1. //
  2. // Ligue 1- 13e journée

La journée vue par Jean-Armel Kana Biyik

Jean-Armel Kana Biyik était des neuf héros du Parc des Princes samedi. Le défenseur du Stade Rennais revient sur la prouesse du weekend, le renouveau spectaculaire de son équipe et ce championnat qui se tasse. Le coéquipier de Romain Alessandrini, le highlight humain, analyse cette treizième journée.

Modififié
8 6
Alors, heureux ?
Nous sommes très fiers de cette performance. Malgré les expulsions, la pression, on parvient à venir gagner. Comme je l’ai dit après la rencontre, il n’y a pas de mots. C’est exceptionnel. Quand on regarde le chrono, on se dit juste qu’il va falloir tenir bien qu’ils attaquent sans cesse. On l’a fait.

Le Stade Rennais a prouvé que Paris, sans Zlatan, ne casse pas des briques. Son absence vous a-t-elle soulagé ?
Le reste de l’équipe a également beaucoup de qualités, surtout techniques. Après avec des « si » , on pourrait refaire le monde. Ibrahimović n’était pas là, c’est tout.

Pas trop déçu de ne pas avoir pu te mesurer à lui ?
C’est un joueur exceptionnel, capable de tout. Il reste toujours le match retour (à Rennes, le 6 avril prochain, ndlr), ce n’est que partie remise !

Au final, ça fait une sixième victoire en sept matchs de championnat. Rennes a la frite.
C'est vrai qu'après le match contre Lorient (défaite 2-1 à domicile, 5e journée, ndlr), on s’est regardés dans les yeux, pour se dire les choses. A ce moment-là, on est 18e. Un classement indigne du Stade Rennais. On s’est remis au travail et ça finit par payer.

Vous semblez de mieux en mieux défensivement. Sur quoi Frédéric Antonetti insiste-t-il ?
C’est un ensemble. Moi, mon job, c’est d’empêcher qu’on encaisse des buts. On en prenait beaucoup en début de saison, ce qui, bien entendu, est problématique. On a rectifié le tir. Le coach fait travailler tout le monde. Derrière, comme devant.

La semaine prochaine, vous recevez Évian, une formalité ?
Il ne faudra surtout pas se relâcher parce qu’on vient de prendre beaucoup de points. En plus, c’est à domicile donc on devra faire un résultat !

Sur un plan personnel, c’est ta troisième année consécutive en Ligue 1. Tu as notamment avalé 45 matchs la saison dernière, faisant montre de ta régularité.
Quand j’étais avec mes potes du centre de formation au Havre, il y a quelques années, la barre symbolique de la cinquantaine de matchs joués en Ligue 2 et Ligue 1 confondues était notre référence pour obtenir le statut de professionnel. Cela fait un moment que j’ai dépassé ce stade puisque je jouerai bientôt mon centième match de Ligue 1 (80 jusqu’ici, ndlr). Mais je continue de travailler pour confirmer.

Un mot sur Lyon, nouveau leader, que l’on n'attendait pas forcément. L’OL est seul à avoir gagné dans les cinq première places, ce qui donne une Ligue 1 très serrée : neuf équipes se tiennent en six points. Il est loin d’être chiant ce championnat, en fait ?
Vous n’attendiez pas Lyon, moi si. Ils ont un effectif de très belle qualité et sont candidats, au même titre que d’autres, pour gagner le titre. Pour ce qui est de la densité en haut du classement, elle vient d’un fait connu de tous : en Ligue 1, le dernier peut battre le leader. En Angleterre, en Espagne, en Italie, ce n’est quasiment jamais le cas.

Rennes est à trois points de la tête et un de Paris. C’est quoi l’objectif maintenant ?
Nous n’avons pas d’objectif précis. On remonte bien grâce à de bons résultats mais il est encore trop tôt pour se fixer sur quelque chose. On fera le bilan en janvier.

Si là, tout de suite, tu devais donner un trio de tête pour mai prochain ?
Les gros, à savoir Paris, Marseille et Lyon.

Si tu ne retenais qu’un pion cette semaine ?
Celui de mon coéquipier Romain Alessandrini, qui lance notre match contre le PSG. Je tiens à dire que je ne suis absolument pas surpris. C’est du copier-coller de ce qu’il réalise à l’entraînement. Il met les mêmes buts magnifiques.

Ton équipe du weekend ?
Je pense que vous avez déjà la réponse… (rires)

Ton joueur ?
Cheick N’Diaye (gardien numéro 2 rennais, ndlr). Parce que c’est la même qu’Alessandrini. Il fait des choses incroyables à l’entraînement et le reproduit contre Paris. On était tous derrière lui et il nous fait une performance du tonnerre !

Propos recueillis par Pierre Girard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

LA blague.... LA chernière centrale rennaise a passé 40 minutes à se rouler par terre au moindre contact et le type veut jouer des coudes avec IBra ? t'es pas sérieux là ?
Tu veux qu'on reparle de tes roulades et de l'entre deux qui a suivi, ou l'arbitre demande à Lavezzi de donner la balle aux rennais ? Arrêter de vous branler* sur cette victoire, vous avez eut de la chance, c'est tout.
Ton post est ont ne peu plus risible, tu n'as pas remarqué une chose, que les Parisiens dont je fais partie pour y vivre, mais originaire de Rennes, se taisent ! c'est préférable que d'aller raconter autant de bêtises, ton post est inutile ! Tu dis : le défenseur Rennais ne faisait que tomber voir se rouler !!
Là, je peux répondre par : mais que font à chaque match les Menez et Néné, tomber, se rouler, geindre etc etc. Alors STP, tempère toi, et surtout
évite le ridicule, mais si ça n'a jamais tué personne. Je vais être sympa en te remerciant par avance.
LA blague c'est dire que Rennes a eu de la chance et c'est tout... finir à 9 vs 11, ca s'appelle pas "avoir de la chance"... Les chances, ont les a plutôt donner au psg, mais pas foutus d'en mettre juste une dedans...pas faute d'avoir tenter c'est sur, belles barres... mais quand meme... Quand tu subis comme Rennes et que tu tiens à 9 vs 11 pendant 40min, tu peux te permettre de chambrer un peu l’équipe de stars qui galère et qui finalement perds...Pour rappel, en un été autant de thunes claquées que rennes en 15ans, et tu dis que Rennes a de la chance...regarde un peu ton club...
oui je persiste à dire que rennes a eut de la chance. Au de là de l'incapacité du PSG a marqué, les rennais ont eut de la chance. Trois barres, un penalty oublié. La roulade dans la surface entrainant un entre deux que je 'navais vu aupravant sur une possession offensive parisienne en supériorité dans la surface...
Je n'enlève rien à l'abnégation des rennais qui ont fait ce qu'il fallait. Le but D'alessandrini est juste magnifique et surement le plus beau de cette journée. CElui de Féret est du à l'erreur de placement de Sirigu, mais après ? Rien... Le néant absolu, et ceux avant même la deuxième expulsion. Paris a été mauvais (quoique...) Si hoarau ou pastore l'avait rentré (la balle), Rennes explosait derrière... Je maintiens, Rennes a eut de la chance.
La France a eu la chance que Thuram mette ses deux seuls buts en EDF lors de la demi contre la Croatie en 98, Maradona a eu de la chance que sa main contre l'Angleterre n'ai pas été sifflée, l'Itlaie a eu de la chance que Zidane ai foutu un coup de boule à Materazzi et après?

C'est purement inutile d'essayer d'excuser le PSG "parce que Rennes a eu de la chance". Comme il a été dit plus haut, gagner à 9 contre 11 n'est pas de la chance. C'est juste savant mélange de tenacité d'un côté et d'incapacité de l'autre.
@ Yesodh : Dire que Rennes a de la chance OK (comme vous avez eu, généralement, de la chance depuis 10 ans aux tirage des coupes nationales par exemple), mais dire que Kana se roule par terre au moindre contact je vais te dire 2 choses :

1/ Quand tu gagne à l'extérieur, contre une équipe à plusieurs centaine de millions d'euros, qui plus est à 9 contre 11, c'est de bonne guerre de se laisser tomber par terre et tenter de gagner quelques secondes, tout le monde le fait, et je suis sur que le PSG en aurait fait de même dans cette situation.

2/ Balaie devant ta porte avant de raconter n'importe quoi car si Kana "se roule par terre au moindre contact" comme tu dit, que dire de Menez qui se roule par terre et entraine l'expulsion de Costil, SANS CONTACT entre les 2!

Le final c'est que le PSG, malgré ses stars, n'est pas capable de mettre un pion à une équipe qui a jouer à 10 pendant 30 minutes puis à 9 les 30 minutes suivantes (et ne dit pas "Zlatan n'était pas là" on parle du PSG pas du Zlatan SG)

Le pénalty OK mais vu le scénario, j'appel ça une mini-justice même si la compensation, c'est moche pour un arbitre qui aura louper son match, de bout en bout.

Bonne soirée
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
8 6