Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 11e journée
  3. // Juventus/Inter (1-3)

La Juve est tombée

Après avoir scoré grâce à une position de hors-jeu, la Juventus s’est éteinte peu à peu au cours de son derby d’Italie. De quoi voir l’Inter revenir au score, puis, finalement, l’emporter (1-3). C’en est fini du record d’invincibilité de la Vieille Dame. Et là-dessus, c’est logique.

Modififié
Juventus-Inter Milan : 1-3 (1-0)
Buteurs : Vidal (1e) pour la Juventus ; Milito (59e sp, 75e), Palacio (89e) pour l’Inter


Ça y est, bordel ! La Juve n'est plus invincible ! Son tombeur ? L'Inter. Son ennemi le plus intime, au terme d'un derby d'Italie qui a tenu toutes ses promesses. Car le derby d’Italie, c’est toujours de la tension, des buts, des polémiques. Fidèle à son image, ce nouveau duel entre la Juve et l’Inter, d’une importance capitale pour le titre en Serie A, a été à la hauteur. Avec, en apothéose, la surprise de voir les Bianconeri s’écrouler, après une course folle de 49 rencontres sans jamais connaître le moindre revers. Logique, au regard d’un match que les Nerazzurri ont globalement dominé. La lutte pour le titre est relancée, et la Juve ne passera donc pas le cap des 50 matchs d’invincibilité. Sa série s’arrête à 49, qui plus est sur son terrain (où elle n'avait encore jamais perdu), et pour un derby d’Italie. Si elle reste leader de Serie A, la Vieille Dame voit l’Inter (qui vient d'enchaîner neuf victoires de suite toutes compétitions confondues, sept en Serie A) revenir à un petit point, tandis que le Napoli pourrait se mêler à la course en revenant demain à trois unités.

L’Inter sonnée d’entrée

Comme on dit dans le jargon, « fallait pas traîner à la buvette. » Car ce bouillant derby d’Italie a démarré avec un but, tout simplement. Au coup d’envoi, Vučinić sert Asamoah sur l’aile gauche, le Ghanéen s’échappe et offre le but à Vidal, seul au second poteau (1-0, 1e). Vingt secondes, il n’en fallait pas plus pour lancer le match le plus attendu du début de saison en Serie A. Il n’en fallait pas plus, d’ailleurs, pour activer la polémique : Asamoah, passeur décisif sur l’action, était hors-jeu. Et ça ne souffre d’aucune contestation. Le banc interiste avait bien raison de gueuler, pour le coup. Cette « erreur » mise à part, les bases sont néanmoins posées. La Juve, en pleine confiance, veut tuer le match d’entrée. Le duo Pirlo-Marchisio combine par deux fois, coup sur coup et de la même manière, Andrea servant son compère dans la surface d’une subtile balle piquée. Dans les deux cas cela dit, Handanović est à la parade (8e,9e).

L’Inter, éteinte sur les dix premières minutes, va entrer dans le match à ce moment précis. Habitués à refaire leur retard au score, les Nerazzurri assiègent le camp adverse. On croit d’abord à un but de la tête de Palacio sur coup franc, mais l’Argentin est hors-jeu (12e, comme quoi, les arbitres se sont également réveillés à ce moment-là, la décision étant la bonne). On frissonne ensuite sur une merveilleuse frappe enroulée de Cassano aux abords de la surface, qui laisse Buffon coincé sur sa ligne, mais passe à ras du montant (20e). En vrai, l’Inter reprend le dessus. Mais la Juve reste bien organisée derrière. Avec un score en sa faveur, la Vieille Dame attend le contre assassin. Elle a d’ailleurs les occasions pour parvenir à ses fins, mais à chaque fois, ça pêche dans le dernier geste. Le duo Vučinić-Giovinco, notamment, ne parvient pas à s’entendre sur de bonnes opportunités. Seul Vidal aura une occasion concrète de but, en toute fin de première mi-temps, mais sa frappe tendue est détournée par le portier (45e). Du reste, le derby propose une féroce opposition, des duels, de la tension. Ce qui laisse augurer une seconde période du feu de Dieu.


Le réveil de l’Inter et la sensation

Et c’est la Juve, une nouvelle fois désireuse de prendre les Nerazzurri à froid, qui se montre dangereuse en premier lieu. Par deux fois, Giovinco vient semer le trouble dans la défense milanaise, mais la fourmi atomique est bien seule (47e, 49e). Bonucci vient ensuite tâter les gants d’Handanović, sur une frappe des 25 mètres (51e)… Alors ok, la Juve tient mieux le ballon qu’en fin de première période. Mais l’Inter ne s’y fait pas prendre. Au contraire, elle poursuit sa marche en avant. Palacio sollicite Buffon le premier (53e), Nagatomo le suit de près (56e). Puis, vient le tournant du match : l’arbitre de la rencontre, M. Tagliavento, signale un péno en faveur des Interistes. Suite à un coup franc envoyé dans la surface, Milito est accroché par Marchisio. La victime se fait justice (1-1, 59e), et la logique est respectée. Globalement dominatrice, l’Inter la mérite, son égalisation.

D’autant que c’est à ce moment-là que le match peut devenir intéressant. Intéressant pour voir la réaction d’une Juve endormie, malmenée. Intéressant pour voir si l’Inter va vouloir aller la chercher, sa victoire. Après un bon quart d’heure de contacts rugueux, on la tient, la réponse. Et elle nous vient une nouvelle fois du Principe : après une escapade de Guarín et une frappe détournée par Buffon, l’Argentin vient en bon renard pousser le ballon dans les filets (1-2, 75e). Elle est là, la sensation. Rarement, la Juve s’est retrouvée en pareille posture cette saison. Et coach Strama le sait bien. En remaniant son effectif, le technicien nerazzurro veut tenir le score. En dépit de la large domination de la Vieille Dame sur le dernier quart d’heure, il y parviendra. Et il aura même l’occasion de célébrer un nouveau but, celui de Palacio, servi idéalement par Nagatomo face à Buffon (1-3, 89e, mais que fout Asamoah sur l’action ?). 11e journée de Serie A 2012/2013, la Juventus est tombée. L'Inter, ennemie de toujours, rappelle au Champion que les séries sont faites pour être interrompues. Et celle de l'Inter, quand va-t-elle bien pouvoir s'interrompre ?

Alexandre Pauwels
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 2 heures Le Belge Tom Saintfiet, sélectionneur de la Gambie 4
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall
Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17