1. //
  2. // Finale
  3. // Juventus/Lazio

La Juve et le fantôme de la Coppa

Deux chiffres : 20, comme le nombre d'années passées sans Coupe d'Italie. Et 3, comme le nombre de finales perdues durant ces deux décennies. On ne peut pas encore parler de malédiction, mais au moins d'un gros tabou.

9 12
« La Ligue des champions, c'est un rêve. La finale de Coupe, c'est un objectif parce qu'on ne l'a pas gagnée depuis 20 ans.  » Allegri l'a encore répété à Tuttosport il y a quelques semaines : cette saison, l'objectif premier, c'était le championnat. Mission accomplie. Ensuite, la Coupe. Mission en cours. Et pour finir, si tout s'est bien passé jusque-là, la Ligue des champions. La cerise sur le gâteau. Face à la Lazio ce soir, la Vieille Dame va donc devoir franchir la deuxième étape. Déjà, pour prouver qu'elle est aussi une équipe de tournoi, capable de se surpasser sur un match, et pas qu'une machine de guerre endurante et performante sur une saison. Mais surtout, pour vaincre l'un de ses plus vieux démons : la Coupe d'Italie. Un titre qui se refuse à elle depuis 20 ans tout rond.

Lointains souvenirs


La dernière victoire en date, c'était donc en 1994/1995. Une époque si lointaine que même Del Piero était jeune. Il était alors à l'approche de la vingtaine et il arborait fièrement une coupe de cheveux mi-mulet, mi-bouclé. Un mélange insipide, loin, très loin de l'élégance de ses dernières années. Cette année-là, la Juve n'avait pas rencontré beaucoup d'obstacles, gagnant ses matchs avec un ou deux buts d'avance. La base, quoi. Et puis elle avait rejoint Parme en finale, quelques semaines après avoir trébuché sur la dernière marche de l'UEFA contre ce même adversaire, et elle avait pris sa revanche grâce à Porrini et Ravanelli.

Youtube

Ça, c'était donc la dernière fois que les Bianconeri soulevaient la Coupe. Depuis, ils ont toujours échoué. D'abord en 2001/2002 contre la grande équipe de Parme avec en tête d'affiche Martin Djetou, Sabri Lamouchi, Sébastien Frey ou encore Alain Boghossian. La Vieille Dame avait concédé un but à l'extérieur, ce qui lui avait coûté le titre. Ensuite contre la Lazio d'Ousmane Dabo, Jaap Stam, Simone Inzaghi et Siniša Mihajlović en 2003/2004. Après avoir perdu 2-0 à l'extérieur, la Juve avait rattrapé son retard pour finalement lâcher prise dans les 20 dernières minutes du retour. Et enfin contre le Napoli de Marek Hamšík, Ezequiel Lavezzi et Edinson Cavani en 2011/2012. Une défaite assez fade 2-0. On peut dresser, sans aucun risque, le bilan de la Vieille Dame en Coupe ces deux dernières décennies : triste.

Etouffer l'affaire


Mais la chose la plus intrigante dans l'histoire, c'est surtout que le club dans sa globalité évite le sujet. Pas vraiment de commentaires, pas vraiment de traces de cette « malédiction » . Comme si le meilleur moyen de se débarrasser de cette réputation de loser de tournoi, c'était de ne pas en parler. Dans le jargon, on appelle ça un tabou. À part des Supercoupes, une Intertoto (si on peut considérer ça comme un tournoi) et une Ligue des champions il y a 19 ans, la Juve se montre fébrile sur un match et encore plus sur une finale. Elle joue donc la carte de la discrétion pour étouffer l'affaire. Pour s'enlever de la pression. Pour vaincre son fantôme.

Autre solution possible à cette tentative de meurtre à l'étouffée : peut-être que cette longue période de disette est insignifiante, car la Coppa n'a pas le même rayonnement en Italie qu'ailleurs. D'ailleurs, la plupart des équipes la jouent à moitié, s'en cognent presque. Mais cette année, qui signe le retour de ses ambitions, elle se décide à tout gagner. C'est plausible. Quoi qu'il en soit, les Bianconeri devront se méfier de leur adversaire du soir. La Lazio qui, malgré le derby du week-end, malgré le sprint final pour la seconde place, se verrait bien finir sa jolie saison sur un titre. Disons que l'épreuve de ce soir est une entrée, avant le plat principal. La Juve se doit de briser ce tabou pour remplir ses objectifs. Pour sa confiance, d'abord, et pour se préparer au mieux à la finale de Ligue des champions.

Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Comme il est dit dans le dernier article, la Coppa a longtemps été mise de coté par les gros clubs, ça a changé il y a peu car les clubs ont prit conscience qu'un trophée peut sauver une saison même si il semble minime comme par exemple l'année dernière avec le Napoli qui finit très loin de la Juve et la Roma.
De plus en Italie les 8 premiers du championnat commencent en 8ème de finale, c'est bien différent de la France. 5 matchs pour un trophée les clubs commencent à s'y intéresser.
Et pour vraiment parler de saison réussie.
Parce que si les autres équipes ont facilité la victoire en championnat par leur inconstance ou les erreurs de leurs entraineurs, aucune n'a lâché le morceau en coupe et il a fallu aller la chercher cette finale.
Et vous allez pas faire d'article sur le bordel qu'a mis la fédé dans le calendrier ? Dans l'implication du président de la Lazio dans pour déplacer le derby quand ça l'arrange sans que personne puisse faire quelque chose ?
Ils sont en train de niquer la saison en une semaine.
Les belles prestations de la Lazio m'avaient fait oublier ce gros porc de Lotito. Ça a duré deux mois, jusqu'à c'qu'il recommence à faire chier son monde.
Que le derby soit déplacé lundi pourquoi pas, mais pourquoi la Juve qui joue samedi contre le Napoli il me semble ne voit pas son match également jouer lundi? La Juve a envoyer une recours à la fédération mais pour l'instant aucune décision n'a été prise.
Message posté par Ice QB
Et vous allez pas faire d'article sur le bordel qu'a mis la fédé dans le calendrier ? Dans l'implication du président de la Lazio dans pour déplacer le derby quand ça l'arrange sans que personne puisse faire quelque chose ?
Ils sont en train de niquer la saison en une semaine.


Ou sur les intéressantes conversations téléphoniques entre Galliani et Lotito.
Ou sur les magouilles de Beretta.
Message posté par Uzeh
Que le derby soit déplacé lundi pourquoi pas, mais pourquoi la Juve qui joue samedi contre le Napoli il me semble ne voit pas son match également jouer lundi? La Juve a envoyer une recours à la fédération mais pour l'instant aucune décision n'a été prise.


Ils n'auront pas gain de cause, puisque si j'ai bien compris, Lolito fait parti de la fédé...
Du grand n'importe quoi, où comment foutre en l'air une saison attrayante
Message posté par Trap


Ou sur les intéressantes conversations téléphoniques entre Galliani et Lotito.
Ou sur les magouilles de Beretta.


Par contre je suis pas au courant pour ça, balance les doss !
Docteur Maboul Niveau : District
Pour conjurer le sort il nous faut Barry Coppa dans l'equipe.
pinturicchio1897 Niveau : District
Je trouve ça fou qu'un mec comme Lotito puisse être à la fois président de club et avoir un poste à la figc, surtout que le mec a lui aussi été impliqué dans le Calciopoli où il y a eu plusieurs conversations téléphoniques durant lesquelles il implorait Moggi de le faire entrer dans son système...
pinturicchio1897 Niveau : District
Je trouve ça fou qu'un mec comme Lotito puisse être à la fois président de club et avoir un poste à la figc, surtout que le mec a lui aussi été impliqué dans le Calciopoli où il y a eu plusieurs conversations téléphoniques durant lesquelles il implorait Moggi de le faire entrer dans son système...
Message posté par Ice QB


Par contre je suis pas au courant pour ça, balance les doss !


Si tu lis l'italien Lotito, Galiani, Infront etc....:
http://www.lastampa.it/2015/05/19/sport … gina.html+

Beretta salarié par Unicredit tout en étant président de la Lega, alors qu'Unicredit avait le contrôle de fait de la Roma et de l'Inter dont elle finance l'acquisition ou assure la trésorerie et semble-t-il impliqué dans une affaire de pot-de-vins et/ou de prise illégale d'intérêts mais ça c'est tout nouveau donc restons en au conditionnel.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
9 12