En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 20e journée

La Juve et la Roma sont intraitables

La course poursuite continue en Italie. La Juventus et la Roma se tirent toujours la bourre en tête du classement. Les Turinois se sont imposés 4-2 face à la Sampdoria, tandis que les Romains ont facilement disposé de Livorno, 3-0. Le champion d'Italie conserve ses huit points d'avance.

Modififié
Les semaines se suivent et se ressemblent en Italie. La Roma gagne, se rapproche du leader turinois, mais quelques heures plus tard, la Juve sort les pectoraux, et s'impose à son tour, remettant les compteurs à zéro. Depuis la confrontation directe entre les deux clubs, qui a vu la large victoire de la Juve, l'écart demeure inchangé. Huit points d'avance pour la Vieille Dame, qui a réaffirmé sa domination aujourd'hui avec une douzième victoire de rang en championnat (!), en s'imposant 4-2 face à une très bonne Sampdoria. De quoi abattre le moral des joueurs de Rudi Garcia qui, un peu plus tôt dans la soirée, s'étaient tranquillement imposés face à Livorno, revenant provisoirement à cinq longueurs du leader. Les Giallorossi s'étaient alors dit : « Et si la Samp, comme la saison dernière, venait faire un coup au Juventus Stadium ? » Oui, car la Samp est bien la dernière équipe à être venue s'imposer à Turin, il y a un an tout juste. Mais les miracles se produisent rarement deux fois. Malgré une très bonne opposition, l'équipe génoise n'a pu que s'incliner face à « la meilleure Juve de tous les temps » , dixit Claudio Marchisio. Il faudra attendre encore un peu avant de savoir si le milieu de terrain de la Nazionale dit vrai, mais nul doute que cette Juve-là s'approche de la perfection. Et c'est bien là le plus frustrant pour la Roma. Les Romains sont, eux aussi, époustouflants. L'équipe qui a battu Livorno cet après-midi avait une vraie allure de championne. Manque de pot, le Scudetto ne se divise pas en deux. Et cette saison, la Juve semble intouchable. Même pour une Roma qui, avec le même ratio de points, serait leader en Ligue 1 et en Premier League...

La barre qui tremble

Le mot « Sampdoria » suffit à faire venir des sueurs froides à tout supporter de la Juventus. En effet, la saison dernière, la Samp était la seule équipe à être parvenue à battre deux fois la Juve. Mais cette année, pas question de laisser filer des points. D'autant que la Roma a mis la pression, et que le Juventus Stadium attend donc une réponse de la part de ses poulains. Cette réponse ne tarde pas à arriver. D'entrée de jeu, la Juve met une intensité incroyable dans ce match, et débloque très vite la situation par Vidal, d'une subtile déviation de l'extérieur du pied qui devance la sortie de Da Costa. Mais la Sampdoria ne se laisse pas faire. Gabbiadini, auteur d'un très gros match, fait d'abord trembler Buffon sur une frappe lointaine. Mihajlović incite les siens à rester haut, mais son équipe va flancher sur corner. Llorente est impérial de la tête, et trouve la lucarne. 2-0, et presque 3-0 sur un missile de Tévez repoussé par le poteau puis par la tête du portier génois. On se dit alors que la Juve va dérouler. Pas du tout. La Sampdoria a de sacrées ressources, et réduit l'écart peu avant la pause sur un but contre son camp malchanceux de Barzagli. Mais la Juve avait très envie d'aller aux vestiaires avec deux buts d'avance. Du coup, Vidal fait tout tout seul, en obtenant puis en transformant un pénalty. 3-1. Presque trop facile.

La seconde période va toutefois suivre un tout autre déroulé. La Sampdoria, qui n'a plus rien à perdre, joue crânement sa chance, et il faut d'abord un miracle de Buffon pour dévier sur la barre un coup de casque de De Silvestri. Clairement, la Juve n'y est plus, et la Sampdoria finit par obtenir ce qu'elle mérite, à savoir un nouveau but qui relance complètement les débats : Buffon réalise une nouvelle parade décisive, mais ce coup-ci, Gabbiadini a suivi pour la foutre au fond. À 3-2, Conte devient fou sur son banc et hurle sur ses joueurs, notamment sur Vidal qui perd un ballon stupide au milieu de terrain en voulant tenter un coup du foulard. Le coach bianconero va devenir carrément blafard au moment où Gabbiadini, encore lui, envoie une fusée du gauche qui vient s'écraser sur la barre. La Samp, à ce moment-là, mériterait d'égaliser. Mais la Juve a des champions dans ses rangs. Parmi eux : Paul Pogba. Le Français s'essaie à son tour au jeu des frappes de poney et trompe la vigilance de Da Costa. 4-2. Cette fois-ci, la messe est dite. La Sampdoria ne se remettra pas de ce dernier coup de massue, malgré une énorme seconde période. La Juve n'a pas forcément brillé, mais, malgré cela, elle en claque quatre face à un adversaire coriace et s'impose 4-2. Si ça, ce n'est pas une victoire de futur champion...

Match d'entraînement pour la Roma

Un peu plus tôt dans la soirée, donc, la Roma avait fait le job, en venant tranquillement à bout d'une équipe de Livourne qui a bien justifié sa position de relégable. Incapables de réagir face à une Roma dominatrice du début à la fin de la rencontre, les joueurs de Perotti (nouveau coach de Livourne en lieu et place de Nicola) ont tout simplement regardé jouer la Roma. Pour la deuxième journée consécutive, Morgan De Sanctis, le portier giallorossi, n'a pas eu la moindre parade à faire. Preuve, aussi, que la grande force de cette Roma, c'est avant tout sa défense, la meilleure en Europe avec celle du Bayern Munich. Le match, pour sa part, a été plié au bout de 36 minutes. Le temps pour la Louve de prendre deux buts d'avance, un avantage qu'aucun adversaire, depuis le début de la saison, n'a réussi à remonter face aux hommes de Rudi Garcia. Il ne faut même que six petites minutes pour comprendre que la journée va être longue pour Livourne. Destro profite d'une jolie feinte de Gervinho (qui est toutefois hors-jeu) pour marquer l'un des buts les plus simples de sa carrière. Livourne pourrait crier à l'injustice, mais la folle différence de niveau entre les deux formations va vite les en dissuader.

La Roma se promène, attaque, se crée des occasions. C'est fluide, c'est beau à voir. Le deuxième but n'est qu'une question de minutes. Il intervient finalement à la 36e, grâce à Strootman, qui pousse au fond des filets une frappe de Destro repoussée sur la ligne. Dans la foulée, Gervinho loupe le 3-0, puis l'arbitre annule cette fois-ci pour une position de hors-jeu l'éventuel troisième but. En seconde période, rien ne change. Livourne erre sur la pelouse du stadio Olimpico en spectateur non payant, et la Roma déroule. Pjanić a le ballon du 3-0, puis c'est au tour de Ljajić de rater l'impossible en un contre un face à Bardi, complètement délaissé par ses défenseurs. Mais ce n'est que partie remise. À un quart d'heure du terme, le même Ljajić fusille le portier livornese d'une frappe puissante à l'entrée de la surface, et met fin à une disette de près de quatre mois. 3-0, presque un match d'entraînement pour une Roma impressionnante de maîtrise et de sérénité (70% de possession de balle). Ah, si seulement la Juve n'était pas aussi monstrueuse, Rudi Garcia et sa troupe pourraient vraiment, vraiment y croire.

Les résultats :


Roma - Livorno 3-0
Destro 6', Strootman 36', Ljajić 79'

Juventus - Sampdoria 4-2
Vidal 18' et 41', Llorente 24', Pogba 78' / Barzagli (csc) 38', Gabbiadini 70'

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 09:28 Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 22 lundi 22 janvier Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) lundi 22 janvier Quand Ronaldo planquait de la bière 51 lundi 22 janvier Dupraz quitte le TFC 128 lundi 22 janvier Robinho en route vers Sivasspor 60