1. //
  2. // Juventus Turin

La Juve dans l'impasse ?

La Juve est dans le coup en championnat, mais non sans peine. Mi-novembre et il est déjà question de sacrifices. Un Turin vaut mieux que deux tu l'auras...

0 2
Pour comprendre quelles sont les priorités de la Vieille Dame, qui ne laisse jamais rien au hasard, il suffit d'observer ses trois derniers résultats. Deux victoires en championnat d'Italie, à Milan puis contre Cesena, et un sordide 0-0 en Europa League, à domicile contre Salzbourg. C'est clair, la Juve a des priorités et le fait savoir. Le calcul est simple : faire tourner en Europa League et se concentrer sur le championnat italien. Cynique impasse ? Non, réalisme.


L'ex-Coupe de l'UEFA est par définition une compétition aléatoire, puisque comme son nom l'indique, c'est une coupe. Difficile donc d'y planifier quoi que ce soit, d'autant que son plateau est plutôt relevé, entre Manchester City, Leverkusen, le Sporting, Villarreal, le CSKA, le Zénith, le PSV, Liverpool, Porto ou encore le PSG. La liste des prétendants est longue comme une journée sans pain et surtout, le jeu n'en vaut pas la chandelle. Pourquoi aller s'emmerder pour se faire éliminer en quart par des Portugais (ou pire des Anglais) quand on peut se concentrer sur l'essentiel, les affaires locales, le championnat italien ?

A l'évidence, certains rétorqueront qu'on ne peut pas gagner une compétition si on ne la joue pas. Ce n'est pas faux. Mais si la Juve veut redevenir la Juve, ce n'est certainement pas en gagnant une compétition dont le tenant du titre est l'Atletico Madrid. Et quand bien même lui viendrait la drôle d'idée de vouloir imiter ces gens, elle aurait bien du mal à le faire : deux de ses meilleurs joueurs ne sont pas qualifiés pour la compétition (à savoir Alberto Aquilani, regista collectionneur, qui apporte autant à la construction que Diego tout en récupérant le quintuple de ballons, et Fabio Quagliarella, éclaireur gominé, principale menace offensive de la Vieille Dame actuelle). En plus, ça tombe mal, la moitié de l'effectif est actuellement blessée, ce qui est assez inquiétant et n'encourage guère à faire le zouave lors des soirées Erasmus du jeudi soir. Et puis, de toute façon, avec quatre points après autant de journées dans son groupe A d'Europa League, la Juve y est déjà bien mal embarquée, alors... Alors la vérité distribue la honte : la Juve ne peut pas gagner cette épreuve, donc autant ne pas la jouer.


Défaitisme ? Non, pleine conscience de l'horizon de son possible. Car si elle n'est plus ce qu'elle était, la Juve est toujours dans le calcul. A quoi bon se casser le cul pour l'Europa League quand une troisième place en championnat donne le droit de disputer sa grande sœur, la Champion's (et une quatrième les barrages) ? L'objectif n'est pas dévoilé, mais il est clair. Reste à savoir s'il est atteignable. Parce que s'il s'agit de faire l'impasse sur la coupe d'Europe pour finir sixième en championnat et ainsi gagner le droit de retourner en Europa League, autant laisser filer le championnat tout de suite et tout faire pour retourner la situation continentale tant qu'il en est encore temps, ça prendra moins de matchs. Sinon, ce mercredi, il y a une possibilité plus simple : aller gagner à Brescia.

Brescia/Juventus, ce soir à 20h45

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Quagliarella et Aquillani ne sont donc pas autorisés à jouer l'UEFA?

Savais pas. J'ai pas tout suivi.

Sinon, tous ces calculs cyniques ne sont pas exclusifs à la Juve. On dirait que les clubs jouent l'Europa en reculant.

En instaurant la sur-puissante Champion's, l'UEFA a complètement niqué les coupes d'Europe.
Eh non, Quagliarella et Aquilani étant arrivés sur le tard, en tout cas après le début des qualifs pour l'Europa League, ils étaient encore la propriété de leurs clubs d'origine (Napoli et Liverpool) lorsque la Juve a inscrit sa liste de joueurs.
Dommage d'ailleurs, parce que le classement serait certainement différent s'ils avaient pu jouer.
On comprend mieux comment la Juve peut briller le dimanche et faire pitié le jeudi, non ?
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Paris gagnant
0 2