1. //
  2. // 8es
  3. // Juventus-Bayern (2-2)

La Juventus n’est jamais morte

Menée 2 à 0 et complètement asphyxiée par le Bayern Munich, la Vieille Dame a trouvé les ressources et le cœur pour arracher le nul sur sa pelouse (2-2). Un résultat moyen dans l’optique d’une double confrontation, mais une rébellion qui fait du bien au mental de la Juve. Le Bayern, lui, l’a joué trop facile.

Modififié
426 100

Juventus FC 2-2 Bayern Munich

Buts : Dybala (63e), Sturaro (76e) pour la Juve // Müller (43e), Robben (55e) pour le Bayern

Thomas Müller a un physique à vendre des écrans plats, mais il est surtout bien placé quand il s’agit de planter des buts dans les matchs qui comptent. Et ça, sur n’importe quelle télévision du monde. Au cœur d’une domination XXL du Bayern, le champion du monde a placé son plat du pied dans les ficelles de Gianluigi Buffon. On jouait depuis 42 minutes, et la Juventus cherchait son souffle depuis… grosso modo autant de temps. Robben doublera la mise de sa spéciale après la pause. À ce moment, on se dirigeait vers une démonstration. Un K.O. qui aura pourtant le mérite de réveiller Turin et l’Argentin Dybala, auteur de la réduction du score sur un amour de combinaison avec Mandžukić. Un but en forme d’espoir. Un espoir qui va définitivement prendre les contours des tatouages de Sturaro, qui se jette sur une remise de Morata pour remettre tout le monde à égalité. Dix minutes de rébellion italienne. Deux buts. Apeuré au moment du but de Robben, Turin s’est relevé. Depuis le coup d’envoi, Allegri avait pourtant un sérieux problème à résoudre : comment gagner un match de football quand on n’a jamais le ballon et qu’on ne dépasse jamais le rond central. Rester en bloc, déjà. Bien défendre et prier. Parce que les hommes de Pep Guardiola ne sont pas du genre à prêter leurs jouets. Le Bayern a confisqué la balle d’entrée pour ne jamais la rendre. Enfin si, à 2-0. C’est con.

Turin a gagné la bataille du cœur


Pourtant, jusqu'au but de Robben, les Allemands avaient tout bon. Logiquement, l’ouverture du score est arrivée à la suite d’un débordement de Robben… repris par Douglas Costa. Dans un monde idéal, Thomas Müller aurait crucifié la Juve d’entrée sur ce caviar de Lewandowski en retrait, d’autant que Buffon avait déjà un genou à terre… Mais l’Allemand le plus sous-coté de sa génération a préféré traiter le suspense avec respect. Un peu. La Juventus a commencé par défendre à onze dans sa propre surface. Le sacrifice collectif dans toute sa splendeur. Défendre en bloc demande une discipline de tous les instants, une harmonie, une intelligence de mouvements, mais à la moindre erreur, on le paie cash. Et la Juventus ne pouvait pas courber le dos éternellement.


Rien que sur le premier acte, Buffon a dû s’employer sur des tentatives de Müller, Costa, Lewandowski ou encore Bernat. C’est beaucoup pour en sortir indemne. Et la Juve dans tout ça ? Les Turinois ont eu du mal avec les transitions, et le pauvre Dybala s’est fait manger par Vidal, en mode dalleux cinq étoiles, pendant plus de 50 minutes (les meilleurs du Bayern justement). Mais alors que le tableau d’affichage indiquait 2-0 pour les visiteurs, les locaux se sont ressaisis. Le bloc est remonté. Les coups sont tombés, et l’intensité est montée d’un cran. Surpris, le Bayern a explosé en dix minutes. La Juve a marqué deux buts avec son cœur. Et un peu avec ses couilles.

Vidal, le coup de génie de Guardiola


Au final, les problèmes d’avant-match de Guardiola, obligé de composer une défense de demi-portions (1,74m de moyenne) sans un seul central de formation, se sont quand même ressentis sur la longueur. La Juventus aura attendu d’être au bord du fossé pour relever la tête. À 0-2, on se disait que le match était plié. Surtout que Pep semblait inspiré dans ses choix. C’était encore une fois le cas avec l’option Vidal, privilégiée à celle de Xabi Alonso. Un choix payant. Le Chilien n’a rien oublié de Turin, il est reparti du Juventus Stadium avec le scalp de Dybala. Son pressing frôlait le harcèlement. Que le Bayern soit au-dessus de la Juve, au fond, ce n’est pas une surprise, mais la révolte italienne est une bouffée d’oxygène malgré une entame ratée.


La Juve restait quand même sur un seul but encaissé en onze matchs depuis le 1er janvier. Ce soir, la Vieille Dame a cédé deux fois en moins de 50 minutes. À côté de ça, la Juventus pourra toujours se dire que l’arbitre s’est oublié sur une main de Vidal dans la surface quand le score était encore de 0-0. Qui sait comment le match aurait tourné… La machine bavaroise va trop vite pour le commun des mortels. Mais elle a aussi des failles humaines dans lesquelles la Juve s’est enfoncée. Avec brio. Cela étant dit, le Bayern rentre à la maison avec deux buts inscrits à l’extérieur. Le genre de détails qui fait souvent la différence sur la scène européenne. D’ici là, Thomas Müller traînera son physique de quidam sur toutes les télés du monde.

  • Résultats et classement de la Ligue des champions
    Retrouvez toute l'actualité de la Ligue des champions

    Par Mathieu Faure
  • Modifié

    Dans cet article

    Noël Mammaire Niveau : Loisir
    Note : -7
    Ehi mihi !

    Face à une quasi-demie équipe titulaire germaine, je ne peux que pleurer sur les mânes d'une grandeur envolée.

    Que c'est triste de voir une civilisation chuter ! Comme il y a quelque chose de déchirant dans ces derniers soubresauts. Quelque chose qui a à voir avec le pathétique tragique. La finitude qui se débat de toutes ses dernières forces face à l'Irrémédiable.

    Mais ce qui me cisaille encore plus profondément les entrailles, c'est le choeur des vestales du "meilleur-des-plus-mauvais-championnats-européens", qui ne manquera pas de continuer à nous chanter son autiste mélopée.

    Oui, que c'est triste; mon coeur !
    Et le départ prochain de Buffon, le dernier empereur, sonnera comme la conversion de Constantin sur son lit de mort : La fin d'une immense civilisation.

    Car tout doit mourir.

    Et tout le reste est silence.
    Note : 1
    Ça reste un excellent résultat pour le Bayern ne l'oublions pas.Et puis ils vont récupérer pas mal de blessés d'ici au match retour.
    On voit ce soir que tous ceux qui prédisaient la qualification facile d'une des deux équipes auront sûrement tort.
    La Juventus s'est réveillée trop tard pour nos beaux yeux et le match pris une toute autre envergure après la fin du sommeil turinois.

    Mandzukic semblait sous amphétamines tant il paru excité, aussi bien sur le plan du jeu, où il fut étincelant, que sur celui du "Je pète les plombs". Il sort sans jaune, belle chance.
    Quel second but turinois !

    Un vrai beau magtch de football, deux belles équipes et deux beaux entraîneurs... Ca fait du bien !

    Ps : la "spéciale Robben", c'est comme une belle femme : on peut la voir mille fois sans se lasser.
    Note : 3
    A votre avis, ce qu'a montré Ribéry en à peine dix minutes va calmer le lobby pro-Payet de So Foot pendant combien de temps ?
    Allegri est un putain de coach quand même.
    Ronniesheva Niveau : CFA
    Note : 1
    Message posté par .Pelusa.
    Ah ils sont sympas, ils veillent sur moi !
    C'est vrai que j'avais promis de ne jamais mettre de note positive à un fan de Paris autre que GhostPSG.


    c'est possible de mettre des notes positives à des fans du psg? je pensais qu'on était sur un site avec une certaine éthique ici
    Message posté par declaubianco
    Les mauvaises langues diront qu'il est physiquement cuit depuis un bon bout de temps et que même si Sturaro est largement moins bon footballeur, il ramènerait un impact physique et athlétique salutaire.

    Puis j'ai du mal à comprendre la sortie de Marchisio pour Hernanes qui revient tel un asmathique septuagénaire sur le second but et ce 5 minutes après son entrée en jeu.

    Pour le reste, bon coaching d'Allegri qui a joué le tout pour le tout.


    Ah, les mauvaises langues... J'ai retenu la mienne en le voyant contre le Napoli assister à une rencontre de premier choix, grâce à un sens du placement hors-pair.

    Pour Hernanes, il a fait une bonne entrée, mais ton message me rappelle effectivement quelques uns de ces replacements si bien décrits devant lesquels j'ai halluciné. Plus Pirlo que Marchisio, quoi.
    FootAddicted Niveau : CFA2
    Note : 1
    Message posté par cheguss
    moi je le trouve au contraire assez lucide en comparaison a tous les fans de la juve qui font l'eloge d'une juventus qui n'arrive pas a toucher le ballon a domicile contre le bayern pendant 60 minutes...pour ceux qui ont plus de 30 ans et qui sont neutres c'est assez pathetique au vue de ce a quoi les italiens nous ont habitue les decenies precedentes. ca c'est une vrai chute. c'est vraiment dommage pour le foot italien. le niveau est tres bas. ca on le remarque contre un vrai grand d'europe. Grand ici c'est par rapport a la forme et non par rapport au nom ou au palmares. la juve rentrera de munich avec au moins cinq buts dans les sacs, parce que le bayern ne va pas relacher pendant les 30 dernieres minutes comme aujourd'hui..toute l'equipe etait depassee par le niveau de jeu du bayern a domicile et vous esperez quoi a l'allianzarena?


    Je trouve au contraire que la plupart des commentateurs ici est lucide par rapport au niveau de la Juve ou du foot italien en général. Personne ne fait l'éloge du niveau de la Juve, nous sommes tous plus au moins d'accord pour dire que le Bayern est au dessus. Ce dont je fais l'éloge personnellement c'est la capacité de la Juve à réagir en 10 minutes au moment où on y croyait le moins et le nauffrage du Bayern en face. Et cette faculté de se révolter, le trentenaire que je suis te rassure qu'elle ne l'a pas perdue depuis les dernières décennies ;)

    Après, oui clairement aujourd'hui aucune autre équipe italienne ne semble capable d'éditer de telles performances.
    GalateaTêtenjoy Niveau : CFA2
    Note : 1
    Mandzukic fait un match exceptionnel. Une magnifique passe dé pour Dybala, une magnifique avant dernière passe pour Morata sur le but de Sturaro et un engagement de tous les instants (le mec revient de blessure). Sa note prouve vraiment que beaucoup de journalistes sportifs ne comprennent rien au foot.

    Je ne comprends pas que ça n'ait pas plus fonctionné à l'Atletico, il avait tout pour remplacer Diego Costa. La Croatie peut être une très bonne surprise à l'Euro, en tout cas j'aurais plaisir à les suivre, comme souvent.

    Plus généralement, match de très haut niveau, surtout tactiquement parlant. Très impressionné par la puissance dégagée par le Bayern. Avec Boateng et Benatia, ç'aurait pu être très compliqué pour la Juve qui réussit un quasi exploit alors que le Bayern réalisait le match parfait.

    J'ai trouvé Pogba très bon. Y a du déchet mais il a été le seul joueur au milieu de terrain à garder la balle et a perforé. Forcément parfois il la perd, mais les quelques fois où c'est passé, y a eu gros danger pour les Bavarois. Et puis grosses activités défensives, bons replacements, belles interceptions (le second but, c'est lui qui en est à l'origine). Donc après un début de saison très compliqué (à l'image de son équipe) il revient vraiment bien et c'est une bonne nouvelle pour la France. Dybala a eu du mal, mais prouve son immense talent en crucifiant tout en sang froid le meilleur gardien du monde (qui semble quand même moins impressionnant cette saison) sur sa seule occasion du match. Pour un mec qui découvre la ldc et le très haut niveau, chapeau. Derrière Barzagli m'a semble moins souverain que ce qu'il est capable d'être. Très gros match de Bonucci et de Lichsteiner qui a éteint Douglas Costa tranquillement. Plus compliqué après l'entrée de Ribéry qui prouve qu'il a encore du jus et du ballon. Puisse son corps le laisser tranquille, parce que Robben et Ribéry ça peut être injouable. Robben a transpercé Evra tout le match. Est-ce que Robben est phénoménal ce soir ou Evra particulièrement mauvais, j'en sais rien. Décu un peu par Khedira et Marchisio en première mi temps, mais que ça doit être dur de jouer contre le Bayern. Hernanès fait une très bonne rentrée dans un registre que je ne lui soupçonnais pas.

    Après Buffon depuis les coulois avant d'entrer sur le terrain jusqu'aux embrassades d'après match, c'est la classe absolue. Je suis bien plus heureux d'avoir été contemporain de cet homme que de Messi ou Ronaldo.

    Vivement le match retour, ça promet. Surtout avec les retours de Benatia et Chiellini.
    Quelle seconde période!
    Claude le Gentil Niveau : CFA
    Note : 1
    Après une bonne nuit de sommeil, ce nul me fait plutôt plaisir. On a énormément parlé des absents coté bavarois, mais l'absence de Chiellini ( et Sandro) nous était tout autant dommageable.

    Message posté par cheguss
    je me demande si on a regarde le meme match????? le bayern joue a turin sans defense et a 71% de possession en premiere mis-temps..mais vous faites l'eloge des italiens...l'ecart de niveau etait tellement evident que la juve faisait pitie...un grand coaching? il a juste change les joueurs fatigues a force de courrir sans ballon pour des joueurs frais..et c'est peut-etre la premiere fois que je vois khedira aussi fatigue. ensuite la juve a su exploiter le relachement des bavarois. donc toi aussi tu aurais pu coacher ainsi.


    On ne peut pas décrire un match par ce système, mais regardes les stat :

    http://www.uefa.com/uefachampionsleague … index.html#1/2016/2000635/2015767/pitch-view

    En dehors des passes et de la possession de balle, la juve fait largement jeu égal avec les bavarois ce soir, tout en misant sur une tactique défensive.

    Et dois-je pointer les nombreux tirs hors cadres et le fait que le bayern a commis plus de faute que l'équipe qui a défendu pendant 70 minutes ? Certes, l'arbitrage n'était pas terrible, la faute la plus importante n'a d'ailleurs pas été sifflé contre Lewandowski.

    Et la baisse de régime du Bayern peut se voir de plusieurs manières : de la suffisance, ou le résultat d'un travail de 70 minutes visant à fatiguer son opposant, qui manque de lucidité pour sa passe à 10 ( cf Lahm).

    Le match retour sera encore plus intéressant. Depuis le début, Allegri distille un message suggérant un premier match "sans prendre de valise" à domicile, et un retour pour la gagne.

    La proximité avec le match du Napoli (et l'Inter*2 à venir) l'a probablement influencé dans l'approche de ce premier affrontement. Il n'a probablement pas passer l'ensemble de ses séances à préparer la C1.

    Pour le retour, du 03 au 16 mars, nous affrontons Sassuolo, l'Atalanta et donc le Bayern le 16. Préparez-vous à deux matchs poussifs contre des petits, et à de sérieuses séances tactiques à Vinovo contre les teutons.
    Message posté par Claude le Gentil


    La proximité avec le match du Napoli (et l'Inter*2 à venir) l'a probablement influencé dans l'approche de ce premier affrontement. Il n'a probablement pas passer l'ensemble de ses séances à préparer la C1.

    Pour le retour, du 03 au 16 mars, nous affrontons Sassuolo, l'Atalanta et donc le Bayern le 16. Préparez-vous à deux matchs poussifs contre des petits, et à de sérieuses séances tactiques à Vinovo contre les teutons.


    Purée ça fait plaisir de lire ça, qui ne change rien au super match du Bayern, mais hier soir j'ai même pensé qu'Allegri réservait un peu Marchisio pour le match contre l'Inter avant de lire qu'il y avait problème musculaire.

    On verra ce que sera le match de Munich, le plus important pour moi c'est la capacité de réaction de l'équipe, d'autres auraient renoncé ou coulé hier.
    Note : 1
    Message posté par Noël Mammaire
    Incroyable illustration de la Méthode Coué !
    Le réel n'a pas lieu, et, finalement, lorsqu'on y regarde bien, la nuit est bien plus claire que le jour.


    Noël Mamère, c'est le maire de Bègles, non ? Gironde, c'est ça ?
    T'as pas pris celui de Lormont parce qu'il est moins connu ?

    Tu es démasqué, Christophe Dugarry.
    Note : 1
    Message posté par Trap
    Purée ça fait plaisir de lire ça, qui ne change rien au super match du Bayern, mais hier soir j'ai même pensé qu'Allegri réservait un peu Marchisio pour le match contre l'Inter avant de lire qu'il y avait problème musculaire.

    On verra ce que sera le match de Munich, le plus important pour moi c'est la capacité de réaction de l'équipe, d'autres auraient renoncé ou coulé hier.


    "La capacité de réaction de l'équipe" Voila ce qui est édifiant, on peut parler en long en large des absences, manque de forme, jeunesse de certain, etc... Je suis sur le cul sur la capacité de réaction dont a fait preuve la Juve hier.

    On était destiné a prendre un 3eme but qu'aurait inventé Ribery, au lieu de ca on fait une remonté sortie de nul part, bleufant !


    J'espere vraiment qu'on arrivera suffisamment armée a Munich et qu'il y'ait une vraie opposition. Ce Bayern est dantesque et absolument monstrueux dans sa capacité a écarté l'équipe adverse sur les coté pour ensuite la passer au rouleau compresseur.
    Mais cette vieille dame renoue avec son ADN, tout est possible.

    Le Kiosque SO PRESS

    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    Article suivant
    Messi double les Gunners
    426 100