1. //
  2. //
  3. // Juventus-Fiorentina (3-1)

La Juve au galop

Surprise en tout début de match sur penalty, la Juventus n’a pas paniqué le moins du monde et s’impose à l’expérience contre la Fiorentina (3-1). La Vieille Dame est clairement de retour dans la course au Scudetto.

Modififié
199 69

Juventus 3-1 Fiorentina

Buts : Cuadrado (5e), Mandžukić (79e), Dybala (91e) pour la Juventus // Iličić (2e) pour la Fiorentina

La Juventus est de retour. Et quel retour ! Jugez plutôt, la Vieille Dame est ce dimanche soir devant la Roma, ne compte plus que deux points de retard sur le Napoli et la Fiorentina, et finalement « seulement » six sur l’Inter. Pourtant, face à son vieil ennemi florentin, la Juve avait pris le pire départ possible avec un but encaissé quasiment sur la première action de jeu. Mais après cinq victoires consécutives, les Bianconeri ont retrouvé leurs certitudes et s’en sont servi pour s’imposer à l’expérience. Tel un marathonien qui démarrerait au sprint, la Fiorentina s’est essoufflée. Le trio de tête va désormais devoir faire très attention à ses rétroviseurs, car un Zèbre arrive au galop.

Iličič met les gaz d’entrée, Cuadrado emboîte le pas


À peine une heure après le coup de sifflet final d’un Napoli-Roma plutôt décevant, du moins au niveau du score, la Juventus et la Fiorentina ont l’occasion d’offrir une meilleure publicité de la Serie A. Lien de cause à effet ou simple coïncidence, le début de match entre Turinois et Florentins est absolument fou. Puisqu'Iličič ouvre le score d’entrée sur un penalty obtenu à la suite d’une faute de Chiellini sur Bernardeschi (0-1, 3e). Ou plutôt à la suite de ce que Daniele Orsato et ses assistants ont jugé comme une faute, car, au vu des ralentis, le défenseur italien ne semble pas vraiment accrocher son compatriote. De toute manière, la Juve ne s’arrête pas à ces considérations.

Sur un bon centre d’Évra, Cuadrado remet immédiatement les pendules à l’heure d’une superbe tête lobée (1-1, 6e). Une égalisation que le Colombien ne célèbre pas par respect pour son ancienne formation. On a vu pire début de match. Paulo Dybala veut d’ailleurs participer à la fête, mais il ne parvient pas à conclure du pied droit son festival technique (14e). Puis, sur un bon décalage de Pogba, l’Argentin voit sa frappe contrée par Mandžukić (25e). Même si les occasions franches se font ensuite plus rares jusqu’à la pause, la rencontre est d’une intensité folle et tient bien toutes ses promesses.

Le Zèbre au galop grâce à Mandžukić et Dybala


On reprend avec un tacle défensif de grande classe de Bonucci pour empêcher Kalinić d’aller défier Buffon. Tout aussi magnifique, la feinte de corps de Dybala quelques instants plus tard. Toutefois la Juve et la Fiorentina ne parviennent toujours pas à faire la différence, que ce soit collectivement ou individuellement. Comme le symbolise un Paul Pogba encore trop approximatif, qui s’entête dans des tentatives trop difficiles. Il faut ainsi attendre quasiment jusqu’à l’heure de jeu pour une nouvelle occasion. Mais Dybala ne trouve pas le cadre sur un bon centre en retrait d’Évra, omniprésent ce soir (59e).

Plus les minutes passent et plus la rencontre devient tendue. Mis à part les cartons distribués par Daniele Orsato, il n’y a pas grand-chose à signaler. On a même bien du mal à s’imaginer une équipe prendre l’avantage. Mais c’est oublier l’expérience de la Juve. Sur un superbe ballon de Pogba, Dybala prend de vitesse Astori et s’il se heurte à Tatarusanu, Mandžukić est bien là pour envoyer le ballon qui traîne au fond des filets (2-1, 80e). Tatarusanu a beau entretenir le suspense dans la foulée devant Sturaro (83e), le gardien roumain ne peut rien dans le temps additionnel devant Dybala (92e). La Juve est définitivement de retour sur le devant de la scène.

Par Eric Marinelli
Modifié

Dans cet article

Encore une victoire à Modène face à Carpi avant Noel et on le passera au chaud sur le podium de cette serie A.

Malgré le pire démarrage depuis 50 ans, on est déjà devant la Roma, deux points derrière le Napoli qui parait il a un jeu superbe et à 6 points de l'Inter qui ne joue pas l'Europe.

Confirmation : Dybala est un fuoriclasse.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
199 69