En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 18e journée
  3. // Juventus/AS Roma

La Juventus et la Roma au révélateur

Ce soir, la Juventus reçoit l’AS Roma au Juventus Stadium. C’est simple : c’est le leader de Serie A qui affronte son dauphin. Cinq points séparent les deux équipes au coup d’envoi. Pour la Roma, c’est le match qui dira si les Giallorossi peuvent lutter ou non pour le Scudetto.

Un an tout rond. 6 janvier 2013. Jour de l’Epiphanie. La Juventus débute la nouvelle année par la réception de la Sampdoria. Un match a priori facile pour les Bianconeri, qui mènent rapidement 1-0. Mais en seconde période, avec un Icardi en feu, la Samp renverse la vapeur et s’impose finalement 2-1. C’est, à ce jour, la dernière défaite de la Juventus au Juventus Stadium en Serie A. Depuis, les Turinois ont disputé dans leur antre 17 matchs, pour un bilan impressionnant de 15 victoires et 2 nuls (face au Genoa et Cagliari), avec seulement 7 buts encaissés… Depuis le début de la saison 2013/14, le parcours des champions d’Italie à domicile à de quoi faire frémir tout adversaire : 8 matchs, 8 victoires, 23 buts marqués, 4 encaissés. C’est dans ce contexte que, pour ce match de l’Epiphanie 2014, la Juventus reçoit l’AS Roma. Un match au sommet, une « partitissima » , comme on a l’habitude de dire en Italie. D’un côté, la Juve, qui a remporté tous ses matchs à domicile cette saison, et qui truste la première place du classement avec 46 points. De l’autre, la Roma, seule équipe encore invaincue en Serie A, qui suit avec 41 unités. Or, s’il y a bien déjà une certitude, c’est que l’une des deux séries va prendre fin ce soir. Ce qui a le don de rajouter encore un peu plus de pression à ce match qui en est déjà bourré.

De +5 pour les uns à +5 pour les autres

D’un point de vue purement statistique, la Juve a su remettre les choses au clair depuis la mi-octobre. 20 octobre : les joueurs de Conte s’inclinent 4-2 sur la pelouse de la Fiorentina. À ce moment-là, la Roma est en train d’engranger les victoires, et, au terme de cette huitième journée, elle compte cinq points d’avance sur les Turinois. C’est l’écart le plus large qui séparera les deux formations. La Juve a enclenché le mode « énervée » et s’est mise à gagner, gagner, gagner encore. À l’aube de ce Juventus-Roma, on en est à neuf victoires consécutives. La Roma ayant, dans le même temps, concédé quatre matchs nuls face au Torino, à Sassuolo, à Cagliari et au Milan AC, l’écart s’est inversé. De +5 pour les Giallorossi, on est passé à +5 pour les Bianconeri. Les données du problème sont donc relativement élémentaires : avec un succès, la Vieille Dame prendrait huit points d’avance sur son premier poursuivant, ce qui risquerait bien d’être, déjà, un avantage décisif dans la lutte pour le titre.

Mais que l’on ne s’y trompe pas : la Roma ne vient pas à Turin pour être spectatrice non payante. Rudi Garcia et ses hommes veulent tout simplement s’imposer, pour revenir à deux points du leader, et ainsi lancer de la plus belle des manières la phase retour du championnat. « Une chose importante, c’est que nous irons à Turin pour gagner, non pas parce qu’il s’agit de la Juve, mais parce qu’il s’agit de notre mentalité depuis le début de la saison, a affirmé en conférence de presse l’ancien coach du LOSC. Nous irons au Juventus Stadium pour être protagonistes. Eux jouent à la maison, c’est un avantage. Tout le monde pense que, pour nous, ce match est déjà perdu. Ce qui veut dire que nous avons tout à gagner. » Motivé, le Rudi, qui aimerait bien imiter Andrea Stramaccioni, Delio Rossi et Jupp Heynckes, les trois seuls coachs à être parvenus, en deux ans et demi, à repartir du Juventus Stadium avec trois points.

Totti vs Buffon, défi éternel


Évidemment, le duel Juventus-Roma ne se résume pas à un duel entre deux excellents entraîneurs. Il s’agit évidemment d’un duel entre joueurs, parmi les plus performants de ce début de saison en Italie. Déjà, Antonio Conte peut être soulagé : il pourra bien compter sur Carlos Tévez, ce qui n’était pas gagné il y a encore quelques jours, lorsque l’Apache avait prolongé de quelques jours son voyage en Argentine pour des problèmes familiaux. Finalement, le joueur est rentré à temps, et sera bien de la partie, tout comme son coéquipier de l’attaque Fernando Llorente, homme fort de la fin de l’année 2013. La trêve a également permis à Conte de retrouver deux piliers de son équipe : Barzagli et surtout Andrea Pirlo, qui n’a plus joué depuis le 1er décembre, et la victoire 1-0 contre l’Udinese. L’équipe type entièrement à disposition : elle est là, la bonne nouvelle, pour le technicien turinois. Rudi Garcia, lui, n’a qu’un absent de marque à relever : Federico Balzaretti. À part ça, lui aussi peut compter sur l’intégralité de son effectif, de Strootman à Florenzi, en passant par Pjanić, Gervinho et évidemment la doublette défensive Castán-Benatia, actuellement à la tête de la meilleure défense d’Europe, avec 7 buts encaissés en 17 journées (un de moins que Lille et le Bayern Munich).

Mais surtout, ce Juventus-Roma est l’occasion de retrouver le grand duel entre Totti et Buffon, peut-être le dernier grand duel en Italie façon Olivier Atton vs Ed Warner. Les deux hommes, ennemis sur la pelouse, amis en dehors du terrain, se connaissent depuis des lustres et leurs chemins se sont croisés à maintes reprises. C’est d’ailleurs Buffon qui était dans les cages de Parme, le 17 juin 2001, lorsque la Roma a été sacrée championne d’Italie. En tout, Totti a marqué dix fois contre Buffon, sa « victime » favorite. La dernière fois, c’était le 16 février dernier, lors du succès 1-0 de la Roma au stadio Olimpico. Fait incroyable : ce soir, Totti disputera son 689e match officiel avec la Roma. Devinez combien Buffon en a disputé avec Parme et la Juve depuis le début de sa carrière ? 688. Il disputera donc, lui aussi, son 689e match officiel. Liés par tout, les deux larrons devront, ce soir, se partager. Parce que, sincèrement, personne ne se contenterait d’un match nul. Ni les principaux acteurs, ni les tifosi.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


il y a 1 heure 414€ à gagner avec Barça & Bayern il y a 4 heures 160 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions !
il y a 7 heures Le derby de Bahia se termine avec dix expulsés 10
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
il y a 9 heures Un supporter met le feu tout seul en D8 anglaise 9 Hier à 16:01 Tony Chapron est en arrêt maladie 46 Hier à 13:27 Des supporters uruguayens créent un chant sur l'air de Bella Ciao 24 Hier à 12:18 Un entraîneur espagnol s'énerve en conférence de presse 9