1. //
  2. // Supercoupe
  3. // Lazio/Juventus (0-4)

La Juve atomise la Lazio

Il n'y a pas eu de match entre la Juventus et la Lazio. Le champion d'Italie s'impose très largement, 4-0, avec notamment 3 buts inscrits en l'espace de 5 minutes en tout début de seconde période, qui ont littéralement coupé les jambes des Laziali. Comme l'an dernier, le premier trophée de la saison est pour Antonio Conte et ses hommes.

Modififié
11 22
Lazio - Juventus 0-4
Buts : Pogba 23', Chiellini 52', Lichtsteiner 54', Tévez 56'


Cinq minutes. C'est le temps qu'il aura fallu à la Juventus pour anéantir la Lazio. Les cinq premières minutes du match ? Non. Cinq minutes au retour des vestiaires. Cinq minutes de folie, où le champion d'Italie a inscrit trois buts, faisant exploser une défense laziale quasiment impeccable lors des 45 premières minutes. Cinq minutes, donc, où l'équipe d'Antonio a démontré tous les atouts dont elle dispose : rapidité, rythme, talent, jeu court à une touche de balle, puissance. Bref, des qualités qui en ont fait la meilleure équipe d'Italie depuis deux ans mais qui, ce soir, ont semblé créer un gouffre avec son adversaire. Car jusque-là, la Lazio avait plutôt fait bonne impression. Certes, elle était menée 1-0 à la pause, grâce à un but de Pogba. Mais dans l'intensité, elle était là. Et on sentait qu'en accélérant un peu, elle aurait pu mettre en difficulté la Juve en seconde période. Tu parles. Chiellini, Lichtsteiner et Tévez l'ont totalement mise à genou. À ce moment là, la Juventus est apparue invincible, et la Lazio, en face, toute petite. Comme la saison dernière, donc, les Bianconeri remportent la Supercoupe d'Italie en inscrivant 4 buts (l'an dernier, 4-2 contre le Napoli). Manière idéale de débuter la saison, et pour lancer un message à ses rivaux pour le titre. Cette équipe là va être sacrément difficile à battre. La Lazio, pour sa part, va devoir revoir sa copie. Surtout sur le plan défensif.

Marchisio, une blessure qui change le match

Il ne faut que quelques secondes, après le coup d'envoi, pour comprendre que les deux équipes sont déjà rentrées dans leur saison. Le rythme est énorme dès les premières minutes, et tous les joueurs courent sur chaque ballon comme des dératés. La Juve, avec son statut de double champion d'Italie, se pose dans la moitié de terrain de la Lazio, comme elle a eu l'habitude de le faire la saison dernière, lors de chaque confrontation face aux biancocelesti. D'habitude, les Romains laissent la domination noire et blanche s'instaurer, et tentent essentiellement de procéder en contres. Là, non. Les joueurs de Petković montent très haut sur le porteur du ballon, et empêchent les Turinois de développer leur jeu. Une fois, seulement, ils se laissent surprendre par un coup franc joué rapidement par Tévez, mais heureusement pour eux, Vučinić tire au-dessus. Si elle apparaît quelque peu stérile en attaque, derrière, la Vieille Dame fait forte impression. La ligne Barzagli-Bonucci-Chiellini est très solide, et le pauvre Miroslav Klose a bien du mal à se défaire du marquage des trois compères. La Lazio essaie alors de passer par les ailes, Lulić à gauche, Candreva et Cavanda à droite, mais tous les centres terminent au même endroit : sur la tête d'un défenseur de la Juve.

Le tournant de cette première période intervient à la 20e minute. Marchisio se heurte à Radu (sosie officiel de Bernard Campan des Inconnus) au milieu de terrain. Touché au genou, l'Italien cède sa place à Paul Pogba, qui avait débuté sur le banc. 120 secondes plus tard, le champion du monde des moins de 20 ans fait chavirer la Curva Sud turinoise. Pirlo joue intelligemment un coup franc sur le côté, la défense laziale se fait avoir, Lichtsteiner centre, Radu repousse, mais Pogba, en renard des surface, expédie le ballon au fond des filets. 1-0, le moment en or continue pour le Français. Vexée, la Lazio ne se laisse pas démonter et tente de répondre, d'abord par un centre de Candreva repoussé in extremis par Barzagli, puis sur un pétard de Radu, sorti de sa lucarne par un impeccable Gigi Buffon. La Lazio domine la fin de la première période, mais la Juve semble impossible à bouger sur le plan défensif. Les hommes de Conte rentrent au vestiaire avec un but d'avance. Assez logiquement.

Atomique devant, intouchable derrière

Que se dit-on alors ? Que la Lazio va tenter d'accélérer ? Que Petković va faire rentrer Floccari pour venir soutenir Klose en attaque ? Mais pas le temps d'apporter les réponses à ces interrogations : la Juve appuie sur l'accélérateur. Et là, cela fait mal. Tout nait d'une décision du juge de ligne. Un corner concédé à la Lazio, alors qu'il n'y avait pas corner. Les Turinois gueulent, mais ne vont pas rouspéter longtemps. Le corner est repoussé, la Juve part en contre, Lichtsteiner s'échappe sur l'aile et sert parfaitement Chiellini qui score dans le but vide. 2-0. Terminé ? Non. Car la Lazio y croit encore : Hernanes expédie une frappe du gauche qui, déviée, passe à quelques centimètres du poteau de Buffon. C'est le dernier signe de vie de la Lazio. Une minute plus tard, la défense laziale s'ouvre complètement, et Lichsteiner, tout seul, s'en va tranquillement tromper Marchetti, avant d'exulter devant ses anciens supporters. À peine le temps de dire « ouf » que la Juve en plante un quatrième. Marchetti réalise deux miracles, mais ne peut rien sur la troisième tentative de Tévez, qui inscrit là son premier but officiel sous le maillot de la Juve. 4-0, merci, au revoir.

La Lazio est sonnée, sous le choc, et il y a de quoi. Elle vient de s'effondrer après une première mi-temps de qualité. Mais l'adversaire est beaucoup trop fort pour elle. Un adversaire qui n'est d'ailleurs pas loin d'en ajouter un cinquième par Tévez, dont la reprise de volée termine au-dessus. Logiquement, et alors qu'il reste encore une demi-heure, la Juve ralentit. L'essentiel est fait. La Lazio tente alors de sauver l'honneur, mais elle tombe sur un homme : Gigi Buffon. Le portier de la Nazionale s'oppose aux deux frappes de Candreva et, à un quart d'heure du terme, il gagne son face-à-face contre Miroslav Klose lancé seul vers le but. Rien à faire, la Juve de ce soir était intouchable. Au-dessus. Parfois même merveilleuse. La Lazio, pour sa part, va devoir rapidement se remettre en question. Car dans deux semaines, pour la deuxième journée de Serie A, elle devra se déplacer au Juventus Stadium pour le premier match à domicile de la Juve cette saison. Et autant que les joueurs laziali soient prévenus : ils y trouveront des tifosi qui auront à cœur de célébrer leurs champions. Des champions qui remportent ce soir leur quatrième trophée en deux ans. Complimenti.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Il y a quelque chose de Vieira chez Pogba, et quelque chose de Zidane chez Rabiot :) 20 ans et 18 ans...
Le plus plaisant c'est que Lotito va perdre l'argent gagné par ses magouilles lorsque son stade sera suspendu grâce à la bêtise de certains de ses supporters.

Autrement Licht chapeau !
Pas vu le match mais pogba fait deja Parler de lui. C'est un sacre joueur y a pas a dire. Comment fergie l'a laisse echapper?
La juve atomise la Lazio déja c'est trop cool.
Le barca atomise levante un truc qui est quand même 11 eme de la derniere ligua.

Le Psg il fait quoi pendant ce temps là ?
Ya du chemin a faire avant d'etre un grand club.
Message posté par thiam99
Il y a quelque chose de Vieira chez Pogba, et quelque chose de Zidane chez Rabiot :) 20 ans et 18 ans...



Zidane/Rabiot? Analogie à la con je trouve, sauf votre respect.
Marek Hamsik Niveau : National
Note : 2
"Zidane chez Rabiot" ?

Faut pas déconner quand même.

Et sinon, quand je pense qu'on osait émettre des doutes sur la Juve suite a ses matchs amicaux foires...
Note : 2
Chiellini, grand attaquant. Quel but !

Comme souvent depuis deux ans, la Juve revient des vestiaires avec une grinta monstrueuse. Conte style.
Barry Allen Niveau : CFA2
5 minutes pour faire taire un mois de critiques.

C'est là que ressortir l'article sur l'utilité des matchs amicaux de pré-saison serait marrant.
ALOXE CORTONE Niveau : District
Message posté par thiam99
Il y a quelque chose de Vieira chez Pogba, et quelque chose de Zidane chez Rabiot :) 20 ans et 18 ans...


...ouais valbuena quelque chose de messi....sa taille! Et mon voisin quelque chose de cr7.....il a la double nationalité portugaise! !..........
Et les cris racistes sur Pogba et Asamoah en fin de match, on en (re)parle ?
Soulflytribe Niveau : District
J'suis un peu deçu que conte n'aie pas fait entrer Llorente... fin de match idéale pour qu'il se fasse les jambes, un p'tit capital confiance et pour lui permettre de s'acclimater un peu au foot italien!
ça change pas tellement des confrontations qu'on a déja pu voir entre ces 2 équipes seulement y a toujours eu un Marchetti énorme sur ce genre de match et ce soir aucune chance ne lui a été laissée. Forza !!!
Note : 2
Moi j'ai pas vu le match alors chai pas trop quoi en penser.
Bien a vous.
Et bravo à Eric Maggiori pour son objectivité, malgré les larmichettes qui devaient tomber sur son clavier pendant qu'il nous écrivait cet article.
Eric, "LITTERALEMENT coupé les jambes des Laziali". Klose ne s'est pas fait sectionner les jambes pendant le match. #bescherelle
Note : 3
Message posté par Ale10
Et les cris racistes sur Pogba et Asamoah en fin de match, on en (re)parle ?


Ca se jouait à Rome, tout est dit ...
salvat1985 Niveau : DHR
Les matches amicaux ca sert juste à donner du rythme cardiaque aux organismes.
on peux gagner 100 matches amicaux mais si tu descends en D2 à quoi ca sert?
mieux vaut 3 mattches amicaux perus et tout démonter après.
façon la Juve sera champion sans contstation.
Naples Inter Milan et consorts ne pourront rien y faire.La Fio me fait flipper au vu du recrutement.
Et la Juve à la pronfondeur de banc pour faire la LDC et la Serie A et pallier aux blessures. Les autres non.


forza JUVE !!!
Ne faisons pas trop les malins concernant les matchs de pré-saison foirés.

Ca reste impressionnant de voir par exemple un Real avoir un si haut niveau de jeu dès les matchs de pré-saison, Ronaldo qui cavale dans tous les sens, Di Maria qui enchaîne des contrôles frappe comme dans la cours de récré.

Si on est champion d’Italie et d’Europe, bon d'accord on pourra se la jouer donneur de leçon :)
Note : 1
Juste un truc facile à faire pour en finir avec la "surprise" que semble constituer le jeu montré par la Juve hier soir après le "fiasco" de la tournée américaine :
comparez les compos alignées lors des différents matchs.

Hier soir, à part Tevez, on a vu jouer l'équipe-type qui a remporté le scudetto et atteint les quarts de LDC. Alignée selon le module 3-5-2 qui a largement fait ses preuves. Pas encore au top de la condition physique, on l'a vu (d'où la tactique qui consistait à gérer au mieux et à ménager des moments explosifs).
C'était loin d'être le cas dans les matchs amicaux, autant pour les indisponibilités que pour la volonté manifeste d'expérimenter (qui a fait dire à certains observateurs que Conte avait l'air de ne pas savoir ce qu'il voulait).
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
11 22