? non, ça va. Comme dans toutes les équipes tous les joueurs ne passent pas leurs vacances ensemble mais ça va.
- vous ne m'enlèverez pas l'idée que l'intersaison risque d'être compliquée avec ces objectifs ratés et les déceptions qui en découlent. Pourrez-vous retenir les départs de joueurs annoncés ici et là ?
...
15 équipes qui jouent le maintien, et 5 autres équipes qui jouent l'europe! Mais bien sur, quand ils auront eu l'europe, ils privilegieront le championnat pour jouer l'europe la saison d'apres !
voila, aucune ambition a part des aulasseries de gagner la Ligue des champions, qui est la pour le coup, totalement impossible et donc ambition demesurée.
Faudrait quand meme penser un jour a vouloir gagner le championnat ou etre européen mais surtout vouloir gagner la coupe de l'uefa apres s'etre aguerri face aux plus fort en Ligue des champions!
Le chaktior il est pas en quart de finale de LDC pour rien ! Il a gagné quoi avant ?!
Les clubs francais ne comprennent pas qu'ils ont les atouts pour gagner une coupe d'europe, l'UEFA et qu'il faut jouer a fond les compétitions quelle qu'elle soit! championnat ou coupe d'europe.
quel est l'interet de jouer toujours pour ne pas perdre et grapiller des pitits points pour etre 13eme tranquilou ?! j'ai du mal a comprendre!

PS: N'empeche cet article est bien vu, car l'ambition, meme en edf, a toujorus été le défaut des francais par son manque.
Qui se dévoue pour expliquer à Julien Maheu que la "Ligue 1 Orange", ça n'existe plus depuis environ cinq ans ?
Qui se dévoue pour expliquer à Julien Maheu que la "Ligue 1 Orange", ça n'existe plus depuis cinq ans environ ?
Je suis pas forcément d'accord avec cette idée du particularisme français. Qu'il y ait 4 5 équipes dominantes en ligue 1 rappel la premier league (6 la bas), l'Italie (4) et l'Allemagne (4). Et cette formule est bien plus intéressante que la Liga par exemple, ou le reyal et le barça surnagent.
Mais la où je ne suis vraiment pas d'accord c'est sur la critique du manque d'ambition soi disant affiché. Tout le monde sait que c'est plus par modestie qu'autre chose et une certaine jurisprudence. Cela ne fait pas si longtemps que Lille et Rennes sont devenus des cadors de la ligue 1. Au contraire de l'OM ou de l'OL. C'est normal qu'ils préfèrent y aller avec des pincettes...
Enfin ouais en CL, on est en dessous et c'est pas nouveau. Merci l'arrêt Bosman et la CL peut vraiment être fatal à certains clubs français (exemple d'Auxerre cette année, de Toulouse il y a quelques saisons).
Avoir la tête sur les épaules et connaître les capacités de son groupe n'est pas considéré forcément comme un manque d'ambition, si Antonetti avait déclaré avant le match contre l'OM qu'il visait le titre, tous les journalistes lui serait tombé dessus après leur défaite face aux Olympiens pour conclure que le titre était perdu ou mal engagé, c'est les médias qui en font trop et qui poussent les entraîneurs à ne pas déclarer leur ambition. Ne pas déclarer son ambition ne veut pas forcément dire que l'on ne l'est pas, ambitieux. Chaque match, on a le droit a des conclusions différentes, au début de la saison après 10 journées, la plupart des médias titraient que Lyon était déjà condamné pour le titre, que le championnat était faible car c'est des équipes comme Saint Etienne ou Brest qui étaient devant etc etc... tout ça car il faut bien faire des articles ou des sujets quitte à faire du réchauffé chaque saison. Mais au final, Lyon est encore placé pour la course au titre et Brest et Sainté ont retrouvé leur place.

En fait Canal devrait acheter les droits pour les 2 dernières journées de championnat car au final c'est là ou tout se joue
Je cite "Qui se dévoue pour expliquer à Julien Maheu que la "Ligue 1 Orange", ça n'existe plus depuis environ cinq ans ?"

Y en a un qui suit les mecs, on lui file une médaille??

Et puis c'est Julien Mahieu et non Maheu, t'es pas dans Germinal ici! huhuuh
La L1 vaut pas grand'chose. C'est vraiment pas nouveau.

Les clubs français pourraient gagner l'Europa S'ILS LE DESIRAIENT VRAIMENT?

Non, ils ne le peuvent pas. Ils le savent et c'est la vraie raison pour laquelle ils ne la jouent pas à fond.

Faut arrêter de se mentir.

La L1 a été, est et sera toujours une sorte de deuxième division européenne.

Il en faudra des générations pour que cela change! Peut-être un jour, dans un siècle ou deux (si les centrales n'ont pas toutes pété avant!)

S'il y a bien une certitude dans le monde du ballon rond, c'est bien celle-là.
Complètement d'accord!!
Gros manque d'ambition dans le championnat de France, dans le sport de haut niveau ça fait tâche. Tout le monde se concentre sur l'équipe nationale!!

Un attaquant de Ligue 1 au Tef cette saison et on est dans le top 5, encore un exemple du particularisme français!!!
Pensons au gens qui se rendent au stade!!!
@amara : Au temps pour moi, vraiment.

Julien Mahieu
putain de running gag, ce "au temps pour moi"... un peu comme les fautes Participe Passé / Infinitif...
Quelle import anse l'orthographe temps con a rive à se con prendre ?

Bref tout ça pour dire que la législation financière imposée aux clubs français les empêche de concurrencer les grands clubs européens. Et alors ? Eh ben rien !

En France on paye des impôts, on redistribue, on équilibre les comptes des clubs pour pas atteindre les déficits abyssaux des soit disant meilleurs clubs du monde. Si ce fonctionnement fait qu'on peut pas financer la vénalité des meilleurs joueurs alors soit ! Moi j'accepte de voir un championnat merdique mais qui a au moins le mérite d'être équilibré.

Le foot brasse déjà trop de fric pour qu'on accepte un laisser-faire économique où l'argent est roi et les milliards triomphent, sacrifiant l'équité sportive sur l'autel du beau jeu et d'un spectacle fournit par les meilleurs joueurs dopés du monde.

Moi j'emmerde Anelka pour qui il est inconcevable de payer 3 millions aux impôts lorsqu'il en gagne 7. Les termes de sécurité sociale et allocations familiales n'ont aucun sens pour lui alors qu'il en a certainement bénéficié tout au long de sa vie.

Et vive la Ligue 1 !
"au temps pour moi" est tout à fait correct, j'avais eu cette discussion avec un pote qui l'écrivait comme ça alors que moi j'aurais écrit “autant pour moi”. Plus de détails ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Au_temps_pour_moi
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 14