1. //
  2. // 6e journée
  3. // Juventus/Roma (4-1)

La Juve flanque quatre baffes à la Roma

Intraitable Juventus. Les Turinois ont écrasé la Roma, sur le score de 4-1. Le champion d'Italie menait déjà 3-0 au bout de 19 minutes. Zeman repart à Rome avec la queue entre les jambes.

Modififié
0 22
Juventus - Roma 4-1
Pirlo 11', Vidal 16', Matri 19', Giovinco 90' / Osvaldo 69'

19 minutes. C’est le temps qu’aura duré le suspense lors de la rencontre entre la Juventus et la Roma. Le temps pour les Turinois de marquer trois buts et d’enterrer une Roma qui n’a même pas eu le temps de comprendre ce qui lui arrive. Curiosité : l’an dernier, la Juve avait mené 3-0 au bout de 29 minutes. L’an prochain, ce sera quoi ? 3-0 au bout de 9 minutes ? On n’en est pas encore là... Ce soir, la Juve a offert une grande prestation pendant une heure de jeu, avant d’arrêter légèrement de jouer et de se faire un peu peur en fin de rencontre. Enfin, « peur » est un bien grand mot. La Roma a réduit l’écart sur pénalty à vingt minutes du terme, y a mis du cœur, mais n’a pas pu faire grand-chose de plus pour venir véritablement inquiéter le champion d’Italie. Au contraire, c’est la Juve, en toute fin de match, qui a inscrit un quatrième but, histoire de clore en beauté son 45e match consécutif sans défaite en Serie A. Un vrai triomphe pour les Bianconeri. La Roma peut toutefois regretter de n’avoir commencé à jouer qu’à un quart d’heure du terme. Face à une Juve ultra-cynique en début de rencontre, on ne peut pas se permettre ce genre d’attitude laxiste en défense... Conséquence : la Juve compte actuellement huit points d’avance sur sa victime du soir. Un succès dédié à Zdeněk Zeman, bien entendu.

Trop de Juve pour la Roma

Avec des matchs à disputer tous les trois jours, Antonio Conte (feat Massimo Carrera) est obligé de faire des changements. Lichtsteiner et Asamoah, en difficulté face à la Fiorentina, sont laissés dehors au profit de De Ceglie et Cáceres. En attaque, Matri est titularisé aux côtés de Vučinić. Équipe plus ou moins type du côté de la Louve, avec un trio Lamela-Totti-Osvaldo en attaque. Mais il ne faut que quelques secondes pour comprendre que ce match sera bianconero. La Juve met une énorme pression sur les défenseurs giallorossi et la première occasion intervient dès la 5e minute, par Marchisio, qui n’arrive pas à redresser un bon centre de Cáceres. L’équipe de Zeman est prise à la gorge et commet des fautes. Celle de Taddei sur Marchisio offre un excellent coup franc à Andrea Pirlo (12e). Le barbu, apparu un peu éprouvé mardi soir, transforme la sentence avec un plat du pied qui transperce le mur et vient trouver le petit filet opposé. Commencent alors sept minutes de cauchemar pour la Roma. 180 secondes après le but de Pirlo, Leandro Castán repousse de la main un tir juventino dans la surface. Pénalty. Double buteur face à la Roma la saison dernière, Vidal transforme. 2-0.

Puis 3-0, deux minutes plus tard. Matri part dans le dos d’une défense totalement à la rue, foire sa frappe, mais réussit tout de même à battre un Stekelenburg impuissant. On joue depuis 19 minutes, et le match est déjà terminé. La Roma coule, et le champion d’Italie, déchaîné, pourrait même l’enfoncer un peu plus. Marchisio, servi dans la surface, frappe dans un angle impossible et trouve la barre. Une barre que trouvera aussi Vučinić, un peu plus tard, d’une jolie frappe lointaine. Entre-temps, encore deux autres occasions, la première pour Vučinić, la seconde pour Vidal. Trois buts, deux barres, deux grosses opportunités… La Juve écrase son adversaire, qui ne réagit que par une tête de Lamela, dans les arrêts de jeu de la première période. À noter que Zeman, à la 33e minute, a décidé de sortir un Federico Balzaretti aux abois, pour faire rentrer le jeune Marquinhos. Dur à digérer, lorsque l’on est le latéral de la Nazionale.

Roma, un réveil tardif

La seconde période repart exactement sur les mêmes bases. On dirait même que c’est encore pire, pour la Roma. Après seulement 30 secondes de jeu, Vučinić envoie un missile qui part se loger dans la lucarne. Stekelenburg s’envole et détourne en corner. Le gardien hollandais se dresse en véritable rempart pour sauver son équipe. Une minute plus tard, il s’impose face à Matri, puis sort parfaitement dans les pieds d’un Cáceres lancé vers le but. D’accord. Et la Roma, dans tout ça ? Bah, rien. Des ouvertures directement en sortie de but, ou directement en touche… Zeman, sur son banc, est blasé. Mais son équipe va finir par lui redonner un peu le sourire. La Juve se relâche, bien consciente que le match est quasiment clos, et la Roma prend courage. Florenzi, l’un des seuls à se bouger, tente d’abord une frappe de loin, puis c’est Destro, entré quelques minutes auparavant à la place d’un Totti fantomatique, qui provoque la défense juventina et obtient un pénalty assez logique. Osvaldo, serein, transforme. 3-1, il reste alors 20 grosses minutes.

La Juve, vexée d’avoir encaissé son premier but à domicile de la saison, se réveille alors. Marchisio manque d’abord le cadre d’un rien, puis c’est encore Stekelenburg qui vient contrarier Vučinić, auteur d’une nouvelle roquette téléguidée vers la lucarne. Mais la Roma met enfin du pressing et, du coup, met en difficulté les défenseurs turinois. Buffon se distingue sur une frappe d’Osvaldo. La seule vraie parade du portier turinois ce soir. La Roma comprend vite qu’elle n’ira pas chercher l’exploit, car le réveil est bien trop tardif. Au contraire, c’est la Juve qui place la dernière banderille. Barzagli s’offre une montée folle à Lúcio et sert parfaitement Giovinco. « La Fourmi » élimine Stekelenburg et dépose le ballon dans le but vide. 4-1. La messe est dite. La Juve reprend provisoirement trois points d’avance sur le Napoli, attendu demain à Gênes pour y affronter la Sampdoria. Zeman, quant à lui, avait assuré il y a quelques jours que sa Roma pouvait lutter pour le Scudetto. Après le match de ce soir, les tifosi giallorossi sont en droit d’en douter sérieusement.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Jean-Neymar Niveau : Loisir
Bah déja la saison dernière le match avait duré huit minutes donc..
Par contre la défense je sais pas si ils l'ont à Franprix ou pas, on jouait à 6 sur le terrain le premier quart d'heure.
A défaut d'avoir une grande équipe, la Roma se contentera de la grande gueule de son entraineur, qui n'a toujours pas compris qu'en 2012, il fallait aussi savoir défendre pour gagner un match.
A défaut d'avoir une grande équipe, la Roma se contentera de la grande gueule de son entraineur, qui n'a toujours pas compris qu'en 2012, il fallait aussi savoir défendre pour gagner un match.
Marek Hamsik Niveau : National
Note : 2
Très bon article mais je suis dégoûté par les 2 dernières phrases... C'est exactement ce que je m’apprêtais à poster !
Sinon, je trouve que cette Roma est convaincante par intermittence (cf le match ou ils mènent 2a0 avant de s'incliner 3a2, contre Bologne je crois) mais a des errements qui ne pardonne pas à ce niveau. Puis au milieu de terrain c'etait un peu trop léger pour tenir tête à Pirlo-Vidal-Marchisio.

Et puis, les turinois toujours impressionnants, avec une capacité à vite récupérer la balle assez incroyable.
Très grosse premiere mi temps de la juve , et en bonus la juve a fait tourner à quelques postes clés ( sur les ailes) en vue du match de mardi pro , aller trap tu me fais rire une derniere fois stp sur tes effectifs à 35 joueurs et sur le banc de la touche un peu juste ? Si non à l' heure actuelle la juve et le bayern sont les 2 équipes les plus en forme en europe bonne soirée et forza juve
Bon planter 3 buts en 20 minutes quand il suffit de mettre un ballon aérien dans le dos de la défense pour se procurer une occasion... La défense la moins bien placée, alignée, coordonnée et réactive que j'ai vu depuis longtemps. Après la faute qui amène le coup-franc transformé par Pirlo... Mouais avec mon streaming tout pourri j'ai vraiment eu l'impression qu'il y avait que dalle...
rainbowmatador Niveau : District
Oui, quelle bra*lée! C'est dommage de voir cette roma sans réel constitution alors que elle dispose de joueurs de talents (Florenzi ou Destro notamment). Au final, on est rassuré pour la juve qui prouve une nouvelle fois qu'il va falloir compter sur elle cette année.
et en espérant que la suspension de conte baisse on sera sa mardi..

45 matchs de suite sans défaite qui dans le football moderne d'aujourd'hui est un exploit incroyable

J'ai comme l'impression que E.Maggiori a pris son pied à chaque phrase de l'article...

Autrement, on lance les paris pour savoir quand Baldini va virer Zeman pour sauver sa tête ? Parce que hors Cagliari, ça fait 5 points en 5 matches.
Note : 1
Marchisio (qui est au moins autant, si ce n'est plus important, que Pirlo... enfin presque) est exceptionnel quand il est en forme. Quel joueur! Il joue pour l'équipe, distribue, élimine, presse constamment. Match parfait d'Il principino
@RonHarris, tu as raison mais Zeman a accepté ce mercato et ces joueurs alors que Montella non. Du moins c'est comme ça que je comprends ce qui s'est passé ?
J'aimerais que le mec qui avait foutu Stekelenburne devant Lloris dans les commentaires d'un article il y a quelques semaines de cela revienne ici pour que je lui vomisse dessus. J'en peux plus de ce gardien sérieusement, j'ai jamais vu un mec aussi grand avec aussi peu de détente et d'envergure.. Ça sert à quoi de faire 1m94 bon sang !
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
Franchement je ne suis pas rassuré par la Juve ce soir, car je n'ai vu aucune opposition en face(quand on compare avec la Fiorentina c'est flagrant)... La Juve faisait ce qu'elle voulait. Y avait aucun pressing sur Pirlo(ce qui est une faute professionnelle à ce niveau là...), Marchisio et Vidal étaient en trans(comme d'hab se baladant totalement dans le milieu de terrain romain, et cette défense romaine...une plaisanterie!
Je crois que Zeman est définitivement un mauvais entraîneur. On ne peut même pas dire que son équipe soit mauvaise, parce que sur le papier il a quand même de sacrés bons joueurs(Totti, Destro, Osvaldo, Pjanic, Lamela, De Rossi, Florenzi, Bradley, Burdisso, Balzaretti...). Il n'a aucune excuse pour échouer!
Résultat logique pour moi , La Roma se cherche toujours avec un effectif loin d'être clinquant au contraire d'une Juventus qui reste sur une incroyable série en championnat et qui possède une très belle équipe , la vieille dame des grands jours est de retour , pas seulement dans la botte mais aussi en Europe !
Joshua_is_a_tree Niveau : CFA
Zeman il s'est mis la pression tout seul en dezinguant a gauche et a droite poir son retour sur le banc en serie A.
N'empêche, je pense qu'il lui faudra du temps pour que son équipe tourne a plein régime. Car il y a quand même de très bon joueurs de ballons dedans.
Franchement, Stekelenburg n'a pas grand chose à se reprocher sur ce match-ci (le précédent, je dis pas). Il joue une partie du match seul contre 11.

Zeman a montré à quoi il carburait, un orgueil démesuré qui ne repose sur rien de tangible (les années Lazio sont loin maintenant) et qui lui a fait refuser l'adaptation de son jeu à celui de l'adversaire. Il est prisonnier de son image et je pense qu'il va avoir du boulot pour retrouver de la crédibilité aux yeux du vestiaire de la Roma. Totti n'est pas du genre à pardonner ce genre d'humiliation (au passage, bravo à tous les juventini cretini qui l'ont sifflé à sa sortie du terrain alors qu'il avait tenu dans la semaine de jolis propos au sujet de son pote Del Piero).

Pour finir, petite précision, Balzaretti était grippé et pas en état de tenir son poste.
Ca va peut etre calmer Zeman et sa grande geule.C est bien beau de critiquer Mourinho and co mais derriere faut assurer est la je lui donne meme pas jusqu a decembre pour se faire virer .
nicolino57 Niveau : CFA2
Par contre, j'ai vraiment hâte de voir jouer Bendtner.



Nan j'rigole
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Le Bayern sur sa lancée
0 22