1. //
  2. // 20e journée

La Juve laisse encore filer des points

Après avoir été battue par la Sampdoria, la Juventus a été tenue en échec sur la pelouse de Parme (1-1). Voilà qui fait les affaires de la Lazio et de Naples, tous deux vainqueurs cet après-midi, et qui reviennent respectivement à trois et cinq longueurs.

Modififié
0 23
Un bon vieux dimanche à l'ancienne. Tout le monde joue à 15h, chacun tend une oreille pour savoir ce qu'est en train de faire l'adversaire. Bref, une journée de Serie A comme on les aime, et une journée de Serie A où certains ont flanché, et d'autres non. La Juve, d'abord. Les Turinois étaient attendus. La défaite face à la Sampdoria a fait mal, et Antonio Conte avait demandé à ses joueurs une réaction immédiate. La première réaction est arrivée en Coupe d'Italie, face au Milan AC, et la seconde était attendue, cet après-midi, sur la pelouse de Parme. Problème : si sur le plan du jeu, la Juve n'a pas grand-chose à se reprocher, on ne peut pas en dire autant du résultat. De fait, les Bianconeri ont été tenus en échec, 1-1, sur la pelouse du stadio Tardini. Un match nul presque invraisemblable, tant l'équipe parmesane est apparue timorée pendant une longue partie de la rencontre, presque impressionnée par l'aura de son adversaire.

La Juve, après une première période disputée où elle aurait déjà pu faire sauter le verrou, finit par ouvrir le score par son maître à jouer, Andrea Pirlo. Sur coup franc, le milieu de terrain barbu trompe Mirante, grâce, surtout, à une déviation décisive de Biabiany. On pense alors que la Juve va dérouler, reprendre son envol en tête du Calcio. Raté. Parme profite d'une erreur de Cáceres au milieu de terrain pour aller égaliser par Sansone, déjà bourreau de l'Inter il y a quelques semaines. À 1-1, la Juve verrait la Lazio et Naples se rapprocher. Alors, les Bianconeri donnent tout, mais, comme la semaine dernière face à la Samp, rien ne leur sourit. La Juve tombe dans le piège parmesan, où Parme conserve donc son invincibilité cette saison. Pour la première fois depuis le début du championnat, le champion d'Italie enchaîne deux matchs sans victoire, et voient surtout ses poursuivants revenir sur ses talons. Tant mieux pour le suspense.

La main de Floccari, le missile d'Inler

Derrière, les deux poursuivants les plus proches, la Lazio et le Napoli, ne pouvaient rêver d'un meilleur cadeau. Pour la Lazio, cela a été laborieux. Pendant plus d'une heure, les Laziali ont été complètement inoffensifs face à une équipe de l'Atalanta bien organisée. Il a finalement fallu un énorme coup du sort pour débloquer la situation. Sur un centre de Radu, le ballon est propulsé sur la barre par un défenseur de l'Atalanta avant de rebondir sur la main de Floccari, qui marque dans le but vide. Tout le monde pense que l'arbitre va annuler ce but. Mais non. Aucun membre du corps arbitral n'a vu cette main, et le but est validé entre les vives protestations justifiées des Bergamaschi. Quelques minutes plus tard, deuxième coup du sort. Sur un centre de Mauri, Brivio dévie le ballon dans ses propres filets, d'une belle tête plongeante. Psychologiquement, l'Atalanta est au fond du trou et termine le match en tentant seulement de ne pas encaisser un troisième pion, qui aurait été vraiment trop cruel. La Lazio s'impose 2-0 et accueille avec bonheur la nouvelle du nul de la Juve à Parme, qui lui permet de revenir à trois longueurs du leader.

L'autre grand bénéficiaire de la journée, c'est le Napoli. Après sa nette victoire contre la Roma, la semaine dernière, Naples devait confirmer sa bonne tenue en ce début d'année 2013. C'est chose faite, grâce à une victoire tranquille face à Palerme (3-0), avant-dernier du classement. Les Napolitains ont réglé l'affaire en l'espace de cinq minutes, de la 30e à la 34e. D'abord Maggio, de la tête, puis Inler, avec un missile qui est désormais sa marque de fabrique. En seconde période, les Partenopei ne tremblent pas franchement et inscrivent même un troisième but par le petit Insigne. Une belle journée pour l'attaquant napolitain, puisque son petit frère, Roberto, 18 ans, a fait ses grands débuts en fin de rencontre avec le maillot azzurro. Bref, une prestation maîtrisée pour les joueurs de Mazzarri, qui n'ont certes pas rencontré l'adversaire le plus en forme du moment, mais qui ont parfaitement su gérer ce rendez-vous. Les Napolitains enchaînent un troisième succès consécutif en Serie A, maintiennent leur troisième position (ils seraient deuxièmes à égalité avec la Lazio sans leur pénalité) et reviennent surtout à cinq points de la Juve. Oui, la Serie A est rouverte, mesdames et messieurs.

Di Natale renverse la Fiorentina

Derrière, une autre équipe n'a, cette fois-ci, pas flanché. Il s'agit de l'Inter. Après la raclée reçue sur le terrain de l'Udinese, la semaine dernière, les Nerazzurri devaient réagir. Absolument. Mais Pescara est un adversaire qui, en ce moment, a des arguments à faire valoir. La Fiorentina, battue 2-0 à domicile la semaine dernière, peut en témoigner. Mais les anciens pensionnaires de Serie B ne vont pas parvenir à aligner un deuxième exploit consécutif. L'Inter, sans briller, mais sans trembler non plus, s'impose 2-0, grâce à des buts de Palacio et de Guarín. Un succès qui fait du bien, et qui permet d'effacer partiellement le choc subi à Udine. L'équipe de Stramaccioni reste à la quatrième position, certes, mais ne perd pas de terrain sur les autres concurrents à la Ligue des champions. Au contraire, elle prend de l'avance sur les deux équipes qui la talonnent au classement.

Et ces deux équipes, qui sont donc les deux grands perdants de la journée, ce sont la Fiorentina et la Roma. Les deux formations restaient chacune sur une défaite (à Pescara et Naples) et n'ont pas réussi à se relancer. Tout était pourtant bien parti. Sur le terrain de l'Udinese, la Fiorentina a rapidement ouvert le score par un but contre son camp insensé du gardien Brkić (de la tête !). Mais l'Udinese avait encore en mémoire ce match aller, lorsqu'elle avait été punie par Jovetić dans les arrêts de jeu, alors qu'elle avait ouvert le score en première période. Ce coup-ci, scénario inversé. Les Frioulans égalisent en toute fin de première période par Di Natale. Qui d'autre ? Bah, personne d'autre. Et c'est d'ailleurs lui, again, qui donne l'avantage aux siens en seconde période. Quatre buts lors des deux derniers matchs. Toto va bien, merci pour lui. Après le deuxième but encaissé, la Fiorentina s'écroule et, soixante secondes plus tard, prend un troisième but par Muriel, qui n'arrête plus de marquer depuis son retour de blessure. La formation viola ne se remettra pas de ce troisième pion et s'incline 3-1. La troisième place s'éloigne.

Elle s'éloigne également pour la Roma. À Catane, terrain hostile par excellence, les Romains avaient eux aussi parfaitement entamé la rencontre. Mais la domination des hommes de Zeman ne s'est pas concrétisée, malgré une occasion colossale ratée par Destro, qui va sérieusement commencer à irriter les tifosi giallorossi. But raté, but encaissé. C'est la règle. Peu après la pause, les Siciliens prennent l'avantage par le Papu Gómez. Un coup de massue sur la tête des Romains, qui tenteront tant bien que mal de réagir. En vain. Le match devient de plus en plus haché, Catane essaie d'aller inscrire un deuxième but en contre-attaque, par Gómez et Bergessio. En fin de rencontre, Andujar, le gardien des Siciliens, sauve les meubles face au Brésilien Dodô. C'est la dernière opportunité pour la Roma, qui n'a pas encore pris le moindre point en 2013, et qui compte désormais huit points de retard sur Naples, et dix sur sa rivale, la Lazio. Zeman va devoir rapidement remotiver ses troupes.

Le Genoa à nouveau dans le rouge

Le match fou de la journée s'est déroulé ce midi, entre le Torino et Sienne, la lanterne rouge du classement. Le Torino a déroulé en première période, en rentrant aux vestiaires avec un score de 3-1 qui semblait ne pas laisser beaucoup de place au doute quant à l'issue de la rencontre. Mais en deuxième mi-temps, Sienne, qui n'a plus grand-chose à perdre (l'équipe toscane restait sur quatre défaites consécutives), y met tout son cœur. Et les efforts finissent par payer. À un quart d'heure du terme, Paolucci redonne l'espoir à son équipe. Sienne pousse pour obtenir le nul et, à la dernière minute, les Bianconeri obtiennent un pénalty. Rosina s'y colle. Mais l'ancien du Torino, qui a passé quatre saisons avec le maillot granata, joue les sentimentaux et ne fait pas de mal à ses anciens partenaires, en foirant sa tentative. On en reste donc à 3-2. Le Toro se donne une grande bouffée d'air en remontant à la douzième position. Pour Sienne, en revanche, c'est la nuit noire.

La même nuit noire qu'a traversée le Chievo, hier, sur la pelouse de Bologne. Les Veronesi, qui restaient pourtant sur une très bonne série, se sont faits massacrés, 4-0. Le héros du jour ? L'immortel Gilardino, auteur d'un doublé qui permet à Bologne de s'éloigner sensiblement de la zone de relégation. Une zone de relégation dans laquelle retombe en revanche le Genoa. Les Génois, après une certaine embellie, sont retombés dans leurs travers sur le terrain de Cagliari. Après avoir ouvert le score en début de seconde période par Pisano, les joueurs de Gênes ont totalement lâché prise. Cagliari, qui avait offert deux bonnes prestations face à la Juve et la Lazio sans ramener le moindre point, y va au courage et égalise par le désormais inévitable Marco Sau. En fin de rencontre, le capitaine, Daniele Conti, offre les trois points aux Sardes, qui sortent donc de la zone rouge et y envoient leurs adversaires du jour. La phase retour va être longue, très longue, pour le Genoa. Comme l'an dernier, en fait.

Les résultats :

Bologna - Chievo 4-0
Koné 13', Gilardino 44' et 59', Gabbiadini 89'
Inter - Pescara 2-0
Palacio 31', Guarín 54'
Torino - Siena 3-2
Brighi 5', Bianchi 38', Cerci 47' / Reginaldo 32', Paolucci 78'
Cagliari - Genoa 2-1
Sau 55', Conti 82' / Pisano 48'
Catania - Roma 1-0
Gómez 63'
Lazio - Atalanta 2-0
Floccari 67', Brivio (csc) 77'
Napoli - Palermo 3-0
Maggio 30', Inler 34', Insigne 73'
Parma - Juventus 1-1
Sansone 78' / Pirlo 52'
Udinese - Fiorentina 3-1
Di Natale 45' et 66', Muriel 67' / Brkić (csc) 20'
Sampdoria - Milan, ce soir 20h45

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

DeanWinchester Niveau : CFA2
L'erreur est pas de Caceres mais surtout de Vucinic qui perd la balle bêtement, le match était pas terrible, depuis la reprise la Juve joue mal au football et les absents manques pas mal. c'est vraiment énervant, après le résultat est mauvais mais Parma est invaincu a domicile donc c'est pas scandaleux.
DeanWinchester Niveau : CFA2
Sinon la Lazio et l'arbitrage ça commence a faire beaucoup cette saison, le corriere et tout les autres médias corrompues ont parleront pas trop mais après cagliari la semaine dernière rebelotte cette semaine.
"si sur le plan du jeu, la Juve n'a pas grand chose à se reprocher, on ne peut pas en dire autant du résultat"

Pas d'accord, le nul est logique, même si Parme n'a rien fait en seconde période.
Je ne peux pas me souvenir d'une action/occasion digne de ce nom pour la Juve, il fallait vraiment attendre un coup de pied arrêté pour décoincer. Mais ensuite c'était très suffisant, un manque d'humilité et de concentration flagrant chez certains joueurs (Cáceres aura tout tenté pour offrir un but, toutes ses relances ou presque ont terminé dans les pieds des parmesans; mais aussi Pogba, suffisant).
L'absence de tout le côté gauche titulaire fait mal.
Mais c'est quand même rageant de prendre exactement le même but que contre la Samp.

L'équipe manque de qualité, particulièrement quand le onze type n'est pas aligné. Très peu de duels gagnés offensivement.

Bon après les points d'avance ça sert aussi à ça, mais faudrait se remettre à courir dès la semaine prochaine car l'Udinese 2013 ne rigole pas!
declaubianco Niveau : CFA2
Il n'y a pas le feu mais beaucoup de reproches à faire:
Buffon n'est pas exempt sur le but.
J'en reviens a mon comm de la semaine dernière, on a une équipe type (avec chiellini,asa,marchi...) très bonne, s'ils ne sont pas là autant les remplacer par des joueurs super fort capable de compenser leur absence par des qualités intrinsèque importantes...

De plus, Padouin et De Ceglie dans un rôle offensif ça laisse perplexe.
Il va falloir prendre conscience que sans une bonne partie de nos joueurs habituel, la cohésion et le bloc équipe en prennent un coup .

Sinon, le petit Luis Muriel je lui prédis un très grand avenir, il est très très talentueux !!!
Il Ragno Nero Niveau : CFA2
Toto x2, Muriel x1, c'est le score maison 2013 au Friuli, qu'on se le tienne pour dit. :-)

Avec, pour une fois, un arbitrage favorable, tant sur le pénalty que sur le second but, où certains crieront au hors-jeu d'un millimètre. Mais bon, contre la Fio, ça fait du bien, vue la façon dont l'équipe se faisait systématiquement voler au Franchi ces dernières années. En même temps, quand on tombe contre un arbitre qui n'aime pas les chouineurs et qu'on a Jovetic comme porte-drapeau, faut pas s'étonner non plus...

On notera le nouvel extérieur du gauche millimétré de Lazzari pour envoyer Di Natale au but. Après les longues ouvertures de Domizzi la saison dernière, Toto est décidément bien servi par ses gauchers. :-)

Pour le reste, ce début d'année resserre les positions derrière le top 4. La Fio et la Roma voient l'Udinese, Parme et Catane revenir à pleine balle dans la lutte pour les dernières places européennes, à laquelle participe toujours le Milan sans être bon...
J'ai envie de dire que di natale c'est juste inarretable
declaubianco Niveau : CFA2
Il Ragno Nero, toi qui supportes Udine, tu penses quoi de Muriel ?
Note : -1
Rien à faire, quand Giovinco et Quagliarella sont alignés ensemble ils ne se trouvent pratiquement jamais. Le premier s'embarque dans des dribbles et va s'enfermer, le deuxième tire immédiatement au but. On dirait qu'il y a plus de compétition que de complémentarité entre eux. Conte a du boulot.
@Re_David: le soucis c'est de savoir: avec qui il joue bien Quagliarella? Parce qu'avec Matri c'est pas fameux, Vucinic non plus (un peu mieux) et avec Giovinco c'est le pire.
Alors je sais pas si c'est un truc à revoir au niveau du système de jeu ou quoi, mais en dehors de la semaine où il marque contre Chelsea et Chievo, il a été à *chier tout le reste du temps Fabio.
Note : -1
Je pense que Quagliarella est tout simplement incapable de faire sauter une défense bien regroupée or les matches de la Juve cette saison ont pratiquement tous la même physionomie à laquelle il n'est pas adapté. La balle de but qu'il a eue aujourd'hui et qui a fini sur Mirante, c'est un raté qu'on oublierait vite s'il avait deux ou trois autres occasions du même genre (il en mettrait au moins une), mais les adversaires de la Juve ne se découvrent pas assez pour ça.
Cette fois on a la confirmation que Quagliarella n'est au niveau pour un club comme la Juve, je pense que Conte aurait dû le sortir immédiatement après cette tentative ridicule du milieu de terrain, alors que Giovinco était absolument seul. Parme c'est pas Pescara hein. Merci à lui pour son match aller contre Chelsea, à jamais j'espère. Padoin, De Ceglie, c'est du même accabit, va falloir un jour qu'on m'explique comment ils ont pu atterrir en équipe 1 à la Juve.

Le fait que Chiellini, Marchisio et Asamoah ne soient pas là pèse lourd dans la balance. Mention spéciale pour Vidal, qui a été énorme dans la récupération encore une fois.

Bravo à Parme en tout cas, très forts contre les gros.
Il Ragno Nero Niveau : CFA2
@ Declaubianco :

Concernant Muriel, pas grand-chose à dire. Tout le monde voit le talent brut, faudrait être borgne pour pas s'en rendre compte, mais on ne peut pas dire qu'il a fait un super match. Il met une belle minasse et est aidé par le savon sur les gants de Neto, sinon, il a été plutôt discret.

Bref, il a besoin de bosser tranquillement comme Sanchez avant lui, de peaufiner ses déplacements et son entente avec Di Natale, et, dans 2 ans et demi, on verra s'il est aussi impressionnant que le Chilien en 2010-2011 et si la comparaison avec Ronaldo (le vrai) tient toujours.
Sinon Belfodil très très intéressant, grand gabarit et très à l'aise techniquement, il affiche un état d'esprit irréprochable sur le terrain.

Et que dire de l'attaque combien qui pourrait bien se ramener à la Coupe du Monde avec un trio d'attaque Falcao-Martinez-Muriel! Et le reste de l'équipe est pas laid: Guarin-Cuadrado-Armero...
*attaque colombienne! (*putain de correcteur)
declaubianco Niveau : CFA2
Belfodil c'est un peu le Benzema du pauvre, il est bon mais assez limité, cela dit il se débrouille bien.

T'as oublié Quintero de Pescara qui est très doué aussi .
declaubianco Niveau : CFA2
James Rodriguez aussi .
Oula c'est vrai Quintero et J.Rodriguez... Avec Pekerman ça va envoyer, du moins j'espère.

Je te trouve dur avec Belfodil, il est très jeune et a des qualités physiques supérieures à Benzema. Et je le trouve bien moins nonchalant. Faut lui laisser le temps mais je l' apprécie.

En réalité ce qui fait le plus mal c'est que j'ai l'impression, à chaque fois que je mate la Juve, que les attaquants d'en face sont bien meilleurs. Alors certes il y a plus d'espace pour eux, mais les buts d'Icardi (surtout le 2e) ou Sansone, pour prendre des exemples récents, les attaquants de la Juve lne les mettent pas au fond. Le poids du maillot...
SpecialEffect Niveau : DHR
Message posté par declaubianco
James Rodriguez aussi .


Sans oublier Zuniga du Napoli et Victor Ibarbo de Cagliari.

Techniquement et physiquement ils ont une génération terrible, et beaucoup de joueurs sont encore jeunes.
declaubianco Niveau : CFA2
Tato, Je suis loin d'être un expert incontesté du foot, seulement un passionné qui a un bon coup d'oeil.

Et je te dis que nos attaquants je le les sentait pas dès le début:
- Quagliarella, on connait son parcours, ses blessures répétitives, sa condition physique, et sa nonchalance bien avant la juve (udine et naples) prix: 10 millions.
- Vucinic, sa nonchalance, ses éclairs, son irrégularité. prix: 15 millions.
-Matri, bosseur, bon renard, bon de la tête, se débrouille mais très limité techniquement et dans le jeu. prix: 2,5 + 15 millions.
En revanche Giovinco, je fondais beaucoup d'espoir sur lui, déception donc.
Sinon la main de Flocarri personne s'insurge??? parce que Suarez fait ça, c'est toute l'Europe qui en parle, mais là non, ça gene personne, tout a fait logique je le reconnais...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 23