1. // Amical
  2. // America/Juventus (0-1)

La Juve passe la première

Première victoire de la pré-saison pour la Juventus face à l'America (1-0). Un match davantage marqué par l'interruption due à l'orage, que par d'exquises phases de jeu.

Modififié
0 0
America-Juventus: 0-1

But: Pasquato (43e) pour la Juventus.


Douche froide pour la Juventus. Après avoir subi la loi du Sporting Lisbonne pour leur premier match de de pré-saison, les Bianconeri ont cette fois dû affronter les intempéries. Une bonne demi-heure s'est écoulée quand l'arbitre interrompt la partie devant la force des pluies orageuses. Les joueurs sont invités à regagner le vestiaire, et devant le déluge, le public n'a pas d'autre choix que de déserter les tribunes du Citi Field, enceinte habituellement occupée par les New York Mets.

Qu'avait-on vu auparavant ? Pas grande-chose, si ce n'est l'indémodable talent de Del Piero, qui signait quelques éclairs en début de match, et celui d'Andrea Pirlo, auteur de délicates ouvertures qui portent sa griffe. A côté de ces deux-là, Alessandro Matri ressemble à un jeune inexpérimenté, mais ne se dérobe pas face à ses responsabilités. S'il se crée des occasions et fait valoir son impact physique, l'ex de Cagliari n'a toutefois pas encore affiné son violon en cette fin juillet. Il échoue deux fois devant le but, et sabre la configuration la plus favorable à la Juventus, en appuyant trop une passe qui devait être décisive. A son crédit toutefois, une superbe reprise en pivot sur un service de Lichtsteiner, qui rasait le poteau (28e).

La Juventus avait débuté la journée en douceur par une séance de fitness à Central Park, en toute décontraction. Plus tendu, le directeur général, Giuseppe Marotta, avait salé ce mardi par un communiqué envoyé “in the face” de Karl-Heinz Rummenigge. Ecoeuré de s'être fait piquer Vidal par les Bianconeri, le dirigeant du Bayern avait accusé la Juve d'avoir usé de voies illégales. Réponse de la Vieille Dame agacée : « Ils ont manqué une grosse opportunité, sur le marché des transferts et dans leur communication : le silence aurait été préférable » . Transféré dans les règles de l'art ou non, Vidal semble un choix idoine pour la Juve, un partait complément de Pirlo pour contribuer au renforcement du lien déficient entre milieu et avant-postes.

Cohérente à défaut d'être séduisante, la Vieille Dame va finir par ouvrir le score, au terme de la longue pause météo (près de 30 minutes), en profitant d'une bourde d'Armando Navarrete, l'ex-doublure de Guillermo Ochoa, qui devrait coûter quelques points à son équipe cette saison. A la réception d'une balle dans la boîte, le portier mexicain repousse mollement dans l'axe, et permet à Pasquato de lober toute la surface pour ouvrir le score (1-0, 43e).

En deuxième période, la Vieille Dame fait ce que son ADN lui commande quand elle mène : attendre. L'America, qui a débuté sa saison le week-end dernier, commence à faire tourner dès la mi-temps, avec la sortie de son avant-centre, Christian Benitez, recruté en juin pour 10 millions de dollars, plus gros transfert de l'histoire du championnat mexicain. L'explosif Équatorien avait été le seul à menacer Buffon lors du premier acte. À défaut de talent, le sang frais aide le club de Mexico à bousculer les Turinois, mais sans résultat tangible. Pas d'interruption due aux intempéries pour cette deuxième période, seulement une litanie de changement avec notamment les entrées de Toni, Quagliarella, et Ziegler. Jeudi, la Juve remet ça face à d'autres Mexicains, les Chivas. Un collectif bien mieux huilé que celui de l'America, qui dispose d'assez d'atouts pour bousculer la Vieille Dame si celle-ci ne se décide pas à passer la deuxième.

Onze de départ de la Juve : Buffon, Chiellini, Marchisio, Lichtsteiner, Bonucci, Pirlo, Krasic, De Ciegle, Pasquato, Del Piero, Matri.


Par Thomas Goubin

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0