Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Udinese-Juventus

La Juve, de l'Udinese à l'Udinese

Battue à domicile par l'Udinese lors de la première journée du championnat, la Juventus retrouve ce dimanche après-midi les Frioulans. Une occasion pour la Vieille Dame de boucler la boucle avec une dixième victoire consécutive et de lancer parfaitement sa deuxième partie de saison.

Modififié
Dimanche 23 août 2015. On approche de 20h lorsqu’une clameur monte dans les travées du stadio Artemio Franchi. La Fiorentina et le Milan AC qui s’apprêtent à s’affronter une petite heure plus tard, ne sont pourtant encore qu’à l’échauffement. Mais les tifosi florentins comme milanais ont déjà une bonne raison de faire la fête. Ils n’en croiraient presque pas leur écran de smartphone ou la nouvelle qui circule de bouche à oreille. Mais c’est bien vrai : l’ennemi juré de la Fio vient bien de s’incliner en ouverture du championnat. Quadruple champion en titre, la Juventus vient bien d’être battue à la surprise générale à domicile par l’Udinese (0-1). Les hommes de Max Allegri ont eu leurs occasions, mais ils se sont montrés très brouillons et ont été surpris en fin de match par le Français Cyril Théréau. Un simple accident de parcours ? Pas vraiment. Car le week-end suivant, la Juve trébuche encore, sur la pelouse de la Roma cette fois (2-1). C’est alors la première fois en 103 ans que la Vieille Dame débute le championnat par deux défaites. Réponse de Max Allegri : « Que ce soit en bien ou en mal, j’entre toujours dans l’histoire. » Il ne croyait pas si bien dire.

La folle remontée


Quatre mois et demi plus tard, et justement avant de retrouver l’Udinese, la Juve est effectivement en passe de marquer encore un peu plus l’histoire. Mais pour comprendre comment, il faut d’abord se pencher sur la suite du début de saison des Bianconeri. Car après avoir donc perdu ses deux premières rencontres de Serie A, la Juve n’a pas retrouvé immédiatement la bonne carburation. Et c’est même un euphémisme, puisqu’au soir de la dixième journée, les Turinois n’avaient encore engrangé que 12 petits points avec à peine 3 victoires pour 3 nuls et déjà 4 défaites. Ils venaient alors de s’incliner à Sassuolo et comptaient pas moins de 11 points de retard sur la Roma, leader à ce moment-là. Fait rarissime, les Bianconeri se confinaient même alors en mise au vert. Tandis qu’Allegri déclarait que la Juve ne devait plus penser au Scudetto et que Buffon réclamait plus d’humilité à tout le groupe bianconero. « Quand on est 13e, on doit penser à la 12e place » , dramatisait Gigi en rabaissant - volontairement ? - le classement de la Juve, 11e à cette époque. En réalité, les Bianconeri faisaient seulement profil bas pour mieux préparer leur retour au sommet.

Pas un seul instant, ils n'ont pensé que le Scudetto était déjà hors d’atteinte. Pas Max Allegri en tout cas, comme l’a confié Chiellini à la chaîne officielle de la Juve cette semaine : « Allegri a été le fou qui a toujours cru plus que tous les autres à la remontée. Au début, on l’écoutait parler, et des fois, on pensait : "Mais il croit vraiment à ce qu’il dit ?" Mais il avait raison. Il a réussi à nous donner de la sérénité au moment où on en avait le plus besoin. » Aujourd’hui, avec un peu de recul, cette défaite sur la pelouse de Sassuolo sonne même comme le tournant de la saison de la Juve. Logique, puisque depuis, les Bianconeri ont tout simplement remporté leurs neuf dernières rencontres en Serie A. Reprise en main par ses tauliers, la Juve a recouvré ce qui faisait sa force : sa confiance en elle-même. Une confiance retrouvée également grâce à l’intégration progressive des recrues estivales qui ont fini par combler les vides laissés par les départs de Pirlo, Vidal ou Tévez. Résultat, avant d’aborder la phase retour du championnat, la Juve a rattrapé quasiment l’intégralité de ses concurrents. La Roma pointe désormais à 5 points… mais derrière. La Fio a, elle, une unité de moins. L’Inter, une seule de plus mais avec un match d’avance. Seul le Napoli résiste, pour le moment, au retour canon de la Vieille Dame.

Et si la Juve était encore meilleure que l'an passé ?


Non contente d’être pleinement de retour dans la course au titre, la Juve a également des records en ligne de mire. En effet, le record de douze victoires consécutives empochées par la Juve de Conte en 2013/2014 n’est plus très loin. Les dix-sept décrochées par l’Inter en 2006/2007, déjà avec Mancini, seront également vite à portée de tir, si la folle série se poursuit. Mais surtout, la Juve pourrait être la première équipe de l’histoire à décrocher le Scudetto après avoir compté seulement 12 points après 10 journées. Pas question de s’enflammer toutefois pour Max Allegri : « Le championnat est très équilibré et il le sera jusqu’au bout. Il se décidera sûrement lors des dernières, si ce n’est lors de la dernière journée. Je disais que l’Inter était favorite lorsqu’elle était première. Et je dis aujourd’hui la même chose pour le Napoli. Les 5 premiers peuvent encore jouer le titre, même la Roma qui peut potentiellement enchaîner les victoires et rattraper son retard » , a ainsi déclaré le Toscan en conférence de presse avant de retrouver l’Udinese. Une partie qu’Allegri ne prend pas non plus à la légère : « Ce sera un match difficile. L’Udinese est en forme et pourra compter sur un grand enthousiasme pour l’inauguration de son stade. » Toutefois, si Allegri joue logiquement la carte de la prudence, la Juve semble bien être aujourd’hui redevenue le principal favori au Scudetto. En réalité, on en vient même à se demander si la Vieille Dame n’est pas encore meilleure que l’année dernière.

Certes, elle ne peut plus compter sur Tévez, mais Dybala s’affirme de plus en plus comme un fuoriclasse, Mandžukić comme un buteur très fiable, et Zaza comme un remplaçant de luxe ultra-efficace. Certes, elle ne peut plus compter sur Pirlo et Vidal, mais Marchisio réalise une énorme saison au poste de regista - avec d’autres caractéristiques - quand Khedira amène une immense intelligence de jeu quand il est bien physiquement. Mieux, la Juve dispose avec Cuadrado d’un profil de joueur, capable de faire de très grosses différences sur les côtés, qu’elle n’avait pas l’année dernière. Alex Sandro s’est lui révélé parfait en rotation d’Évra. Quant à Rugani, il représentera sûrement une excellente solution pour faire souffler Bonucci, Barzagli ou Chiellini lors de cette seconde partie de saison. Roberto Pereyra, qui a été énorme la saison dernière, effectuera aussi très prochainement son retour de blessure. Aujourd’hui, le seul petit rouage à régler dans la mécanique s’avère être Álvaro Morata, qui traverse une grosse crise de confiance. Au passage, la Juve s’est aussi attaché les services pour la saison prochaine de Rolando Mandragora contre 12 millions d’euros (6 assurés + 6 de bonus), et garde un œil attentif sur Stefano Sensi. Soit les deux milieux italiens les plus prometteurs du moment. De quoi s’assurer de jouer les premiers rôles aujourd’hui et demain. Certains feraient bien de s’en inspirer...



Par Eric Marinelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi
Hier à 16:36 Harry Redknapp grand vainqueur d'une télé-réalité britannique 8