1. //
  2. // 1re journée
  3. // Sampdoria/Juventus

La Juve face à sa bête noire

Ce soir, la Juventus entame sa saison 2013/14 sur la pelouse de la Sampdoria. Sur le papier, une affiche largement à la portée des doubles champions d’Italie. Oui, sauf que l’an dernier, une seule équipe est parvenue à battre la Juve à l’aller comme au retour : la Sampdoria.

Modififié
8 9
La Sampdoria n’a pas grand-chose d’un épouvantail. Il y a encore quelques mois, l’équipe génoise cravachait pour remonter en Serie A, après une année au purgatoire. Elle y était finalement parvenue au terme des play-offs. Puis, de retour parmi l’élite, la Samp a effectué une saison correcte, avec des hauts et des bas, terminant à la 14e place, avec 17 défaites au compteur. Rien de bien transcendant. Pourtant, la Sampdoria peut se vanter d’une chose : elle sait comment faire tomber la Juve. La saison dernière, elle a réussi le coup parfait, en s’imposant à l’aller, au Juventus Stadium (2-1), puis au retour, au stadio Marassi (3-2). La victoire obtenue à Turin a évidemment plus de poids, car elle est intervenue à un moment où personne ne s’y attendait (match archi-dominé par les locaux, et doublé meurtrier d’Icardi), contrairement au succès du match retour, obtenu lors de la dernière journée, alors que la Juve était déjà sacrée championne d’Italie, et potentiellement en vacances. N’empêche qu'avec ces deux résultats, la Sampdoria fait désormais figure de bête noire pour la Juve. Non pas qu’Antonio Conte craigne l’équipe génoise (sur le papier, il n’y a pas photo entre les deux formations), mais il s’en méfie. Pour éviter de débuter la saison par une mauvaise surprise.

Réaffirmer sa suprématie

La statistique est même folle : la Sampdoria est l’équipe de Serie A que la Juve n’a plus battu depuis le plus longtemps. Le dernier succès turinois, retentissant, certes, remonte au 28 octobre 2009, il y a près de 4 ans. Une raclée 5-1, avec, à l’époque, des buteurs qui s’appelaient Amauri, Camoranesi ou Trezeguet. Autre époque. Depuis, le bilan en 5 confrontations est de 3 victoires génoises et deux matchs nuls, dont ce rocambolesque 3-3 au tout début de la saison 2010/11. Et si l’on remonte encore plus loin dans le temps, on constate que la Juve ne s’est imposée qu’une seule fois contre la Sampdoria lors des 10 dernières confrontations entre les deux clubs en Serie A. Une vraie bête noire, donc. Même si, aujourd’hui, le rapport de force entre les deux équipes semble disproportionné. La Sampdoria, cet été, n’a pas recruté grand monde pour se renforcer. Un seul vrai changement : le jeune Gabbiadini a remplacé Icardi sur le front de l’attaque. La Samp a même perdu Poli (Milan) et son gardien titulaire, Romero, parti à Monaco. Il va donc falloir filer les clefs des cages à Da Costa, remplaçant la saison dernière. De nombreux jeunes joueurs inconnus sont arrivés de Serie B ou de Serie C. Delio Rossi devra être suffisamment malin pour trouver la bonne pépite, comme il a toujours su le faire au cours de sa carrière.

En face, c’est tout l’inverse. La Juve, déjà très puissante la saison dernière, s’est renforcée avec les arrivées d’Ogbonna, Tévez et Llorente. La préparation et les matchs amicaux avaient jeté des doutes sur la nouvelle Juve, mais ces doutes ont été balayés en l’espace de 5 minutes lors de la Supercoupe d’Italie, contre la Lazio. 5 minutes au cours desquelles la Vieille Dame a inscrit 3 buts, terrassant totalement un adversaire qui, jusque-là, lui avait tenu tête. Une démonstration de force incroyable, avec un jeu collectif sublime (l’action du dernier but, tout en une touche de balle, est une merveille) qui a forcément impressionné les futurs rivaux du champion en titre. À la fin de la rencontre, Buffon, impeccable ce soir-là, a tenu à mettre tout le monde d’accord. « Qu’est-ce que cela peut faire, les matchs amicaux ? Les grandes équipes, on les voit dans les grands rendez-vous, c’est là qu’il faut répondre présent » , a-t-il assuré. Certes. Or, ce soir, même si l’adversaire ne se nomme ni Napoli ni Milan AC, c’est un grand rendez-vous. Parce que la Juve est désormais l’équipe à abattre. Et que, par conséquent, elle doit immédiatement taper du poing sur la table, comme pour réaffirmer sa suprématie.

1996, 1995 et 1930

De la Juve à la Juve. C’est un peu ça, l’histoire de la Sampdoria. Le 18 mai dernier, elle terminait sa saison en s’imposant 3-2 face aux Bianconeri, mettant ainsi un terme à une série noire de 10 matchs sans victoires (4 nuls et 6 défaites). Ce soir, elle recommence sa saison face au même adversaire, en espérant, évidemment, une issue semblable. Delio Rossi, lui, veut y croire. Même s’il sait bien que rééditer les deux exploits de la saison dernière ne sera guère chose aisée. « C’est vraiment difficile de commencer contre la Juve. Ce sera certainement un beau match : pour les battre, il faut faire le match de ta vie et il faut avoir ce brin de chance nécessaire. S’il n’y a pas tout ça, tu perds » , a-t-il affirmé. Défaitiste, Sor Delio ? Non, au contraire. Le mister croit dur comme fer en son équipe, et tient à prouver aux médias italiens qu’ils se trompent lorsqu’ils mettent la Sampdoria dans le groupe des équipes qui vont lutter pour le maintien. « Avant de nous tirer dessus, mettez-nous face au défi. En Italie, on parle beaucoup des jeunes, mais lorsqu’une équipe décide de miser sur des jeunes, on la regarde bizarrement » , a-t-il assuré.

Quant à la Juve, plus besoin de présenter les ambitions turinoises. La formation d’Antonio Conte a déjà remporté, comme la saison dernière, le premier trophée de la saison, et compte bien lutter sur tous les tableaux cette saison. La Ligue des champions n’a plus été gagné depuis 1996 (trois finales perdues depuis !), et la dernière Coupe d’Italie remonte à 1995. La C1 passe en priorité, mais pas de là à faire passer le championnat au second plan. Vučinić a récemment déclaré que « remporter un troisième Scudetto d’affilée ferait entrer la Juve dans l’histoire  » . Il n’a pas tort. Malgré ses 29 Scudetti remportés (ou 31, comme on veut), la Juve n’a plus jamais remporté trois titres de suite depuis le « Quinquennat d’or » , de 1930 à 1935. L’attaquant monténégrin sera d’ailleurs titulaire, ce soir, aux côtés de Tévez. La découverte de la Serie A, pour l’Apache. Et une place de titulaire pour Paul Pogba, qui va profiter de la blessure de Marchisio pour le mois à venir. Bordel, en fait, il promet vraiment, ce premier match !

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

cerveau-gauche Niveau : Loisir
très bon article, l'an dernier aussi, conte avait fait de la C1 sa priorité, donc à prioris, pas trop de soucis à se faire pour la serie a cette année, surtout que le banc est composé de quelques joueurs formés au club ayant la juve dans la peau et qui donneront tout.
doncarnol Niveau : CFA2
Cette année la série A est number one dans mon carnet ! Liga inintéressante, la première league j'en peu plus ! L' italie c'est sexy ! Et puis Pogba m'exite...
C'est reparti comme dans les 90's !
Poli, c'est Morientes il y a 15 ans!
Très bon article ! Eric est enfin de retour de vacances
Gareth Root Bale Niveau : Loisir
L'année dernière c'était surtout Icardi, la bête noire. Il est parti à l'inter, ça va être autre chose cette année.
En tout cas le retour de la Série A fait plaisir !
Bordel la Juve risque d'envoyer du paté Hénaff cette année !

Content du retour de la Série A mais hâte de voir tous ce beau monde en Ligue des Champions !
DeanWinchester Niveau : CFA2
Ca risque d’être hyper dur ce soir, limite un match nul pour la Juve serait pas un si mauvais résultat (a condition de battre la lazio juste derriere etc.)

puis icardi paradoxalement, il a été bidon contre la juve au retour (mais marque un vieux but) et a l'aller, bon il plante un doublé mais également un très sale, je veux dire par la que Gabbiadini étant clairement au dessus, ça va être bien plus dur ce soir, le duo Eder-Gabbiadini, avec un barzagli diminué, c'est pas une bonne nouvelle.
vinnyroma Niveau : CFA2
arrête de déblatérer tes conneries sur l'Italie, tu n'y connais rien tu crois que l'Italie est raciste (ce qui est raciste comme propos) parce que tu crois que l'Italie se résume aux ultras...

comme si Paris était une ville fasciste et raciste parce qu'il y avait des skins au parc...

ensuite Kyenge est ministre dans un gouvernement de droite et de gauche et elle s'est fait insulté par des gens de la ligue du nord qui font 4% des voies et pas 20% comme l'extrême droite française.

et ensuite les racistes il y a en a partout, à gauche à droite, beaucoup le sont plus ou moins et raconter des généralités débiles sur l'Italie pour moi est raciste et xénophobe.
J'allais gueuler sur la qualite du match, en gros un concours de taquets et autres coups de latte par derriere, et Tevez marque apres un joli mouvement...

Toujours aussi contrariant ce garcon.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
8 9