1. // Serie A – Juventus Turin

La Juventus en pleine renaissance

Vulgaire septième du dernier championnat, la Juventus Turin a tout changé. Nouvel organigramme, nouveau coach et nouvelles ambitions. La Vieille Dame veut revenir à sa place : celle de numéro uno. Pour ce faire, il faut tout changer, ou presque.

Modififié
0 0
Ils étaient six sur la pelouse de l'Ellis Park Stadium de Johannesburg quand la Squadra s'est fait étriller par la Slovaquie (3-2). Six joueurs de la Juventus (Cannavaro, Chiellini, Marchisio, Iaquinta, Camoranesi et le nouveau Pepe), dont la charnière centrale, pourtant malmenée pendant de longs mois en championnat (56 buts encaissés). A l'image de son équipe nationale, la Juventus Turin est dans le creux. Vieillotte, dépassée, mal organisée, moche, la Vieille Dame ne sait plus y faire. Le winning ugly n'est même plus à l'ordre du jour. Luigi Delneri, brillant coach de la Sampdoria, au jeu si léché, a été appelé pour remettre de l'ordre dans la maison noire et blanche. Le chantier est colossal...

Ils devraient rester


Forcément, compter Gianluigi Buffon (même vieillissant) dans son effectif change considérablement la donne. Le dos en vrac, l'ancien meilleur gardien de la planète ne reviendra que dans quatre mois. Un temps contacté par les pétrodollars de Manchester City, l'ancien de Parme devrait rester à Turin. Une nouvelle Juve passe par ses arrêts décisifs. Idem pour la figure locale Alessandro Del Piero (meilleur buteur et joueur le plus capé de l'Histoire) et, c'est une surprise, David Trezeguet. Les deux attaquants devraient finir leur carrière dans le Piémont. A ce joyeux trio, Chiellini, Iaquinta, Marchisio (futur capitaine de Delneri), Sissoko, Amauri, De Ceglie et même le pestiféré Felipe Melo devraient rester. Une ossature plus que correcte. Restent les cas Grygera et Grosso à gérer. Le Tchèque devrait rester, l'ancien Lyonnais gicler. Quant à la fourmi atomique Giovinco, son avenir se dessine loin de Turin. Snif.

Ils sont arrivés


La Juventus n'a pas perdu de temps. Les Turinois ont déjà effectué la quasi-totalité de leur recrutement. On ne va pas se mentir, les deux priorités étaient un défenseur central expérimenté et un tueur devant. Ces deux dossiers sont toujours d'actualité (voir plus bas). Pour le reste, la Juve s'est sorti les doigts très tôt. Delneri voulait un joueur de couloir capable de perforer les défenses adverses. Camoranesi, Salihamidzic ? Trop vieux. L'heureux élu vient du Nord-Est et s'appelle Simone Pepe. Très correct avec Udine, l'international italien débarque –enfin– dans un club huppé. En attendant mieux, la place de Fabio Cannavaro devrait revenir à Leonardo Bonucci. L'ancienne armoire à glace de Bari, formé à l'Inter, était de l'aventure sud-africaine. Jeune et ambitieux, le défenseur de 23 ans peut être la bonne pioche de l'été, même si son prix d'achat fait mal (15 plaques). Histoire de muscler son attaque et de surfer sur la hype uruguayenne, la maison s'est attaché les services de l'attaquant de Catane Jorge Martinez. C'est cher (12 millions), pas très connu, mais rompu aux joutes du calcio (3 saisons pleines en Italie). A voir donc. Enfin, Marco Motta, ancien grand espoir du football transalpin est venu taper l'incruste cet été. Latéral, stoppeur, milieu, Motta rendra de grands services à défaut d'être un titulaire en puissance. Idem pour le gardien Marco Storari qui aura la lourde tâche de suppléer Buffon durant sa convalescence. Enfin, la Juventus a enregistré les retours de prêt de l'attaquant Lanzafame et surtout de Tiago, très bon avec le Portugal en Afrique du Sud.

Ils sont sur les tablettes


C'est simple, pour briller de nouveau en Serie A et contester –un minimum– l'hégémonie interiste, la Juventus doit se renforcer, et avec du lourd. Deux chantiers : l'un en défense centrale, l'autre en attaque.


Ce n'est un secret pour personne, le come-back de Fabio Cannavaro a été un fiasco. Parti se dorer les fesses dans le golfe persique, la Juve cherche un stoppeur autoritaire, expérimenté et capable d'épauler solidement le gaucher Chiellini et ainsi préparer le terrain pour Bonucci. Un portrait-robot qui correspond au profil du Mexicain Rafael Marquez. Le Barcelonais n'est plus dans les papiers de Guardiola depuis l'avènement de Piqué. Son excellent Mondial, la qualité de son jeu long et son expérience seraient des atouts de poids dans la recherche d'une nouvelle assise défensive. Une fois les bases arrières posées, les dirigeants turinois veulent pêcher un gros poisson pour dynamiter toute la santiag'. Un seul blase revient avec insistance. Edin Dzeko, la longue tige de Wolfsburg. Le Bosniaque est une machine à marquer (56 buts en moins de 100 matches) et son jeu de tête est une merveille. Par contre, c'est 40 plaques. Hors de prix pour le moment. « Dzeko, c'est le rêve de l'équipe sur lequel je travaille actuellement. C'est l'un des meilleurs buteurs au monde et nous le voulons. Nous avons entamé des négociations et j'ai parlé aux dirigeants allemands qui demandent beaucoup. Nous essayons de faire baisser le prix » , a commenté le directeur sportif de l'équipe Giuseppe Marotta. Idem chez Buffon qui fait de la publicité pour le lascar : « Dzeko, c'est un joueur qui n'a pas besoin de période d'adaptation. Sur les deux ou trois dernières années, il a montré qu'il faisait partie des quatre ou cinq meilleurs buteurs en Europe. Ça serait une grande recrue » .

Un double rêve qui aurait de la gueule, d'autant que Delneri ne compte pas jouer avec le frein à main. Le nouvel entraîneur a d'ailleurs balancé son schéma audacieux dès sa prise de fonction. « Le 4-4-2 sera la base, vous ne nous verrez jamais défendre à trois, mais il pourrait y avoir quelques variations. Le 4-2-3-1, par exemple. Celui proposé par Mourinho avec l'Inter ne m'a pas déplu » . On attend de voir...

Le onze idéal : Buffon - Motta - Marquez - Chiellini - De Ceglie - Melo - Marchisio - Pepe - Diego - Camoranesi - Dzeko

Le onze des coiffeurs : Storari - Grygera - Bonucci - Legrottaglie - Grosso - Poulsen - Sissoko - Salihamidzic - Martinez - Amauri - Iaquinta

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0