1. //
  2. // 24è journée
  3. // Juventus/Catane

La Juve ne peut plus freiner

Trois jours après un match nul à Parme, qui a engendré pas mal de polémiques, la Juventus retrouve son stade avec la réception de Catane. Les bianconeri, toujours invaincus, veulent récupérer provisoirement la tête du classement. En attendant le Milan-Juventus de la semaine prochaine.

5 1
Des plaintes. Des lamentations. Des polémiques. La semaine de la Juventus pourrait se résumer en ces trois termes. Mercredi soir, alors que le Milan offrait une démonstration face à Arsenal, en huitièmes de finale de la Ligue des Champions, les Turinois avaient l’occasion de reprendre la première place de la Serie A. Au programme, un match en retard sur la pelouse de Parme. Les bianconeri dominent la rencontre, s’offrent des occasions, mais ne font pas sauter le verrou. A la fin du match, Antonio Conte se paye sa première sortie médiatique rageuse. Le coach se plaint ouvertement des pénaltys non concédés à son équipe, notamment pour deux fautes assez flagrantes sur Giaccherini et Pirlo. Conte va même plus loin, en demandant une « égalité de traitement » entre les équipes qui concourent pour le titre. L’entraîneur de la Juve insinue même, assez explicitement, qu’à cause de l’héritage de Calciopoli, les arbitres ont « peur de siffler des pénaltys pour la Juve » .

Les statistiques peuvent lui donner raison : un seul péno sifflé en leur faveur depuis le début de la saison, contre six pour le Milan AC. Evidemment, ces déclarations font réagir tout le monde. D’abord le président, Andrea Agnelli, qui soutient les propos de son entraîneur. Ensuite, l’administrateur délégué de Catane, Pietro Lo Monaco, qui y voit là une stratégie pour obtenir les faveurs des arbitres lors du match suivant, justement contre Catane. Puis la presse s’en saisit. Et tire les comptes. La Repubblica assure que depuis le début de la saison, les erreurs arbitrales qui touchent la Juventus sont en parfait équilibre. Autant de torts que de faveurs. « Ceux qui se plaignent sont des provinciaux » affirmait, en son temps, l’Avvocato Agnelli. De quoi rappeler à tous que les polémiques sont plus dommageables qu’autre chose.

Vieille Dame de Fer

Car mine de rien, c’est sur la pelouse que la Juve doit reconquérir sa première place. Virtuellement, les bianconeri restent de potentiels leaders. En effet, s’ils sont actuellement deuxièmes, un point derrière le Milan AC, ils comptent encore un match en retard, à disputer le 7 mars prochain sur la pelouse de Bologne. Seul problème de ce match reporté : le 7 mars, Milan-Juventus aura déjà été disputé. Et ça, pour la Juve, ce n’est pas forcément une bonne nouvelle. Avec le même nombre de matches au compteur, la Juve aurait pu débarquer à San Siro en leader, ce qui, psychologiquement, peut changer pas mal de choses. Or, même en gagnant ce soir contre Catane, la Vieille Dame n’est pas assurée de la première place, puisque Milan se déplace demain à Cesena. Mais tout cela n’est pas un problème pour Conte qui, trois jours après sa gueulante à Parme, s’est déjà reconcentré sur l’essentiel. « N’oublions pas toutes les belles choses qui nous arrivent, relance le technicien. Cela fait bien longtemps que nous n’avions pas été aussi compétitifs. Il n’y a aucun découragement, et si jamais il y en avait un, il suffirait de regarder le classement de l’an dernier pour se remotiver » .

Voir le Milan AC devant n’est pas non plus un souci pour Conte, qui sait bien que pour empocher le titre, il va falloir lutter avec les rossoneri jusqu’au bout. « Milan nous met la pression ? Oui, mais lancer la chasse à la première place est un stress positif, ce n’est pas contreproductif... au contraire » assure-t-il. Or, ce soir, contre Catane, il va en falloir, du stress positif. Lors du match aller, Catane avait posé de sacrés problèmes à la formation bianconera, en accrochant le nul, 1-1. Et l’équipe de Montella est en forme : la semaine dernière, elle a passé un sévère 4-0 au Genoa. Gare aux Siciliens, donc, car la Juve reste sur deux nuls consécutifs en championnat, tous les deux sur le score de 0-0. Des résultats qui confirment la tendance : une attaque un brin stérile (seulement la septième de Serie A), et une défense de fer, la meilleure de la Botte, avec 13 buts pris en 22 rencontres. « Ce ne sont que des statistiques, car je sais que notre jeu est productif. Mais je suis sûr que contre Catane, nous allons faire un grand match, en tous points de vue » lâche Conte. Promesse est faite.

Ils sont 13èmes, ils sont 8èmes

Mais attention. Catane n’est pas du genre à vendre sa peau aussi facilement. En plus de son nul à l’aller contre les Turinois, les Siciliens ont toujours fait bonne figure contre les gros. Nuls contre la Lazio (1-1) et la Roma (1-1), victoires contre le Napoli (2-1) et l’Inter (2-1), voilà des scores qui attestent du fort caractère d’une équipe qui pourrait aisément camper la première moitié de tableau. En effet, si elle est actuellement 13ème du classement, il ne faut pas oublier que la neige retarde son parcours de deux matches. Or, en cas de succès lors de ces deux rencontres reportées (contre Cesena et Sienne, pas forcément des cadors), Catane ferait un bond à la 8ème position, juste derrière le Napoli. Montella, qui était critiqué en début de saison après des premiers résultats un peu poussifs, peut être fier du travail accompli.

Toutefois, « l’Aeroplanino » est bien conscient qu’un déplacement au Juventus Stadium, enceinte encore inviolé, c’est une autre paire de manches. « Nous allons à Turin avec une grande envie de faire de belles choses. La Juve réalise un superbe championnat, et même au-dessus de ses propres attentes. Nous devrons être déterminés, et jouer au-delà de nos limites, sans aucune prétention. Une possibilité de gagner ? Seulement si la Juve joue en-dessous de ses potentialités » assure l’ancien de la Roma. Montella, qui avait souvent l’habitude de scorer contre les bianconeri lorsqu’il était joueur (le tout dernier but de sa carrière, il l’a d’ailleurs inscrit contre la Juve, le 17 mai 2008), dédicace d’ailleurs quelques mots à Antonio Conte, histoire d’enflammer un peu plus le match. « Nous avons obtenu plus de pénaltys que la Juve ? Cela veut dire que leurs attaquants réussissent à conclure et à ne pas se faire prendre dans la surface, évidemment » lâche-t-il, sourire en coin. Une dernière question concernant cette rencontre : à combien est côté le pénalty sur BetClic ?

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Etre deuxième au coup d'envoi du match contre le Milan ne serait pas une mauvaise chose. Psychologiquement, je pense qu'il est plus simple d'aborder un tel match dans cette position plutôt qu'en étant devant d'un seul petit point. Quand une équipe a un adversaire à portée de vue, je pense que son jeu est du coup moins bridé. M'enfin allez la Juve!
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
5 1