En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Ce qu'il faut retenir

La Juve et la Roma tombent, le Napoli et l’Inter en trombe

Un Icardi de gala, au moins aussi bon que Milik et Borriello, Juve et Roma qui se prennent les pieds dans le tapis, Dani Alves naturiste et un penalty qui n'a rien à envier à celui de Zaza lors de l'Euro... Voilà ce qu'il fallait retenir de la quatrième journée de Serie A.

Modififié

L’équipe du week-end : l’Inter


C’est ce qu’on appelle un match référence. Malgré l’ouverture du score tardive de Lichtsteiner, malgré des efforts longtemps restés stériles, les Nerazzurri ont su affronter et surmonter les obstacles. Ils peuvent avant tout remercier Icardi, tout simplement monstrueux pendant une heure et demie. Mais aussi Allegri et le milieu turinois, pas franchement à leur aise. Quoi qu’il en soit, la saison de l’Inter ne peut qu’être lancée, désormais.

L’analyse définitive : la Roma = Poulidor


Même quand la Juve tombe, la Roma ne peut s’empêcher de faire de même. Face à une équipe de la Fiorentina bien organisée, la Louve a gâché une belle flopée d’occasions, avant de se faire piéger dans le « Totti Time » par Milan Badelj. Une étude scientifique a démontré qu’il faudra au moins attendre le 51e anniversaire d’Er Pupone pour voir un nouveau Scudetto de la Roma.

Le joueur du week-end : Arkadiusz Milik


C'est simple, dimanche, il apparaissait sur les Unes de tous les quotidiens italiens. Certes, pas toujours le plus visible, ni le plus volumineux, mais présent sur chaque première page tout de même. Le remplaçant de Gonzalo Higuaín – ce que Maurizio Sarri a pourtant publiquement refusé de faire : « Ne comparez pas Milik à Higuaín. » – est en feu. Entré à l'heure de jeu face à Bologne, il marque sur son premier ballon, un enchaînement crochet-frappe tout ce qu'il y a de plus pur. Et puis donne la victoire au Napoli dans la foulée sur un petit lob bien senti.


Les tifosi, de leur côté, ne comparent plus personne à personne. À l'image de leur speaker, « Décibel » Bellini, ils sont en passe d'oublier, de remplacer et d'adopter le Polonais.


Vous avez râté Udinese 1 – 2 Chievo (et vous n’auriez pas dû)


- Parce qu’on a assisté à plus de cinquante centres (chose rare), presque autant de fautes, des occasions de tous les côtés, des tirs ratés aussi. Parce que Duván Zapata, l'un des plus beaux combos nom-prénom de l'histoire du foot, a enfin retrouvé le chemin des filets, qu'il a cru donner la victoire aux siens, avant que Lucas Castro ne marque du paquet et que Cacciatore, dans les dernières secondes de jeu, ne réduise définitivement le Friuli au silence. Du sexe, de l'action et un scénario haletant... Que demander de plus ?


Les actions du week-end


La patate de Verdi. Ou les mains de Reina.


Memushaj, le disciple de Zaza et Pellé.



L’extérieur du pied d’Icardi.


Le cassage de reins de Defrel.


La classe retrouvée de Borriello, épisode 1.


La classe retrouvée de Borriello, épisode 2.

L’image du week-end


Il n'a pas voulu fêter sa première réalisation à l'Olimpico parce que c'était contre Pescara, son ancien club. Mais il n'a pas hésité à tomber le bas dès les trois ultimes coups de sifflets. Bonnet blanc, blanc bonnet quoi.

Ils l’ont dit


Siniša Mihajlović, toujours aussi délicat : « Maxi López doit perdre sept kilos pour jouer. »

Même situation pour Brozović, écarté du groupe pour « comportement non professionnel » selon un communiqué de l’Inter. Traduction : trois bons kilos en trop.

Mauro Icardi, philosophe : « C'est toujours cool de marquer contre la Juventus. »


Luciano Spalletti, qui n’a toujours pas compris qu’on ne pouvait pas toucher à la légende : « Totti est un génie, mais tant que la Roma sera seulement Totti, on ne gagnera rien. »

Beppe Iachini, comme tous ceux qui viennent de perdre : « L’Udinese méritait plus. »

La stat inutile : 3


Comme la série de penaltys ratés par Paloschi. Peut-être qu’il est temps de changer de tireur à l'Atalanta, non ?

Et sinon...


Dani Alves s'intègre parfaitement dans le vestiaire turinois.


Tout comme Donnarumma avec le Milan qui, selon Tuttosport, devrait voir arriver une prolongation de contrat jusqu'en 2022 et une revalorisation salariale à deux millions d’euros d’ici l’hiver. En même temps, vu le match qu'il sort encore ce week-end, c'est tout sauf illogique.

En première période, zéro tir cadré pour le Milan. En seconde période, entrée de Bacca qui marque pour la deuxième fois (sur trois) depuis le début de saison, en tant que supersub.


- Ça faisait treize matchs que le Torino n’avait pas fait de nul. Chose faite ce week-end, face à Empoli.

- Même résultat à Crotone, où Palerme a réussi à sauver les meubles en seconde période, grâce à Nestorovski. Le Burma macédonien.

  • Résultats et classement de Serie A
    Retrouvez toute l'actualité de la Serie A

    Par Ugo Bocchi
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    il y a 38 minutes Dupraz quitte le TFC 18 il y a 1 heure Robinho en route vers Sivasspor 8
    il y a 4 heures Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 14
    Partenaires
    Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 4 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7