En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 15 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Séville-Juventus (1-3)

La Juve offre une finale à l'OL

Menée après un superbe but de Pareja, la Juve repart de Séville avec une victoire (1-3), grâce à des buts de Marchisio, Bonucci et Mandžukić en toute fin de match. Rapidement réduits à dix avec l'exclusion de Franco Vázquez, les hommes de Sampaoli, qui a lui aussi été expulsé par Mark Clattenburg, devront jouer leur qualification au Parc OL.

Modififié

FC Séville 1-3 Juventus FC

Buts : Pareja (9e) pour le FC Séville // Marchisio (45e), Bonucci (84e), Mandžukić (90e) pour la Juventus

On connaît parfaitement cette folle célébration. Il gonfle les joues et pointe son index vers sa bouche. Leonardo Bonucci, défenseur de la Juventus, a calmé tout le public du Sánchez-Pizjuán, qui se voyait déjà qualifié pour les huitièmes de finale après l'ouverture du score de Pareja, et ce, malgré l'égalisation de Marchisio. D’une énorme frappe du gauche, Bonucci a offert la victoire et la première place à la Vieille Dame. En fin de match, Mandžukić plante le troisième but et abat la bête sévillane. La Juventus vient de faire un beau cadeau aux Lyonnais, qui joueront leur finale face au FC Séville au Parc OL.

La Juve timide, zquez beaucoup trop chaud


Débarquée en Espagne avec l’infirmerie pleine, la Juve aligne tout de même un sacré onze de départ. Au milieu, un trio Pjanić, Marchisio, Khedira, devant, Cuadrado et Alex Sandro soutiennent Mandžukić. Mais ce sont les hommes de Jorge Sampaoli qui vont de suite être dangereux. Avec les ingrédients habituels de l’entraîneur argentin : un pressing haut, des latéraux très actifs et un Franco Vázquez assez chaud. Et sur la première occasion sévillane, Gigi Buffon va craquer. Après un corner, Pareja ouvre le score d’une superbe reprise de volée. Et le FC Séville ne se contente pas de cette avance. Une frappe d’Escudero frôle la barre du gardien de la Juve, et Vietto manque de très peu le second but. Coincé entre les trois centraux de Séville, Mandžukić manque l’unique occasion italienne en première période. Un match agréable, où il ne manquait qu’une petite embrouille pour augmenter la température.


Peu habitué à ce genre de geste, zquez balaie Cuadrado après un coup de coude non sifflé sur Escudero, néo-international espagnol. En fin de première période, le leader de Serie A se réveille enfin. Cuadrado sert Khedira en retrait, et le milieu allemand envoie une mine juste au-dessus des cages de Sergio Rico. Et Franco Vázquez, parfait jusque-là dans le jeu, va faire basculer le match. Une grosse faute sur Khedira qui lui vaut un carton rouge. Pendant ce temps-là, le Sánchez Pizjuán gueule encore plus. Et Sampaoli aussi, quand il voit Mister Clattenburg désigner le point de penalty, juste avant la mi-temps, pour un accrochage de Mercado sur Bonucci. Marchisio transforme, et la Juve rentre au vestiaire avec un nul inespéré.

Bonucci le tueur


Au retour des vestiaires, Sampaoli dessine un nouveau schéma tactique. Sarabia remplace Vietto pour renforcer le milieu de terrain. Sur son côté, l’ancien sélectionneur du Chili peste sur toutes les décisions de l’arbitre anglais et bouge plus que Riquelme pendant l’intégralité de sa carrière. Au bout de dix minutes et pas mal d’insultes, Sampa est exclu et rejoint les tribunes. Oui, cette deuxième période sent plus le sang que le football. À l’heure de jeu, Pjanić fait travailler Sergio Rico avec une frappe lointaine. Pas grand-chose à signaler, excepté un coup de coude de Cuadrado qui prend son jaune.


Allegri semble se contenter du point du nul, puisqu’il envoie le soldat Sturaro sur le pré. Pour les changements offensifs, on repassera. Sampaoli a, lui, enfilé une veste pour passer inaperçu aux yeux des délégués. Autre événement de la deuxième mi-temps, l’entrée de Kean, qui devient le plus jeune Italien à jouer en C1. Alors qu’on se dirigeait vers le nul, Leonardo Bonucci en décide autrement. Le défenseur italien marque d’une énorme frappe du gauche après une relance hasardeuse de Mercado. Mêmes acteurs, même victime. Dans le temps additionnel, Mandžukić plante le troisième but en contre. La Juventus repart de Séville avec la qualification en poche. Presque un braquage à l’italienne.

  • Résultats et classement de la Ligue des champions
    Retrouvez toute l'actualité de la Ligue des champions

    Par Ruben Curiel
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    Hier à 08:27 267€ à gagner avec Shakhtar - Roma & CSKA Moscou 1 Hier à 17:06 Henry calme le jeu après ses propos sur Neymar 57 Hier à 07:44 BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Séville - Manchester 1
    Hier à 12:16 Ranieri ne dirait pas non à l'Italie 17
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
    mardi 20 février Lamine Sané signe à Orlando 8 mardi 20 février Ronaldinho se lance dans la musique 12