Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 1re journée

La Juve et la Roma s'imposent en patrons

Dans la lutte sans merci que promettent de se livrer Romains et Turinois cette saison, les deux mastodontes ont chacun répondu présent en venant respectivement à bout de la Fiorentina (2-0) et du Chievo Vérone (0-1). Garcia et ses hommes ont confirmé leur force quand, dans le même temps, la Juve d'Allegri s'est contentée d'assurer, sans pour autant rassurer.

Modififié

La Juve, service minimum


Lancer une saison à l'extérieur, avec un nouveau coach et trois titulaires indiscutables à l'infirmerie, n'est jamais chose aisée. Même quand on s'appelle la Juve et qu'on a bouclé la saison passée avec 102 points. Pour sa première sur le banc turinois, Max Allegri a réussi son pari : rentrer dans le Piémont avec les trois points de la victoire. Un succès acquis sur le plus petit des scores et avec beaucoup de déchet offensif, certes, mais aussi pas mal de motifs de satisfaction à l'arrivée.

Préféré à un Llorente grippé, c'est le minot Kingsley Coman qui est chargé d'animer de front de l'attaque bianconera aux côtés de l'Apache Tévez. Bien en jambes et déterminé comme jamais, l'ex-Parisien de 18 ans montre les griffes dès les cinq premières minutes en tutoyant la barre du gardien vénitien. Comme à son habitude, la Vieille Dame démarre cette rencontre en patron et asphyxie l'équipe du Chievo à coups de débordements latéraux et de percées assassines. Sur le premier corner de la rencontre, Martín Cáceres place une tête rageuse que dévie malencontreusement Biraghi dans ses filets. On joue la 6e minute sur la pelouse de Vérone et la Juventus semble déjà avoir plié l'affaire. L'impression se confirme tout au long d'une première période à sens unique où les partenaires de Pogba auraient pu tuer le match à trois, quatre, cinq ou six reprises. Mais rapidement, les démons de la saison passée resurgissent. À force d'imprécisions et d'occasions non concrétisées, la Juve se découvre et manque de se faire piéger sur un face-à-face Buffon/Maxi López remporté par le portier italien. Au coup de sifflet final, Allegri fonce aux vestiaires la tête baissée et le regard noir. Sans doute vient-il de comprendre qu'un match qui doit être gagné 3-0, doit justement être gagné 3-0.

La Roma répond du tac au tac


Réponse du berger à la bergère, Rudi Garcia aligne d'entrée de jeu son poulain Juan Iturbe, fraîchement arrivé du Hellas Vérone pour quelque 22 millions d'euros. Si l'Argentin se montre plus discret que son homologue français Coman, le rythme imposé par la Roma face à la Fiorentina dans l'autre rencontre du jour ne rassurera sans doute personne du côté de Turin.

Pour leur rentrée des classes au Stadio Olimpico, les Giallorossi mettent les bouchées doubles pour intimider leur adversaire direct. Dans une partie jouée à 2000 à l'heure, la Viola, diminuée par les absences de Rossi, Cuadrado et Aquilani, résiste 28 minutes avant de courber l'échine sous une frappe de mule de Radja Nainggolan. Même si les hommes de Vicenzo Montella n'ont pas à rougir de leur prestation, les vagues successives de Gervinho et Miralem Pjanić sur les ailes font tourner en bourrique la formation florentine. Revenue des vestiaires avec de bien meilleures intentions, la Fiorentina de Mario Gómez est à deux doigts de recoller au score sur une frappe divine d'Illicic claquée avec tout autant de classe par le vieux Morgan De Sanctis à l'heure de jeu. Poussée par ses tifosi, la Roma tremble, mais ne cède pas, aggravant même le score dans les ultimes instants de la rencontre par l'intenable Gervinho. La Juventus est plus que jamais prévenue, cette année, cette Louve-là sera intraitable.

Par Morgan Henry
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 49 minutes Ce streaker australien va vous épater 5
Partenaires
Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall
il y a 7 heures La réaction de Jimmy Durmaz aux attaques racistes 30 Podcast Football Recall Épisode 34 : La Russie accusée de dopage, l'Angleterre déroule et la révolution chez les Bleus Podcast Football Recall Épisode 33: Le feu d'artifice belge, les Bleus s'ennuient et les scandales anglais