En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 1e journée
  3. // Juventus/Parme

La Juve face au traquenard parmesan

Ce soir, la Juventus ouvre sa saison en recevant Parme. Un match intéressant pour plusieurs aspects : Parme est la dernière équipe à avoir battu la Juve en championnat, Giovinco va affronter son ancien club et le Juventus Stadium va découvrir Massimo Carrera.

Juventus-Parme a toujours été un match un peu spécial. Parfois, il s’agissait d’une finale de Coupe UEFA, parfois, d’un match au sommet pour le titre. Les supporters des deux camps ont encore en tête ce but de Crespo à la 93e minute, ou celui annulé à Cannavaro en mai 2000. Bref. Juve-Parme, c’est le début de la Serie A pour les deux équipes, et il pouvait presque ne pas en être autrement. Ironie du calendrier : déjà, l’an dernier, la première journée avait offert un Juventus-Parme. En fait, il s’agissait de la deuxième journée, mais la première avait été annulée pour cause de grève des joueurs. Du coup, au lieu de se déplacer à Udine, la Juve avait entamé sa saison par un joli succès 4-1, laissant entendre qu’il allait falloir compter sur elle pour la suite de la saison. Personne n’aurait toutefois pu imaginer à cet instant que la Vieille Dame allait enchaîner une folle série de 38 matches sans la moindre défaite, série toujours en cours. Et ce qui est d’autant plus curieux, c’est que la dernière équipe à avoir vaincu la Juventus se nomme… Parme. C’était le 15 mai 2011. Parme s’imposait 1-0, grâce à un but inscrit par Giovinco. Un Giovinco qui va donc faire son grand retour sous le maillot turinois ce soir, justement face au club dans lequel il a évolué lors des deux dernières saisons, inscrivant 22 buts. Dis donc, ça fait beaucoup d’histoires de destins croisés, tout ça.

Du jeune, du moins jeune et du vieux

Que s’est-il donc passé depuis le 13 mai 2012, jour où la Juventus a fêté devant ses tifosi son titre de champion fraîchement acquis ? Pas mal de choses. Déjà, 104 jours se sont écoulés, ce qui est beaucoup. Ensuite, la Juve a remporté la Supercoupe d’Italie, en allant battre le Napoli 4-2 à Pékin. Avec son lot de polémiques, bien entendu. Et bien sûr, le procès du Calcioscommesse a rendu ses verdicts : Bonucci et Pepe s’en sortent indemnes, tandis qu’Antonio Conte prend 10 mois de suspension. Par conséquent, c’est Massimo Carrera qui sera ce soir sur le banc turinois, pour sa grande première au Juventus Stadium, forteresse toujours invaincue depuis son inauguration en août dernier. Ah, et ne pas oublier l’un des faits marquants de l’été : Pirlo, devenu un demi-dieu depuis sa Panenka contre l’Angleterre, s’est laissé pousser la barbe. Bah ouais, comme ça, il n’en est que d’autant plus christique.

Sur le plan du mercato, la Juventus a fait le taf, même s’il manque encore une pièce pour compléter le puzzle. Les dirigeants turinois ont recruté du jeune (Leali, Masi, Boakye, Pogba), du moins jeune (Isla, Asamoah) et même du vieux (Lucio). L’idée étant d’apporter une profondeur de banc à une équipe qui, l’an dernier, ne devait pas disputer la Coupe d’Europe. Cette année, la Juve retrouve la Ligue des champions et ne peut donc pas se permettre d’être en rade de joueurs. Voilà pourquoi les dirigeants vont devoir accélérer lors des derniers jours du mercato pour enfin débaucher l’avant-centre tant désiré. En attendant un Llorente ou un Džeko, ce soir, c’est un duo Matri-Vučinić qui sera aligné, devant un milieu de train « traditionnel » . Seul point négatif à l’approche de ce match : la blessure à l’épaule de Gigi Buffon. Le gardien de la Nazionale va devoir passer son tour, laissant les cages à Storari, son éternel remplaçant. Mais promis, il revient « le plus vite possible » . C’est lui qui le dit.

Le retour d’Amauri


En face de la Juve, ce soir, c’est donc Parme. Une équipe qui ne paye pas de mine, qui n’a pas fait de grand fracas pendant l’été, mais qui reste sur une incroyable série. En effet, Parme a terminé la saison 2011-12 par un rush de sept victoires consécutives. 21 points pris : suffisant pour quitter la seconde partie de tableau, arracher une huitième place à égalité avec la Roma, mais pas pour se qualifier pour l’Europe. C’est bien là le regret de Donadoni. Son équipe a eu beaucoup de mal à se mettre en route. Du 7 janvier au 7 avril 2012, elle n’engrange que trois succès, contre cinq défaites et sept matches nuls. Mais une fois que la mécanique s’est mise en place, que l’équipe a commencé à tourner, les résultats sont arrivés. Il faut dire que le trio Giovinco-Floccari-Biabiany a largement contribué à cette folle fin de saison : à eux trois, ils ont inscrit 70% des buts de Parme lors des sept victoires de rang qui ont ponctué la saison. Oui, sauf que voilà… Giovinco est rentré à Turin et Floccari à Rome, rive Lazio. Seul le Français Biabiany a été conservé. Un peu léger ? Oui et non.

De fait, en parallèle, Parme a récupéré Amauri, qui avait déjà porté les couleurs parmesanes de janvier à juin 2011. Une expérience concluante : le banni de la Juve avait planté 7 buts en 11 apparitions, dont un retourné et une Madjer. En plus d’Amauri, Parme s’est attaché les services de Benalouane, Rosi, Parolo, Belfoldil, Ninis et le Colombien Pabón. Pas forcément des noms ronflants, mais des joueurs qui peuvent largement servir la cause de Donadoni. L’ancien coach de la Nazionale va, a priori, miser sur un 3-5-2 avec Pabon (qui a pourtant intérêt à l’être…) et Amauri le revanchard en pointe. Il ne s’agit que d’un premier match, contre le champion en titre, qui plus est, mais les Parmigiani ont déjà l’occasion de prouver qu’ils vont enfin se décider à démarrer la saison en septembre, et non pas en mars, comme lors des deux derniers exercices. Comme on dit : rien ne sert de courir, il faut partir à point. Mais quand tu pars à point, et qu’en plus, tu cours, c’est encore mieux.

Éric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


il y a 11 heures Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 20
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 15:40 Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) Hier à 14:28 Quand Ronaldo planquait de la bière 51 Hier à 12:50 Dupraz quitte le TFC 128 Hier à 11:55 Robinho en route vers Sivasspor 60 Hier à 08:57 Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18