Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 1/4 de finale
  3. // Lyon/Juventus (0-1)

La Juve a pris son temps

Solide et courageux, l'Olympique lyonnais a tenu tête sur ses terres à la Juventus de Turin... jusqu'à la 85e minute (1-0). Une défaite qui compromet sérieusement l'espoir d'une qualification française dans le Piémont.

Modififié

Lyon - Juve
(0-1)
L. Bonucci (85') pour Juventus Turin.

« On a une montagne devant nous. Il va falloir par tous les moyens essayer de gravir cette montagne, en deux étapes. » . Quand Rémi Garde s'est présenté en conférence de presse, il était déjà au parfum : éliminer la Juventus de Turin dans une double confrontation relèverait de l'exploit. Une prouesse après laquelle les Lyonnais courent depuis toujours sur le Vieux Continent. Le jour de son 48e anniversaire, le technicien rhodanien souhaitait au plus profond de lui-même s'offrir cette opportunité. Pour cela, son équipe devait vaincre la statistique qui tue : lors des doubles rencontres à élimination directe contre une équipe italienne, l'OL n'est passé qu'une fois sur six tentatives. Il s'agissait donc de ne pas foirer son entrée en scène. Sauf que le collectif rhodanien a failé son premier rencard. Et selon toute vraisemblance, le deuxième rendez-vous dans les Alpes.

Il faut bloquer le soldat Pirlo

En démarrant la rencontre, les 40 000 spectateurs du Stade de Gerland savent déjà que la tâche s'annonce ardue. Privés de ses leaders techniques Clément Grenier et Yoann Gourcuff, de son guerrier Milan Biševac ou du prometteur Gueïda Fofana, le onze aligné n'est clairement pas l'équipe type qui a mené Jean-Michel Aulas à son printemps européen. De son côté, la Juve est sûre de sa force : Arturo Vidal suspendu, c'est Claudio Marchisio qui fait le compte pour assiéger la capitale des Gaules. Au départ, la consigne lyonnaise est claire : presser Andrea Pirlo et couper ses relances courtes vers ses acolytes Kwadwo Asamoah et Mauricio Isla. Devant, les cinq ans de famine de Carlos Tévez en compétition européenne se ressentent rapidement. Bien groupée, l'arrière-garde lyonnaise tient le choc devant le meilleur buteur de Serie A. Mieux encore, les locaux se créent deux occasions consécutives par Malbranque puis Briand. Cependant, des brèches commencent à se créer dans le camp des locaux : d'une passe en profondeur prodigieuse, Pirlo est à deux doigts de débloquer le compteur de l'Apache, mais c'est finalement le crâne d'Anthony Lopes qui aura le dernier mot. La possession turinoise est pour l'instant vaine devant la rigueur des Gones.

Le poignard de Bonucci

Dès le second acte, c'est au tour de l'Olympique lyonnais de prendre les devants. Un puissant coup franc d'Umtiti et un mur horriblement placé obligent Gianluigi Buffon à la parade. Le vent semble tourner pour la Juve, puisque Tévez demande à sortir sur blessure. Lyon a faim, et continue efficacement son pressing sur les milieux juventini. Une faute peu évidente de Tolisso sur Asamoah amène le second frisson visiteur, mais le portier des Gones reste vigilant sur la tentative de Pirlo. Cependant, le constat est clair : le métronome jaune et bleu n'est plus aussi bien gardé, et sa Juve retrouve des couleurs. Giovinco rajoute du piment dans la partie, en chargeant irrégulièrement Lopes. Pogba de la folie, en tentant un ciseau retourné pour son premier match de Coupe d'Europe en France. Il faut se ressaisir chez les Lyonnais, ou le retour de bâton risque de faire très mal. Garde démarre sa révolution en faisant entrer Bafé Gomis et ses 99 buts en Ligue 1. On arrive dans le money time, et presque sans surprise, Lyon tergiverse. Sanction immédiate. Un corner tiré à deux entre Pirlo et Marchisio, remise à Pogba qui ne peut pas finir le travail. En renard au deuxième poteau, Bonucci allume Lopes et fait passer la Juve devant. Grazie, arrivederci.

Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Podcast Football Recall Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall Hier à 09:02 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) Hier à 00:10 La drôle de liste d'invités de la finale 37 dimanche 15 juillet Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 68