Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 3e journée
  3. // Résumé de la soirée

La Juve tombe, le Borussia et l'Atlético volent

40 buts hier, 19 aujourd'hui. L'Olympiakos se paie la Juve alors que le Borussia et l'Atlético cartonnent. Arsenal se sauve au buzzer contre Anderlecht, tandis que Ludogorets remporte une victoire historique contre Bâle.

Modififié
  • Olympiakos-Juventus : 1-0

    But : Kasami (37')
    Non, le groupe A de cette Ligue des champions ne sera pas à sens unique. L'Olympiakos va pouvoir y jouer son rôle de trouble-fête, dans un groupe où l'on n'attendait « que » la Juventus et l'Atlético Madrid. Après s'être offert le scalp des derniers finalistes de la compétition, les Grecs sont rentrés dans le lard de Turinois dépassés pour s'offrir un sujet de prestige. Finalement, pour la Juventus, le match nul concédé le week-end passé contre Sassuolo n'était pas qu'une erreur de parcours. Il y a bel et bien des carences dans la machine italienne et Kasami en a profité en première période suite à une bonne passe de Mitroglou. Une ouverture du score sur un but rondement mené qui sera le seul de la soirée. La suite ? Une Juve qui tentera tant bien que mal de revenir au score, mais qui n'y mettra du cœur que dans les vingt dernières minutes. Bien trop tard contre une équipe du Pirée dure à bouger à domicile. Les joueurs de l'Olympiakos occupe donc la tête du groupe, avec l'Atlético.

  • Atlético Madrid-Malmö : 5-0

    Buts : Koke (48'), Mandžukić (61'), Griezmann (63'), Godín (87'), Cerci (92')
    Il aura fallu toute une mi-temps à l'Atlético Madrid pour se mettre en branle. Car lorsque l'équipe coachée par Diego Simeono a enclenché la première, elle a littéralement marché sur des Suédois en manque de rythme. Les Colchoneros ont dû attendre le retour des vestiaires pour trouver une première fois le chemin des filets grâce à Koke. La pépite espagnole s'est retrouvée à la conclusion d'une action collective superbe impliquant Juanfran, Turan et Griezmann, un trio en « ânes » qui a fait tourner la défense de Malmö en bourrique. Dans la foulée, Mandžukić s'est appuyé sur un bon centre de Koke pour s'arracher devant Olsen, le portier de Malmö, et doubler la mise. Tout ça avant que Tonio Griezmann ne vienne donner définitivement raison à Simeone de l'avoir titularisé en marquant astucieusement sur une nouvelle passe de Koke. Certainement éreintés par une première mi-temps éprouvante passée à défendre, les joueurs suédois se sont écroulés ensuite. Une tête de Diego Godín sur corner, puis un but de Cerci, qui venait d'entrer, ont embelli la victoire des Colchoneros. Une bien belle soirée pour des Madrilènes qui partagent désormais la tête avec l'Olympiakos.

  • Galatasaray-Dortmund : 0-4

    Buts : Aubameyang (6', 18'), Reus (41'), Ramos (83')
    Ça commençait à fumer très sérieusement pour Jürgen Klopp, mais comme à son habitude, le coach du Borussia Dortmund s'est offert une « taffe » d'oxygène en Ligue des champions. Les Allemands restent impériaux en C1. En déplacement à Istanbul pour y affronter une équipe de Galatasaray pas simple à manœuvrer, les joueurs du Borussia ont réalisé le match parfait pour signer une troisième victoire en trois matchs. Pierre-Emerick Aubameyang a endossé le costume de héros en trouvant le chemin des filets à deux reprises en première période. Une première fois grâce au duo retrouvé Reus-Mkhitaryan, qui lui a servi l'ouverture du score sur un plateau. Une deuxième fois grâce à un centre astucieux de Lukasz Piszczek et un oubli de la défense turque. Tout ça avant que Marco Reus ne vienne tuer définitivement le suspense quelques instants avant la pause. La seconde période s'est alors apparentée à une gestion des événements sans trembler de la part des Allemands qui, malgré la perte de Sven Bender sur blessure, ont ajouté un quatrième but par Adrián Ramos. Tout roule en C1 et la voie vers les huitièmes de finale est grande ouverte pour Dortmund. Il faudrait maintenant songer à jouer en Bundesliga.

  • Anderlecht-Arsenal : 1-2

    Buts : Najar (71') pour Anderlecht ; Gibbs (89') et Podolski (92') pour les Gunners
    Et Lukas Podolski a surgi… Pas franchement gâté par ses joueurs pendant une grande partie du match contre Anderlecht, Arsène Wenger a finalement reçu un joli cadeau d'anniversaire pour ses 65 ans, grâce au but victorieux de Podolski dans les dernières secondes. Profitant d'un centre contré de Sánchez, l'Allemand ne s'est pas fait prier pour crucifier les Belges et offrir la victoire aux siens (2-1). Anderlecht avait pourtant fait le plus dur par Najar, qui ouvre le score avant les 20 dernières minutes. Mais finalement, les locaux se sont fait renverser assez injustement au regard de leur rencontre. Une première fois grâce à Gibbs qui a bien repris un centre de Chambers. Et ensuite par Podolski, qui s'est payé Bruxelles.

  • Leverkusen-Zénith : 2-0

    Buts : Donati (58') et Papadopoulos (63')
    Si la soirée de Ligue des champions de mardi soir était on ne peut plus folle, tout porte à croire que les acteurs de ce Leverkusen/Zénith avaient pour but de ramener tout le monde sur terre lors de la première période. Il a ainsi fallu attendre le retour des vestiaires pour voir du football - accessoirement –, mais surtout Giulio Donati ouvrir le score pour les Allemands en profitant d'une percée détonnante de l'ancien de Hambourg Çalhanoğlu. Dans la foulée, Papadopoulous est venu placer sa tête ronde sur un coup franc parfaitement frappé du Turc de 20 ans. Histoire de bien assommer des Russes apparus limités contre l'AS Monaco il y a trois semaines et visiblement pas au mieux. Et c'est bien la seule chose qu'il y aura eu à voir dans ce match : cinq minutes d'accélération pour Leverkusen qui auront suffi pour mettre Saint-Pétersbourg à terre. Pour Leverkusen, les huitièmes de finale semblent très envisageables.

  • Ludogorets-Bâle : 1-0

    But : Minev (91')
    Avec la mission très délicate qui attendait Liverpool face au Real Madrid, les joueurs du FC Bâle, victorieux des Reds il y a trois semaines au Parc Saint-Jacques, avaient l'occasion contre Ludogorets de mettre une pression supplémentaire sur les épaules de Liverpool. Mais tout a mal commencé pour les Bâlois qui se sont tirés une balle dans le pied d'entrée, avec l'exclusion rapide de Serey Dié. L'Ivoirien a vu rouge suite à une très vilaine semelle sur le héros local Cosmin Moți. Tout semblait alors s'écrire en faveur des Bulgares, mais l'affiche la moins sexy de la soirée a malheureusement tenu toutes ses promesses. En infériorité numérique, les Suisses ont calfeutré leurs lignes pour jouer le contre et malgré des matchs honorables – quoique perdus – contre Liverpool et le Real Madrid, les joueurs de Razgrad ont rappelé qu'ils étaient novices en C1, encore loin de proposer des matchs de haut niveau. Seulement voilà, les Bulgares ont aussi démontré qu'ils avaient du cœur et l'irrégularité bâloise en Coupe d'Europe a de nouveau trouvé écho dans l'Est de l'Europe. Une frappe de 25 mètres signée Minev dans le temps additionnel est venue assommer des Suisses et offrir le premier succès de l'histoire de Ludogorets en C1 dans une ambiance phénoménale. Liverpool n'a donc perdu aucun point sur Bâle ce mercredi soir.

    ⇒ Résultats et classements de la Ligue des champions

    ⇒ Le résumé de la soirée de mardi

    Par Aurélien Renault
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié



    Partenaires
    Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall
    jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25
    À lire ensuite
    Le Real marche sur Anfield