Italie – Serie A – Ce qu’il faut retenir à la mi-saison

Par Eric Maggiori

La Juve seule au monde

La première moitié de la saison s’en est allée (même s'il reste un match avant la fin de la phase aller). La Juve caracole en tête, un peloton de poursuivants tente tant bien que mal de suivre, et quelques grands clubs galèrent sacrément en bas de tableau. Demi-bilan.

Note
12 votes
12 votes pour une note moyenne de 4.58/5
Cliquez sur une étoile pour donner la note

Juan Jesus, défenseur de l'Inter de Stramaccioni
Juan Jesus, défenseur de l'Inter de Stramaccioni
La Juve trop forte

Dans cette Serie A 2012/13, il y a, pour le moment, la Juve et les autres. L’équipe turinoise a aligné 14 victoires lors des 18 journées et, si elle a effectivement perdu son invincibilité en s’inclinant face à l’Inter, elle peut se vanter de compter six points de plus que l’an dernier après 18 rencontres. De plus, le retour d’Antonio Conte sur le banc, après sa suspension de quatre mois, semble avoir galvanisé les Turinois, qui ont depuis claqué quatre victoires en autant de journées. Le succès face à Cagliari, obtenu le week-end dernier, est révélateur : la Juve a été menée au score, a dominé, a marqué un but qui a été injustement refusé, a raté un pénalty. N’importe quelle équipe se serait dit qu’il s’agissait tout simplement d’un jour sans. Mais pas la Vieille Dame, qui a redoublé d’efforts dans le dernier quart d’heure, inscrivant trois buts pour un succès 3-1 qui la fait s’envoler au classement. Souveraine en Italie, la Juve a même confirmé sa valeur en Europe, où elle a terminé en tête d’un groupe plus que compliqué avec le Shakhtar et Chelsea (aucune défaite en phase de poules). Pourtant, malgré tout ça, à Turin, on continue de déplorer l’absence d’un vrai buteur. C’est d’ailleurs la mission des dirigeants turinois pendant le mercato hivernal. On parle de Llorente et Drogba. Bref, on voit mal qui pourrait empêcher la Juve de se diriger vers un 29e Scudetto. Certes, en 2000, les Bianconeri comptaient neuf points d’avance à quelques journées de la fin et s’étaient finalement fait coiffer par la Lazio. Mais on doute fort que cette Juve-là perde autant de points en chemin.


Cinq prétendants pour deux places en C1

Dans l’ordre : Lazio, Inter, Fiorentina, Napoli et Roma. Cinq équipes qui se tiennent en quatre points. Cette saison, en Italie, le vrai suspense n’est pas pour le titre. Mais pour qui pourra bien être le dauphin de la Juve. À l’heure actuelle, c’est la Lazio qui mène la danse, avec un point d’avance sur le duo Inter-Fiorentina, deux sur le Napoli et quatre sur la Roma. Les Laziali réalisent un très bon début de saison et n’ont plus commis le moindre faux pas depuis une gifle reçue à Catane (4-0), se permettant même de battre tour à tour la Roma, l’Udinese, Parme et l’Inter. On a longtemps cru que le grand rival de la Juve, ce serait l’Inter. Les Nerazzurri avaient réalisé le gros coup de l’année, en allant s’imposer au Juventus Stadium, revenant ainsi à un point de la Juve. Mais depuis, le trou d’air. L’Inter n’a pris que huit points en sept journées, résolument pas assez pour aller se frotter aux Bianconeri. La Fiorentina ? Oui. La Fiorentina est une belle réalité. Avec Montella sur le banc, la formation viola semble avoir trouvé un véritable équilibre, avec des joueurs clefs comme Jovetić, Borja Valero ou Gonzalo Rodríguez. Les Florentins visent clairement la qualification en Ligue des champions, mais vont devoir, à l’avenir, mieux négocier leurs confrontations directes, puisqu’ils ont perdu contre l’Inter, le Napoli et la Roma.

La Roma, tiens. Les Giallorossi, avec un trio Totti-Osvaldo-Lamela en feu, développent un football attractif, offensif, à l’image de leur entraîneur, Zeman. Un football qui leur permet de battre quiconque (Fiorentina 4-2, Inter 3-1, Milan 4-2), mais aussi de perdre contre n’importe qui (Bologne 2-3, Chievo 0-1). Marquer beaucoup de buts, c’est top, mais pour viser la C1, il va falloir en encaisser un peu moins. Enfin, le Napoli serait à l’heure actuelle deuxième, si une pénalité de deux points ne lui avait pas été infligée. Une pénalité qui sera certainement réduite à un point, mais une pénalité quand même. Les Napolitains ont connu une mini-crise en ce mois de décembre, avec quatre défaites consécutives toutes compétitions confondues. La victoire à Sienne leur a permis de bien terminer l’année. En 2013, il faudra toujours compter sur les buts de Cavani, sur les inventions de Hamšík, et sur le talent naissant d’Insigne. Mais gare aux black-out, souvent trop nombreux pour l’équipe de Mazzarri.


Milan, trop fragile

Milan… Ah, Milan… Difficile de se remettre d’un été où l’on a perdu la moitié de son équipe, d’autant que ceux qui sont partis n’étaient pas les plus mauvais. Massimiliano Allegri, habitué au caviar, a dû apprendre à composer avec des œufs de lump. Forcément, ce n’est pas la même histoire. Passer de Thiago Silva-Nesta à Yepès-Mexès anéantirait tout entraîneur. Et le début de saison a laissé présager le pire que les Rossoneri, qui ont rapidement dû regarder en direction de la zone de relégation. Heureusement pour Allegri et pour le peuple milanais, il y avait Stephan El Shaarawy. Le Pharaon, qui n’avait pas franchement la possibilité de s’exprimer la saison dernière (un Zlatan, ça prend de la place), explose depuis le début du championnat. Quatorze buts inscrits, la plupart décisifs, et un Milan AC qui n’a pas coulé uniquement grâce aux prouesses de l’homme à crête. C’est évidemment trop peu pour pouvoir avoir des ambitions dans cette Serie A, et la débâcle face à la Roma, lors du dernier match de 2012, n’en est que la triste confirmation. Milan n’a évidemment pas l’effectif adéquat pour lutter sur tous les fronts, et tant que ses quelques hommes forts ne seront pas à 100% (Boateng, Nocerino, Robinho et Pato, qui ont visiblement demandé à se barrer), il y aura toujours une désillusion au bout. Alors, quoi ? Recruter au mercato ? Mais qui ? Et avec quels sous ? Des questions qui n’ont pour le moment pas de réponses. C’est bien là ce qui inquiète les tifosi milanais qui, rarement depuis l’arrivée de Berlusconi, n’ont autant été dans l’incertitude.


Les Génoises toutes ramollies

Cette saison, ça y est, c’était le grand retour du derby de Gênes. La Sampdoria a passé une année au purgatoire et est remontée en Serie A. Le Genoa a réalisé une saison catastrophique et était donc bien décidé à repartir du bon pied. Tout était donc réuni pour que les deux formations offrent quelque chose d’intéressant. Tu parles… À mi-parcours, le Genoa est relégable, et la Sampdoria n’est qu’à trois points de la zone de relégation. Les deux équipes ont déjà changé d’entraîneur, sans que cela n’apporte l’effet escompté. Ce qui préoccupe, surtout, c’est le manque de cohésion au sein de ces deux équipes, alors que les effectifs sont loin d’être dégueulasses. Il y a de jeunes joueurs prometteurs (Immobile, Icardi…), d’autres qui attendent confirmation (Kucka, Poli) et d’autres qui sont censés être déjà confirmés (Borriello, Vargas, Palombo, Pozzi). Pourtant, rien. Pas de cohérence, des résultats catastrophiques et le spectre de la relégation qui plane, surtout pour un Genoa qui a déjà vécu une saison catastrophique la saison dernière. Le président Preziosi avait promis que cela ne se reproduirait plus, mais a visiblement mal préparé son coup. On attend évidemment une réaction de la part des deux formations, si l’on ne veut pas assister à un derby de lanterne qui serait plutôt le derby de la lanterne rouge.


Calcioscommesse, encore

On n’a pas fini d’en entendre parler, du Calcioscommesse. Cette saison, encore, le scandale a un certain impact sur le championnat, sur le classement, sur les protagonistes. Déjà, la saison a commencé avec des points de pénalité ce qui, fatalement, « fausse » le classement. Sienne, par exemple, est actuellement dernier de Serie A. Mais sans les six points de pénalité reçus, le club toscan ne serait même pas relégable. Elle a également commencé sans Antonio Conte, suspendu, qui a pu faire son retour au mois de décembre après avoir passé quatre mois dans une cabine, en haut du stade, à chaque rencontre de la Juve. Une situation que va désormais connaître Paolo Cannavaro, le capitaine du Napoli, suspendu pour les six prochains mois. Une peine qui sera visiblement réduite en appel. En attendant, le défenseur napolitain va rester dans les vestiaires, tout ça pendant que son club jouera avec une pénalité de deux points (réduite à un ?) qui l'empêche, du coup, d’être deuxième du classement. Et le Calcioscommesse risque de ne pas s’arrêter là. Le joueur de la Lazio Mauri est lui aussi dans l’œil du cyclone. En 2013, si sa culpabilité est prouvée, il risque d’être lui aussi suspendu, et son club pourrait également recevoir deux points de pénalité. Bref, avec un peu de chance, on connaîtra le classement définitif de la saison 2012/13 pour la Coupe du monde 2014.



Suivre Eric Maggiori sur Twitter Par Eric Maggiori

Parier sur les matchs de AS Roma

 





Votre compte sur SOFOOT.com

13 réactions ;
Poster un commentaire

  • Message posté par Karim- le 27/12/2012 à 11:10
      Note : 1 

    Equipe de la Juve très, très solide. Ils vont nous refaire comme fin des années 90, 2 finales de C1 perdues par manque de 'folie' ? C'est souvent ce qui leur a manqué pour monter sur la dernière marche

  • Message posté par LDouglas le 27/12/2012 à 11:46
      

    Déjà la deuxième saison où la Juve est seule dans son championnat...La vraie question est, est-ce que c'est Turin qui est trop au-dessus, ou les 19 autres équipes qui sont trop en-dessous ? Réponse en champion's league...

  • Message posté par Tato le 27/12/2012 à 12:03
      

    @douglas:
    L'année dernière la Juve n'était pas seule, il y a eu une lutte jusqu'à l'avant-dernière journée avec le Milan, qui a flanché au printemps après avoir été premier de la 23è à la 30è journée en comptant près de 7 points d'avance il me semble.
    Cette année il est clair qu'elle est un peu seule en championnat, mais son parcours en LDC atteste de la qualité de l'équipe.

  • Message posté par europa le 27/12/2012 à 12:06
      Note : 3  /

    Monsieur eric maggiori, vous savez aussi bien que moi, ainsi que beaucoup de suiveurs du calcio, que le "sieur" palazzi n'a absolument besoin d'aucune preuve concrête pour sanctionner joueurs et clubs dont il est persuadé qu'ils sont coupables! De simples présomptions ou des "témoignages" foireux ont suffi à priver criscito d'un euro avec la nazionale avant d'être "blanchi" quelques semaines après la fin de l'épreuve et à priver conte de ses fonctions et surtout à jeter l'opprobe sur sa personne. "Justice" sportive italienne à revoir; surtout pour les clubs qui se voient amputer d'un ou plusieurs points pour des faits dont ils sont souvent ignorants et qu'ils soient véridiques ou non ne leur sont pas imputables directement mais dû à leurs joueurs! Responsabilité objective du club et du comportement de ses composants font que des équipes, qui par le jeu, ont mérité le classement, se voient reléguées quelques places plus bas dans celui-ci!

  • Message posté par one_of_the_amoks le 27/12/2012 à 12:14
      Note : 1 

    cette juve est un nabot par rapport à la juve des 80's ou des 90's.
    elle a battu chelsea sur sa classe et son envie, pas sur un niveau global exceptionnel.
    pour le reste, je la vois pas faire grand chose d'autre que gagner un championnat déplumé.
    Hé ouais trolling ma gueule.

  • Message posté par kokolitolithe le 27/12/2012 à 12:35
      Note : - 4  &


  • Message posté par Mokless le 27/12/2012 à 12:48
      

    Avec un RVP , Higuain ou Falcao , la Juve serait deja champion

  • Message posté par ValCurvaFiesole le 27/12/2012 à 12:53
      Note : 1 

    "Massimiliano Allegri, habitué au caviar, a dû apprendre à composer avec des œufs de lymphe."

    Des oeufs de lompe, ou de lump. Sinon bon article.

  • Message posté par Tato le 27/12/2012 à 13:13
      

    @Kokolitolithe:
    C'est cool d'être enthousiaste mais évite les majuscules, c'est comme si tu hurlais.
    Sinon par rapport au contenu je crois qu'il reste beaucoup à prouver avant de prétendre faire partie du gratin, une place dans le dernier carré de la CL serait un début. Mais c'est vrai qu'intrinsèquement, à part Barcelone, peu d'équipes sont clairement supérieures à cette Juve. L'expérience et l'atmosphère de la LDC donnent ensuite des verdicts parfois différents, il faut déjà éliminer le Celtic.

    Sinon un grand bravo à la Fio qui sortait de saisons décevantes et qui a su se renouveler très vite, un peu comme la Juve l'an dernier, avec un excellent coach, du jeu, et un mercato qui a selon moi été le meilleur (rapport qualité/prix) de l'intersaison (même par rapport aux autres championnats).

  • Message posté par declaubianco le 27/12/2012 à 14:22
      Note : 1 

    Europa, je te rejoins sur le calcioscommesse, calciopoli etc... qui entachent sérieusement l'image de la serie A de part une justice partiale (c'est le moins que l'on puisse dire)...
    Cela dit, on a, je trouve un très bon "cru" 2012-2013:
    La confirmation de la juve qui propose toujours un des meilleurs football du continent, une "meute" de poursuivants qui eux aussi sont agréables à voir jouer (la fio et son renouvellement, la roma et son insouciance, les deux milanaises, le napoli et cavani...).
    Avec ,en plus, tout plein de jeunes talents (el shaarawy, lamela, insigne,marrone,pogba,weiss,quintero...).
    Bref, la serie A est largement sous-médiatiser et moi ça me va très bien !

  • Message posté par gioB le 27/12/2012 à 15:14
      Note : 1 

    La conclusion de l'article est magnifique.

  • Message posté par Lothaire le 27/12/2012 à 22:57
      

    Lol Palazzi.

    L'année dernière il y avait un duo de tête, cette année c'est la Vieille dame qui promène une meute de poursuivants, c'est très différents. Mais ses poursuivants sont des équipes en recomposition (Inter, Roma, Fiorentina) et/ou avec peu de banc (Napoli, Lazio), donc peu de chances que le titre lui échappe.

  • Message posté par themiz le 31/12/2012 à 19:12
      

    Palazzi et la justice italienne, quelles plaies...
    trap résume très bien la situation donc je ne vais pas me substituer à lui...
    sportivement, la saison est intéréssante à tous les étages...sauf pour le titre. logiquement la Juve l'emportera confortablement, ils ont tout ; solides, produisent du jeu, un banc de qualité, ne manque qu'un tueur devant le but...et encore, n'est-ce pas un mal pour un bien que le danger vienne de partout plutot que d'un homme providentiel ?
    pour l'Europe la lutte va être belle, au niveau du jeu proposé la Roma et la Fiorentina ont ma préférence pour le podium, Naples et l'Inter ont davantage d'éxpérience, mais pourraient être desservis s'ils vont loin en ligue Europa... je vois mal la Lazio tenir le rythme. ils font une première partie de saison remarquable, mais leur jeu n'est pas très folichon...
    je vois mal le Milan revenir. la coupe d'Italie me parait la meilleure voie vers la c3 pour eux.
    Parme, Catane, l'Udinese, l'Atalanta devraient vivre une 2e partie de saison ennuyeuse si ils ne s'écroulent pas...à l'abri de la descente mais trop loin des places européennes.
    Pour le maintien ça va être chaud, Sienne aura du mal à s'en sortir, le poids de la pénalité semble trop lourd à remonter...
    ça se jouera sur les confrontations directes. mais au vu de leur mauvaise gestion et de l'incompétence de leurs présidents respectifs Maurice Zamparin et Eric Précieux, Palerme et le Genoa mériteraient de descendre. je n'ai rien contre ces clubs mais ce type de président sont des plaies pour le football.


13 réactions :
Poster un commentaire