En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quarts
  3. // FC Barcelone-Juventus (0-0)

La Juve, c'est pas Gijón

Parfaitement en place tactiquement, la Juve n'a jamais tremblé face à un Barça maladroit face aux cages et stérile offensivement. De quoi balayer sans sourciller le spectre d'une hypothétique remontada pour se qualifier pour le dernier carré de la C1.

Modififié

FC Barcelone 0-0 Juventus



Du travail de pro. Large vainqueur du Barça à l'aller, la Juve savait qu'elle n'avait qu'à éviter d’être victime du syndrome PSG pour écrabouiller les espoirs fous de remontada des Catalans. Alors, Chiellini et Bonucci ont régné dans leur surface, Pjanić et Khedira ont fait le café au milieu, tandis que Dybala, Cuadrado et Higuaín se sont chargés de semer la zizanie dans la défense adverse. En face, le Barça a joué, tenté, mais n'a jamais trouvé la faille. Et la Juve retrouve le dernier carré de la Champions. En toute sérénité.

Ballets inoffensifs


« Vous ne pouvez pas jouer un match à Barcelone pour défendre le 0-0. C’est suicidaire et quasiment impossible. Nous devrons jouer dans l’optique de marquer au moins deux buts. » Quand Max Allegri dit, la Juve exécute. Et c'est en mordant haut le Barça grâce à un pressing de dératé, que la Vieille Dame étouffe d'entrée les Barcelonais, dans un début de match copié-collé de la rencontre aller au Juventus Stadium. Si bien que les décrochages d'Higuaín, les raids de Cuadrado et les slaloms de Dybala font sérieusement galoper l'arrière-garde catalane. Et c'est logiquement la Juve qui ouvre le bal des occasions, grâce à Higuaín qui envoie un caramel surpuissant juste au-dessus de la barre de Ter Stegen. Mais si la Juve envoie du jeu, ses offensives restent encore trop stériles. Et le Barça se donne progressivement de l'air pour prendre implacablement l'ascendant. De quoi permettre à Messi d'allumer quelques incendies dans la défense turinoise, d'abord en offrant un amour de passe longue à Alba, qui manque de peu de reprendre le cuir. Puis en profitant d'un centre impeccable de la mobylette espagnole, pour armer une frappe rasante qui passe à coté du poteau gauche de Buffon.

La Juve se résigne à abandonner le cuir et le Barça a tout le loisir d'enchaîner une-deux et passes veloutées. Mais la Vieille Dame s'appuie sans paniquer sur la science défensive de Chiellini et Bonucci, qui démolissent un bon paquet d'attaques barcelonaises. Ce qui n’empêche pas les Catalans d'armer quelques flèches supplémentaires par Iniesta, qui ne trouve pas le cadre, puis Messi, qui se heurte à Buffon. Un ballet offensif séduisant, mais parfaitement inefficace, dont le rythme est bien trop facile à suivre pour les Bianconeri. Même Neymar, pourtant très remuant et en réussite dans ses dribbles, ne parvient pas à briser la sérénité de la défense piémontaise. Finalement, c'est la Juve qui se procure la dernière grosse occasion du premier acte par Higuaín, servi sur un plateau par Pjanić. Mais l'Argentin arme une volée dont la puissance de poussin ne risque franchement pas d’inquiéter Ter Stegen.

La foire aux vendanges barcelonaises, la maîtrise turinoise


Du coup, le Barça tente de passer en vitesse lumière en seconde période. Et n'est pas franchement loin d'y arriver. Piqué s'offre des montées de kamikaze, tandis que Messi et Neymar arrosent le but de Buffon en frappes non cadrées. Suárez, en mode Casper jusque-là, tente enfin de mettre un peu le bordel dans la machine défensive turinoise. Ce qui lui vaut de se faire dézinguer par Khedira, qui se chope un jaune pour le compte et manquera la demi-finale aller qui attend les Turinois. Le hic, c'est qu'on a l'impression que même si le match s'éternisait trois ou quatre heures de plus, le Barça n'arriverait pas à enquiller le moindre pion.

Même Messi n'a pas de cadeau du ciel à sortir de sa botte et manque même une occasion chaude en envoyant sa frappe sur le parking après un corner des siens. Du coup, comme à l'aller, Allegri sort Dybala pour Barzagli, histoire de bétonner son arrière-garde. Ce qui éteint une bonne fois pour toute la flamme offensive barcelonaise. En contrôle total, la Juve va se chercher une bon vieux 0-0 des familles au Camp Nou, se payant même le luxe de s'offrir les dernières occasions en contre. De quoi permettre à Massimiliano Allegri et ses ouailles de dormir sur leurs deux oreilles en attendant les demi-finales début mai. Les tifosi bianconeri peuvent eux continuer de rêver de soulever une coupe aux grandes oreilles qui leur fait des infidélités depuis plus de vingt ans maintenant.




  • Résultats et classement de la Ligue des champions
    Retrouvez toute l'actualité de la Ligue des champions

    Par Adrien Candau
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 15:40 Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) Hier à 14:28 Quand Ronaldo planquait de la bière 48 Hier à 12:50 Dupraz quitte le TFC 126 Hier à 11:55 Robinho en route vers Sivasspor 57
    Partenaires
    Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    Hier à 08:57 Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18 dimanche 21 janvier La double fracture de McCarthy 4 dimanche 21 janvier Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 10 dimanche 21 janvier Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7