1. //
  2. //
  3. // Juventus-Cagliari (4-0)

La Juve reprend son trône

On la disait pâlichonne après sa défaite contre l'Inter, mais la Vieille Dame a prouvé que ce n'était qu'un faux pas. Victoire sans aucun souci contre Cagliari 4-0, et première place retrouvée grâce au nul du Napoli.

Modififié
142 13

Juventus 4-0 Cagliari

Buts : Rugani (14e), Higuaín (33e), Dani Alves (40e) et Ceppitelli (CSC 84e) pour la Juve

Ce n'est pourtant pas très compliqué : avec un pied droit comme celui de Pjanić, mieux vaut ne pas trop faire de fautes autour de la surface, dans l'axe ou même excentré et mieux vaut ne pas non plus trop souvent le laisser frapper tout court. C'est de notoriété publique. Et pourtant, il faut croire que Cagliari n'était pas au courant, car ses joueurs ont répété cette erreur (de débutant) plusieurs fois dans le match. Au moins une fois de trop qui a offert l'ouverture du score au beau Rugani et permis à la Juve de se détendre par la suite. Car le reste ne fut qu'une longue domination, sans suspense et ponctuée par des buts plus ou moins réguliers. Histoire de récupérer tranquillement son fauteuil de leader.

Storari jaune


C'était déjà chaud pour Cagliari avant que Di Gennaro ne tire le maillot d'Higuaín aux 25 mètres, dans l'axe, et ne se fasse reprendre par l'arbitre. Ça l'est d'autant plus après ce coup franc déposé par un certain Bosnien sur le pied d'Higuaín, stoppé par Storari, mais finalement poussé dans les filets par Rugani. Après ça, la Juve n'a plus qu'à jouer, sans pression et se faire plaisir, le plus dur étant déjà fait. Ça commence par une première passe lumineuse d'Alex Sandro pour Dybala, encore arrêté par le malheureux Storari mais bien suivi par Higuaín.

Ça se traduit ensuite par une occupation territoriale et une possession dictatoriale. Et ça se termine enfin par un corner ISS 98, celui en direction du joueur en dehors de la surface, à savoir Dani Alves, pour une reprise qui fait but. 3-0 à la mi-temps, autant dire que pour la compétition et le suspense, on repassera. Pour ce qui est du show, ce n'est pas totalement désagréable.

Formalité


D'ailleurs, rien ne change en seconde période. La balle pour la Juve. Le rythme pour la Juve. Les occasions pour la Juve. Les passes latérales devant et derrière pour la Juve. Les passes horizontales pour la Juve aussi. Les duels aériens ? Bah pour la Juve. Les corners aussi. Les frappes dans l'axe, encore et toujours, pour la Juve. Dani Alves, Hernanes et Pjanić ont pu lâcher une bonne dose de frustration grâce aux largesses défensives sardes. Et même Lemina va s'y mettre, histoire de terminer le travail, en forçant Ceppitelli à marquer contre son camp. 4-0.

Finalement, la vraie information des 45 dernières minutes, c'est l'entrée en jeu de Pjaca, chaud comme la braise et presque au niveau de ce qu'il avait montré cet été. Ne lui manque plus que l'efficacité. L'information à retenir, et Storari pourra confirmer, c'est aussi que les coups francs de Pjanić sont autant dangereux en début qu'en fin de match. Mais ça, ce n'est plus vraiment un scoop. Même les défenseurs de Cagliari sont au courant, désormais. La dernière bonne nouvelle de la soirée arrive de Gênes, où le Napoli a été tenu en échec, 0-0. La Juve ne sera restée deuxième de Serie A que 72 heures.

  • Résultats et classement de Serie A
    Retrouvez toute l'actualité de la Serie A

    Par Ugo Bocchi
  • Modifié

    Dans cet article

    Les + de SOFOOT.com
    142 13